Articles d'actualité Conflits raciaux Europe Problèmes raciaux

Les ONG pro-invasion s’agitent en Méditerranée alors que leurs bateaux sont saisis

L’invasion migratoire de l’Europe par les hordes subhumaine se déroule principalement par l’exploitation de voies légales : abus de visas étudiants, regroupement familial, non-blancs dotés de papiers de citoyenneté européens ramenant une épouse du pays, etc.

Le problème fondamental auquel nous faisons face, le remplacement racial, ne dépend nullement de la présence ou de l’absence d’un permis de séjour.

Le relatif tarissement de l’invasion par la Méditerranée vers l’Italie, qui a directement fait suite aux mesures prises par le gouvernement italien en ce sens et qui auraient pu être prises il y a plusieurs années déjà si la volonté avait alors été présente, est bienvenu, mais sa portée ne doit pas être surestimée.

Du côté des gauchistes enragés qui avaient mobilisé de nombreux navires afin de joueur aux passeurs de « migrants » – rappelons qu’ils allaient chercher les envahisseurs à quelques kilomètres à peine des côtes libyennes -, les efforts continuent pour tenter d’amener le plus de déchets génétiques possible sur le sol européen.

AFP :

Les 65 migrants de l’Alan Kurdi, un navire d’une ONG allemande, sont arrivés dimanche soir à Malte, en vue d’être prochainement répartis entre différents pays européens, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les migrants, visiblement fatigués, sont arrivés sur la terre ferme à bord d’un patrouilleur militaire maltais.

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat, qui a eu des discussions dimanche avec la Commission européenne et le gouvernement allemand, a précisé sur Tweeter qu’aucun de ces 65 migrants ne resterait dans son pays « étant donné que ce cas n’était pas de la responsabilité des autorités maltaises ».

Parce que ces envahisseurs relèvent de la responsabilité de l’Irlande, de la France ou de l’Allemagne ? Aucun pays européen n’a le devoir d’accueillir ces envahisseurs, tous ceux en contact avec eux ont celui de les renvoyer d’où ils viennent – ou à défaut de les laisser nourrir les poissons. Ce plan de répartition, aussi minime soit-il comparé aux plans précédents, est le fait d’agents anti-blancs.

« Encore une fois, nous n’avons pas été autorisés à entrer dans le port de La Valette, malgré notre mission humanitaire », a pour sa part déploré une porte-parole de l’ONG allemande Sea-Eye, Carlotta Weibl. « Cette situation ne peut perdurer », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Malte avait interdit dimanche matin l’entrée du navire de Sea-Eye dans ses eaux territoriales.

Ces traîtres devraient se réjouir que les gouvernements des pays européens bordant la Méditerranée sont trop lâches et corrompus pour oser les envoyer par le fond comme ils le méritent.

Les forces armées maltaises ont par ailleurs porté secours dimanche à un groupe de 58 autres migrants qui se trouvaient sur une embarcation en train de couler en mer. Au moins la moitié d’entre eux seront accueillis par d’autres pays européens, a précisé Joseph Muscat, parlant d' »un signe de reconnaissance de la bonne volonté du gouvernement maltais ».

Voilà à quoi servent les forces armées en Europe de nos jours : à secourir des envahisseurs !

C’est le monde à l’envers.

[…]
A Lampedusa, une petite île au sud de la Sicile proche de la Libye, d’importantes forces de la police italienne avaient attendu samedi soir sur le quai l’Alex, un voilier affrété par le collectif italien de gauche et d’extrême gauche Mediterranea, qui a défié l’interdiction d’accoster du ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini. L’Alex a finalement pu débarquer une quarantaine de migrants dimanche au petit matin.

Le voilier a été provisoirement saisi et son capitaine fait l’objet d’une enquête pour soupçon d’aide à l’immigration clandestine, ainsi que pour désobéissance, résistance ou violence à l’encontre de bâtiments de guerre, selon la porte-parole de Mediterranea, Alessandra Sciurba.

Un décret-loi italien adopté en juin prévoit des amendes allant jusqu’à 50.000 euros pour le capitaine, le propriétaire et l’armateur d’un bateau qui entrerait sans autorisation dans les eaux italiennes.

« Nous avons deux navires sous séquestre, l’amende du décret à payer en plus des frais légaux. (…) Nous avons besoin d’une aide énorme, car nous n’avons certainement aucune intention de nous arrêter », a déclaré dimanche devant la presse à Lampedusa, Alessandra Sciurba.

Ces enragés de la trahison sont vraiment prêts à tout pour essayer de salir l’Europe, mais l’action de Salvini démontre bien qu’il n’y a aucune inéluctabilité à cette vague d’invasion. En mobilisant les moyens de l’État italien, il a réduit à quasiment rien cette source d’invasion ; et si la volonté était présente, il serait possible de renvoyer ceux passant entre les mailles du filet ainsi que de s’occuper des autres sources d’invasion et des envahisseurs déjà installés.

La ressource qui manque, ce n’est pas l’argent, ni les effectifs de police, non la ressource qui manque pour que cesse la catastrophe du remplacement racial, c’est la volonté.

Selon l’organisation, le voilier, conçu pour 18 passagers, n’était aucunement en mesure de rejoindre Malte. Mais Matteo Salvini -l’homme fort du gouvernement populiste qui accuse les ONG d’aider les passeurs- a estimé le contraire.

Pour l’Alex, il avait conclu avec Malte un accord en vue de faire débarquer les migrants en échange du transfert vers l’Italie d’un nombre équivalent de migrants précédemment accueillis par La Valette.

Cet accord était complètement absurde. Salvini est moins mauvais que ses prédécesseurs, c’est tout.

[…]
La semaine dernière, les autorités italiennes avaient fait saisir à Lampedusa un navire d’une ONG allemande, le Sea-Watch 3, et arrêter sa capitaine, Carola Rackete, qui avait accosté de force pour débarquer 40 migrants.

Une juge italienne a invalidé mardi son arrestation au motif qu’elle avait agi pour sauver des vies, mais la jeune Allemande est toujours visée par deux enquêtes, pour résistance à un membre des forces de l’ordre et pour aide à l’immigration clandestine.

Les juges pourris sont toujours ravis de servir la cause de l’invasion…

La saisie des navires, et des responsabilités pénales directes pour ceux les utilisant au service de l’invasion, est un moyen simple et efficace pour empêcher ces ONG de nuire.

Pendant que l’attention médiatique s’est focalisée sur les bras de fer entre ONG et Matteo Salvini, concernant environ 150 migrants, il sont plus de 500 autres à avoir débarqué en deux semaines sur les côtes italiennes grâce à des bateaux suffisamment solides, révèlent des statistiques officielles.

Si la volonté était présente, débarquer sur le sol d’un pays européen ne donnerait aucune sorte de « droit » à un envahisseur.

Un voilier transportant 83 Pakistanais a ainsi accosté samedi soir à Taranto, dans les Pouilles (sud de l’Italie), en provenance de Turquie.

Des pakistanais, encore de pauvres victimes de la guerre civile syrienne sans doute…

2 Replies to “Les ONG pro-invasion s’agitent en Méditerranée alors que leurs bateaux sont saisis

  1. Salvini ne réussit pas à tout bloquer parce que les services chargés de surveiller et bloquer ne lui sont pas complètement acquis. Je me souviens de cet épisode où des garde-côtes refusaient d’exécuter les ordres lorsque Salvini ne voulait plus un seul bateau de migrants. Sans parler de la justice qui est pourrie et ne donne pas les bonnes condamnations (un bateau qui débarque de force des migrants alors que c’est interdit, ça devrait être : saisie du bateau et des fonds, destruction, dissolution de l’organisme gérant, condamnation du capitaine et des financeurs à de la prison ferme, fichage de tous les participants). Il doit, en plus de ça, gérer les relations avec l’europe. Pas évident.
    Et ici on ne parle que des migrants qui entrent, mais il faudrait aussi faire le tri à l’intérieur du pays et rejeter tous les migrants déjà entrés.

    1. Vous avez parfaitement raison.
      Comme le démontre Blanche, la seule chose qui manque pour rejeter ces envahisseurs à la mer, c’est la volonté et une justice obéissant à la loi et au peuple et non à une idéologie gauchiste.
      Et les traîtres jouissent de nombreux (((appuis))). Dans un tel contexte, Salvini fait cependant ce qu’il a promis de faire pour délivrer l’Italie des hordes bougnègres. Mussolini aurait commencé par faire exécuter les traîtres mais ça, c’était le bon temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *