Articles d'actualité Monde Question Juive

Encore une « rescapée de la Shoah » qui meurt après des décennies à mentir

Encore une rescapée de l’usine de fabrication de savons d’Auschwitz qui meurt après une longue vie à expliquer comment elle a failli devenir une savonnette.

AFP :

La survivante du camp de la mort [sic] nazi Auschwitz-Birkenau Eva Mozes Kor, victime des expériences inhumaines du docteur Josef Mengele, est décédée jeudi soir à Cracovie, en Pologne, à l’âge de 85 ans, a-t-on appris de trois sources indépendantes.

Ah, le docteur Mengele, évidemment. Par une incroyable cohencidence, la plupart des témoins sur Auschwitz – très fiables puisque membres du peuple auto-élu, réputé pour son honnêteté sans faille – venus narrer leur sort ont raconté avoir été victimes du docteur. Apparemment, il aurait fait passer Stakhanov pour un paresseux.

Née en Roumanie, Eva Kor fut fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Center à Terre Haute aux Etats-Unis, consacré au souvenir et à la réconciliation.

La « réconciliation »… Que ça vienne de juifs ou de partisans d’Alain Soral, c’est au fond toujours la même chose : le Blanc est prié de se soumettre à des vermines invasives.

[…]
Eva Kor est décédée lors d’un voyage annuel organisé par son musée, comprenant la visite de l’ancien camp nazi d’Auschwitz-Birkenau.

Ironie du sort.

[…]
En 2015, elle avait assisté au procès d’Oskar Groening, nonagénaire, ancien comptable du camp de la mort, accusé de « complicité » dans l’envoi de 300.000 Juifs dans les chambres à gaz entre mai et juillet 1944.

Elle tenait tellement à la « réconciliation » qu’elle a fait le déplacement pour essayer d’envoyer en prison un comptable nonagénaire.

Elle avait sans doute vu là une belle tribune pour répéter ses fariboles devant un public aquis à sa cause. Les affabulateurs professionnels en son genre prennent plaisir dans leur mensonge.

Lors de ce procès, elle a dépeint la réalité [sic] de ce camp où elle a vu disparaître sur la rampe, « en 40 minutes », ses parents et ses soeurs de 12 et 14 ans.

Elle a rappelé alors les expériences terrifiantes du tristement célèbre docteur Josef Mengele sur les déportés, en particulier sur les vrais jumeaux qui le fascinaient.

A 10 ans, elle survit seule aux côtés de sa jumelle Miriam, parmi les rats et les poux, soumise aux piqûres régulières de « l’Ange de la Mort », qui lui injectait une substance figeant la croissance de ses reins.

« Si j’étais morte, Miriam aurait été tuée avec une injection dans le coeur. Mengele aurait mené une autopsie comparée », a-t-elle alors indiqué.

Caricature abat-jour juif

[…]
Après avoir vécu ensuite en Israël puis à Terre Haute, dans l’Indiana, Eva Mozes Kor a ouvert en 1995 le musée CANDLES sur l’Holocauste, avec pour mission de prévenir les préjugés et la haine par le biais d’une éducation sur la Shoah.

éducation sur la shoah

Et l’AFP conclut en répétant la farce shoatique selon laquelle il y aurait eu un million de morts dans le camp d’Auschwitz. Les youpins sont très inquiets qu’avec la mort de tous les « témoins », leur religion de l’Holocauste – employée comme arme massue sur des millions d’enfants blancs chaque année pour tenter de leur inculquer la haine de soi – perde de sa force. La mort de chacun de ces rats est donc l’occasion d’une nouvelle dose de propagande, tentant de lutter contre l’indifférence que leur agitation victimaire suscite de plus en plus.

Même si leur histoire n’était pas l’un des plus gigantesques mensonges de l’Histoire, elle ne justifierait aucunement l’entreprise génocidaire aujourd’hui menée contre les Blancs. Mais, les preuves sont sans appel.

Des personnes comme Faurisson, Reynouard, et bien d’autres, ont enquêté en détail sur le sujet et réfuté la thèse officielle ; mais on pourrait résumer en deux phrases l’inanité des « chambres à gaz » qui, selon tous les partisans de la thèse de l’extermination, aurait été le moyen employé à Auschwitz. Dans les salles qualifiées aujourd’hui de « chambres à gaz », on ne retrouve nul orifice par où le Zyklon B aurait pu être introduit comme allégué. Mais même au-delà de cette impossibilité, d’importantes quantités de gaz extrêmement toxique seraient restées coincées entre les corps des cadavres, et même après une durée de ventilation bien plus longue qu’alléguée, auraient tué les prisonniers chargés d’évacuer les cadavres. Si le moyen par lequel le crime est supposé avoir été commis est absurde, c’est tout l’édifice accusatoire qui s’effondre.

Le seul usage prouvé du Zyklon B à Auschwitz fut de désinfecter les vêtements en tuant les poux qui s’y trouvaient et qui favorisaient de dangereuses et mortelles épidémies de typhus parmi les prisonniers. À la réflexion… peut-être (((Kor))) s’était-elle sentie apparentée à ces seules victimes avérées de gazage ? Entre parasites…

Absurdité de l'holocauste

One Reply to “Encore une « rescapée de la Shoah » qui meurt après des décennies à mentir

  1. Avec tous les trucs toxiques qu’on lui a injecté et ses reins nécrosés, elle a quand même vécu jusqu’à 85 ans ! Ben voyons…
    Effectivement, Mengele devait être au minimum quadrumane pour pouvoir torturer autant de youtres à la fois…
    Il ne devait ni manger, ni dormir, ni se vidanger de temps à autre, mais là c’est normal puisqu’il ne mangeait pas.
    Un robot peut-être ?
    Ou Dark Vador ?
    C’est comme celle qui raconte qu’elle est née grande prématurée et que sa mère l’a cachée et lui a permis de vivre jusqu’à la libération…
    Personnellement, je trouve plus crédible que les marmottes mettent le chocolat dans le papier d’alu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *