Articles d'actualité Décadence France Problèmes raciaux

Des « baigneurs » sèment la panique dans les piscines municipales

Les mêmes « baigneurs » qui ouvrent des bouches à incendie quand il fait trop chaud.

Le Figaro :

Selon France Bleu Poitou, plusieurs centaines de baigneurs de la piscine de Châtellerault (Vienne) ont dû sortir de l’eau samedi 29 juin malgré les 40 degrés. L’évacuation a été décidée afin d’éviter une bagarre générale entre deux bandes de jeunes.

Décidément, les jeunes sont toujours à causer des problèmes. Ne serait-ce pas le même type de jeunes qui attaquent des commissariats ?

Deux adolescentes se sont disputées dans les bassins de la piscine en présence de centaines d’autres baigneurs. Une dispute qui s’est transformée en échauffourées entre bandes de jeunes et qui ont entraîné l’évacuation des 600 usagers du Centre aquatique.

Les rats sont incapables de se tenir tranquille. Plutôt que d’évacuer les 600 usagers de la piscine, n’aurait-il pas fallu simplement, évacuer les fauteurs de troubles et les laisser régler leurs problèmes à l’extérieur ?

L’évacuation a été décidée par la ville et la communauté d’agglomération du pays Châtelleraudais afin d’éviter une bagarre générale et une bousculade qui aurait fait de nombreux blessés.

Si quelque uns auraient trouvé la mort par noyade en étant évacué, ça n’aurait pas été une grande perte.

[…] Afin d’éviter de tels débordements à l’avenir, le Grand Châtellerault a annoncé revenir sur la gratuité des tickets d’entrée à la piscine lors des prochains épisodes caniculaires.

La gratuité de la piscine, quelle chance ! De nombreuses personnes ne peuvent se payer le luxe d’aller dans une piscine et eux – qui ont gratuitement l’entrée – se permettent de transformer le centre aquatique en terrain d’affrontement.

Il ne faut pas faire payer les billets d’entrée, il faut interdire les allogènes.

A Grenoble, les voilées font aussi leur petit remue-ménage. Interdiction de se baigner en burkini ? Elles manifestent et se baignent illégalement avec leur vêtement religieux.

Et le phénomène islamiste ne touche pas que Grenoble. Il se propage aussi à Villeurbanne.

Sur la page Facebook d’Entre Soeurs Lyon, Les femmes de confession musulmane, soutenues par Alliance Citoyenne, annoncent se mobiliser ce mercredi 3 juillet à Villeurbanne dans le Rhône dans le but de rencontrer le maire de la commune, Jean-Paul Bret. « Nous sons demandé un rendez-vous, nous attendons sa réponse » raconte Laura, membre de l’antenne lyonnaise d’Alliance Citoyenne.  « Le message est simple, nous souhaitons trouver ensemble une solution pour faire en sorte que ces femmes en burkini puissent avoir accès à l’espace public que sont les piscines, comme tout le monde.« 

Comme tout le monde, elles doivent se plier aux règles et enlever leur burkini si elles souhaitent se baigner. Quand le port du bonnet de bain est obligatoire : on fait avec. On ne crée pas un mouvement « citoyen » pour lutter contre le bonnet de bain !

« Pas d’inquiétude, nous ne prévoyons pas d’opération coup de poing comme récemment à Grenoble. A Lyon, la situation est différente, nous venons de demander un rendez-vous pour ouvrir le dialogue sur le sujet, alors qu’à Grenoble cela fait plus d’un an et demi que nous attendons d’être reçus. »

Rassurez vous, elles n’useront pas de violence pour imposer leurs idées ! Nous sommes soulagés…

[…] « Il faut pallier à ce qui est une injustice, ces femmes payent leurs impôts aussi ». C’est peut-être aussi une question d’hygiène? Mais non, pour Laura « le maillot de bain couvrant respecte parfaitement les mesures d’hygiène ». Et le principe de laïcité? « Idem » pour Laura.
Laura va au-delà et elle considère dans ses revendications : » c’est une question de liberté, et en l’occurrence celui de la femme. Elle a le droit de disposer de son corps comme elle l’entend, en se couvrant ou pas. » Et Laura va plus loin en rappelant que de refuser l’entrée à l’espace public qu’est la piscine est discriminant, « le défenseur des droits, Jacques Toubon, a décrété que c’était discriminatoire. »

Le problème hygiénique en soit n’est pas le vêtement mais bien la bougnoule qui est en dessous.

Discriminatoire ? Poser des règles d’entrée c’est discriminatoire. Je pense donc que c’est discriminatoire d’interdire les animaux de compagnie à la piscine : ils ont aussi parfaitement le droit de se rafraîchir eux-aussi.

Et puis, si on veut se baigner sans vêtements ça devrait être aussi possible ? Ce serait discriminant d’interdire d’entrée les naturistes !

Et les militants du Burkini vont aussi s’attaquer à Lyon. On a hâte.

Pour conclure cet article sur les piscines qui deviendront dans peu de temps des zones de non-droits infectées par les allogènes, passons à ceux qui défèquent volontairement dans les piscines.

Toujours des « jeunes », qui n’ont sans doute pas de liens génétiques avec les autres « jeunes » des affaires précédentes.

Sputnik :

Plus de 1.000 personnes ont été évacuées de la piscine de Corbeil car des adolescents ont déféqué dans l’eau, alors qu’à Draveil deux jeunes filles se sont plaintes d’avoir été victimes d’attouchements.

À Corbeil, samedi 29 juin, le centre de natation entier a dû être évacué pour des raisons d’hygiène peu après 16 heures. Un groupe d’adolescents de 13 à 15 ans ont en effet pénétré illégalement dans l’enceinte puis ont déféqué dans l’eau du grand bassin tout en insultant les salariés.

Même une personne disposant de peu de jugeote peut se douter de qui l’on parle. Gitans, nègres ou bougnoules : ce ne sont pas de jeunes Blancs qui « s’amusent » à poser des étrons dans l’eau et attoucher des jeunes filles.

Les baigneurs, choqués, ont tout d’abord été transférés vers le petit bassin, lequel n’est cependant pas prévu pour accueillir un millier de personnes. Après que le personnel a tenté en vain de raisonner les jeunes, l’un d’eux a à nouveau déféqué, cette fois-ci dans le petit bassin.

1000 personnes et pas un seul qui se lève et qui va mettre quelques corrections aux allogènes ? Plus cocu que ça et c’est la mort.

Raisonner les jeunes, je rêve. Il n’y a pas un vigile dans une piscine ? Pour un millier de personnes, il y en a même sûrement plusieurs.

La police n’a pas pu interpeller les fautifs.

N’a pas pu ou n’a pas voulu ?

Connaissant le courage des policiers pour mettre des amendes pour excès de vitesse mais incapables de faire une remontrance à un petit arabe, on peut se poser la question.

Engagez-vous qu’il disait !

Dans une piscine il y a de l’eau, un noyade est si vite arrivée… n’hésitez pas.

3 Replies to “Des « baigneurs » sèment la panique dans les piscines municipales

  1. Effectivement 1000 personnes et pas un qui fait bouffer son étron à ces raclures …. ça fait réfléchir …
    En même temps si quelqu’un l’avait fait c’est lui qui allait au poste et qui allait se taper la méga amende et pas la blatte bien sûr …
    Dommage que Jim 33 n’ait pas été là …. ou quelqu’un de Blanche , les merdeux l’auraient pas ramené deux fois et peut être seraient il restés en apnée au fond de la piscine près de leur crotte ….

    1. Un camarade seul ne peut rien faire . Que ca soit moi ou un autre . « bandes » c’est au moins deux . Cela veut dire au bas mot 30 rats minimum .
      Mais après , ils disent ((ado)) donc si ces des rats âgés de 15 -16 ans le nombre n’est plus un problème , certes .

  2. Les premiers étrons qui flottent dans l’eau de la piscine, ce sont eux !
    Un boucaque ne chie pas, il se reproduit.
    Puisque ces maires de gauche ( prononcer merde gauche ) aiment leur payer des voyages, je leur suggére la Sicile ; le Stromboli crache pas mal de lave en ce moment. Ça ferait un bain à bonne température pour ces bougnoules et nègres subsahariens.
    Je suis sur que les habitants du coin se précipiteraient pour les aider à plonger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *