Articles d'actualité France Problèmes raciaux

Chaleur : les rats s’amusent encore avec les bouches à incendie

Il fait chaud en ce moment, personne ne l’aura manqué, même les Bretons ! Pendant que nous nous tuons au travail, pour beaucoup sans climatiseurs ni ventilation, les allogènes qui polluent notre quotidien s’ennuient.

Ils s’ennuient, entre deux clients pour leur trafic, et ils ont chaud.

Ainsi, comme l’année dernière, ils ont décidé de s’inspirer de leurs cousins nègres des États-Unis. Ils ouvrent les bouches à incendie, provoquant un geyser, et inondant une partie de la rue.

Un gaspillage d’eau gigantesque, alors que nous sommes en restriction à cause de la canicule, un gaspillage énorme d’argent aussi pour les services publiques, donc nos impôts.

Les banlieues sont en temps normal des puits sans fond à propos de l’argent, en ce moment c’est encore pire.

Et la police ne fait rien, les nègres et les bougnoules dansent sous la flotte, et gaspillent des milliers de litres sans que personne ne prenne le problème à bras le corps et arrête systématiquement les petits négrillons qui s’amusent dans l’eau.

Ce serait méchant, ils ne font que s’amuser voyons !

Les médias, se rendant compte que le phénomène s’accroît, tentent de raisonner les colons en mettant en avant les risques pour ceux qui le feraient : le geyser dangereux, l’eau qui se rapproche des câbles électriques ou un manque d’eau pour les pompiers en cas d’incendie.

Quel est le but ? 27 bouches à Incendie ouvertes en une nuit à Paris, et on répète « attention hein, vous allez vous faire mal ».

Non, rien à faire de leur santé, il faut immédiatement montrer que c’est interdit. Arrêter de dire que c’est « mal » parce que ça gaspille : on arrête et on condamne pour dégradation d’un bien public, mise en danger de la vie d’autrui et vol d’eau potable.

On pourrait même rajouter un blocage illégal de la voie publique. Mais je suis trop sérieux, j’imagine.

Le Parisien :

C’est devenu un rituel. Chaque été, l’arrivée des grosses chaleurs marque le retour du « steet-pooling ».

Dans les zones occupées, précisons.

Un phénomène, venu des États-Unis et apparu en France en 2015, qui consiste à ouvrir les bouches d’incendie en pleine rue pour se rafraîchir. Avec la canicule, le phénomène dont les conséquences peuvent être aussi dangereuses qu’onéreuses, inquiète les municipalités et les services de pompiers.

Et plutôt que de « s’inquiéter », ne pourraient-ils pas faire quelque chose pour endiguer le phénomène criminel ?

Un enfant de six ans est en arrêt cardiaque, ce jeudi soir, après avoir été projeté sur plusieurs mètres par le « geyser » d’une bouche à incendie, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Bien fait, malheureusement cet exemple ne fera pas reculer ses congénères. S’il pouvait y avoir plus de morts, quelque chose se passerait dans leur cerveau. Ou pas.

Le Parisien – Aujourd’hui en France s’est procuré les chiffres de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP). Pour la seule nuit de mercredi à jeudi, la préfecture de police de Paris (PP) a recensé 27 « ouvertures intempestives de bouches d’incendie » – 6 à Paris, 6 dans les Hauts-de-Seine, 7 en Seine-Saint-Denis et 8 dans le Val-de-Marne. Dans la capitale, une trentaine d’ouvertures de bornes à incendie ont eu lieu depuis le début de la canicule, notamment dans les arrondissements du nord de Paris, selon la mairie. Mais dans toute la région, ce sont des dizaines de bouches à incendie qui ont perdu des litres d’eau. Dans les Yvelines, des bouches à incendie ont été ouvertes à Trappes, Mantes-la-Jolie ou encore Saint-Quentin-en-Yvelines. Même constat en Essonne, à Massy, Ris-Orangis ou Grigny. Dans le Val-d’Oise pas moins de 37 bouches à incendie ont été ouvertes. La Seine-et-Marne n’échappe pas à la règle avec des bouches à incendie ouverte à Melun et Lagny.

En fait, chaque bouche d’incendie ouverte correspond à un endroit totalement bougnoulisé.

Mais oui, les pauvres petits, ils n’ont pas les moyens pour se payer une clim, et ils n’ont pas de piscine il faut les comprendre !

Sans piscine, ni clim, des millions de Français supportent comme ils peuvent la chaleur, ce n’est pas pour autant qu’ils vont ouvrir les bouches à incendie.

Une nouvelle négrerie, les Blancs ne s’amusent pas à ça. Tout comme ils ne cassent pas les abri-bus, ni les vitres des magasins, ni n’insultent les passants, ni ne volent des sacs, ne violent des femmes – ou des filles – dans les caves…

Mais attendez, nos pauvres nègres ne sont pas si « pacifiques » que ça !

En Île-de-France, Hauts-de-France et Ille-et-Villaine, des incidents sont survenus. La Direction centrale de la sécurité publique (DCSP) a comptabilisé sept guets-apens depuis le début de la canicule. À Orly (Val-de-Marne), mardi, un agent municipal d’une cinquantaine d’années a été agressé par une vingtaine d’assaillants alors qu’il attendait l’intervention des forces de l’ordre. On a tenté de lui arracher la clé pour refermer les bouches.

Ils deviennent violent quand on leur dit que la récréation est violente ? Qu’ils se noient dans leur bêtise.

Le plus efficace dans cette histoire, serait d’exfiltrer les Blancs restants dans les quartiers, de fermer l’accès aux cloaques multiculturels et les laisser se débrouiller par leurs propres moyens. Au bout de quelques jours, on pourrait récupérer des pans entiers de nos villes, aujourd’hui envahies.

Rappelons le coût des ouvertures sauvages par nos chances pour la France :

[…] Les « geysers sauvages » ne sont pas que risqués, ils pèsent aussi dans la facture d’eau des collectivités et des contribuables. En juin 2017, lors de la canicule, le Syndicat des eaux d’Île de France (Sedif) avait évalué la perte économique de ces ouvertures sauvages entre 600 000 et 800 000. Le coût est aussi écologique. En moins de 4 semaines, 600 000 m3 d’eau avaient été gaspillés seulement en Île de France, selon le groupe Véolia qui distribuait l’eau de 150 communes. L’équivalent de 240 piscines olympiques.

S’ils veulent se rafraîchir, qu’ils traversent à la nage la Méditerranée pour retourner dans leur pays, ils ont de quoi faire !

Et on pourra même les encourager !

11 Replies to “Chaleur : les rats s’amusent encore avec les bouches à incendie

  1. Immondes , ils sont immondes , des sous-hommes , feignants , parasites , violents , haineux , sales , stupides , laids , tordus , retors , félons , fourbes , sournois , malsains , ingrats au plus haut degré , c’est le degré 0 de « l’humanité « , si encore c’est des « gens  » ces étrons et manque de bol quand on en « bute  » un , c’est de la manipulation de ces merdes pour tenir le sempiternel discours victimaire …
    Et dire que sans nous , ils feraient rien d’autre que niquer des chèvres tout le jour tellement ils savent rien faire ….

    1. Et le pire dans cette affaire, c’est que les autorités pourraient non seulement arrêter les rats en usant de la force comme le dit Nico, mais ils pourraient aussi couper à la source l’alimentation en eau des horribles piscines de rue !

      Dans cette émission de Démocratie Participative d’il y a deux ans, un camarade qui avait travaillé dans cette branche expliquait qu’il existait des vannes de sectionnement permettant de couper l’eau dans tel ou tel secteur. Les autorités laissent donc délibérément les bougnègres jouer à l’eau.

      Les maires qui se plaignent mais ne font rien sont des hypocrites de première..

    2. Eh oui. Les malheureuses chèvres.
      Bon, c’est vrai que quand ils baisent leurs congénères, ils sont déjà zoophiles…
      Et chez eux, pas de SPA.
      En déplacement dans un de ces trous du cul du monde, je suis tombé un jour sur un de ces spectacles effarants.
      Le chef du village en train de secouer biquette avec enthousiasme.
      J’en ai fait la remarque à notre guide, un peu plus évolué car à moitié arabe et qui savait lire.
      « Vous avez vu, le chef du village, ce qu’il est en train de faire ? »
      « Ben oui, le saint Coran dit que tu peux profiter comme tu veux de toutes tes possessions, alors c’est la coutume ici. »
      « Mais quand même, l’odeur ! Ça schlingue jusqu’ici ! »
      « Oh, les chèvres finissent par s’y habituer… ».

      1. Et c’est peut-être pour ça que certains maires sont aussi laxistes ; ils se disent qu’au moins ça les lave un peu.
        Parce que quand tu montes dans une rame de métro, de RER, ou un bus plein de boucaques, tu te dis que la dernière fois que ces chancres ont pris une douche, c’est quand leur mère a perdu les eaux…

  2. L’Afrance ! Le nègre dans son pays de merde, il pèse 55 kg et transporte son eau polluée avec un bidon sur 30 bornes !

    De toute façon le boulanger c’est déjà un mulâtre . Les petits commerçants du coin c’est des bougnoules. Les caissières sont turcs et les gardiens sont nègres. Quant au médecin du patelin , c’est un youtre !
    A qui cela gêne encore dans ce genre d’enfer ? !

  3. Ces subhumains stupides ne comprennent que la force, mais il ne faut surtout pas froisser ces déchets génétiques, ça pourrait compromettre le plan des (((juifs))).

    Maintenant, si un jour il n’y a plus aucun Aryen en France et en Europe, ils se détruiront entre eux, c’est ce qu’ils savent faire de mieux, avec la victimisation à outrance. Ce sont des destructeurs/parasites nés.

    1. Tout à fait. Le Sahara étaient verdoyant avant d’être envahi par ces abrutis qui pratiquent la culture sur brûlis au lieu de labourer la terre, de l’enrichir par des engrais et de la mettre en jachère pour qu’elle se reconstitue après plusieurs récoltes. Ce qu’on fait nos ancêtres, raison pour laquelle nos pays ne sont pas devenues désertiques.
      Mais ces cons de boucaques trouvaient plus simple de déplacer leurs huttes en merde séchée pour aller détruire une autre terre que celle qu’ils venaient de dévaster. Si Bolsonaro veut vraiment sauver l’Amazonie, il doit non seulement jeter à la mer les multinationales américaines venues la piller mais aussi tous les négros qui, de toute façon, n’ont pas voté pour lui. Car ces macaques fonctionnent exactement comme leurs ancêtres africains.

      1. Mon correcteur orthographique modifie ce que j’ai tapé en… ajoutant des fautes d’orthographe. Le concepteur de ce programme de merde mériterait d’être empalé…
        Si j’oublie de relire avant d’appuyer sur la touche d’envoi, ça expédie des messages comme celui qui précède.
        Je vais bien relire celui-ci !

        1. Oui, le nègre est d’une immaturité – et d’une connerie – impressionnante. Il est incapable de planifier. On les laisserait se démerder quelque temps que l’afrique finirait rapidement dépeuplée.

          Le Brésil, très bon exemple. Les nègres et les mulâtres s’y entretuent en permanence. Bon, ça fait du nettoyage, enfin une bonne action de leurs parts !
          D’ailleurs, au Brésil, les Blancs en ont ras-le-bol de payer pour ces boucaques, et un certain nombre voudrait s’armer, mais Bolsonaro est bloqué dans son ambition d’aider au réarmement légal, par le congrès.

          P.S : pour ton correcteur, pas de soucis Camarade, ton texte se comprend très bien 😉

  4. Sur le site Éléments d’éducation raciale, j’avais lu que les habitans du désert auraient changé le cours du Nil, ce qui aurait contribué à assécher encore plus rapidement le Sahara… Je ne sais plus à quelle époque cela se serait passé, bien avant le divin Yéchouah Ben Yosef, mais on ne peut pas dire que leurs descendants se soient franchement bonifiés avec l’apport judéo-crétin. Tu leur confies le Sahara, dans deux mois, ils importent du sable…

    Après lecture de l’article, j’en conclus que dès que ces races de boue ouvrent la bouche, il faudrait les incendier au propre comme au figuré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *