Allemagne Articles de fond Culture et Histoire Décadence États-Unis Europe France

6 juin 1944 : Le judéo-capitalisme débarque en France

Si vous êtes des nôtres, cette journée de commémoration du débarquement en Normandie le 6 juin 1944 vous sera très pénible. Tous les médias en font leur chou gras, rivalisant pour glorifier encore et toujours leurs héros du passé ayant sacrifié jusqu’à leur vie pour briser le mur de l’Atlantique, avec pour principale et incontestable source historique le film Saving Private Ryan d’un certain (((Spielberg))). Comptez sur eux pour vous dénicher des récits historiques écrits comme il se doit par les vainqueurs : Libération de (((Patrick Drahi))) évoque ainsi les 177 militaires français qui ont foulé le sable des plages normandes le jour J, en uniforme britannique, tout un symbole…

Cette commémoration est pour nous terriblement indécente. Nous révulse profondément le spectacle de tous ces chefs d’État de nations en pleine décomposition qui viennent se féliciter en grandes pompes d’une victoire militaire sempiternellement évoquée de façon mensongère. Vous les verrez tout sourire, vautrés dans la conviction inébranlable que leurs aînés des forces Alliées étaient dans le camp du Bien, amenant ainsi une paix durable en Europe depuis 75 ans (comme tout le monde le sait, les Balkans et l’Ukraine sont des territoires géographiques extra-européens et les innombrables zones islamisées d’Europe des havres de paix). C’est qu’eux-aussi sont persuadés d’être dans le camp du Bien et d’être les meilleurs garants de la paix. Comment pourrait-il en être autrement ? Leur action politique est brillante, et seuls leurs peuples respectifs sont trop bêtes pour en comprendre les bienfaits.

Pour nous, le 6 juin 1944 est un jour maudit, celui où le judéo-capitalisme a débarqué en France avec toute sa puissance malfaisante. Jour où de nombreux malheureux civils français sont morts sous les bombes alliées. Jour où sont tombés quantité de soldats allemands dont la moyenne d’âge n’était que de 20 ans. Mais tout ceci n’est qu’un détail pour les dignes héritiers du judéo-capitalisme, eux qui n’ont que le mot paix à la bouche alors qu’ils font la guerre à leur propre peuple. Il n’est sans doute pas anodin que tant de jeunes, futures victimes du Grand Remplacement, passent dans le moule de leur propagande historique lors de voyages scolaires sur les plages du débarquement, avec la visite obligée des cimetières américains mais jamais, ô grand jamais, celui des cimetières allemands.

De Gaulle, qui aura finalement davantage résisté aux Américains qu’aux Allemands (mais qu’il aurait fallu néanmoins fusiller comme il se doit à la « Libération », si la libération avait vraiment eu lieu), avait raison en refusant de commémorer l’anniversaire du débarquement (même si sa réaction était sans doute surtout dictée par son égo de dingue), lorsqu’il déclarait à son ministre de l’époque Alain Peyrefitte :

La France a été traitée comme un paillasson ! Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Government of Occupied Territories). Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Ma place n’est pas là.

Pour nous nous, le 6 juin 1944 fait écho au 2 février 1943, capitulation de la 6ème armée face au judéo-bolchévisme à Stalingrad, là où l’Europe est morte selon l’expression sans appel de Louis-Ferdinand Céline. Depuis, nous subissons le joug de ce mélange immonde du judéo-capitalisme et du judéo-bolchévisme, dont le fruit est ce mondialisme pervers œuvrant à la destruction de la race Blanche désormais partout dans le monde, en déversant dans nos terres ancestralement Aryennes une masse d’envahisseurs allogènes qui sont en train de nous débarquer, alors que la majorité d’entre eux ne sont même pas armés.

Afin de défendre notre sol, notre sang, nos racines, il convient de se souvenir du 6 juin 1944 comme un jour d’infamie, borne temporelle de l’asservissement de notre race qui ne se libérera que lorsqu’elle sortira de sa prison mentale dont les youtres ont hélas encore la clé.

Il faut donc dorénavant rappeler inlassablement les dates historiques qui nous font honneur et qui font horreur à nos pires ennemis, comme par exemple le 25 septembre 70 qui voit la chute de Jérusalem et le triomphe de Titus. Car les dates de conflits passés où des Blancs se sont entretués, ce n’est vraiment pas pour nous.

7 Replies to “6 juin 1944 : Le judéo-capitalisme débarque en France

  1. De fait De Gaulle était de loin moins crétin que les gouvernants actuels.
    C’est pourquoi Mai 68, une des premières « psy-ops », ou « révolutions de couleurs », a été montée par la CIA en partenariat avec des gens de la trempe de Cohn-Bendit.
    1945 est l’année où la République Calviniste d’Outre-Amérique a mis son grappin sur l’Europe.
    Le Plan Kalergi etc tout cela était dès lors prévisible.

  2. Un profonde aversion pour cet événement… Ils vont remettre le couvert pour le 18 juin et l’appel de De Gaulle que personne n’a entendu… Nous fêterons plutôt le 25 septembre l’empereur Titus qui ne voulut pas de (((Bérénice))) !

    Pour vous faire une idée de l’ignominie des envahisseurs, lisez « le dossier noir du 6 juin » publié par le journal normand DRAKKAR ROUGE de Rodolphe Crevelle, il y a trois ans.
    https://fr.calameo.com/read/00484285284c8b6f80594

  3. Merci pour cet excellent article, même submergé d’émotions.
    Il faut rappeler que la 2ieme guerre mondiale a été une guerre voulue et déclenchée par la juiverie anglo-saxonne, laquelle dirige toujours la finance mondiale.
    Que ce sont les alliés sous influence juive qui ont commis ces terribles et indicibles crimes contre l’Humanité, en bombardant tous les centres villes d’Allemagne, faisant des millions de victimes civiles.
    Que Le très alcoolique Churchill fomentait d’abjectes projets que la Royal Air Force refusait fréquemment, comme le déversement de produits chimiques mortels au ciel des villes européennes.
    Le 6 juin 44 n’est pas qu’un débarquement : c’est le début d’une invasion perpétuelle : nègre du Sahel, Afghan de Syrie, Islamiste d’Islande, Hindouistes d’Antartique : personne vient de partout, et tout le monde afflue en venant de nulle part!
    En fait depuis le 6 juin 44, chacun doit comprendre la vérité : la guerre contre Hitler n’était pas seulement la volonté d’affaiblir le peuple allemand. C’était la programmation de la destruction de la race Blanche.
    A choisir comme chacun d’netre nous, j’aurais préféré devoir parler Allemand que d’assister aujourd’hui la destruction de la civilisation blanche.
    Je n’aime pas ces Juifs/sémites qui se déguisent en nous, Gaulois ou Blancs, pour conquérir toujours le pouvoir et subvertir notre peuple.

  4. Oui, mon cher Visage Pâle, ce jour là a été un jour terrible pour l’Europe.
    Et aussi pour l’Amérique !
    Bon, il n’a pas été le seul.
    La guerre était perdue par le Reich depuis 1943. Il aurait peut-être pu en être autrement si Tonton avait agi envers les Russes comme un libérateur et accepté les propositions que lui avaient fait certains d’entre eux. Épisode méconnu de l’histoire rappelé par le camarade John de Nugent sur son site. J’ai vérifié et ce qu’il expose n’est pas faux. Mais Hitler n’avait pas beaucoup d’estime pour les Slaves et considérait que tout ce qui avait été fait de bien et de beau sur leurs terres était à mettre à l’actif de leurs souverains d’origine germanique. Comme quoi le plus grand génie de l’histoire peut aussi se planter totalement.
    Et peut-être que pour Staline et son état -major, l’opération Orage était aussi une guerre preventive. Car on ne peut imaginer une seconde qu’ils n’aient pas lu Mein Kampf ou Tonton annonce sans ambage sa volonté de conquérir la Russie et les autres pays slaves entre elle et le Reich pour donner aux Allemands un vaste territoire à la mesure de leurs ambitions et de leurs besoins. Et la version publiée en 1939 n’avait pas été modifiée sur ce point.
    Comme il avait mis en œuvre chaque point du programme qu’il y expose, je ne vois pas comment ils auraient pu penser qu’il en irait différemment pour celui-ci.
    En tout cas, c’est ce que pensent tous les Russes, même ceux qui sont proches de nos idées. Ils ont beau avoir des svastikas brodées sur leurs costumes folkloriques, Tonton est associé pour eux à des choses peu agréables, pour faire dans l’euphémisme…
    Les youtrons ont su profiter de cette guerre fratricide entre peuples Aryens, comme ils l’avaient fait pour la première, pour asseoir leur domination sur le monde.
    Mais eux aussi font l’erreur de sous-estimer leurs adversaires…
    Et la prophétie de Tonton à leur égard finira par se réaliser.

  5. L’Anglo-Amérique ne s’est décidée à débarquer – en « libérateurs », bien sûr – que lorsque l’Armée Rouge s’était mise à battre l’Allemagne sur son propre sol. Les célébrations du débarquement consistent en tout premier lieu en nier le rôle des Russes. C’est probablement un motif important pour lequel De Gaulle boycottait ces célébrations, outre le fait qu’il sentait à quel point l’Europe avait fait une mauvaise affaire en tombant sous la houlette anglophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *