Articles d'actualité Conflits raciaux Monde Problèmes raciaux

Afrique du Sud : un Blanc vigneron sauvagement assassiné par des nègres qui voulaient s’emparer de sa terre

Nouvel épisode tragique en Afrique du Sud, quelques jours à peine après l’assassinat brutal d’une militante pro-blancs, fracassée au marteau et à la barre de fer.

Cette fois, il s’agit de Stefan Smit, propriétaire de Louisenhof Wine Estates à Stellenbosch, vignoble cultivé par sa famille depuis la fin du XIXe siècle.

The South African :

M. Smit avait acquis une certaine notoriété nationale après avoir été interviewé par le New York Times en mars, dans le cadre d’un article sur la menace de l’accaparement des terres sur sa propriété. Le marchand de vin s’était déjà plaint de la façon dont des citoyens d’un canton voisin avaient commencé à construire des cabanes à l’arrière de sa ferme.

Le fermier a été forcé d’obtenir une interdiction judiciaire contre les squatteurs. Malheureusement, ceci n’a pas pu empêcher Smit de connaître un sort brutal. La police a confirmé que quatre hommes armés ont accédé au domaine viticole par une porte non verrouillée, avant d’ouvrir le feu sur l’homme de 62 ans. Sa femme et un ami de la famille ont survécu à l’attaque.

Le noble vigneron assassiné par les nègres.

Le vignoble de Stellenbosch est rattaché à la commune de Kayamandi. En quelques mois, une colonie de peuplement s’est établie en bordure de la ferme. Bien qu’il l’ait faite démanteler par les Red Ants, les squatteurs n’ont pas été découragés et ont reconstruit des cabanes sur les champs.

Quand Smit a parlé à l’équipe du NYT, il a énoncé une prophétie effrayante sur ce qu’il pensait qu’il se passerait si le conflit se poursuivait. Quelques mois après avoir donné cet entretien, ses pires craintes se sont concrétisées.

« Personnellement, je ne peux pas respirer ici. Ils amènent des gens ici sans cesse. Je ne leur ai jamais parlé moi-même, pas directement. Vous ne faites pas ça. Ce n’est pas sans danger. C’est déconseillé. J’ai déjà reçu des menaces auparavant, où ils ont dit qu’ils me brûleraient vif « , a dit Smit en mars 2019.

Smit était membre de Vinpro, la société qui réglemente la production de vin dans la province du Cap-Ouest. Le groupe établi à Stellenbosch, a tweeté ses condoléances lundi, tout en condamnant « les meurtres insensés des fermiers d’Afrique du Sud ».

La police poursuit son enquête, mais n’a pas encore procédé à des arrestations.

Bon, évidemment, ce que cet article appelle des « gens » ou des « squatteurs » sont en fait des bandes de sales nègres qui n’ont qu’un objectif : éradiquer toute présence blanche d’Afrique du Sud, même si cela doit mener à leur propre famine, comme ce fut le cas au Zimbabwe sous Mugabe.

Je l’ai déjà dit : la situation de chaos racial sanglant en Afrique Du Sud ne fait que préfigurer à l’échelle d’une société entière ce que nous connaîtrons inévitablement chez nous lorsque la situation démographique sera plus critique encore. Là-bas, point de lubies antiracistes, d’abstractions pseudo-idéalistes, de fabrications de l’esprit dérangé de quelque aliéné : si tu es Blanc, tu es une cible à abattre pour ces hordes de nègres ; il est donc indispensable de s’armer et de se préparer pour survivre.

Guerre raciale à mort

Je voudrais ici aborder rapidement un point essentiel. Trop d’Européens racialement conscients, sans doute à cause de vieux résidus de christianisme encore persistants, ou d’autres délires idéologiques néfastes, nous expliquent qu’il ne faut pas traiter notre ennemi comme lui nous traite. Que l’épargner prouverait notre vertu. Que certains nègres vaudraient la peine d’être sauvegardés, voire même d’être écoutés.

Ces énormités doivent être balayées d’un revers de la main, qu’on peut même projeter au passage dans la gueule de celui qui les profère, histoire de lui remettre un peu les idées en place.

Nègres, bougnoules, youpins : chaque représentant de ces engeances crasseuses qui souillent, envahissent et pillent nos terres, est un ennemi dont il faudra un jour s’occuper comme il se doit.

Dites-vous bien qu’à tout moment, vous êtes susceptible, comme ces fermiers sud-africains, de crever, attaqué par ces blattes en surnombre, qui riront ensuite allègrement sur votre cadavre. Cela aura-t-il valu la peine d’avoir vécu en ayant prôné la survie de vos fossoyeurs ? Et même s’ils ne vous éliminent pas physiquement directement, ils détruisent nos peuples, ce qui justifie pleinement leur éradication. Je serais presque embarrassé de proférer de tels truismes, mais à l’ère du (((lavage de cerveau))) généralisé dès le plus jeune âge à l’école, dans les médias et le divertissement, je crois qu’il est nécessaire de les exprimer clairement.

Quant aux indécrottables philosémites, qu’on sait nombreux dans nos contrées, ne voyant dans la dénonciation des méfaits judaïques que des « délires complotistes », je leur rappellerai simplement que, comme je l’illustrais en outre dans un récent article, les juifs criminels nourrissent, jusqu’en Afrique du Sud, les nègres tueurs de Blancs.

En voici un autre exemple : Nathan Kirsh, le « George Soros d’Afrique », comme lui milliardaire juif apatride, pourvoyeur de fonds de groupes « d’opposition » anti-blancs radicaux, tels les Economic Freedom Fighters (EFF) dirigés par Julius Malema, qui incite les nègres à exproprier et tuer les Blancs. La famille Kirsh contrôle également Primedia, le plus grand groupe de médias sud-africain. On notera que s’il convient pour lui, en AFS, que les Blancs soient dépossédés et exterminés, Kirsh ne se prive pas de financer en parallèle les murs aux frontières d’Israël. (((Nos meilleurs alliés))) à l’œuvre.

L’immonde youtre Nathan Kirsh. Une balle serait trop cher payé pour cette ordure.

Encore une fois, les déterminismes raciaux sont en action : tandis que les Blancs cultivent la terre, bâtissent sur la durée, établissent les structures de sociétés fonctionnelles, tout ce dont ces parasites sont capables n’est que destruction, pillage et meurtre barbare pour les nègres, subversion et agitation pour les juifs.

Ces cafres veulent absolument s’emparer d’un vignoble dont ils n’auraient absolument aucune idée de la manière de l’entretenir. En fait, ils n’en auraient même pas la volonté. Toute leur « pensée » tient en une phrase : « moi y’en a tuer le Blanc ladidon ».

Quiconque prône donc le compromis avec ces rats fait montre d’une criminelle stupidité. Rappelez constamment le sort dramatique de nos frères d’Afrique du Sud à ceux qui seraient tentés de condamner les châtiments légitimes de nos ennemis mortels, qu’ils soient allogènes ou traîtres de notre sang. Endurcissez-vous, chérissez les vôtres, et haïssez, d’une belle et juste haine flamboyante, tous ceux qui souhaitent nous anéantir.

Je ne serai soulagé que lorsque le sang de ces criminels judéo-nègres coulera à flots pour venger les milliers de Blancs sauvagement massacrés depuis la fin de l’Apartheid — qui se révèle a posteriori n’avoir été qu’une solution précaire à un problème nécessitant des mesures bien plus drastiques et pérennes.

11 Replies to “Afrique du Sud : un Blanc vigneron sauvagement assassiné par des nègres qui voulaient s’emparer de sa terre

  1. Ok Ultor , il faut que justice soit faite certes évidemment qu’il faut pas laisser ça impuni , mais on ne forme que 30 % de la population mondiale ….
    Des fois je me demande si on prend pas nos désirs pour la réalité ….
    Comment se rendre justice alors qu’on est si peu nombreux ? ….
    Certes j’ai lu les articles sur le tireur d’élite appelé « la mort blanche « etc ….
    Un petit nombre de valeureux combattants , c’est mieux qu’un bataillon de bras cassés certes , mais parfois je me demande si même ce petit nombre existe …
    Rho 2 , Jim 33 , Ultor , Basile , Warezerie , et quelques autres anonymes , j’ai peur que ça fasse pas le poids …
    Je dis pas ça pour déprimer qui que ce soit , simple questionnement de ma part et léger scepticisme aussi ….
    Pour le moment je vois pas venir grand chose , c’est très sporadique et immédiatement réprimé comme pour Brendon Tarrant etc …
    Bon la roue tourne ok , mais faudrait pas trop que ça tarde car le compteur démographique joue pas en notre faveur ….

    1. Léonne, tes craintes sont compréhensibles mais il suffit simplement que chacun se mette à l’œuvre. De la manière qu’il peut, nous ne pourrons pas vaincre seuls, par des actes isolés.

      Ici, notre rôle principal est de diffuser nos idées. Mais de son propre côté, il faut agir. Si l’on part du principe qu’avec nos peu de camarades on ne peut rien faire, alors autant se pendre et au moins ça sera vite fini. Et nous ne devons pas avoir ce genre de réflexion. Nous avons encore la supériorité sur de nombreux points, notamment l’intelligence, alors usons de celle-ci pour monter des projets qui permettront notre victoire.

      Il y a sur ce site, et l’ancien, de nombreux articles qui peuvent vous donner des pistes de réflexions.

      Chacun a son rôle à jouer et il ne suffit pas de se dire qu’on doit le faire : il faut le faire !

      Un petit nombre de combattants déterminés et entraînés prend le dessus sur n’importe quelle masse d’imbéciles impossibles à coordonner entre eux. Alors, au travail et gardons toujours espoir. Car notre race ne peut s’éteindre.

    2. Il y a plus de camarades armés et entraînés que tu ne l’imagines.
      Certes, ceux qui s’expriment sur ce site ne sont qu’une poignée, et en plus il leur faut débattre avec de pseudos camarades qui prêchent précisément dans le sens que déplore Ultor, qui fait peut-être allusion aux interventions de certains sur le fil consacré à la bolcheviquisation de la Hongrie, mais ceux qui nous lisent sont infiniment plus nombreux.
      Brenton Tarrant a donné dans son manifeste des indications qui me semblent correctes. Simplement, le temps n’est pas encore venu pour une action massive. Lorsque tout va péter, nous ne frapperons pas les premiers ; il faudra que les lâches et les endormis apprennent dans leur chair, et, hélas, celle de leurs gosses, les conséquences de leur aveuglement ou de leur inertie.
      Mais nous frapperons les derniers.

      1. Dans le pire des cas, il suffira que quelques uns débouchent quelques flacons et on reviendra quelques dizaines de milliers d’années en arrière, à l’époque où seuls nos ancêtres et ceux des Asiatiques peuplaient l’Eurasie et les Amériques…avec la certitude que les descendants des Européens et des Asiatiques survivants ne seront plus jamais emmerdés par des youtres ou des boucaques.
        Vu qu’entre la moitié et les trois quarts des nôtres et de nos lointains cousins crèveraient aussi dans l’expérience, nul ne s’est pour l’instant décidé à la tenter.
        Les youtrons devraient savoir qu’ils ne faut pas pousser les gens au désespoir.
        Des mecs se sont fait sauter la gueule dans leur cher Israël pour venger leurs familles bombardées et leurs terres volées. Et les Blancs sont bien plus intelligents et efficaces que les Arabes.
        Mais ces abrutis refusent de lâcher prise.
        Leurs mains sont aussi crochues que leur nez. Ils ne seraient pourtant pas les derniers à crever. Je ne vois qu’une explication : ce sont réellement des fous persuadés d’être ce qu’ils prétendent être alors que toute leur histoire et l’insignifiance de leurs oeuvres prouve le contraire. Cette certitude irraisonnée et leur haine des Européens qui sont ce qu’ils ne seront jamais et ont accompli des choses dont ils sont totalement incapables, leur impose une soif inextinguible de destruction de nos valeurs, de nos civilisations, et de notre race. Seuls une dizaine d’entre-eux, pas davantage, dont peut-être Zemmour en France, ont compris que cela ne pourrait conduire qu’à leur propre anéantissement.
        Contrairement à ce que croient les lâches, les naïfs, et les allumés, on ne discute pas avec un fanatique. On tire !

  2.  » l’Apartheid — qui se révèle a posteriori n’avoir été qu’une solution précaire à un problème nécessitant des mesures bien plus drastiques et pérennes » … Lorsque les Boers – calvinistes d’origine hollandaise et française – se sont installés en Afrique du Sud, ce territoire était pratiquement vide. Il leur a semblé juste et bon d’attirer de la main d’oeuvre africaine. Puis ils ont cru que la coexistence pourrait être réglée via l’Apartheid. L’intrusion des Anglais allait amener ce pays à une totale débâcle. Ceux qui s’accrochent à ces terres sont fous. Beaucoup d’autres sont partis. On en voit en Argentine, en Australie … Quelques uns s’en vont maintenant en Russie. D’autres sont amassés dans des bidonvilles. Ils n’ont plus les moyens financiers de quitter l’Afrique du Sud.

    1. « D’autres sont amassés dans des bidonvilles. Ils n’ont plus les moyens financiers de quitter l’Afrique du Sud. »
      Le privilège blanc. Les lobby de bougnègres aiguillonés par les youpes (comme toujours) prétendent que le blanc a un privilège intrinsèque et est « naturellement » plus riche et instruit. Peut-être parce que le blanc moyen essai de construire vaille que vaille et de transformer son habitat en quelque chose de supportable.
      Les jaunes font pareil, parle-t-on pour autant de privilège jaune ? Trop tôt. Mais le résultat est le même, blancs et jaunes ont le privilège de pouvoir se faire piller et tuer par des « mélanisés ».

      Ce qui laisse songeur sur une grande émigration des blancs vers des terres plus vertes, ou en tout cas moins marrons, comme l’europe de l’est ou l’amérique du sud. Solution pronée par certains. Ca marche pour les 10% d’apatrides friqués qui vont aller s’enfiler de la tchèque, de la polonaise, de l’argentine, et, pour certains, de la beurette. Pas pour la majorité de la population. Pas les moyens financiers, et étrangement, le blanc a tendance à s’attacher à la terre de ses ancêtres, récents (afrique, amérique) ou lointains (natifs européens).
      Je comprend la folie des boers qui s’accrochent. Même si mon coin n’est pas encore totalement négro-islamisé (gauchisé ça oui), ça en prend le chemin, mais j’aime mon coin de ciel.

      1. Ce n’est pas une folie mais l’attachement à la terre de ses ancêtres, qui y ont tout bâti, et aux patrimoines patiemment constitués par leurs familles depuis de nombreuses générations.
        Les villes d’Afrique du Sud sont couvertes de monuments magnifiques et de statues à la gloire de ses fondateurs.
        Ces enculés de nègres veulent tout détruire ou s’approprier des choses qu’ils ne savent pas entretenir et, comme le souligne Ultor, n’en ont d’ailleurs même pas la volonté.
        Ce sont les (((investisseurs britanniques))) qui sont venus foutre la merde en Afrique du Sud et permis aux zoulous, que les Boers avaient repoussés sur leurs terres plus au Nord, de s’installer en masse dans le pays créé par ces courageux Blancs Européens…
        Les soldats anglais n’ont été que les marionnettes dont de riches juifs tiraient les ficelles. Comme lors des deux guerres mondiales où ils ont été rejoints par les Américains, tombés eux aussi sous la coupe des youtres.
        Situation qui perdure depuis 1945.
        Grâce à (((Sarkozy))) et à (((Macron))) ( que ceux qui doutent qu’il est juif regardent la tronche de sa mère ; c’est une caricature digne d’illustrer les articles de BE, de DP, ou du DS ), on a intégré l’Otan dont l’emblème ne devrait pas être une croix à quatre pointes mais une étoile à six…
        Bref, les Afrikaners n’ont guère d’endroit où aller dans l’Europe ou les USA à la botte des juifs et qui ont d’ailleurs largement contribué à faire tomber l’apartheid. Poutine connait la valeur des Boers et a déjà aidé quelques dizaines de milliers d’entre-eux à s’installer en Russie, notamment en Crimée ou le climat est un peu moins rude et où ces habiles fermiers pourront produire ce que l’embargo imposé par (((certains))) empêche la Russie d’importer.
        Mais ceux qui ont encore leurs fermes et leurs maisons et vivent dans des lieux où tout ce qui tient debout est l’oeuvre de leurs aïeux, et la leur, s’y accrochent désespérément. J’ignore leur niveau d’armement mais cinq millions de Blancs valent largement 45 millions de négros anencéphales. Je ne pense pas qu’un nègre puisse piloter un chasseur-bombardier, un hélicoptère d’attaque ou un tank. Quelques uns d’entre-eux ont peut-être un QI suffisant pour leur faire effectuer des manoeuvres simples, mais certainement pas pour s’en servir efficament. Une attaque de l’armée nègre aurait donc de grandes chances de se terminer comme la tentative de débarquement de macaques du même type dans le roman « La Brigade ».
        Ces culs de sacs de l’évolution le savent et n’attaquent les Blancs qu’en meute et quand nos frères et soeurs sont isolés.
        Leurs chefs doivent se douter qu’une confrontation massive ne tournerait pas forcément à leur avantage malgré leur écrasante supériorité numérique.
        Sans parler des dégâts que pourrait causer un seul technicien blanc en tournant trois contacteurs dans une centrale nucléaire. Ou leurs biologistes désormais au chômage…
        Quand on va crever, on peut toujours faire en sorte que tous nos ennemis nous précédent en enfer…
        Enfin, pour ceux qui croient à cette connerie !

  3. j’éprouve une immense colère ! ! !

    Ce genre de nouvelle résonne en moi comme une invitation .
    Nègre , rdv bientôt dans une petite ruelle sombre ou il n’y aura aucun regard bienveillant ni personne pour te protéger !

    1. Merci pour le partage de notre article et un grand bravo à vous et votre femme pour l’hébergement de cette famille de Blancs. Nous avons besoin d’entraide dans notre race, sinon nous ne pourrons pas gagner la guerre.

      Encore bravo cher camarade !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *