Articles d'actualité Conflits raciaux Europe France Problèmes raciaux

Un imam faisait traverser la Manche à des envahisseurs

Les imams contribuent à diffuser la parole de l’Islam dans notre pays. Que celle-ci renforce les musulmans modérés ou radicaux, cela ne change rien : il faut les faire disparaître, par avion ou dans de l’acide, tout est bon pour contribuer à leur disparition.

Récemment, nous avons appris qu’un imam Iranien, résidant en France – évidemment -, aidait des migrants à traverser la Manche.

Sud Ouest :

Un imam de la banlieue de Rouen a été condamné lundi par le tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) à trois ans de prison dont un avec sursis, pour avoir fourni des bateaux pneumatiques à des migrants, afin de leur permettre de rejoindre la Grande-Bretagne.

La seule condamnation valable aurait été de l’expulser – c’est le minimum – sur le champ. Avec tous les membres de sa famille.

Lorsque le tribunal correctionnel a annoncé son incarcération immédiate, l’imam s’est évanoui, et sa fille s’est mise à pleurer.

Saluons son jeu d’acteur très poussé.

L’enquête débute dans la nuit du 27 au 28 mars, lorsque les gendarmes découvrent des gilets de sauvetage, des pulls mouillés et une embarcation pneumatique échouée sur la plage d’Escalles (Pas-de-Calais).

Grâce à l’immatriculation, les forces de l’ordre remontent jusqu’à l’ancien propriétaire, qui explique l’avoir vendu à un homme quelques jours plus tôt. Relevés téléphoniques et filatures permettent d’identifier un Iranien de 39 ans, réfugié politique et imam dans une mosquée de Petit-Couronne, près de Rouen.

Encore un imbécile qui pensait être invisible derrière la technologie.

Remarquez qu’il était « réfugié politique », encore un bougnoule qui est arrivé par ce statut donné à n’importe quel individu du Tiers-Monde.

À son domicile, la police retrouve deux bateaux, trois moteurs, et une vingtaine de gilets de sauvetage. L’un des fidèles de la mosquée, ressortissant sénégalais de 29 ans, est également interpellé.

Mais d’où vient l’argent ? Il en faut de la monnaie pour financer tout ce petit business.

En garde à vue, les deux hommes reconnaissent les faits, assurant avoir agi pour le compte d’un troisième individu, jamais identifié par les enquêteurs. Selon les investigations, les deux hommes auraient ainsi acheté sept bateaux, entre le 27 décembre 2018 et le 30 avril 2019.

Il faut croire qu’ils ont un travail qui rapporte beaucoup. Sûrement aidés par les nombreuses aides dont disposent les envahisseurs.

À la barre, ils affirment n’avoir compris que tardivement que les navires permettaient à des clandestins de tenter de traverser la Manche. « Quand j’ai su, j’ai pensé aux enfants à bord, et je me suis dit qu’il y aurait pu y avoir des morts. J’étais effondré« , déclare le fidèle. À ses côtés, l’imam se dit « honteux ».

Doit-on leur expliquer que la repentance n’excuse en rien le fait qu’ils aient contribué à l’invasion d’un pays Européen ? Ils se jouent de nous et veulent faire sortir les violons en livrant des histoires larmoyantes, de faux repentis.

Les migrants entendus font état de sommes pouvant atteindre 10 000 euros ; lui déclare que l’acheminement des bateaux ne lui a rapporté que 1 300 euros.

Mensonges sur mensonges, qu’attendons nous pour l’empêcher de déblatérer ses histoires encore une minute de plus ?

Des explications « qui ne correspondent pas à la réalité », estime le parquet, qui rappelle que « les écoutes téléphoniques et la géolocalisation montrent que [l’imam] se déplaçait régulièrement le long du littoral, à proximité des plages où ont été découverts des bateaux et des migrants« .

Pointant la « mauvaise foi » des prévenus, l’accusation souligne l’implication du fidèle, qui « recherche de nouveaux bateaux et décide d’augmenter ses tarifs lorsqu’il comprend que les navires sont destinés aux traversées ».

Les faits sont là, l’envahisseur n’aurait déjà pas posé un seul pied sur notre sol si nous étions au pouvoir : une balle et nous n’avons plus à en parler. Tout serait si simple si l’on appliquait une véritable justice, pour défendre nos pays Blancs.

Le plus drôle reste leur justification, selon Le Monde :

[…] L’imam a touché près de 1 300 euros sur l’ensemble des transactions. Son coprévenu était rémunéré 250 euros par livraison, puis il a demandé 500 euros à partir du moment où les deux hommes disent avoir compris l’illégalité de l’opération.

Ils ne se sont pas rendu compte dès le début que l’opération était illégale ? Ahaha !

6 Replies to “Un imam faisait traverser la Manche à des envahisseurs

  1. C’est pour s’être fait du fric qu’il a été puni, non pour l’acte – très « politiquement correct » – de favoriser l’immigration de ses congénères islamiques. Reste d’ailleurs à voir si les sanctions qui lui ont été adressées seront suivies d’effet.

  2. On va tout de même pas condamner un imam pour nous débarasser de tous ces négros ! Qu’allah bénisse ce saint homme, et qu’il lui permette de prendre le prochain bateau pour la Grande Bretagne. Bien qu’un pneumatique . . . çà peut couler rapidement.

    1. Outre que les Grands-Bretons ( j’aime bien l’expression ) sont aussi des Blancs et que déplacer nos problèmes chez les cousins est inacceptable, plus ces merdes obtiennent ce qu’elles veulent chez nous, y compris un bateau pour aller plus loin, plus ils seront nombreux à déferler sur notre propre terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *