Articles d'actualité Résistance Aryenne

Le Manifeste de Brenton Tarrant (4)

L’ensemble du Manifeste peut être retrouvé ici.


Vous attendez un signal, mais c’est VOUS que votre peuple attend

Pendant que vous attendez un signe ou un un signal de quelqu’un qui brandisse la lance ou qui pousse le cri de guerre, votre peuple est en train de VOUS attendre. Cet appel et cet avertissement, c’est vous ; vous tenez en main la lance à jeter sur l’envahisseur. Arrêtez d’attendre qu’un autre vous montre la voie à suivre, VOUS êtes la voie à suivre. Attendre qu’un autre commence le combat est stupide, parce que c’est VOUS qui allez lancer les hostilités. Si vous lisez ces lignes, vous êtes les nouveaux dirigeants qui allez mener notre peuple à la victoire, vous êtes les soldats qui allez combattre pour l’avenir de la race. Ceux qui donnent de la voix, qui agissent et qui combattent aujourd’hui sont l’avant-garde de l’avant-garde de la force du peuple. Prenez les devants et les gens vous suivront. Montrez la force de vos convictions, montrez la vérité et la force d’acier de votre volonté et alors ils vous suivront.

VOUS ATTENDEZ UN SIGNAL ALORS QUE VOTRE PEUPLE VOUS ATTEND

Il n’est jamais bon de devenir une minorité

Dans tout pays et sur tout continent, ceux qui sont en minorité sont opprimés. Devenir minoritaire socialement, politiquement ou ethniquement vous conduira toujours à être opprimé. Les minorités politiques perdent le contrôle de la majorité du pouvoir et donc le contrôle sur les lois et les règles qui régissent la vie publique, les minorités culturelles voient que l’art sous toutes ses formes est créé et contrôlé par un autre public qu’eux-mêmes, des gens différents qui ont une autre histoire, d’autres idéaux et d’autres expériences : ils se retrouvent donc isolés, exclus et délogés de la création de la culture contemporaine. Les minorités linguistiques souffrent au quotidien, la conversation les exclut, les mass media [les médias de masse] les isolent et les entreprises les rejettent, tout comme le discours de la société elle-même. Les minorités ethniques ou raciales voient leurs gènes supplantés par les croisements et le différentiel racial des taux de fécondité. Dans ces conditions, il est inéluctable qu’une minorité soit de moins en moins représentée politiquement et culturellement et devienne une étrangère sur ses propres terres.

LES MINORITÉS NE SONT JAMAIS BIEN TRAITÉES, NE FINISSEZ PAS AINSI

Ne laissez pas croître librement vos ennemis

Quand vous découvrez un nid de vipères sur votre terrain, épargnez-vous les petits ? Les laissez-vous croître librement, à ciel ouvert, jusqu’au jour où elles mordront vos enfants pendant leurs jeux ? Non. Vous brûlez le nid et vous tuez les vipères, quel que soit leur âge. Les ennemis de vos enfant sont en train de naître en ce moment, pendant que vous lisez ces lignes. Ces enfants deviendront des adolescents, puis des adultes qui voteront contre les aspirations de votre peuple, pratiqueront les mœurs culturelles et religieuses des envahisseurs, prendront les terres, les emplois, les maisons des nôtres et n’hésiteront pas à attaquer et à tuer nos enfants. Mieux vaut prévenir que guérir. Prévenir le passage à l’âge adulte de ces ennemis, et ainsi empêcher qu’ils n’atteignent leur plein potentiel, n’est pas sans importance. Pourquoi laisseriez-vous ce combat à vos enfants, alors que vous pouvez combattre pour eux ? Peu de parents, quelles que soient les circonstances ou les avantages économiques, mettraient en danger la vie de leurs enfants. Par conséquent, une fois que nous leur aurons montré le risque qu’il y a à faire grandir leur progéniture sur notre sol, ils éviteront de le fouler. Ce sera vilain, vous vous salirez l’âme, mais persuadez-vous qu’une telle chose est nécessaire car tout envahisseur que nous épargnons, quel que soit son âge, sera un jour un ennemi qu’il nous faudra affronter. Mieux vaut les affronter aujourd’hui que de laisser les nôtres s’en charger à l’avenir.

NE LAISSEZ INTACT AUCUN NID DE VIPÈRE

Ne quittez pas les villes, accourrez au combat, ne le fuyez pas

Ruez-vous dans les villes, accourez au combat, marchez droit à l’ennemi. Fuir l’ennemi est le fait d’un poltron. Les campagnes sont déjà à nous, elles l’ont toujours été. Les campagnards sont déjà traditionnels, déjà proches de la nature, déjà acquis à leur propre peuple. Le combat se déroule dans les villes, là où l’envahisseur se masse, là où les marxistes ont empoisonné les institutions. C’est dans les villes que les politiciens anti-blancs et les ONG ont fait leur nid. Envahissez les villes, prenez-les, engagez le combat dans les rues. Les villes sont le champ de bataille économique, judiciaire, politique, ethnique et culturel de notre peuple et c’est là que nous devons porter la guerre. Les campagnes peuvent attendre, mais les villes ont besoin de vous, votre jeunesse a besoin de vous. Malgré vos réticences à vivre au milieu de la pollution, de la crasse culturelle, encagés dans les petits appartements des villes tentaculaires, très loin de l’environnement naturel de l’homme, c’est là que notre avenir sera fait et c’est là que les batailles pour notre peuple seront menées.

REPRENEZ LES VILLES, REPRENEZ VOTRE DROIT D’AÎNESSE

Soutenez les nations-sœurs

Quand on se lancera dans un pays, accompagnez le mouvement. Soutenez-le financièrement, politiquement, socialement et physiquement. Ils peuvent toujours discréditer un petit mouvement dans un seul pays. Mais quand les Européens de tous les pays et continents entreront en action pour soutenir leurs frères, ils ne pourront pas s’en prendre à chaque groupe. Le mouvement pourrait se déclencher en Pologne, en Autriche, en France, en Argentine, en Australie, au Canada ou même au Venezuela, mais il commencera et quand cela arrivera, pesez de tout votre poids pour faire pencher la balance, aux côtés des vôtres. Soutenez-les économiquement, donnez pour leur cause, achetez des produits de chez eux, proposez-leur des ressources ou votre force de travail. Soutenez le mouvement socialement, défendez ses choix politiques, attaquez ses détracteurs, donnez de la voix dans les médias et dans les conversations quotidiennes, faites comprendre sur internet que toutes les nations européennes le soutiennent. Soutenez-le politiquement, approuvez haut et fort ses dirigeants, ses idéaux et son peuple. Faites pression sur les gens au pouvoir pour qu’ils manifestent leur soutien, protestez devant les ambassades des nations qui ne soutiennent pas la nation en question et au besoin attaquez-les. N’élisez que des dirigeants qui soutiennent votre nation-sœur. Soutenez le mouvement physiquement, soyez prêts à vous salir les mains, envoyez-lui des armes et des munitions, attaquez ses ennemis. Si les médias ou l’État de votre région l’attaquait, détruisez l’entreprise et les politiciens félons qui en seraient responsables. L’action violente est la forme suprême du soutien politique.

AGISSEZ COMME UN BLOC, SOUTIEN TOTAL À NOS NATIONS-SŒURS

Acceptez la mort, épousez l’infamie

La mort est certaine, vous pouvez mourir au combat dans une grande croisade ou vous éteindre dans une maison de retraite, mais dans tous les cas vous mourrez. Ce qui compte, ce sont vos actions pendant ce bref passage entre naissance et mort. La valeur de la vie ne se mesure pas au nombre des années, mais à la qualité de vos actes dans l’intervalle. Allez-vous vous dérober à vos responsabilités raciales ? Tourner le dos à votre peuple ? Ignorer sa disparition ? Le tout dans la perspective d’une mort paisible ? Acceptez la mort, elle est aussi certaine que le coucher du soleil au crépuscule. La mort une fois acceptée, tout ce qui reste à craindre est l’inaction. Épousez l’infamie : les ennemis de notre peuple vous tomberont dessus, de tous côtés. Les médias vous feront passer pour les méchants, l’État vous appellera des traîtres, les forces mondialistes vous traiteront de criminels et les félons de vos pays vous traiteront en ennemis. Vous serez infâmes jusqu’au jour de la victoire. Prenez-le avec le sourire.

ACCEPTEZ LA MORT, ÉPOUSEZ L’INFAMIE, SOYEZ VICTORIEUX

Le nombre n’est pas tout

En 2019, notre race a les effectifs les plus importants de toute son histoire (entre 760 et 980 millions, selon les définition), mais pourtant nous sommes en train de perdre même dans les plus petites bourgades, face au remplacement ethnique. Ce qui fait que nous perdons nos terres n’est pas le manque d’effectifs, de richesses ou de force militaire. C’est le manque de volonté. Nous pourrions déporter ou détruire l’ensemble des envahisseurs non-européens en une seule semaine, si en tant que race, nous le décidions. Nous en avons la capacité, il nous manque seulement la volonté. Mettre l’accent sur l’augmentation de la population blanche, l’enrichissement économique ou le renforcement militaire n’est qu’une tactique dilatoire, mise en avant par ceux qui sont trop lâches pour faire ce qui convient. Ces gens remettront indéfiniment à plus tard le moment de l’action, jusqu’à ce que les actions nécessaires soient entreprises par d’autres, plus courageux. Ils ne veulent pas se mettre en danger ni combattre en personne. Ignorez les pisse-froid et les lavettes qui ne savent que répéter : « pas maintenant, attendez, pas encore, vous pourriez vous faire mal ! », car pour eux l’heure ne viendra jamais, pas plus que leur courage ne se soulèvera.

LE MEILLEUR MOMENT POUR FRAPPER, C’ÉTAIT HIER, LE SUIVANT C’EST MAINTENANT

Le problème des taux de fécondité doit finir par être réglé, à tout prix

Même si tous les envahisseurs étaient déportés demain et que tous les traîtres étaient châtiés comme ils le méritent, nous vivrions toujours à crédit. Que cela prenne dix ou cent ans, tant que nos taux de fécondité n’atteignent pas le seuil de renouvellement, notre peuple se meurt. Plus les taux de fécondité se maintiennent sur la durée à des niveaux catastrophiquement bas, plus nous devenons vieux, moins nombreux, plus faibles et plus proches de la mort véritable. Ce problème ne concerne pas seulement notre peuple, mais d’autres peuples du monde. Des nations d’Asie, d’Europe et des Amériques vont au devant du même désastre. Ils en sont à des étapes différentes, mais tous sont sous pression. La vraie question consiste à se demander comment une telle chose a été rendue possible et ce que nous pouvons y faire. Les seuls qui semblent ne pas rencontrer ce problème sont les peuples qui ont des traditions, des normes sexuelles et sociétales robustes, et ceux qui sont pauvres et religieux ; la plupart du temps une combinaison des deux. Ceci devrait nous donner une idée du fond du problème. Que faire pour le résoudre ? L’affaire est compliquée, beaucoup plus compliquée que le traitement du problème du remplacement ethnique. Selon toute vraisemblance, la société nouvelle devra être édifiée en tenant le plus grand compte des valeurs familiales, des normes sexuelles et sociales et de la valeur et de l’importance de la nature, de la culture et de la race.

SANS ENFANTS, IL N’Y A PAS D’AVENIR

Il n’y a pas de solution démocratique

Ici et maintenant, il n’y a pas de solution démocratique. Toute tentative de sortir du remplacement ethnique par voie électorale sera d’abord moquée, puis méprisée et enfin liquidée par la force. Ce genre de solution par un salut démocratique est tout à fait chimérique et de plus en plus impossible à mesure que les effectifs de nos ennemis vont croissant sur nos terres, gonflés par l’immigration de masse et leurs taux de fécondité. Les médias mondiaux se dresseront contre vous, le système scolaire des dominateurs se dressera contre vous, les ressources financières des entreprises géantes se dressera contre vous, l’UE, L’OTAN et l’ONU avec tout leur poids législatif et militaire se dresseront contre vous, et même vos dirigeants religieux, préalablement corrompus, se dresseront contre vous. La démocratie est le règne de la foule, laquelle est dominée par nos ennemis. La presse mondiale capitaliste la tient, le système scolaire (tombé depuis longtemps aux mains des marxistes, depuis leur longue marche dans les institutions) la tient, L’État (en grande partie livré à ses soutiens capitalistes) les tient et l’appareil médiatique anti-blanc la tient. N’écoutez pas les sirènes de la victoire électorale, préparez-vous à la guerre, à la violence et au danger, au sacrifice et à la lutte, car c’est le seul chemin vers la victoire.

LE VOTE EST LE POUVOIR DE LA FOULE, LE POUVOIR DE LA FOULE C’EST CELUI DES MÉDIAS ET LE POUVOIR DES MÉDIAS C’EST CELUI DU CAPITAL

Les ONG sont directement responsables du génocide des Européens

Les ONG, qui ne sont responsables devant personne et qui cachent leurs véritables objectifs derrière une façade pseudo-religieuse, convoient les envahisseurs sur les rivages européens à bord de leurs navires, acheminant directement cette immense armée dans les nations européennes pour qu’ils se livrent au pillage, au viol et au remplacement ethnique des indigènes européens. Ce faisant, les ONG harcèlent, trompent et culpabilisent les Européens afin de leur soutirer leur argent durement gagné pour le verser directement aux concurrents ethniques et culturels des Européens. Nous arracher nos biens et nos richesses pour nourrir et faire prospérer nos concurrents culturels est un acte de terrorisme civilisationnel qui provoque la chute du niveau de développement et des conditions d’existence parmi les nôtres, pour le plus grand profit de ceux qui nous détestent. Le plus souvent, ces ONG masquent leurs véritables intentions derrière une façade de religiosité, mais une fois que vous avez mené l’enquête sur la direction et l’encadrement de l’ONG en question, vous découvrez que ceux qui tirent les ficelles sont loin d’être religieux et sont le plus souvent des marxistes culturels athées qui se servent des Européens chrétiens naïfs comme employés et pourvoyeurs de fonds de leur guerre de race et de classe. Ces ONG sont les marchands du temple d’aujourd’hui, installés dans l’église. Elles doivent être chassés par le verbe ou par le fouet. Cette vérité peut en choquer certains, mais ces gens sont personnellement responsables de l’invasion en cours et de la mise à sac de l’Europe. Leur félonie a grandement abîmé l’avenir européen. Écrasez ces ONG félonnes, tuez leurs dirigeants, brûlez leurs immeubles, bombardez leurs navires, arrachez leurs affiches et détruisez leurs membres. Délogez-les de vos terres et donnez à ces traîtres le châtiment qu’ils méritent : une mort de traître.

LES ONG SONT DES ORGANISATIONS FÉLONNES

Si vous perdez, l’histoire fera de vous des monstres, quels qu’aient été vos choix tactiques. Il faut vaincre d’abord, écrire l’histoire ensuite.

Les vainqueurs écrivent l’histoire et ceux qui l’écrivent contrôlent le climat culturel au présent. Si vous perdez, peu importe la manière, que ce soit héroïquement, lâchement, violemment, pacifiquement, par le crime ou la vertu, car si ce sont vos ennemis qui écrivent l’histoire, leurs récits feront de vous des diables. Ne vous laissez pas tourmenter par la question des moyens. Toutes les méthodes sont envisageables. Devant la menace du génocide ethnique, toute moralité est ambiguë. Vainquez d’abord, écrivez l’histoire ensuite. Tel acte, dont la moralité vous semble douteuse à présent, fera l’objet dans les livres d’histoire de l’admiration émerveillée des vôtres.

VOUS SEREZ VÉNÉRÉS, MAIS SEULEMENT EN CAS DE VICTOIRE

Quand tout le monde peut être allemand, britannique ou français, être européen n’a plus aucun sens

Ne vous méprenez pas, l’érosion des identités locales et nationales n’est pas survenue par accident, c’est un effort délibéré et ciblé qui a été mené contre les Européens. L’idée qu’un Français n’ait pas besoin de savoir parler la langue, de pratiquer les mœurs, de croire au même dieu ou surtout d’être ethniquement français est absurde au plus haut point. Il s’agit d’une attaque menée contre le peuple français en son être même et d’une stratégie visant à détruire son unité nationale, culturelle, linguistique et ethnique. La manœuvre frappe non seulement les Français, mais tous les peuples d’Europe. Elle parvient à détruire l’identité des nations dans leur cœur et à déchirer tous les tissus qui sont au fondement d’une nation bien portante et unie. Un Marocain ne deviendra pas plus estonien qu’un Estonien ne deviendra marocain. Il y a des différences culturelles, ethniques et RACIALES qui font qu’il est impossible que des groupes ethniques soient interchangeables. L’idée qu’un Chinois d’ethnie han devienne allemand du simple fait qu’il est né sur le sol allemand est aussi insensée que de croire qu’un Allemand né sur Mars deviendrait de ce fait un Martien. L’Europe n’est ce qu’elle est que par son héritage et son hérédité. Quand des non-Européens sont vus comme étant l’Europe, il n’y a plus d’Europe du tout.

C’EST L’EUROPÉEN QUI FAIT LA VALEUR DE L’EUROPE

Quand les baby boomers seront partis, ce ne sera pas le moment de COMMENCER à agir, mais celui d’ACHEVER notre victoire

Beaucoup de gens ont compris que la seule raison qui fait que les statistiques de notre remplacement ethnique ne correspondent pas à notre réalité, c’est que ces chiffres sont soutenus par la génération du baby boom. Quand ils disparaîtront et nous laisseront derrière eux, il se produira un changement brutal et évident dans la composition démographique de nos pays, aussi bien statistiquement que socialement. Ce brusque changement démographique provoquera des temps de crise, au moment où la réalité de notre possible remplacement ethnique sera évidente aux yeux de tous, même de nos détracteurs. Ce moment n’aura rien de favorable pour déclencher la révolte, mais il servira au maximum en tant qu’étape finale à galvaniser nos énergies et produire l’escalade, susceptible de précipiter le prise du pouvoir. Si nous attendons que la majorité des boomers disparaissent (entre 2028 et 2038, en fonction des espérances de vies différentes selon les pays), nous aurons trop peu de temps et ce sera trop tard. Dans cette période, les envahisseurs et occupants non-européens auront vu leurs effectifs gonfler jusqu’à des proportions énormes, à cause de l’immigration de masse et du différentiel de fécondité entre eux et nous. En outre, compter sur cette période-là comporte un deuxième désavantage : la vulnérabilité à une invasion étrangère, probablement venue de l’Orient, par exemple de la Chine, de la Turquie ou de l’Inde, ou d’une combinaison des trois. Cette période de possible instabilité coïncidera avec le moment où ces potentiels ennemis seront au zénith de leur pouvoir. Nous ne devons pas nous trouver en plein milieu du chaos d’une guerre civile à la vie à la mort quand nos rivaux seront au sommet de leur domination. Le risque est trop grand. Nous attaquons dès que possible, nous frappons avec force et nous gagnons de la stabilité en nous plaçant sur la défensive en attendant que les boomers trépassent, pas pendant, ni après.

LA VICTOIRE N’ATTEND PAS, VOTRE PEUPLE A BESOIN DE VOUS MAINTENANT !

D’où viennent les grands dirigeants

Les hommes et les femmes dont a besoin une société en crise sont engendrés dans le contexte d’une pensée collective, ils émergent de leur environnement, de leur peuple, semblant surgir des rangs du peuple comme s’ils attendaient leur heure. Ce n’est pas tant qu’ils sont nés pour faire ce qu’on attendait d’eux, mais qu’ils ont été façonnés en ce sens par la pensée collective qui existait autour d’eux. Ces dirigeants seront des modèles pour votre peuple. Ils seront vertueux, incorruptibles, ils diront leurs quatre vérités au pouvoir, des vérités qui résonneront au plus profond des âmes.

QUAND VOUS LES VERREZ, QUAND VOUS LES ENTENDREZ, VOUS LES RECONNAÎTREZ, CAR ILS SERONT VOUS ET VOTRE IMAGE

Ne rien faire, ne rien gagner, ne rien réussir

L’inaction est le sûr chemin de la défaite. Rester à la maison est confortable et relaxant, mais poster sur internet, regarder le football et attendre que la victoire arrive à vos pieds ne vous fera rien gagner. Sans un effort éreintant et une prise de risque extrême, n’attendez rien de beau. Vous ne pouvez pas exiger des autres qu’ils prennent des risques pour vous, ni leur demander de travailler pour vous si vous n’êtes pas capables de faire de même. La seule option qui reste aux authentiques hommes et femmes d’Europe est de travailler de toutes leurs forces en direction de la victoire. Il n’y a pas d’autre voie. Tout le reste est insuffisant. Tout le reste est inacceptable. Tout le reste est déshonorant. Vous pourrez peut-être vous désengager, vous soumettre, lécher les bottes de l’occupant et prier qu’ils vous laisse votre confort, même pour un temps. Mais vous ne le ferez pas. Vous ne le pourrez pas. C’est impossible si vous savez ce que je sais et ce que je veux pour notre objectif. Vous allez prendre des risques, combattre, piloter, trébucher, tomber, ramper, charger et suer, le tout au nom de la victoire. Parce que vous n’accepterez rien de moins.

AVEC LES RISQUES VIENNENT LES POSSIBILITÉS ET AVEC ELLES LES CHANCES DE VICTOIRE

Déstabilisation et accélérationnisme : des tactiques pour la victoire

Le changement véritable que nous devons accomplir ne peut survenir que dans le grand creuset de la crise. Un changement graduel ne pourra jamais nous donner la victoire. La stabilité et le confort sont les ennemis du changement révolutionnaire. Par conséquent, il faut déstabiliser et déconcerter la société dès que l’occasion se présente. Un candidat à une élection qui s’en tient au statu quo ou qui ne propose que des changements mineurs, même lorsque ces changements vont dans le sens de notre cause, est en fin de compte inutile ou même nuisible. Le changement révolutionnaire est nécessaire par dessus tout. Il vaut mille fois mieux promouvoir le changement radical et violent, d’où qu’il vienne. C’est seulement dans les périodes de changement radical et de trouble social que de grands et terribles changements peuvent avoir lieu. Ces temps tumultueux peuvent être provoqués par l’action. Par exemple, votez pour des candidats qui bouleversent la donne, radicalisez le discours public en entrant dans tous les conflits sociétaux, que ce soit par du soutien, des attaques, du dénigrement, des exagérations, pratiquez l’attaque ad hominem contre des dirigeants ou des figures en vue, même faibles, qu’ils soient d’un côté ou de l’autre du conflit en question. Voter pour un candidat radical qui s’oppose à vos valeurs et provoque de l’agitation ou de l’angoisse au sein de votre peuple est quelque chose de bien plus utile pour nous que de voter pour un candidat timoré qui n’a ni la capacité ni la volonté de produire un changement radical. Distribuez des tracts défendant des positions radicales, même si ce ne sont pas les vôtres. Provoquez les conflits. Posez des affiches près des jardins publics appelant à l’instauration de la charia, puis la semaine suivante posez des contre-affiches qui appellent à l’expulsion de tous les immigrés, et répétez la chose dans tous les lieux publics jusqu’à ce que la crise arrive. Déstabilisez, puis prenez le pouvoir. Si nous voulons changer radicalement et fondamentalement la société, nous devons la radicaliser au maximum.

NE CRAIGNEZ PAS LE CHANGEMENT, NOUS SOMMES LE CHANGEMENT

Les marchés capitalistes mondialisés sont les ennemis des autonomistes raciaux

Si une Europe ethnocentrique doit advenir, il faut décourager à tout prix le marché libre mondial et le commerce des marchandises. Une société morale pourvue d’une conscience écologique ne pourra jamais concurrencer économiquement une société qui repose sur une croissance constante de son industrialisation, de son urbanisation, de son produit industriel et de sa population. Le faible coût de la main d’œuvre et le mépris de la santé écologique se traduisent toujours par des marchandises moins chères produites par un moindre effort, avec comme conséquence nécessaire le contrôle du marché. Une Europe qui prend soin de la nature et de la culture et qui adopte des modes de vie durables ne sera pas concurrentielle sur le marché mondial. Il ne faut donc pas laisser ce marché mondial pénétrer le nouveau marché européen. L’interdiction de toute importation de marchandises manufacturées hors de la nouvelle zone d’échange européenne (le monde occidental nouveau) est un fondement essentiel de l’économie occidentale future. Les marchandises produites sans égard pour le monde naturel, la dignité des travailleurs, la persistance de la culture ou de l’avenir de la civilisation blanche ne devraient jamais pouvoir pénétrer le nouveau marché européen, focalisé sur l’éthique et la morale.

LA MAIN D’ŒUVRE BON MARCHÉ ET LES INDUSTRIES DÉVASTATRICES NE SONT PAS DES IDÉAUX, REPOUSSONS LES MARCHANDISES ÉTRANGÈRES HORS DES MARCHÉS BLANCS

Brisez les reins de l’embauche à bas coût

Ne vous y trompez pas, la force motrice de l’importation de non-Européens en Europe est l’exigence de main d’œuvre bon marché. Aucune force n’aimante davantage l’invasion et ne doit davantage être vaincue que cet appétit-là. Brisons-lui les reins, de toutes les manières possibles. Vous pouvez militer pour l’augmentation du salaire minimum, pour la syndicalisation des travailleurs, vous pouvez augmenter la natalité indigène de façon à réduire les besoins d’importation de main d’œuvre, en faisant gagner des droits aux travailleurs, en militant pour l’automatisation ou pour le développement du remplacement de la main d’œuvre, ou tout autre tactique possible. En tout état de cause, il nous faut combattre et briser la cupidité humaine et le besoin d’augmenter les marges de profit des détenteurs du capital.

LA MAIN D’ŒUVRE BON MARCHÉ EST DE LA MAIN D’ŒUVRE ESCLAVE, REFUSEZ L’IMPORTATION D’ESCLAVES MODERNES

Explosions dans le melting pot

L’irruption de la guerre civile dans ce qui se fait appeler le « melting pot » aux États-Unis devrait être un objectif majeur dans le cadre du renversement de la structure de pouvoir mondiale et de la culture dominante de l’Occident, qui est égalitaire, individualiste et mondialiste. Aux États-Unis, peut-être plus que partout ailleurs, le culte de l’individu est pratiqué depuis très longtemps et avec un zèle profond. Heureusement pour nous, les résultats de ce projet sans race ni religion ni culture, se manifestent en toute clarté. Les États-Unis sont en plein désarroi, plus qu’à aucune autre période de leur histoire. Certains États en haïssent d’autres, les élus sont attaqués à chaque élection et les rapports raciaux s’enveniment. Pour couronner le tout, le système politique bipartite se fracture selon des lignes raciales, sociales, culturelles, linguistiques et de classe. Pour finir, cette nation est dans l’impasse, incapable de répondre à tout changement important, incapable de mener un quelconque projet d’envergure. C’est une situation bloquée qui rend tout progrès impossible. Pendant ce temps, le rouleau compresseur de dix mégatonnes du changement démographique continue sur sa lancée, gagne de la force et va peut-être tout détruire sur son passage. Enfin, quand la population blanche des USA va découvrir la réalité de la situation, la guerre se déclenchera.
Bientôt, le remplacement des Blancs au Texas atteindra son apogée avec la prise de pouvoir sociale et politique des non-blancs de cet État. Ce faisant, le collège électoral sera fortement truqué pour permettre des victoires démocrates, de sorte que tous les résultats électoraux seront certains. Après un ou deux cycles électoraux et des victoires démocrates certaines, ceux qui resteront, les électeurs non-démocrates, les Blancs qui ne se sont pas laissé laver le cerveau, vont apercevoir clairement l’avenir et armés de ce savoir, ils vont comprendre l’impossibilité d’une victoire électorale ou diplomatique. Il ne faudra pas attendre longtemps avant que des vagues de violence politique, sociale et raciale ne déferlent. Dans cette tempête, un groupe pro-blanc, pro-européen, fort, uni ethniquement et culturellement représentera tout ce qu’attendaient et espéraient les familles blanches de base. Grâce à ces effectifs accrus et à nos forces unifiées, la prise du pouvoir aux États-Unis deviendra possible. Mais surtout, préparez-vous à la violence et quand le temps sera venu, frappez vite et frappez fort.

LE MYTHE DU MELTING POT DOIT MOURIR, ET AVEC LUI CELUI DE LA NATION ÉGALITAIRE

Pas d’impôt pour les États anti-blancs

Jusqu’au jour où nos nations seront dirigées par des hommes et des femmes loyaux à notre cause, l’impôt sera considéré comme du vol et le refus de le payer, comme un signe de loyauté raciale. Donner l’argent que vous avez gagné, que vous avez touché en travaillant, à une personne ou un groupe qui vous méprise, qui impose des lois qui prive les vôtres de leurs droits et tâche de vous remplacer ethniquement, c’est d’une stupidité crasse. Ne financez pas la destruction de votre peuple, ne remplissez pas les poches des traîtres dans nos rangs, n’apportez pas votre soutien à un État corrompu et en faillite. Refusez de payer l’impôt. Refusez-le. Quand ils l’exigent, refusez. S’ils vous demandent vos raisons, dites-les. Ils vous feront des menaces d’emprisonnement ou de violence physique. Mais pour finir, quand une quantité suffisante de gens résisteront et refuseront l’impôt, refuseront de financer les traîtres au pouvoir, l’État lui-même se desséchera, puis tombera. Donc, faites de la prison, prenez une raclée ou bien résistez. Mais ne payez pas l’impôt aux anti-blancs.

L’IMPÔT EST DU VOL DANS UN SYSTÈME FÉLON

Section 4. Pour conclure

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible.
Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Sous les coups du hasard,
Ma tête saigne mais reste droite.
En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et bien que les années menacent,
Je suis et je resterai sans peur.
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Invictus, par William Ernest Henley

Il n’y a qu’une seule victoire, mais beaucoup de défaites. Perdre nos terres, notre culture et notre peuple est une défaite. Continuer à vivre sans notre culture, mais sur nos terres, est une défaite. Survivre avec notre culture, mais sans nos terres et faire une croix sur notre avenir, c’est une défaite. Il n’y a qu’une seule victoire. La survie de notre peuple, de notre culture et de nos terres ne suffit pas. Nous devons prospérer, nous devons aller toujours de l’avant vers notre place parmi les étoiles et nous AURONS le destin que notre peuple mérite. Tout le reste n’est que défaite.

La guerre ne sera pas facile, le nombre de morts sera certainement élevé. Les temps seront durs et beaucoup parmi nous périront. Je ne garantis pas qu’elle sera confortable, je ne garantis pas qu’elle sera facile et je ne garantis pas que chaque action réussira. Tout ce que je peux garantir, c’est que l’inaction est la défaite assurée, que les structures de pouvoir seront mises à l’épreuve et tomberont probablement et, surtout, qu’il n’y a d’avenir qu’en avant et qu’essayer de ressusciter le passé ne vous mènera nulle part. Vous pouvez trébucher. Vous pouvez tomber. Mais la seule façon d’arriver au but, la victoire totale, c’est de se lever et de continuer à avancer.

Quoi qu’il arrive, marchez.

Des erreurs seront commises, des pertes seront subies, certains échecs seront certains et certains efforts seront vains. Mais au bout du compte, la lutte est belle en soi et la victoire n’en sera que plus douce. La victoire finale vous est acquise, si seulement vous la désirez assez fort. Quant à moi, mon heure est venue. Je ne peux pas garantir mon succès. Tout ce que je sais, c’est que ma volonté est certaine et que ma cause est nécessaire. Vivre ou mourir. Sachez que j’ai tout fait pour vous ; mes amis, ma famille, mon peuple, ma culture, ma RACE. Au revoir, que dieu vous bénisse tous et je vous retrouverai au Valhalla.

L’EUROPE SE LÈVE

8 Replies to “Le Manifeste de Brenton Tarrant (4)

  1. Merci, Basile. Mille mercis pour la traduction de ce texte magnifique écrit par un jeune gars de vingt huit ans et qui a déjà tout compris ou presque.
    Il n’y a rien à ajouter à ce qu’il a dit.
    Il faut juste suivre la voie qu’il a tracée.
    Gloire à Brenton Tarrant !

          1. Il va de soi que je joins mille mercis de plus à ceux des camarades… Si l’on faisait du merci une cryptomonnaie, Basile serait riche à milliards entre MacDonald, Covington, Wilbur Smith, David Lane,… Et j’en oublie sûrement ! En attendant, tout notre respect, camarade, pour ce brillant travail !
            Que vive la race blanche ! RAHOWA !

  2. Mille mercis .Je souffre tous les jours de voir de voir l accélération du grand remplacement par la lie de l humanité originaire d Afrique et du quart-monde.Je souffre!!! L autre jour j ai rendu visite a ma vieille soeur qui habite brignoles a 50 klm de toulon. Horreur!!!! j ai vu ce gros bourg paumé truffé de nègres en balade dans les rues.Dans un magasin de bazar j ai croisé une trés belle femme blonde avec une poussette.J ai regardé dans le berceau par hasard et là l horreur absolue! il y avait dedans un négrillon!!!! j avais une envie de la frapper mais j ai calmé ma colère et je suis sorti .Dans le car du retour sur toulon il y avait une floppée de nègres dans le bus dont un jeune négrillon tout seul. Et dire que durant mon adolescence les seuls noirs de cette petite ville de brignoles était une famille martiniquaise.Maintenant je suis prêt a prendre les armes et suivre les traces du glorieux Brenton Tarrant ERIK Chorfi le poète

  3. Le manifeste de Brenton Tarrant devrait etre distribué à tous les européens blancs. Ce manifeste est d »utilité publique à notre peuple. (Merci à Basile pour la traduction !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *