Articles de fond Europe Monde Problèmes raciaux Question Juive

Pourquoi les Européens doivent rejeter le christianisme – Partie 1

Traduction de « Why Europeans must reject Christianity » par Ferdinand Bardamu.

La maladie du christianisme

Le philologue classique Revilo P. Oliver a autrefois décrit le christianisme comme une «syphilis spirituelle ». Le musicien Varg Vikernes a déclaré que le christianisme était un « problème à résoudre par la science médicale ». Il l’a décrit comme un « VIH/SIDA de l’âme et de l’esprit ». Seul le paradigme des maladies sexuellement transmissibles peut faire la lumière sur la vraie nature de la religion chrétienne.

Dans le cas de la syphilis, il y a une période de latence. Ceci est analogue à la croissance et à la propagation du christianisme à travers l’empire romain, jusqu’au règne de Constantin au début du 4ème siècle. Les symptômes de l’infection syphilitique s’aggravent, entraînant une pléthore de conséquences potentiellement létales. La dégénérescence neurologique et cardiovasculaire causée par la syphilis affaiblit le corps de l’hôte. Si l’infection se poursuit sans intervention médicale, la mort s’ensuit. De la même manière, le christianisme affaiblit puis détruit l’État par la prolifération de ses idéologies dérivées du christianisme les plus dégénérées, telles que le libéralisme, le socialisme et le féminisme.

Le christianisme est une perversion de l’instinct de conservation. Cela en fait un destructeur de civilisations et de peuples entiers. Embrasser le christianisme n’est pas différent de se mettre une corde autour du cou et de sauter d’un grand bâtiment. C’est un suicide pour tous ceux qui se laissent bêtement influencer par ses doctrines toxiques. La culture occidentale aurait été perdue pour toujours, sans la redécouverte de la science et de la philosophie païennes au cours de la Renaissance. Malheureusement pour nous, l’Occident a encore une fois succombé à ce fléau spirituel. La cité céleste de Dieu porte maintenant un jugement sur l’Occident. Le Juif crucifié a parlé : l’Occident a été jugé et laisse à désirer !

L’Église a toujours considéré la cité terrestre de Rome avec mépris ; la culture d’accueil qui a couvé la religion depuis si longtemps ne signifie rien pour cette catin de Babylone, qui s’est prostituée devant toutes les nations du monde. Si toute la science et la technologie occidentale devaient disparaître du jour au lendemain, l’Église n’en serait pas affectée le moins du monde ; ce qui importe, c’est que la prédication de l’Évangile continue sans interruption, rien d’autre. Le christianisme et le racialisme sont des idéologies fondamentalement incompatibles.

Le religieux chrétien est à la croisée des chemins ; il doit choisir entre l’évangile ou la survie de la civilisation occidentale et de la race européenne. Il ne peut pas choisir les deux. Un véritable religieux chrétien ne peut que prendre parti pour la survie de l’orthodoxie chrétienne, sinon il serait un apostat, le salut éternel lui étant à jamais refusé. Dans un monde où la survie évolutionnaire est un jeu à somme nulle, le christianisme est le grand ennemi de la race européenne et de la civilisation occidentale.

L’Évangile des mensonges sémitiques ?

Jésus-Christ est une figure mythologique. Les récits évangéliques, ses «biographies» personnelles ne sont fondées sur aucune réalité historique sous-jacente. Ce que nous savons de Jésus ne vient pas de témoignage oculaire, mais des rumeurs en grande partie contradictoires écrites quelques quarante ou cinquante ans après sa mort supposée. Contrairement au Jésus mythique avec lequel il est souvent comparé, le philosophe Socrate est beaucoup mieux attesté dans les archives historiques. Des témoins oculaires contemporains comme Platon et Xénophon ont écrit des comptes rendus détaillés de la vie et de la mort de Socrate.

La découverte que la première christologie était une « haute » christologie fournit une preuve supplémentaire étayant l’origine mythologique de Jésus. Ceci est contraire à la position maintenue par l’ancienne érudition biblique du 19ème siècle, principalement représentée par l’école «de l’histoire des religions » de Wilhelm Bousset. Cette approche est au mieux illustrée par le Kyrios Christos, aujourd’hui oublié. Dans ce travail, Bousset a soutenu que la vénération cultuelle de Jésus n’est devenue réalité que lorsque la communauté palestinienne de foi originelle a été exposée à l’influence hellénistique et orientale.

Contrairement à l’approche de l’«histoire des religions» de Bousset, les érudits bibliques modernes soutiennent que la communauté palestinienne de foi originelle a commencé par une « haute « christologie. Maran atha était une prière araméenne transférant le titre de seigneur (YHWH) à Jésus, lui demandant d’établir son royaume sur terre en réalisant les espoirs eschatologiques de l’Ancien Testament d’un Messie à venir. La «haute» christologie adoptée par les premiers croyants palestiniens a ouvert la voie aux points de vue des Gentils sur le Christ comme objet de dévotion religieuse. Parmi les premiers croyants Gentils, Jésus était vénéré, placé sur un pied d’égalité avec Dieu lui-même et désigné par Kyrios, la forme grecque du tétragramme dans la Septante. Il était même l’objet de prière. Cela fait que Jésus n’est pas différent de toute autre figure mythologique vénérée dans le monde antique, tels que Dionysos ou Hercule.

La conclusion inévitable est que Jésus est un produit de l’imagination, comme les dieux des anciens Grecs. Pour ceux qui soutiennent que le monothéisme juif était une barrière à la divinisation immédiate d’un mortel, il faut souligner que la théologie du Logos du judaïsme hellénistique a d’abord présenté la parole de Dieu en termes semi-anthropomorphes, posant ainsi le fondement pour le caractère «binitarien» explicite du christianisme primitif.

La quintessence de la religion du Moyen-Orient

Le christianisme est avant tout l’invention au 1er siècle de Juifs palestiniens, pour la plupart illettrés, parmi lesquels Saul de Tarse était le plus influent. Il a ensuite changé son nom en Paul. Il était le prototype du «petit Juif laid» du monde antique. Même Paul était forcé d’admettre qu’il était souvent dénigré par ses adversaires comme une personne «faible» ou «médiocre». Une source extra-canonique du 2ème siècle renforce cette impression en décrivant l’apôtre comme petit, chauve, « aux jambes arquées », avec de longs sourcils joints et un nez crochu. Il était l’incarnation vivante du Juif stéréotypé. Si Paul était une simple caricature, il se serait senti à l’aise avec les Juifs de Der Stürmer de Streicher. Paul fut le premier à répandre le christianisme à travers la Méditerranée, imprégnant la nouvelle religion missionnaire d’un caractère profondément expansionniste. Il a jeté les bases de la théologie chrétienne, servant de catalyseur à l’origine de l’infection «syphilitique» qui a maintenant ruiné l’Europe.

Le christianisme est la religion par excellence du Moyen-Orient. Ce n’est pas parce que la langue du Nouveau Testament est la koinè grecque que cette religion n’en est pas moins une invention sémitique. Prétendre le contraire reviendrait à traduire les Analectes de Confucius en anglais, puis affirmer que le confucianisme est une religion occidentale parce que le support utilisé pour sa transmission est la langue anglaise. Même les quelques éléments païens de la religion, tels que l’utilisation du Logos stoïcien dans le prologue de Jean est filtrée à travers la lentille du judaïsme de l’Ancien Testament. Les récits évangéliques sont des légendes juives basées sur les idées juives du Messie, de la résurrection, du royaume de Dieu et ainsi de suite. Non seulement le christianisme est profondément d’origine juive, mais les principales doctrines théologiques du Nouveau Testament sont tirées de l’Ancien Testament et du judaïsme intertestamentaire des périodes grecque et hasmonéenne. La propagation du christianisme de l’autre côté de la Méditerranée a été l’œuvre de Juifs entreprenants et itinérants.

Alors que le christianisme développait un cadre institutionnel établi au sein de l’empire, les théologiens ont commencé à dialoguer avec les Juifs et les païens hostiles à la nouvelle religion. Ces discussions ont nécessité l’emprunt d’une terminologie philosophique grecque et latine afin de mieux exprimer l’enseignement orthodoxe avec plus de précision et de clarté. C’était fait non seulement à des fins apologétiques, mais aussi pour convaincre les païens cultivés en appliquant un mince vernis de respectabilité intellectuelle aux doctrines sémitiques du christianisme primitif. Malgré ces emprunts culturels, le christianisme demeure une religion fondamentalement sémitique.

62 Replies to “Pourquoi les Européens doivent rejeter le christianisme – Partie 1

  1. Bel article sur cette satanée religion de crétins. Je l’ai bien apprécié.
    – En particulier … je cite : « La culture occidentale aurait été perdue pour toujours, sans la redécouverte de la science et de la philosophie païennes au cours de la Renaissance. Malheureusement pour nous, l’Occident a encore une fois succombé à ce fléau spirituel. » !!! OUI. Disons-le. Au grand dam de ces espèces de sales cons de « tradis », disons-le : notre identité se confond avec l’honnêteté, la rigueur et l’esprit scientifique. Quant au passage commençant en « Malheureusement » … ne pourrait-on pas mentionner que quelque chose d’infiniment catastrophique s’est passé en 1945 (comparable à la Nakba des Palestiniens) : la sinistre République Calviniste Amerloque a posé son grappin sur la mécréante Europe !!! Dès ce moment on pouvait se le dire : les carottes sont cuites.
    – Allusion à Varg Vikernes : excellent … Ce personnage est trop méconnu. Ceci dit je parlerais plutôt du potentiel de DUPLICITÉ (dès le départ ! asservir les populations en feignant de les « libérer ») de cette religion, que les Romains ont commis l’impardonnable péché de laisser prospérer, dans une ambiance qui était extrêmement favorable à son développement.
    – Concernant la réalité historique de Jésus-Christ, un excellent point est fait là-dessus : « Jésus-Christ est une figure mythologique. Les récits évangéliques, ses «biographies» personnelles ne sont fondées sur aucune réalité historique sous-jacente. …. ». Un philosophe français (non juif) a développé ce point. La fable chrétienne est une blague juive de A à Z, montée par un groupe de « prophètes » tels que ceux qu’on voit dans le film La Vie de Brian, par les Monty Python (https://www.youtube.com/watch?v=811l4x-pilk).
    – Concernant le caractère sémitique de cette religion, en particulier de sa version catholique, on devrait mentionner aussi l’influence d’un nord-africain berbère, Saint-Augustin, personnage répugnant dont les propos, destructeurs de tout concept de libre-arbitre, ont véritablement marqué le début du Moyen-Âge.

    1. Le (((libre arbitre))) est un concept purement judéo-chrétien. En effet, il ne sert qu’à une chose, résoudre le paradoxe du mal: comment un Dieu tout puissant et bienveillant a-t-il pu créer un monde ou existe le mal : soit il n’est pas amour, soit il n’est pas tout puissant. Pour résoudre ce dilemme, les (((théologiens))) ont inventé le libre-arbitre.

      La science moderne démontre que ça n’existe pas (en tout cas aussi loin qu’on peut chercher avec la science).
      Ca ne veut pas dire que la liberté n’existe pas, et qu’il ne faut pas se battre pour elle, mais c’est autre chose. Le bien, le mal, le libre-arbitre et d’ailleurs la propriété privée sont des concepts judéo-chrétiens. On peut fonctionner sans eux, avec nos propres concepts.
      Gagner la guerre des mots pour ne pas penser avec les concepts qu’on nous impose.

  2. Pourquoi les Européens devraient rejeter le christianisme ?

    Pour faire court, j’y vois trois raisons dont chacune est suffisante :
    – il ne correspond pas au mental européen et le pervertit (inversion des valeurs) ;
    – il a été imposé de façon criminelle à nos ancêtres : par la force, la tromperie et la trahison des élites ;
    – c’est une mystification… s’appuyant de surcroît sur une autre mystification (judaïsme).

    En d’autres termes : dégénération, tyrannie et charlatanisme.

  3. Je ne peux qu’approuver à 1000% ce magnifique article et ces excellents commentaires. Ça mériterait des applaudissements !
    Mon seul point de désaccord avec Visage Pâle est qu’il compare le christianisme à la syphilis. Car la syphilis est due à une bactérie alors que le christianisme est un virus qui supprime les défenses immunitaires du Blanc : sa conscience raciale, sa raison, sa haine des ennemis.
    C’est vraiment un SIDA mental, bien plus dangereux qu’une maladie vénérienne.
    Ceci dit son caractère sournois et le temps de latence justifient pleinement la comparaison qu’il fait avec la syphilis…

    1. Sournoiserie et « Temps de latence » : excellents points en effet.
      Cette religion est à l’origine d’un PROCESSUS de dégénérescence. Nous en voyons l’état final.
      Peu sont cependant ceux qui admettent que notre race a bel et bien été modifiée.
      Quant aux « défenses immunitaires », je parlerais surtout du CONTACT AVEC LA RÉALITÉ. C’est à ce niveau que s’opère la dégénérescence. Un second paradigme s’offre en vue de la mesurer : féminisation. Le typique dégénéré pense comme une femmelette, irascible et tyrannique, focalisée sur la défense de ses intérêts et de ses émotions personnelles (et irrationnelles). Mais ce second paradigme est moins populaire car les femmes sont 50% de la population et que plus d’un redoute comme la peste leurs mauvaises humeurs.

    2. C’est une traduction, donc ce ne sont pas les propos de Visage Pâle ! Mais ta critique est la même, c’était juste histoire de clarifier les choses 😉
      Merci à Visage Pâle pour la traduction, en passant.

  4. Ancien commentateur occasionnel, j’avais quitté la section dédiée du site car je n’obtenais que colère ou railleries à ma question pourtant simple : « si le paganisme est si supérieur au christianisme, pourquoi ce dernier s’est-il imposé ? »

    Je précise que je suis païen et anti-christianisme. Mais le fait est que le (((christianisme))) s’est imposé.
    Aujourd’hui je reviens commenter, parce que je lis le livre « Christianisme et paganisme » de Ramsay MACMULLEN (un universitaire, très sérieux donc), et que ce dernier réponds en partie à mes questionnements.

    Le récit de la christianisme par les chrétiens est très simple : il s’est opéré à coup de miracles (notamment guérisons) et de prêches, et c’est le peuple lui même qui s’est christianisé. Les élites n’ont fait que suivre. Le récit des païens étant que le christianisme s’est imposé par le biais des élites, à grand coup de persécutions.

    En fait, les 2 ont partiellement raison et partiellement tort. Le christianisme n’est pas arrivé dans la tête des empereurs par magie, il fallait bien qu’il y ai un terreau de prêtres et de chrétiens déjà présent. Mais de l’autre coté, si les chrétiens étaient portés par la foi et les miracles, pourquoi avoir persécuté par la suite les païens.

    Selon Macmullen, au début le christianisme était minoritaire, très minoritaire, partant de 0 à 10% (environ). Durant toute cette phase évidement, les empereurs étaient païens et les chrétiens persécutés, ils démontraient leur foi via le martyr. Impossible de nier cette phase : le christianisme à pris pieds par lui même et à grandit en force sans l’aide des empereurs, bien au contraire. Le christianisme s’est donc développé au sein du peuple, à l’aide de guérisons et de miracles, et d’appels à la tolérance, mais aussi d’entrisme et de réseautage jusqu’à ce qu’ils finissent par atteindre les plus hautes sphères du pouvoir. La, le christianisme a séduit l’empereur (Constantin) parce qu’il lui a permis d’unifier l’empire. C’est donc un païen qui s’est convertit qui a démarré la phase suivante du christianisme : l’imposition progressive par la loi via les empereurs successifs, jusqu’à devenir majoritaire et persécuteur.

    Coté païen, au départ, je pense qu’ils n’ont pas perçu la menace de cette nouvelle foi un peu culcul et qu’ils se sont fait avoir par surprise. Les guérisons, les oracles et d’autres « miracles » étaient courants coté païens aussi.

    Alors pourquoi ceux du christianisme ont-ils séduit autant ?
    Selon moi, la réponse est simple : la facilité. Dans le christianisme pour obtenir une guérison il suffit de croire, de prier. Pas besoin de sacrifice, pas besoin d’aller chercher l’inspiration des dieux, pas besoin de réfléchir aux causes de la maladie et de chercher un remède. C’est déjà un prémisse du consumérisme, le christianisme proposes un produit pré-maché, pré-fabriqué, qui explique virtuellement tout. Plus besoin d’être honorable tout au long de sa vie pour entrer au vallalla, suffit de croire en Jésus, tout comme aujourd’hui il suffit de croire notre médecin et de prendre une pilule pour guérir. D’ailleurs les premiers chrétiens s’enorgueillissait qu’il n’y avait plus besoin de philosopher et de penser le monde : il y avait Jésus et la bible et basta. Le paradis chrétien est aussi « facile », tout est facile dans le christianisme. C’est le McDo de la spiritualité.

    Le christianisme à su exploiter une faille dans le peuple européen. Faille qui lui pré-existait, qu’il n’a pas fabriquée. S’il a pu se diffuser autant malgré les persécutions c’est qu’il répondait à une lacune ou une demande de certains. Mais qui ?
    Mon hypothèse est que le peuple avait déjà commencé à dégénérer à cause du mode de vie urbain, de l’auto-domestication, et que c’est sur ce substrat que le christianisme à pris racine. La mauvaise herbe s’est ensuite répandue par contamination, de proche en proche. Un peu comme le sida qui a démarré dans les populations homo qui utilisaient du poppers avant de se transmettre au reste de la population.

    C’est une histoire qui explique pourquoi le christianisme s’est implanté de lui même avant d’être imposé par les élites ensuite.

    Aujourd’hui, après le réveil de la science (Newton, Galilée, Darwin), après 1000 ans de régression anthropologique, les européens sont en recherche de leur transcendance païenne (newage, bouddhisme, hindouïsme, etc…) de manière maladroite, mais en recherche tout de même.
    C’est une course contre la montre puisque le danger de l’islam rode, alors que la dégénérescence est aussi allé bien plus loin avec les rejetons du christianisme que sont le libéralisme, le communisme, et l’état-nation (au sens pouvoir centralisé, état-nounou, techno-administration).
    Mais, partout, je vois un réveil de la foi païenne, et le chaos économique qui arrive sera peut-être une opportunité pour reconstruire le substrat anthropologique européen … en mieux (autant tirer des leçons du passé 😉 ).

    C’est mon espoir.

    1. Eh bien, je comprends que vous vous soyez fait éjecter. Qu’est ce que vous pouvez raconter comme conneries !
      Le bien, le mal, le libre-arbitre, et la propriété privée seraient des concepts judéo-chrétiens ? Ah bon ? Les Romains et tous les autres peuples païens auraient donc ignoré la notion de bien et de mal, celle de la responsabilité personnelle de l’individu et aussi la propriété privée ?
      Vous vous rendez compte de l’énormité de ce que vous racontez ?
      Comme faire un lien entre domination et supériorité morale. Puisque vous déclarez que si le paganisme a été supplanté par le christianisme, c’est que ce dernier lui était supérieur. Et vous osez vous dire païen !
      Ce sont les armes et le nombre qui ont permis aux chrétiens et aux musulmans d’imposer leurs dogmes, pas une supériorité morale ou intellectuelle.
      Et le christianisme n’a pas permis d’unifier l’Empire qui l’avait été bien avant l’apparition de cette merde. Bien au contraire, il a amené la dislocation et la ruine de Rome ; l’empereur l’avait promu car il devenait ainsi un souverain de droit divin. Être désigné par Dieu pour régner et pouvoir transmettre le pouvoir à sa descendance, c’est autrement plus attrayant que d’être nommé pour un temps par le Sénat ou les légions !
      Comme César l’a découvert, les soutiens politiques, ça peut changer d’avis…
      Vous évoquez des miracles et des guérisons pour justifier l’attrait de cette religion sémite pour les chrétins. Quels miracles et quelles guérisons ? Les fables inventées par les propagandistes de cette secte ? Depuis qu’il y a des portables dans toutes les poches, des miracles, on n’en voit plus ! Vous recrachez toutes les sornettes des images pieuses, y compris les prétendus martyres des chrétiens dont les curés nous racontent qu’ils faisaient l’admiration des foules et que beaucoup se convertissaient. Ben voyons !
      C’est les païens qui se sont fait étriper quand ces tarés ont eu le pouvoir.
      Et c’est aussi eux qui ont incendié Rome et non Néron ; celui-ci a perdu la plupart de sa fortune dans la destruction de ses biens. Et ces fanatiques, qui parlaient depuis toujours de la nécessité de brûler cette cité pécheresse, ont fini par passer à l’acte. Nombre d’entre eux ont été pris sur le fait, et là, c’est vrai, ils ont été suppliciés avec autant de raffinement que les deux abrutis qui avaient fait cocus les fils de Philippe le Bel. À l’époque, la justice n’était pas rendue par des gonzesses…
      Voilà comment ça s’est passé, l’expansion du christianisme et l’anéantissement de la civilisation antique :
      https://www.youtube.com/watch?v=pqFKK7V8XMc
      Des faits et des dates qu’on apprend pas au catéchisme !
      Quand à votre renaissance du paganisme qui amènerait les gens…vers le bouddhisme ! Soit vous croyez ce que vous dîtes et il faut consulter, soit vous êtes un troll.

      1. J’ai noté qu’à aucun moment vous n’évoquez le rôle des juifs dans la BBC naissance et l’expansion de cette religion sémite et de ses dérivés.
        Si vous êtes le Yoananda qui a mis sur son blog une liste de « personnalités remarquables » composée à 85% d’immondes youtrons et le reste de parfaits abrutis, vous n’êtes alors qu’une immonde merde et j’espère que Nico va vite tirer la chasse.

        1. @Rho 2
          j’ai oublié de dire : d’abord tu me parles poliment. Ensuite on verra. Je m’exprime sans insulter personne, et j’argumente ce que je dis, j’attends la réciproque.
          Si Nico White veut me virer parce que tu ne supporte pas d’avis différents, c’est son choix. Internet est grand.

      2. Pour le coup, je pense que tu es trop rude . (c’est moi qui dit ca ? ) 🙂

        C’est vrai que sa vision du paganisme est complétement biaisé , pareil pour sa notion du libre arbitre . Je ne suis pas d’accord aussi avec le lien qu’il donne du communisme , qui n’est pas un rejeton du christianisme mais un produit 100% youtre de la branche hassidique . Il n’y a rien de chrétien la dedans .

        Mais est-ce un troll pour autant ? Ca reste a voir . lol

      3. Le bien et le mal en tant qu’absolu n’existent pas dans le bouddhisme ou le taoisme. Le taoisme reconnaît la vertu, le bon, le mauvais, le bouddhisme la souffrance. Ce sont d’autres concepts.

        Varg est l’un de ceux qui m’inspirent pour le paganisme.

        AVANT 314 le christianisme s’est développé par des conversions de païens blancs européens,. Ce n’est pas une invasion juive dont il s’agit. Constantin était un païen blanc. A ma connaissance du moins. Les empereurs n’avaient pas besoin d’être « désigné par dieu » puisqu’il existait un culte de l’empereur qui faisait de leur personne des dieux incarnés …. (Sujet abordé par MacMullen).

        1. Je n’ai pas à être poli avec un troll et c’est à priori ce que vous êtes.
          Et moi, je ne vous permets pas de me tutoyer. Le tutoiement est réservé aux camarades. Votre argumentation ?
          Quelle argumentation ?
          Je vous dis que le bien et le mal, la responsabilité personnelle de l’individu, aussi appelée libre-arbitre, était bien évidemment connue des Romains comme de tous les peuples peuples Aryens et vous me répondez que le bien et le mal n’existent pas dans le Taoïsme ni le Bouddhisme.
          Outre que vous avez du lire en diagonale les ouvrages sur ces philosophies ou religions, j’ignorais qu’elles étaient celles de nos ancêtres.
          Pourquoi pas dire aussi que les Celtes étaient confucianistes ?
          Vraiment, il vous faut consulter.
          Et qui a introduit le christianisme dans l’Empire romain ?
          Les Vikings, peut-être ?
          Le fameux Paul ou Saoul, il n’était pas un peu juif ?
          Ah oui, j’oubliais, vous n’aimez pas trop qu’on dise du mal des juifs ; ça ressort clairement de vos propos sur d’autres sites, à commencer par votre blog.
          Celui que vous estimez être la référence pour définir les valeurs sociales et familiales, c’est (((Emmanuel Todd))), qui s’est autrefois fendu d’un bel article dans l’Obs où il appelait les nègres à venir culbuter les femmes blanches pour remplacer par des métis ces pourritures racistes que nous sommes…
          Une référence, vraiment !

        2. @ Yoananda

          La divinisation des empereurs est étrangère à la tradition romaine (et indo-européenne) et est sans doute à la fois d’inspiration orientale et une dérive due à l’hubris auquel les romains ont succombé.
          Elle n’a été introduite qu’à partir de l’Empire pour légitimer le régime du pouvoir personnel d’un seul citoyen, régime qui venait de rompre avec la république et qui était encore très loin de faire l’unanimité chez les Romains, en particulier dans la classe patricienne que les julio-claudiens (la première dynastie d’empereurs) n’a eu de cesse d’épurer durant des décennies.
          Cette divinisation ne s’est imposée que graduellement, l’empereur n’étant à l’origine divinisé qu’après sa mort par son successeur, ce n’est qu’ensuite qu’il l’a été de son vivant. Au Haut-Empire, ce culte impérial sert aussi à manifester le patriotisme « romain » des sujets ? / citoyens ? de l’empire à travers la personne de l’empereur.

          La simple sacralisation de la personne impériale n’a pas vraiment marché de toute façon et on a vu ce que ça a donné avec le nombre d’empereurs assassinés et de guerres civiles entre prétendants à l’imperium en particulier au 3ème siècle… ce qui a incité certains empereurs à adopter des coutumes de cours orientales pour tenter de renforcer (sans plus de succès) la sacralité de leur personne, par exemple la proskynèse introduite par Dioclétien, une pratique inconcevable et humiliante pour un Romain de l’époque républicaine ou même du Haut-Empire, et plus globalement pour tout Européen.

          D’où le passage d’une simple divinisation à une monarchie absolue de type oriental, et c’est bien dans cette optique de légitimisation du pouvoir que Constantin (lui-même un usurpateur comme bien d’autres) s’est servi du christianisme, une religion orientale d’esclaves (ce principe a été le même qu’avec Clovis un peu plus tard – ce qui nous ramène au sujet de l’article). Ce qu’il n’a pas prévu, et c’est arrivé très vite (dès Théodose 1er), c’est que l’Eglise place aussi le pouvoir temporel en dessous du pouvoir spirituel qu’elle prétend détenir, un avant-goût des querelles entre souverains européens et papes tout au long du Moyen-Age…

          ____

          Dans la partie européenne de l’Empire, le christianisme est très peu répandu (en gros 1% de la population). Voilà pour les païens blancs convertis…
          Pour l’ensemble de l’empire, la situation du christianisme au 3ème siècle, et les motivations de Constantin :

          http://aphgcaen.free.fr/conferences/moderan.htm

          1. @Autescousious
            ha ! merci pour les explications sur l’empereur divinisé.

            L’information sur la « partie européenne » de l’empire est intéressante et dément ce que j’avais cru comprendre. La en effet, ça met à bas ma thèse de l’auto-conversion d’une partie des blancs que j’ai présentée. 1% ce n’est pas les 10% que j’avais cru au premier abord et ça change tout.

            Il me faut donc creuser cette histoire d’empire romain. Je vais lire le texte que vous m’avez proposé. Si je comprends bien ce que vous suggérez, ce serait via la partie « non européenne » que le christianisme aurait séduit, mais à quoi ça corresponds ? L’empire était à cet époque un empire thalassocratique, qui s’étendait sur le pourtour méditerranéen … vous parlez donc de l’Afrique du nord, Égypte, Palestine et ouest de la turquie actuelle ? Rome aurait été « contaminée » au christianisme par le biais de ces contrées ? palestine => grèce => rome ? (pour faire simple)

          2. @Autescousious
            Je suis en train de lire Yves Modéran sur la conversion de Constantin. D’abord merci, c’est exactement le genre d’information que je recherchais. (je n’ai pas fini la lecture, mais je me hasarde à une hyppothèse)

            Bon en effet, j’abandonne ma thèse de la conversion d’une partie des européens/blancs/païens. Et tant mieux. Mais au moins maintenant je sais argumenter ma position de manière plus fine.

            Mais ne trouvez vous pas le parallèle avec l’islamisation actuel et la christianisation de l’époque frappant ? On y retrouve les même mécanismes je trouve : minorité puissante, entrisme, pression politique, exagération des faits, jusqu’à atteindre l’élite et la faire pencher en sa faveur. (l’islam n’en est pas encore la, mais pensons à Khan à Londres par exemple).

            Il n’en reste pas moins que ça me chagrine énormément que le paganisme n’ai pas pu résister à cet assaut météco-chrétien. Qu’as-t-il donc manqué aux païens européens pour résister à l’empire ? l’unité politique ? vous avez une idée à ce sujet ?

          3. Camarade, il y a une question que je me pose concernant la christianisation des peuples Aryens . Je pense que le cas de clovis est significatif . Sa femme était une chrétienne comme de nombreuses femmes de rois encore païens . je m’explique . Je me demande si les premières vagues de conversions des peuples européens au début de l’air chrétienne ne sait pas faite a l’aide des entres cuisses de ces demoiselles (en autres) ? Comme si le youtre en toile de fond utilisa la femme pour arriver a ses fins . Comme aujourd’hui en somme . Ce qui est vrai en tout cas c’est que cette religion sémitico-dysgénique a d’abord séduit les femmes (et les malades mentaux , les faibles , les paria , esclaves) ….. ironique je trouve quand on sait comment l’esprit sémite les considères . Elles ont troqué leurs symboliques déités pour celui de vulgaire esclave , c’est le cas de dire .

            L’histoire du vase de Soisson est intéressante aussi . Cela montre la grande fidélité de la race germanique , son aspiration a l’ordre , sa discipline , son obéissance , mais ca bêtise aussi il va s’en dire ! Clovis qui venait juste de trahir ses dieux , ses ancêtres puis finalement son peuple , tua lâchement par subterfuge l’un de ses propres guerrier .Résultat ? Personne n’a bougé ni même comploté par la suite pour lui rendre la monnaie de sa pièce . Dans une société nordique ou celtic , il aurait fini probablement en morceau pour tout ca . Qu’importe son titre. Le christianisme par l’entre mise des youtres a des le départ su exploiter les faiblesses de notre race . Nos qualités, ils les ont retournée contre nous et nos défauts , ils en ont fait leur force .

            Si ce jour la les guerriers auraient tranché la tête de clovis , leur roi, puis celle de « saint remi » , alors le christianisme aurait pris un « sacré » coup . C’est révélateur je trouve . De tout temps, pour qu’un chaos durable s’installe la trahison d’un seul homme peu suffire puis pour s’en défaire, bien souvent , l’action héroïque d’un millier d’autre ne suffit plus. Si le membre infecté n’est pas tranché rapidement alors le venin se propage en paralysant le reste du corps . La tête de clovis n’a pas rouler ce jour la et donc par conséquent le poison s’est propagé en terre franque . Normalement , après avoir coupé le membre infecté vient le tour du serpent . Mais sans cette étape cruciale , impossible car le bras est paralysé. Ensuite c’est les jambes , le corps entier et l’esprit . Jusqu’au jour ou le venin n’a plus rien a combattre chez sa victime . Ce vil venin arrive a son terme quand l’hôte se définie uniquement qu’a travers lui.
            Coquille vide ou zombie , c’est le terme approprié pour décrire le chrétien accompli . 🙂

            1. @Autescousios
              Merci, le texte de Yves Modéran est exactement le genre de réponses que je cherchais. Il pose les même questions que je me pose. J’en conclus qu’il est difficile de parler avec certitude du sujet sur le coeur de la mécanique de la conversion globale au christianisme de l’europe païenne. Plusieurs hypothèses concurrentes sont en piste. Par exemple, le fait que le paganisme tendait déjà par lui même vers une forme de monothéisme n’est pas un facteur secondaire (Du coup, ça m’a donné envie de creuser l’Un de Plotin.). La compétition religieuse n’est pas sans rappeler celle des califes qui a aboutit à la création du Coran : qu’elle était l’étape après le « je suis l’élu du Dieu unique » ? réponse : « j’ai son bouquin officiel dédicacé et pas toi » …

              @Jim33
              je ne sais pas si c’est la bonne explication, mais c’est exactement le genre d’explication dont, selon moi, on ne peut faire l’économie. En effet, pourquoi personne n’a bougé face à une trahison manifeste ? Il y avait bien un vers dans le fruit … Je ne vois pas comment d’autre on peut expliquer que les divagations d’un Saul de Tarse aient pu finir par s’imposer à tout un peuple (il a fallu toute une série d’épisodes comme le vase de Soisson pour qu’il se répande) !

              Et … je pense que si on veut éviter de refaire la même erreur, il faut découvrir ou on a merdé. Sinon … (l’islam va nous faire régresser encore d’un cran).

          4. @ Yoananda

            Bien sûr que le parallèle est frappant, il a d’ailleurs déjà été noté par bien d’autres depuis plusieurs années. Nous vivons une période comparable (et en pire), sauf que le christianisme est remplacé par l’islam et que les nouveaux envahisseurs ne sont pas des Européens qui arrivent en nombre limité (estimation de 5 à 10% d’envahisseurs sur plusieurs siècles selon les historiens) mais afro-asiatiques qui arrivent en masse et ont déjà dépassé ces 5 à 10% en seulement quelques décennies… c’est sans précédent.

            Les sujets d’un état doivent se soumettre à ses lois même quand elles vont contre leur intérêt comme c’est le cas actuellement en Europe, je pense que c’est assez clair comme explication ?
            Je crois que l’essentiel a déjà été expliqué dans les liens que j’ai fournis. Beaucoup de sources ont été perdues et il faut faire son opinion avec ce qu’on a, et en ce qui me concerne, mon avis est celui de Ferrier, Vikernes, Vial, Faye, Mabire, Venner, Hathuwolf Harson, La mesnie Païenne, et bien d’autres.

            Ceci dit, les païens ont résisté plusieurs siècles après la christianisation officielle, ne serait-ce que passivement et c’est aussi ce que démontre le livre de MacMullen – je doute que l’Europe puisse résister aussi longtemps contre l’islam qui est encore pire que le christianisme en ce qui concerne la politique de la tabula rasa du passé, et encore plus radical dans ses méthodes.
            ____

            @ Jim33

            Bien sûr que la politique matrimoniale a souvent joué un rôle, pour l’Eglise, tous les moyens étaient bons.

            Quant à l’épisode du vase, il a lieu bien avant la conversion de Clovis. Son authenticité est cependant contestée, ce n’est peut-être qu’une légende inventée (après tout, elle est racontée par un chrétien) pour souligner la bonne disposition de Clovis envers l’Eglise (le vase devait revenir à un prélat) alors même qu’il est encore païen, et aussi que les méchants sont toujours punis par les gentils (très important, ça !).
            Et les soldats ou guerriers, qu’ils soient chrétiens ou non doivent obéir à leurs chefs. Si l’épisode est vrai, les deux sont en tort : Clovis de réclamer le vase en plus de son butin et le guerrier de briser un objet du butin.
            Cela démontre aussi que Clovis était une brute impitoyable et rancunière qu’il ne fallait pas mettre de travers, son histoire le confirme assez par ailleurs.

            Lors du baptême de Clovis, seuls 3000 de ses guerriers se font baptiser avec lui. Le reste de son armée reste païenne (il faut attendre le règne de Pépin le bref pour obtenir une armée franque entièrement christianisée – officiellement, du moins). Ces 3000 guerriers étaient probablement toute sa truste. Les antrustions étaient la suite personne d’un chef germanique dont ils devaient partager le sort y compris sa mort au combat en cas de défaite sous peine de déshonneur.
            Beaucoup de généraux romains ont adopté cette coutume, tel le fameux Aetius adversaire d’Attila, ces suites étaient appelées comitatus (ou aussi bucellaires chez les Byzantins). C’est une vieille coutume européenne que les Romains et les Grecs avaient depuis très longtemps oubliée avec la civilisation.
            Avant la conquête romaine, les chefs celtes avaient le même système, les guerriers de leur suite étaient appelés ambactes ou solduris. On retrouve ces suites de chefs chez les Vikings où ils étaient appelés hirdmens, et c’est parmi eux qu’on trouvait les berserkers et les ulfhednars.

            1. @Autescousios
              Un consensus se dégage donc, mais pas de « certitude ». Ceci dit, avec les informations que vous m’avez donné, je pense que je rejoint largement ce consensus maintenant. Comme j’ai dit, le texte réponds à mes questionnements (preuve que je n’étais pas le premier à les poser).

              « Les sujets d’un état doivent se soumettre à ses lois même quand elles vont contre leur intérêt comme c’est le cas actuellement en Europe, je pense que c’est assez clair comme explication ? »

              Qu’en tirez vous comme conclusion / leçon ?

              PS : oui, la menace islamique est bien pire (cf les thèses vulgarisées par ‘Olaf’ pour comprendre toute l’horreur de la situation. L’islam en perversité c’est le christianisme au carré. Si vous ne connaissez pas, mais j’en doute, je vous les conseilles vivement), sachant qu’en plus, on est dé-virilisé … ca va être chaud !

      4. @ Rho 2

        En ce qui concerne l’incendie de Rome sous Néron :

        A cette époque, le christianisme est encore un courant presque entièrement juif (et où l’influence zélote est encore assez marquée) et les Romains ne distinguent pas les chrétiens des autres juifs. D’autant qu’à cette époque les chrétiens fréquentent encore les synagogues…
        Il est possible que cet incendie ait des origines criminelles en relation avec la première révolte de Judée de 66, qu’il précède de 2 ans. Mais l’origine criminelle de cet incendie reste hypothétique, de même que la culpabilité des chrétiens / juifs.

        En tout cas, des chrétiens / juifs habitant Rome et en attente de l’« Apocalypse » se sont ouvertement réjouis de cet incendie de la « grande prostituée de Babylone » (nom de code chrétien / juif pour désigner Rome qu’ils haïssaient), ce qui a évidemment orienté les soupçons vers eux…
        On peut en déduire accessoirement que les chrétiens accusant les juifs de les dénoncer aux Romains est une fable (une de plus) inventée après coup lorsque les pharisiens et les judéo-chrétiens (les deux seuls courants juifs restants après la destruction du Temple) ont commencé à se séparer définitivement à peu près à l’époque de la deuxième révolte juive de Bar Kochba (de 132 à 136, sous Hadrien).

        http://www.empereurs-romains.net/emp06a.htm#incendie

    2. Salut Yoananda …
      Pourquoi le christianisme s’est-il imposé ? Me concernant je m’en tiens à la thèse comme quoi ça arrangeait « les élites ». ça rend les gens plus doux, malléable et, un peu cons, tout le contraire du profil « arrogant » et mécréant de l’Européen de base, du moins tel qu’il est perçu par les Anglo-Américains.
      Réveil de la foi païenne : je trouve ça à côté de la plaque. L’athéisme est la solution. S’il y avait des dieux et des déesses, une seule semblerait s’occuper aujourd’hui de l’Europe : Anangkê (la Fatalité). La rationalité, le réveil de la science comme tu le signales, sont les antidotes et ils n’ont rien à voir avec « New Age » etc. J’ai croisé des baba-cools dans ce goût là, je t’assure qu’ils sont encore moins adeptes de la science que les Amish, Quakers et autres rednecks de la Bible Belt.
      « Course contre la montre » : belle expression ! Oui, c’est de cela qu’il s’agit. Nous sommes sous la botte de ces gens là, les pires obscurantistes qui soient, venus nous « libérer » en 1945. Ils veulent nous faire crever. Et ils sont en train d’y parvenir, car l’Européen de base n’y voit que du feu et ne réussit pas à les identifier.

      1. @Oscar Letosque
        d’après ma lecture actuelle, MacMullen, qui traite de la manière dont le christianisme s’est imposé, votre thèse ne tient pas. En effet, si le christianisme actuel est « doux » comme vous dites, il ne l’était pas du tout, mais alors pas du tout à ses débuts, au contraire il était agressif, vindicatif et persécuteur (et même arrogant) du moment qu’il eu réussit à noyauter les sphères du pouvoir. Et il le resta longtemps … en fait, tout le temps qu’il fallu pour « éradiquer » (de son point de vue) le paganisme (chose qu’il n’a pas réussi à faire selon moi). Il l’est devenu de nos jours parce qu’il s’est fait ratatiner par la science.

        Quand je parle de « réveil de la foi païenne » il ne faut pas calquer nos concepts inculqués par les chrétiens sur la foi (ce que vous semblez faire). Le paganisme est souvent présenté (c’est vrai) comme des superstitions polythéistes. Je le vois (peut-être à tort mais mes recherches semblent le confirmer) comme une spiritualité. Donc en fait l’athéisme peut être vu comme une forme de paganisme puisqu’il s’agit en fait d’user de sa raison. MacMullen encore montre quelques exemples de païens de l’époque qui raillaient l’usage de dieux de leurs concitoyens. Bien sûr pour rentrer dans ce cadre il faut que l’athéisme ne soit pas qu’un vain matérialisme ou nihilisme mais une vraie recherche de vérité.

        Quant au new-age, il n’est en effet pas adepte de la science, c’est le moins que l’on puisse dire, sauf pour s’affubler d’étiquette « quantique » qui vise à récupérer la caution scientifique. Mais, il dénote une recherche (maladroite) d’une autre forme de spiritualité, de transcendance, hors du carcan judéo-chrétien. Recherche de transcendance qui peut prendre de nombreuses formes et qui, n’étant pas chrétiennes, sont pas définition païennes …

        MAIS
        je note que personne ne réponds au sujet que je tente d’aborder : la période ENTRE le début du christianisme, porté uniquement par une poignée de juifs : jésus, ses apôtres, saul de tarse ET l’édit de Milan qui débute la période de conversion forcée il se passe quoi ?
        D’après mes recherches, le christianisme se répands malgré l’opposition et les persécution parmi les païens, parmi les blancs. Constantin ne s’est pas converti parce qu’il a croisé un juif par hasard dans la rue et que ce dernier l’a hypnotisé. Il y a eu un processus qui a précédé, l’atteinte d’une masse critique.
        C’est ce paradoxe qui me chiffonne : comment une poignée de juifs ont réussit à convertir une part de la race européenne païenne avant que les empereurs ne fasse basculer le reste de la population par la contrainte… la période 0 – 313 donc, ou le christianisme prends racine sur le continent.

      2. @ Oscar Letosque

        « La religion européenne ne peut pas entrer en conflit avec la science : c’est elle-même qui a permis sa naissance ! […] le fait même d’interroger, de questionner la réalité est déjà une attitude européenne, et cette attitude, depuis l’origine, vers 600 avant J.C., fut toujours un questionnement religieux. »
        Sigrid Hunke, La vraie religion de l’Europe

        « Pythagore a clairement montré la nature de la religion européenne en écrivant dans les Vers d’or : « Prends confiance, toi qui sais que la race des hommes est divine et que la nature sacrée lui révèle ouvertement toutes choses ». C’est à travers l’astronomie, la physique, la biologie et les rapports mathématiques de l’harmonie que l’Européen aborde le divin, au moins tant que les influences coercitives d’une religion du désert n’ont pas défiguré son âme. La recherche religieuse est alors ouverte à tous.
        Robert Dun, Les catacombes de la libre pensée

        Et comme le dit Thomas Ferrier dans le vidéo que j’ai posté sur ce fil, la religion européenne est celle du doute – et non de la foi comme vous le dites, vous et d’autres, il n’y a aucun dogme dans le paganisme –, celle qui a forgé l’esprit européen (ou vice versa) et qui a permis l’essor de la science. C’est pourquoi elle reste pour nous, Européens, une religion identitaire, contrairement au christianisme qui nous parasite.
        Les païens n’ont jamais eu de problèmes avec la science, bien au contraire, et ils n’ont jamais persécuté personne pour cette raison !

        C’est cette même curiosité qui les pousse à se demander ce que se demandaient déjà nos ancêtres européens pré-chrétiens, en particulier les Hellènes : « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ».
        Alors comme vous ne pourrez jamais empêcher les gens de se demander cela, autant conserver (retrouver) une spiritualité d’Européens créée par des Européens pour des Européens.

        Je tiens à préciser que l’athéisme est une conséquence du judéo-christianisme, comme disait encore Robert Dun : « En ne laissant aux humains que le choix entre leurs dogmes débiles et l’athéisme, les religions judéo-chrétiennes ont plongé le monde dans ce dernier. » (article dans ‘Combat païen’).
        Il n’y avait pas d’athée dans les sociétés pré-chrétiennes. Seulement des sceptiques (qu’on appellerait aujourd’hui ‘agnostiques’) mais qu’on laissait tranquilles tant qu’ils respectaient la communauté et ses règles. la religion du doute…

        Et la rationalité n’a en effet rien à voir avec le New Age ou la wicca des descendants de hippies gauchistes, ce sont de véritables farces mondialistes et cosmopolites, je suis d’accord.

        « Me concernant je m’en tiens à la thèse comme quoi ça arrangeait « les élites ». ça rend les gens plus doux, malléable et, un peu cons »
        Là encore, entièrement d’accord.
        Et justement : là où le paganisme traditionnel encourage les gens à chercher par eux-mêmes, les religions du désert imposent du prêt à penser. On ne peut pas comparer une religion « révélée » par Iavéh lui-même, son prétendu fils ou ses prophètes avec une tradition basée sur l’observation de la nature, c’est inepte.

        1. Ok je vois avec intérêt plusieurs de ces idées …
          Quant à me faire admettre que l’athéisme est judéo-chrétien, Non Merci, ça ne risque pas de passer.
          Il y a eu dans l’Antiquité des gens, par exemple ceux qui ont défendu le concept atomique, qui n’hésitaient pas à fouler aux pieds les croyances inutiles. Voilà de quoi nous avons besoin aujourd’hui. Il nous faut faire table rase. La mentalité païenne a totalement failli, en tant que barrière contre le germe juif. Il y a d’ailleurs quelque chose de nettement « platonicien » dans la mentalité bisounoursienne. Notons aussi les nombreuses accointances pagano-chrétiennes.
          L’usage de la raison, ni plus ni moins, est requis. Lucidité avant tout. Le reste n’est que fumisterie.

    3. @ Yoananda

      J’ai moi aussi Ramsay MacMullen dans ma bibliothèque.
      Je ne vais pas reproduire tous les passages que j’ai notés, ça me prendrait trop de temps et trop de place dans le cadre de l’article, je ne me contenterai que d’un seul :

      « Nous avons parlé dans le chapitre premier des motifs de conversion, où la contrainte et les avantages matériel jouent un rôle de premier plan. Cette prépondérance reflète seulement ce que l’on trouve dans nos sources. Avec le temps, au IVème siècle et après, l’intimidation joua un rôle de plus en plus important, parfois de manière très spectaculaire. On fabriquait des conversions par la contrainte et la force physique parce qu’on ne pouvait pas faire autrement. C’est ce que pensaient à l’évidence les autorités. Le degré de résistance rencontré reflétait les lacunes du christianisme. Celui-ci ne pouvait pas répondre de manière adéquate aux aspirations religieuses très diverses, malgré la séduction qu’il avait exercée et continuait d’exercer sur des individus cherchant des gratifications autres, différentes, dans l’exercice de leur religion. Deux siècles et demi après la conversion de Constantin, après le début de la longue campagne de destruction officielle des temples et l’interdiction légale des pratiques cultuelles non chrétiennes – deux siècles et demi après que le premier empereur chrétien eut nanti ses coreligionnaires des grands édifices de la capitale, des grands domaines d’Orient et d’Occident, et des quantités de numéraire et de métaux précieux –, Justinien devait encore combattre l’opposition. Pour ce faire, il usa de ses armées et de son trésor, de son pouvoir de mutiler, de crucifier, d’exiler, de ruiner, de construire et de corrompre. »
      p231

      Au demeurant, il suffit de lire le dos de la couverture dont je cite l’extrait suivant :
      « Ainsi, à partir de l’empereur Constantin (mort en 337), les chrétiens ont usé de la persécution – depuis les lois impériales jusqu’à la terreur que faisaient régner les moines dans les campagnes – pour éradiquer le paganisme et renouveler les élites, mais se sont trouvés contraints de tolérer le culte des saints et des martyrs afin de se faire plus aisément accepter des populations. »

      Il est donc clairement fait mention à plusieurs reprises dans cet ouvrage d’une persécution que vous continuez pourtant de nier contre toute évidence – même si le propos de MacMullen est plus d’exposer la coexistence paganisme / christianisme au cours d’une période de transition que la façon dont le christianisme s’est imposé (on reste sur sa faim de ce côté-là, il est vrai, à cet égard il vaut peut-être mieux lire « Chroniques des derniers païens » de Pierre Chuvin).
      ____

      La seule faille qu’a pu et su exploiter le christianisme a été la tolérance des païens qui n’ont pas su voir le danger que représentait cette religion qui, de son côté, ne tolérait rien d’autre qu’elle-même. S’ils avaient pris conscience de ce qu’était réellement le christianisme et du danger politique qu’il représentait, ils auraient systématiquement écrasé chaque chrétien comme une punaise.

      Pour illustrer cela, l’empereur Julien – sous-estimant gravement l’expérience constantinienne qui a précédé son règne – n’a pas songé à persécuter le christianisme car (outre qu’il n’était pas un assassin comme cette brute de Constantin appelé « Grand » par les chrétiens) il pensait que cette religion qui s’adressait en majorité aux basses classes était tellement absurde et contre-nature qu’elle disparaîtrait d’elle-même…
      Les Japonais, pour ne citer qu’eux, au tournant des 16ème et 17ème siècles se sont montrés plus avisés…
      ____

      D’après les historiens, le nombre des martyrs chrétiens est estimé entre 3000 et 5000 sur une période de… 3 siècles !
      On est loin des quelques 100 000 martyrs revendiqués par l’Eglise…

      Encore faut-il préciser que les « persécutions » de chrétiens (que les chrétiens ont ensuite outrageusement exploitées) ont eu des motifs qui relevaient bien plus souvent du pénal ou de trahison envers l’état que pour des raisons vraiment religieuses. Il n’y a là guère de quoi « séduire », comme tu dis… les Romains considéraient ces martyrs plutôt comme des gros tarés (moi aussi).

      ____

      Le christianisme s’est surtout répandu dans les villes parce que c’est là qu’il y avait le plus d’esclaves et de dégénérés, et que cette religion basée sur l’inversion des valeurs et l’égalitarisme séduisait surtout ce genre de population (les « tchandalas », « les gens du ressentiment », comme disait Nietzsche).
      Ceci dit, vous exagérez grandement ce fait, surtout dans la partie occidentale de l’Empire où en réalité le christianisme reste très marginal dans les villes sauf peut-être à Rome où résidaient de nombreux orientaux, et encore…

      Le peuple ne s’est certainement pas christianisé de lui-même, et surtout pas les paysans qui représentaient l’écrasante majorité de la population de l’Empire ! Il ne faut pas raconter n’importe quoi.
      Il a fallu des siècles pour christianiser (et de force !) ne serait-ce que les campagnes gauloises – et encore ne l’ont-elles été que de manière superficielle jusqu’au moins la Renaissance –, sans parler du reste de l’Europe !

      https://www.youtube.com/watch?v=dp2HOEjJBd8

      Ce n’est que la partie 3. Les parties 1 et 2 sont également édifiantes.

      1. @Autescousious
        c’est pénible de ne pas être lu. Je répète : « La phase suivante du christianisme : l’imposition progressive par la loi via les empereurs successifs, jusqu’à devenir majoritaire et persécuteur.

        Coté païen, au départ, je pense qu’ils n’ont pas perçu la menace de cette nouvelle foi un peu culcul et qu’ils se sont fait avoir par surprise.  »

        Christianisme majoritaire et PERSECUTEUR, foi culcul. M’avez vous vraiment lu ?
        Ou avez vous lu que je nie le caractère persécuteur du christianisme post-constantin ??? Je dis le contraire explicitement. Mais je redis, AVANT, le christianisme a été persécuté, MacMullen le dit aussi.

        Je le redis, ce qui m’intéresse c’est la phase précédente. Heureusement, vous en parlez, alors on peut confronter nos points de vue.
        J’ai dit dans mon premier texte que les païens n’ont pas perçu la menace et vous dites sensiblement la même chose. M’avez vous lu ou avez vous seulement tiqué sur quelques phrases de mon raisonnement qui ne vous ont pas plu ?

        Vous dites « Le christianisme s’est surtout répandu dans les villes parce que c’est là qu’il y avait le plus d’esclaves et de dégénérés,  » et je dis « le peuple avait déjà commencé à dégénérer à cause du mode de vie urbain, de l’auto-domestication, et que c’est sur ce substrat que le christianisme à pris racine ».
        C’est quand même très proche …
        Bon, il est vrai que j’ai dit « le peuple » au lieu de dire « une partie du peuple », et il est vrai que « le peuple » est plus représenté par la majorité des campagnes que par la minorité des villes à cette époque.
        Je reconnais cette maladresse de ma part.
        Je n’ai pas explicité la résistance (longue de plusieurs siècles) des campagnes, ça me semblait évident.
        MAIS, sauf preuve du contraire (je ne connais pas tout), les esclaves des villes étaient aussi des païens blancs, donc faisaient partie du « peuple » ou étaient issu du peuple. Non ?

        Donc, je maintient que le christianisme s’est implanté par lui même AVANT 313, sur une faiblesse des européens. Et je ne crois pas que vous m’ayez démenti même si nous avons une interprétation légèrement différente (vous estimez que c’est le coté « socialiste » qui a séduit, et moi le coté « prière facile », ce qui est très proche tout de même – MacMullen insiste lourdement sur les pratiques religieuses tout de même).

        Je vais regarder les vidéos de Thomas Ferrier (que j’apprécie) et voir si cela fait évoluer mon opinion.

    1. C’est pour ca que j’ai dit que ca reste a voir .
      Et j’ai vu . Effectivement, c’est très sympa ……

      Il y a deux possibilités concernant Yaonanda : la judaïté ou « l’ahurisme » . 🙂

        1. Que cet imbécille aille se faire foutre.
          Je tiens d’ailleurs pour sûr que c’est un bougnoule qui se dissimule derrière ce pseudo.

          1. Pour dire une connerie pareille , tu ne connais ni l’un ni l’autre . Ni les blancs ni les bougnes .
            Le seul bougnoule que tu as du « fréquenté » et ton collègue de travail . Un rashid de 50 pige de prime abord « sympa » , qui lave le sol dans ta boite . Pauvre con !

            L’esprit sémite t’ai étranger , l’esprit Aryen également . Demande aux « flics » qui contrôlent le monde (sic) , ils t’expliqueront ce que c’est qu’un bougnoule !

  5. @Autescousios : Cela étant, les commentaires que tu as posté pour répondre à cet individu, ou à moi-même, et les documents dont tu as posté les liens pour appuyer ton propos sont particulièrement éclairants sur cette funeste période qui a vu la civilisation antique sapée puis détruite par le christianisme. Et je ne pense pas que tes positions soient les mêmes. à quelques détails près, de simples mots qui t’auraient fait tiquer que celles de cet individu.
    Celui-ci ne pouvant te contrer, car il n’en a pas les capacités et que les informations que tu apportes sont totalement irréfutables, retourne sa veste avec une rapidité et une habileté de transformiste pour prétendre qu’il a toujours dit la même chose que toi. Un Posteur procédait de même et avait réussi à nous rouler dans la farine assez longtemps avant d’être démasqué. Mais il suffit de reprendre attentivement les propos initiaaux de ces escrocs pour dévoiler le subterfuge.

  6. Ce message doit être lu avant celui de 19h42
    @Autescousios : Mon cher camarade, je suis un peu déçu que tu sembles prendre ce Yoananda au sérieux. Celui-ci n’a pas démenti être l’auteur du blog où des youtrons de haute volée sont désignés comme les personnes les plus remarquables qui soient, (((Todd))) qui prêche avec fureur pour la destruction de notre race par submersion migratoire et metissage par accouplement, y compris forcé, de nos femmes avec les nègres étant même donné comme référence morale. Certains pseudo nationalistes figurent aussi dans cette liste mais ledit Yoananda s’empresse de préciser qu’il ne partage pas leur obsession des juifs qu’il juge critiquable et même condamnable.
    À priori, le seul qui se soit donner la peine de vérifier ce que je disais en allant voir ce blog de Yoananda dont j’avais posté le lien, c’est Jim33. Il a constaté que je disais vrai mais sa hargne étant plus dirigée contre Oscar Letosque qui l’a traité de flic,
    il est resté braqué sur ce dernier et ne m’a donc pas été d’un grand secours.
    J’aurais pensé que d’autres camarades feraient la même vérification et démasqueraient aussi ce nouvel Un Posteur aussi brillant que l’autre mais qui finira lui aussi par se prendre les pieds dans le tapis. D’ailleurs, c’est presque fait.
    J’y reviendrai.

    1. J’ai constaté que ma réponse à Rho 2 postée hier vers 23h a disparu alor qu’elle s’était bien affichée lorsque je l’ai envoyée. Vu que Nico a apparemment fait le ménage, je suppose qu’elle a été supprimée par erreur vu qu’elle ne contenait rien d’insultant. C’est pourquoi je me permets de la reposter :

      Mon cher Rho 2, je suis désolé de t’avoir déçu et j’espère que ma réponse dissipera cette déception, ou tout au moins te fera comprendre ma position.

      Je reste neutre tant que je n’ai pas la preuve que mon interlocuteur est un troll ou autre. Tu sais que je n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat dans ces cas-là.

      Yoananda est un posteur assez ancien de BE. Et la différence entre lui et UnPosteur, c’est que j’ai tout de suite flairé chez ce dernier le cul bénit et qu’en grattant un peu, sa mauvaise foi est apparue immédiatement ainsi que sa propension à pourrir les fils de discussion en les inondant de sa loghorrée.

      Je suis peut-être naïf mais je n’ai perçu chez Yoananda qu’une quête de connaissance à laquelle je me suis efforcé de répondre de mon mieux (réponses qui profiteront également aux autres lecteurs, ce qui n’est donc pas peine perdue) et ce que tu a pris pour des retournements de veste de sa part peuvent très bien n’être que la révision de fausses connaissances ou préjugés qui sont malheureusement trop répandus et je pense qu’il se serait sans doute aussi rendu à tes arguments si tu ne lui étais pas rentré d’emblée dans le chou (même Jim33 t’a trouvé un peu rude). C’est également une autre différence avec UnPosteur qui ne cherchait inlassablement qu’à imposer son point de vue malgré les arguments et les sources qu’on lui mettait sous le nez.

      C’est aux modérateurs du site de décider s’ils doivent virer quelqu’un de suspect ou d’indésirable, comme Blanche l’a fait pour UnPosteur, pas à nous, simples lecteurs. Rappelle-toi aussi que je m’en suis pris à un certain Cestpasmoi qui a exprimé à plusieurs reprises son désir de te voir lourder.

      Ce que je t’accorde, et j’aimerais aussi en avoir le cœur net, c’est que Yoananda n’a effectivement pas démenti être l’auteur du blog que tu cites. Ce serait bien qu’il réponde.

      Bien à toi, camarade.

      1. Je viens de vérifier mon cher Autescousios, de mon côté ton commentaire est toujours en ligne !
        Un problème d’affichage peut-être…
        Si quelqu’un constate lui aussi qu’il n’est pas visible, n’hésitez pas à me le dire 😉

        1. « Un problème d’affichage peut-être… »

          Sans doute, je ne vois toujours pas mon premier comm, pas grave du moment que le second y est toujours.
          Merci Nico.

  7. J’ai un problème avec les commentaires.
    Le premier que j’ai voulu poster est toujours bloqué par la modération alors que le second est passé sans difficulté à 19h42. J’espère que Nico remettra le tout en ordre…
    Quoi qu’il en soit, je vais continuer à poster la suite.

  8. @Autescousios : C’est comme le fameux Un Posteur, un spécialiste de l’esquive.
    Il a commencé par soutenir que les notions de bien et de mal, la responsabilité personnelle de l’individu, appelée aussi libre arbitre, et la propriété privée, étaient des concepts introduits par le christianisme. Quand j’ai rappelé que ces bases fondamentales de notre vie sociale étaient connues de tous les peuples Aryens et païens, il a objecté que ni le Bouddhisme ni le Taoïsme, dont j’ignorais qu’ils réglaient la vie de nos ancêtres, n’en parlaient. Là, on est carrément dans la confusion mentale, pathologique ou volontaire…

  9. @Autescousios : De même, quand il a osé soutenir que le christianisme avait permis d’unifier l’Empire et que je lui ai rétorqué que celui-ci avait été uni bien avant l’apparition de cette merde qui avait en fait causé sa ruine et sa dislocation, il s’en est là encore sorti par une jolie pirouette.
    Et il a procédé de même avec toi.

  10. @Autescousios : Il a soutenu que les Romains s’étaient convertis en masse après avoir été subjugués par les miracles et guérisons, et l’admirable abnégation des chrétiens lors de leurs épouvantables martyres. Lorsque tu as rappelé qu’ils n’avaient nullement été persécutés, les historiens s’accordant pour fixer de trous à cinq mille le nombre de ces chrétins mis à mort, et en y incluant les auteurs de crimes de droit commun, il a une fois de plus viré de bord pour en prendre acte…tout en revenant à la charge quelque temps après pour prétendre que ,Mac Mullen avait confirmé ces persécutions alors que tu venais de démontrer le contraire.
    Il a réagi de la même façon lorsque tu as souligné qu’avant leur conversion forcée au christianisme, moins d’un pour cent des Romains pratiquaient cette religion ( et les documents que tu as posté montrent que les trois quarts de ces gens étaient des femmes ). À nouveau, il en a pris acte, t’as remercié pour cette précieuse information – je t’en remercie aussi – et a fait comme si les preuves que tu venais d’apporter ne démontaient pas toute son argumentation antérieure.
    Absolument les mêmes stratégies qu’Un Posteur : tu le sors par la fenêtre, il revient par la cheminée…
    Il faut toujours laisser une buche dans le feu !

    1. Trois à cinq mille chrétins condamnés à mort sur trois siècles, en y incluant ceux reconnus coupables de l’incendie de Rome ( et d’entrave aux secours ).
      Ça fait au maximum dix sept chrétiens exécutés par an…
      À comparer aux centaines, et parfois milliers, de païens souvent massacrés en une seule journée quand ces fanatiques semitisés ont eu le pouvoir…

      1. C’est les Esprits Aryens contre l’esprit hébraique .
        C’est une lutte à mort immémorielle . Trois à cinq mille , cent mille , un million , qu’importe . La finalité est la suivante : Leurs démons ou nos dieux . L’un entraine notre décadence auto -destructrice et l’autre notre immortalité .

        « À comparer aux centaines, et parfois milliers, de païens souvent massacrés en une seule journée quand ces fanatiques semitisés ont eu le pouvoir… »

        On ne peut pas déplorer les effets sans ignorer les causes . Sous l’air païenne si Rome dans sa folie n’avait pas éradiqué la caste des druides alors le christianisme par la suite n’aurait pas pu s’implanter . Meme sous couvert de l’impérium Romain . C’est la plus grande erreur de Rome a mon sens .

        Ils étaient un obstacle de taille c’est vrai . Dans une société quasi «  »théocratique » » ou rien ne se fait sans le conseil ou l’accord du druide , dans la guerre comme dans la paix , il a été vital pour Rome de les éradiqués . Sans quoi, l’assimilation gallo-romaine n’aurait sans doute pas vue le jour aussi efficacement . Ca peut tout a fait se comprendre . Cependant , Rome par cet acte a détruit une barrière psychique qu’aucune religion sémitique n’aurait réussi à franchir .

        Jean Reynaud dans l’Esprit de la Gaule :
        « Relativement à la connaissance de Dieu, la Gaule ne relève au fond que d’elle-même, n’ayant jamais eu besoin de recourir à autrui pour ce qui fait l’essence et le fond de la vie. Au lieu d’avoir été obligée de venir se greffer sur la souche vivante, comme le dit saint Paul des Gentils, elle était également souche vivante. »

        Les celtes étaient l’âme , les hellènes le cerveau , les nordiques le cœur ……Rome la tumeur .

  11. @Autescousios : À propos de feu, je maintiens ma position sur la responsabilité des chrétiens dans l’incendie de Rome. Tu as toi-même rappelé que la destruction de la capitale de l’Empire tombait à pic avec la révolte des juifs, avec lesquels les chrétiens étaient cul et chemise sans qu’on puisse savoir qui faisait la chemise ( tu l’as dit de façon bien plus élégante mais c’est un raccourci rhodanien ), et que ces fanatiques avaient explosé de joie à la destruction de cette putain de Babylone que Rome était à leurs yeux. Le document sur Néron que tu as posté rappelle que celui-ci, qui avait perdu nombre de ses biens dans l’incendie, qui avait aussi détruit nombre des édifices qu’il avait fait bâtir pour embellir Rome, que ce pretendu monstre indifférent aux malheurs de son peuple avait fait tout ce qu’il pouvait pour secourir les habitants et liluter les conséquences de cette catastrophe, que les Romains s’en étaient souvenus et qu’il restait un des empereurs les plus populaires plusieurs siècles après sa mort.
    Que nombre de chrétiens avaient été pris sur le fait et avoué avoir mis le feu sans qu’ils aient été torturés. Que Jésus lui-même, selon l’apôtre Jean, avait appelé à faire périr Rome dans les flammes.
    Et que ces malades ne pouvaient donc qu’être fiers de leurs actes.
    Le chef de file de ces chrétiens fanatiques, à savoir Flavius Clemens devenu le pape Clemens, premier successeur de Pierre, se trouvait être le fils du préfet en charge de l’approvisionnement de Rome en eau et ne pouvait ignorer que celui-ci allait être défaillant quelque temps du fait de travaux de rénovation sur les aqueducs.
    Ça fait quand même pas mal de coïncidences, non ?
    Et comme disait Cicéron : cui bono ?
    À qui profite le crime ?
    Pas à Néron qui venait de voir partir en fumée l’oeuvre de sa vie et une grande partie de sa fortune.
    Mais aux juifs et à leurs frères chrétiens, l’Empire n’étant plus, avec sa capitale en cendres, en mesure de rassembler tous les moyens nécessaires pour écraser leur rébellion. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient. À mon avis, les Romains qui, à l’époque n’ignoraient pas qui avait provoqué la destruction de leur capitale, devaient être dans une rage folle et cela explique la répression impitoyable qui s’est ensuite abattue sur les juifs.
    Le destruction ultérieure de leur temple n’est qu’une partie de l’ardoise qu’ils auraient du payer.
    Comme l’assassinat massif de communistes juifs par les SS, qui fait s’offusquer Oscar sur un autre fil, n’a été que la conséquence directe des millions de morts Aryens, Russes et Ukrainiens, causés par cette engeance. Ce qu’Hitler n’ignorait pas et c’est pourquoi il n’a pas attendu que les divisions bolcheviques déferlent sur le Reich et fassent subir le même sort aux Allemands. Ce qui s’est quand même produit, finalement…
    Pour en revenir à l’incendie de Rome, les tribunaux d’alors n’étaient pas ceux de l’Inquisition même si la torture était considérée comme normale pour obtenir des aveux. Il y avait de vrais avocats, de vrais magistrats, et ceux-ci ne condamnaient pas sans preuve.
    Tous les juristes, et j’en connais, savent ce que nous devons au droit romain.
    Ils ne condamnaient pas à mort quelqu’un sur le fondement d’une simple rumeur publique ou d’une dénonciation anonyme ; ça, c’est ce que l’Eglise a fait plus tard.
    Et nombre de chrétiens ont avoué spontanément avoir mis le feu. Ils en étaient même très fiers et certains s’étaient opposés aux habitants qui essayaient du lutter contre le feu.
    Naturellement, les historiens catholiques ont prétendu que ces incendiaires étaient des serviteurs de Néron.
    La choutzpah est l’un des principaux héritages que les youtres ont laissé à ces enculés de culs-bénis.
    Je ferais mieux de dire enculeurs : dans beaucoup de diocèses, un gamin inscrit au catéchisme ne sera jamais constipé…

  12. Bon, Nico est manifestement occupé à d’autres choses, peut-être à honorer sa compagne auquel cas il aura sans doute moins de problème que moi avec l’introduction. 😆
    Puisque je n’ arrive pas à envoyer la deuxième partie de mon premier message après copier-coller, je retape tout :
    À priori, le seul qui se soit donné la peine de vérifier ce que je disais en allant voir le blog de Yoananda est Jim33.
    Il a constaté que je disais vrai mais comme sa hargne était dirigée contre Oscar Letosque qui l’avait traité de flic, il ne m’a pas été d’un grand secours.

    1. Oui, pardonne moi mon ami, et aussi désolé à tous ceux qui ont vu leur commentaire attendre en modération : pas eu le temps hier de faire un tour sur le site… résultat 15 commentaires importants en attente… pas bon ça.
      Normalement pour toi, Rho 2, les commentaires sont dans le bon ordre, j’ai supprimé les autres qui étaient coupés.

      Pour les autres, je suis encore en train de modérer, certains commentaires insultants seront mis à la corbeille.

  13. Mon cher Rho 2, je suis désolé de t’avoir déçu et j’espère que ma réponse fera disparaître cette déception, ou tout au moins te feras comprendre ma position.

    Je reste neutre tant que je n’ai pas la preuve que mon interlocuteur est un troll ou autre. Tu sais que je n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat dans ces cas-là.

    Yoananda est un posteur assez ancien de BE. Et la différence entre lui et UnPosteur, c’est que j’ai tout de suite flairé chez ce dernier le cul bénit et qu’en grattant un peu, sa mauvaise foi est apparue immédiatement ainsi que sa propension à pourrir les fils de discussion en les inondant de sa loghorrée.

    Je suis peut-être naïf mais je n’ai perçu chez Yoananda qu’une quête de connaissance à laquelle je me suis efforcé de répondre de mon mieux (réponses qui profiteront également aux autres lecteurs, ce qui n’est donc pas peine perdue) et ce que tu a pris pour des retournements de veste de sa part peuvent très bien n’être que la révision de fausses connaissances ou préjugés qui sont malheureusement trop répandus et je pense qu’il se serait sans doute aussi rendu à tes arguments si tu ne lui étais pas rentré d’emblée dans le chou (même Jim33 t’a trouvé un peu rude). C’est également une autre différence avec UnPosteur qui ne cherchait inlassablement qu’à imposer son point de vue malgré les arguments et les sources qu’on lui mettait sous le nez.

    C’est aux modérateurs du site de décider s’ils doivent virer quelqu’un de suspect ou d’indésirable, comme Blanche l’a fait pour UnPosteur, pas à nous, simples lecteurs. Rappelle-toi aussi que je m’en suis pris à un certain Cestpasmoi qui a exprimé à plusieurs reprises son désir de te voir lourder.

    Ce que je t’accorde, et j’aimerais aussi en avoir le cœur net, c’est que Yoananda n’a effectivement pas démenti être l’auteur du blog que tu cites. Ce serait bien qu’il réponde.

    Bien à toi, camarade.

    1. Merci, cher camarade.
      Je comprends fort bien ta position et, en tout état de cause, tes échanges avec Yoananda ont été extrêmement enrichissants pour nous tous, à commencer par moi. Il est possible qu’il soit simplement un gars qui était dans l’erreur et qui a révisé sa position quand tu lui as apporté les preuves irréfutables que ce qu’il affirmait est le contraire de la réalité historique.
      J’ai été moi-même dans ce cas et je te serai toujours reconnaissant de m’avoir montré à maintes reprises où était la vérité, notamment la première fois, où tu m’as fait découvrir les réelles raisons de l’opération Barbarossa et l’avancée des préparatifs d’invasion de l’Occident par les troupes de Staline. Après tout, ça pourrait aussi être le cas pour Yoananda. Si cela s’avère, je lui présenterai toutes mes excuses.
      Car je l’ai effectivement pourri d’emblée.
      Et si c’est injustifié, je suis un vieux con.
      Mais ma réaction a été brutale car ayant relu de vieux articles de BE où il était intervenu et s’était fait jeter par Blanche, je me suis souvenu que le gars avait plusieurs blogs sous ce même pseudo qui n’est guère courant ( les nôtres non plus ! ), et qu’un choix aussi original ne peut avoir été fait par plusieurs personnes en même temps.
      Et seul un troll particulièrement tordu pourrait prendre un pseudo déjà employé par quelqu’un d’autre et alors sans nul dans l’intention de lui nuire.
      Donc je suis retourné voir ces blogs que j’avais survolé auparavant et je suis tombé sur celui dont j’ai évoqué le contenu. Tu connais mon charmant caractère… Je me suis donc mis à bouillir et quand je lui ai répondu, ça a effectivement été plutôt vigoureux.
      Je constate qu’il n’a démenti à aucun moment être l’auteur de ce blog judéophile ; et j’ai pourtant indiqué à plusieurs reprises que tel était l’origine de ma réaction brutale.
      On verra bien.

  14. lol . Camarade , quel secours ? Que voulais tu que je fasse d’autre que le message que je t’ai répondu ? Je t’ai donnés raison en plus .
    Ce n’est pas ton sang que tu verses, tu n’a donc besoin d’aucun « secours » . Au mieux , tu as raison et il ne fera pas long feu . Au pire tu te trompes et tu t’excusera -ou pas – . Puis tu passera a autre chose .

    Pour Oscar par contre, lui c’est un troll avéré . Son dernier message sur l’article « De la nécessité de s’endurcir » est révélateur. c’est un abrutis fini a la pisse de gauche ou un sale youtre ! Personnellement, je dirais un sale juif . Après tout , l’anti-christianisme est courant chez eux aussi .

    Il y a une différence entre une divergence d’opinion, tout a fait normal entre deux êtres , et une volonté systématique de subversion sur les principes fondamentaux de bases . Oscar et dans le second . 🙂
    Si le blog est vraiment a Yaonanda , il sera lui aussi dans le second ! lol

    Apres nico fait ce qu’il veut . C’est lui le capo .

    1. Tu as raison ! En fait j’aurais aimé que tu donnes un grand coup de latte à ce cher Yoananda mais toi tu continuais à savater Oscar ! Note que même Warezerie, pourtant un modèle de tolérance et de conciliation lorsque des camarades sont en conflit, a souligné son extrême mauvaise et indiqué qu’il comprenait ceux qui comme toi, lui sont copieusement tombes dessus.

    2. Je veux bien laisser passer certaines insultes mais pas la peine de se tirer dessus à longueur de commentaires.
      Il est inadmissible de voir qurlqu’un se faire traiter de flic, sans raison valable, mais ce n’est pas non plus acceptable de dire que c’est un juif ou un bougnoule en face.
      Pour ceux qui sont considérés comme des Trolls, ils seront bannis si leur mauvaise foi ou leurs commentaires continuent dans ce sens.

      Tout le monde a le droit de s’exprimer mais dans une certaine limite.
      Je n’ai pas eu le temps, ces derniers jours, de m’occuper comme il faut de la modération mais je serais plus attentif dans les jours qui arrivent.

      Même si le mec en face de vous est une tête de con qui vous insulte, je réglerais le problème, pas la peine de se perdre dans des échanges d’insultes, qui finiront à la poubelle en fin de compte.

      Pour le moment personne ne sera banni, mais si les commentaires se reproduisent, il aura des conséquences.
      En attendant, portez vous tous bien, et continuez de commenter : je veille au grain 😉

  15. Sache que je ne suis pas un pitbull en laisse a qui on dit attaque dans le but de lui faire déclencher une morsure tête baissée .
    Si je ne suis pas intervenu directement c’est que mes radars de détection d’huile sémite et hébraïque n’ont indiqué aucune subversion grave .

    J’espère que tu as saisie le message camarade ! 🙂

    Nous sommes sur internet et contrairement aux sous hommes qui en profitent pour déverser leur besoin de violence insatisfaite , nous , nous devons faire preuve d’un peu plus de retenu quand le cas n’est pas concrètement établi . Dans le réel par contre , il n’y a plus de mot ni de long pavé . Un ga comme Oscar je l’aurai fracassé juste pour le plaisir . Même si c’est un blanc . Je ne suis pas pédagogue pour deux sous ! Si c’est un youtre , l’inconvénient c’est qu’il faut être régler comme une horloge suisse ……
    Le youtron faut dire, c’est un peu le saint graal pour tout national socialiste qui se respecte ! mdrr

    1. Dans mon précédent commentaire, je n’ai désigné personne et je n’ai pas demandé à ne pas exprimer de propos violents, vous en avez tous le droit. Simplement, revenir sur le site et voir que l’espace de commentaire est devenu un champ de bataille n’est pas agréable et ça n’apporte pas grand chose aux arguments de chacuns, mis à part de la confusion.

      Quand on est attaqué, il est parfaitement normal de se défendre, mais ne nous répandons pas en insultes. L’argument est plus efficace.
      Faisons donc preuve d’une certaine retenue, comme tu le dis bien, et si l’autre en face s’avère être un troll ou un infiltré, signalez le avec des arguments et nous nous occuperons de son cas.

      On peux se défouler, pour éviter d’exploser, je le faisais avant quand c’était Blanche qui dirigeait. Mais on se rend compte rapidement que ce n’est pas la meilleure façon pour être crédible et propager nos idées.
      Laissons la violence pour nos ennemis lorsque l’occasion se présentera – une occasion qui sera différente pour chacun d’entre nous – et pendant ce temps formons nous intellectuellement et essayons de mettre tout le monde sur la même ligne.

      Crois moi, je te comprend très bien Jim33, et je ne t’ai pas visé particulièrement dans mon message.
      Sur ce, chers camarades, je vous laisse je vais bosser 🙂

  16. J aime pour ma part rentrer dans les eglises meme si je n aime pas ce que le catholicisme est devenu et je constate qu elles commencent a ne plus etre entretenues beaucoup sont délabres , elles font pourtant partis du patrimoine Francais
    Je crois que de toute facon les cathos en France disparaitront par contre je vois de plus en plus d églises evangelistes et ca par contre je n aime pas du tout ce sont des eglises de sales negres

  17. @Autescousios et Jim33 :
    Chers camarades, je ne retrouve plus certains messages que vous m’avez envoyés et les réponses que je vous avais faîtes. J’espère qu’au moins ce message vous parviendra. Je ne voudrais pas que vous pensiez que je n’approuve pas vos positions et que cela cause une embrouille entre nous. Nico a récemment changé le système ; a priori, ça bugue copieusement…

    1. C’est à n’y rien comprendre, je n’ai pas changé le système et je vois tous les commentaires sous l’article : 59 pour celui ci…
      Désolé si certains messages ne s’affichent pas, je ne vois pas ce qui cloche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *