Articles d'actualité Articles en exergue États-Unis Monde Problèmes raciaux

Les USA commencent les expulsions de Mexicains

Dernièrement, Donald Trump a fait passer une nouvelle mesure pour restreindre les demandes d’asile. Cette nouvelle réglementation permet d’empêcher un demandeur d’asile d’obtenir la nationalité Américain s’il est rentré illégalement sur le sol Américain. Les migrants ne pourront donc pas rester légalement – dans le futur – dès l’instant qu’ils traversent illégalement la frontière.

Cette mesure adoptée pourra, en plus de restreindre le nombre de demandeurs d’asile, permettre l’expulsion de nombreux immigrants illégaux. Adoptée il y a déjà plus de 2 mois, elle commence enfin à être mise en place, pour les expulsions du moins.

Le Figaro :

Les États-Unis ont commencé mardi à renvoyer au Mexique des migrants demandant l’asile pendant l’examen de leur dossier par la justice américaine, dans le cadre d’une nouvelle mesure du président Donald Trump critiquée par l’opposition démocrate comme par les autorités mexicaines.

Un dossier qui n’aboutira jamais car les migrants ont franchi la frontière illégalement. Les migrants qui retournent dans leur pays ne sont pas ceux qui sont entré légalement. C’est donc un juste retour des choses, mais l’opposition ne le voit pas de cet œil là.

Un premier migrant hondurien, Carlos Gomez, 55 ans, a été reconduit en milieu de journée du côté mexicain de la frontière, à Tijuana, une ville du nord-ouest qui jouxte San Diego, en Californie. Coiffé d’une casquette et portant un sac à dos, il a été pris en charge par les autorités migratoires mexicaines qui l’ont conduit dans un refuge. «Je suis très fatigué (…) Je vais dans un endroit à l’extérieur de Tijuana», a-t-il dit à l’AFP. Ce migrant était arrivé à la frontière américaine avec la grande caravane venue du Honduras qui avait rassemblé plus de 7000 personnes fin octobre. Il était entré aux États-Unis en novembre.

Nous avions abordé les caravanes de migrants qui se dirigeaient vers les États-Unis (ici et ici).

Le migrant  dont on nous fait le portrait n’a que ce qu’il mérite : le retour à la frontière. Il est libre de retourner dans son pays, le Honduras, si le Mexique ne lui convient pas. Caravane de migrants ou non : il n’a pas le droit de venir parasiter un pays Blanc de cette manière.

Au cours des cinq dernières années, les demandes d’asile ont augmenté de 2000% «car beaucoup de migrants savent qu’en faisant une demande d’asile ils ont l’opportunité de rester aux États-Unis, même si leur demande d’asile n’est pas justifiée», explique l’ambassade américaine. Environ 90% des demandes d’asile sont rejetées par les juges et concernent en majorité des Centraméricains fuyant la pauvreté et la violence dans leur pays. Le système accumule de plus des retards énormes, avec 800.000 demandes d’asile en attente, selon les autorités américaines.

Pendant que certains attendent la réponse des autorités, ils s’installent sur le territoire et commencent à se faire une place dans le pays. Que l’asile leur soit accordé ou non, ils restent souvent dans le pays. Les renvoyer directement semble être une option plus que convenable.

Nous ne voulons pas plus d’immigrés Mexicains, Honduriens ou Vénézuéliens aux USA que de nègres ou de bougnoules en Europe.

Annoncé en décembre, le plan «Rester au Mexique» du président Donald Trump a été vivement critiqué des deux côtés de la frontière. «C’est une idée horrible», s’insurge Melissa Crow, de l’ONG Southern Poverty Law Center, qui a déjà contesté en justice plusieurs décisions de Donald Trump en matière migratoire. «Ce n’est pas sûr pour beaucoup, voire pour la majorité, des demandeurs d’asile, d’attendre au Mexique. Beaucoup fuient la violence des cartels et les violences domestiques», explique-t-elle à l’AFP. «Il y a des cas de gens qui ont été poursuivis pendant qu’ils se trouvaient au Mexique», selon Melissa Crow.

Ils n’ont qu’à se battre, plutôt que d’émigrer dans un pays plus sûr. Dans le cas des Mexicains, c’est un prétexte pour beaucoup, mais même dans l’hypothèse qu’ils fuiraient réellement cette violence : pourquoi accueillir des lâches qui ne sont pas capables de se battre pour endiguer la violence des cartels dans leur pays ? Ils arrivent à se coordonner à 7000 personnes pour créer une caravane mais n’arrivent pas à trouver des gens pour lutter contre les cartels.

Un bel enrichissement.

Les renvoyer n’est pas une idée horrible. Laisser rentrer n’importe qui, pour n’importe quel prétexte n’est pas viable. En plus d’être inutile et stupide c’est dangereux.

La nouvelle politique «est non seulement illégale, mais pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour ceux qui souhaitent accéder à la procédure d’asile aux États-Unis, un droit inscrit dans le droit national et international», souligne de son côté Katie Shepherd, une avocate au sein de l’association d’aide juridique aux immigrés, American immigration council.

Illégal !? Renvoyer des illégaux de là où ils viennent serait illégal ? Il faudrait vraiment que les gauchistes se remettent en question, ils creusent de plus en plus profond.

Selon les autorités mexicaines, les États-Unis ramèneront chaque jour 20 demandeurs d’asile au poste-frontière de Tijuana et étendront éventuellement cette politique à d’autres points de passage le long des quelque 3100 km de frontière qui séparent les deux pays. Cette mesure ne s’appliquera pas aux demandeurs d’asile mexicains, ni aux mineurs non accompagnés.

La mesure doit encore être peaufinée, cela va de soi.

La finalité serait un renvoi complet des illégaux. Quand cette partie sera terminée, il faudra s’occuper de tous les défenseurs des migrants, tous les collaborateurs.

Ensuite, le travail ne s’arrête pas là, il faudra commencer à faire le tri dans le pays entier. Et il ne faudra pas se concentrer que sur les Mexicains.

N’oublions pas qu’en 2044 les Blancs seront minoritaires aux USA. Le temps presse, Trump prend quelques mesurettes, pendant ce temps nous devons agir intellectuellement et physiquement. Que ce soit aux USA ou en Europe : les pays Blancs doivent être purgés de la racaille.

Il ne faudra pas hésiter, car dans la vie il n’existe que deux catégories, ceux qui se soumettent et ceux qui agissent. L’hésitation n’est pas possible, et la soumission est inenvisageable.

6 Replies to “Les USA commencent les expulsions de Mexicains

  1. Trump a bien du mal à tenir ses promesses mais il doit livrer chaque jour un combat impitoyable pour avancer d’un seul pas dans la bonne direction.
    En tout cas, les démocrates ont bien fait de choisir un âne comme emblème.
    Quoique, à la réflexion, ces braves bêtes sont infiniment moins cons que ces gauchiasses et, contrairement à eux, s’ils peuvent être tout aussi têtus et même bornés, n’ont pas l’esprit tordu et pervers qui est la première caractéristique des youtres et de la gauche shabbat-goyesque américaine.

    1. Oui cet homme est courageux on sent l homme alpha en lui plein de confiance et de détermination , les non blancs sont majoritaire dans les naissances depuis 2013 d apres de Lesquen aux etats unis ,Trump fait ce qu il peut dans un pays ou les blancs deviennent minoritaires
      la seule solution est la partition avant qu il ne soit trop tard

      1. @Budo spirit

        « Oui cet homme est courageux on sent l’homme alpha en lui plein de confiance et de détermination »

        Remarque très drôle, j’ai beaucoup ri. Il est bon de savoir conserver son sens de l’humour à notre époque difficile et peu réjouissante quant à notre avenir.

        « Trump fait ce qu’il peut dans un pays ou les blancs deviennent minoritaires »

        Trump n’est pas racialiste, ni raciste comme certains médias le laissent entendre. La question raciale est hors de son entendement, comme de son programme politique d’ailleurs. Par conséquent, toutes ses actions ou tentatives politiques n’ont pas le but de préserver une identité raciale ou un pouvoir Blanc aux U.S.A. Le souhait de Trump de construire un mûr supposé stopper l’immigration venant du Mexique ne signifie pas pour autant qu’il a des vues politiques racialistes, il faudrait un peu recouvrer le sens des réalités de temps en temps. Et puis, au vu de la situation raciale des U.S.A et de la mentalité des Blancs de ce pays, ce n’est pas l’édification d’un mûr entre les U.S.A et le Mexique qui changera la donne raciale des États-Unis.

        Le seul mûr à construire, efficace et viable à long terme, demeure cognitif. S’il y a une réelle et salutaire partition à effectuer, de celle que vous évoquez, elle est avant tout de cette nature; le reste ira de soi. Pas besoin d’un état, d’une classe politique au pouvoir ou de disposer de ressources économiques exorbitantes pour cela. Encore faut-il que la majorité des Blancs américains aient une inclination racialiste suffisante pour que cette édification s’opère, ce qui est grandement douteux au vu de leur comportement et de leur état d’esprit. Hélas, les inclinations ne se commandent pas… Un autre détail à ne pas négliger, même si ce mûr venait à exister un jour, l’immigration de non-blancs continuerait aux U.S.A car la question migratoire ne se limite pas à celle de la frontière mexicaine; sans oublier les métissages et le fort taux de natalité des non-blancs déjà présents aux U.S.A depuis de nombreuses générations.

        Il ne faut également pas oublier que Trump est un membre à part entière de l’hyperclasse libérale, il ne représente qu’un courant politique particulier de celle-ci, il fait partie du sérail comme toute la classe politique du monde occidental. Vous croyez vraiment que Trump aurait pu faire des affaires tout au long de sa vie, s’enrichir éhontément comme tous les businessmen de son acabit, et s’engager en politique jusqu’à devenir président des U.S.A s’il avait été une menace pour l’hyperclasse mondialiste libérale ? Soyons sérieux, quand on connait le C.V de Trump, sa vacuité intellectuelle et idéologique (et celle de ses partisans américains), ainsi que ses accointances avec les lobbys juifs et bien d’autres, on ne peut que s’étonner de constater ENCORE un certain engouement pour Trump venant de la part de militants racialistes ou se déclarant comme tels.

  2. Trump ne fera jamais rien de fondamental pour la race blanche car son cœur et son âme sont juifs . C’est une élite wasp de merde qui se considère comme faisant partie du peuple « élu » . De ce fait , on ne doit pas le voir comme un traitre mais simplement comme un ennemi naturel .
    il tient le rôle de clown en chef grand méchant loup avec sa perruque ridicule et son mur en carton pâte mais pendant ce temps l’agenda hébraïque anti-aryen continu son « bonhomme » de chemin partout dans le monde .

    Je considère en tant que national socialiste, les wasp , les wiccans et autres débiles mentaux sois-disant de la « droite » américaine comme des ennemis de notre combat Aryen . Ces crypto juifs sont des cancers ! Ils sont pire encore que les catholiques . Si le judéo-protestantisme représente la voie de sortie à droite pour les shabbats goyim , le judéo-catholicisme quant a lui représente la voie à gauche . Pour nous, cette voie a l’avantage de ne pas se faire passer pour ce quelle n’est pas .

    A notre époque nous n’avons aucun système politique viable . Strictement aucun ! Les seuls groupes de blancs qui défendent la race blanche ainsi que l’Europe sont des groupes paramilitaires armés dans des pays en guerre ou en voie de l’être, comme l’Ukraine et la Grèce par exemple . Voila la triste réalité .

  3. Il est clair que tout le monde n’est pas d’accord sur Trump. Le personnage est, il faut bien le reconnaître, difficile à cerner.
    Imprévisible, brouillon, du moins en apparence, capable de volte-faces stupéfiantes, retirant les troupes de Syrie pour foutre le bordel au Vénézuela une semaine après… apaisant les relations avec la Russie et même la Corée du Nord…et dénonçant un traité de désarmement quelques mois plus tard….il y a de quoi en perdre son latin.
    Mais le ranger parmi nos ennemis…
    Ou le considérer comme un parfait abruti manipulé par les juifs…
    Ces derniers l’attaquent tous les jours, par tous les moyens possibles et imaginables.
    Tous leurs médias, tous leurs élus, tous leurs gens d’influence et de pouvoir, font obstacle à toutes ses décisions, ou presque. Agiraient-ils ainsi s’il était effectivement leur instrument ?
    J’ignore si Trump est raciste. En tout cas, je suis sur qu’il n’est pas un juif mental.
    Si tel était le cas, il ferait ce que font les juifs ou les culs-bénis qui peuvent leur être assimilés. Est ce le cas ? Non.
    Un certain nombre d’articles de Blanche Europe nous ont appris :
    – qu’il a bloqué la délocalisation de nombreuses industries, ce qui s’est traduit par une considérable réduction du chômage aux USA, revenu à son niveau le plus bas depuis quarante ans, et une réduction non moins considérable des profits de nombre (((d’investisseurs))) qui se frottaient déjà les mains à l’idée de transférer la production de nombre de produits manufacturés dans des pays où les salaires sont quatre à dix fois moins élevés,
    -qu’il a mis fin à la discrimination positive qui sévissait dans nombre de filières universitaires, et ainsi permis à des dizaines de milliers de jeunes Blancs brillants d’éviter de se voir écarter au profit de boucaques appartenant à une « minorité »,
    -qu’il a rétabli la sélection au mérite pour le recrutement des stagiaires de la Maison Blanche, de sorte que plus de 99% d’entre-eux sont désormais de purs Blancs Aryens,
    -qu’il a pris des mesures pour écarter les fiottes de l’armée,
    -qu’il a supprimé les contributions des États-Unis aux organisations internationales qui conduisent des actions anti-Blancs,
    -qu’il a dénoncé la fable du réchauffement climatique, indiquant qu’elle n’était qu’une ruse pour nous obliger à accepter un (((gouvernement mondial))) et des transferts de population du sud vers le nord,
    -qu’il a refusé de signer le traité de Marrakech et dénoncé tous les accords du même tonneau,
    -que toutes les mesures qu’il a prises ou tenté de faire appliquer en matière d’immigration visent non seulement à la réduire mais à l’inverser,
    -qu’il a dénoncé les fossoyeurs des valeurs familiales traditionnelles et combattu les lobbies LGBTQVXYZ et autres apôtres de la dégénérescence, et soutenu des mecs qui entendent revenir sur les conditions des plus laxistes des avortements et encourager les naissances dans des milieux qui sont très majoritairement Blancs,
    -qu’il a, malgré une pression considérable, refusé de condamner les patriotes de Charlotteville et rappelé la violence des antifas,
    -qu’il a nommé à la cour suprême, pour remplacer des juifs qui avaient noyauté cette institution, parmi les plus importantes des USA, dont le rôle est fondamental pour l’évolution des moeurs et de la société dans tous les domaines, par des juges non-seulement conservateurs mais aussi indéniablement suprémacistes blancs, l’un d’eux ayant d’ailleurs milité dans un groupe néo-fasciste,
    -qu’il a fait de même pour chaque renouvellement de juges fédéraux, ce qui finira, s’il peut poursuivre sur cette lancée, par ôter aux youtres et autres anti-Blancs, une de leur plus puissantes armes,
    -que sa guerre contre les (((merdias))) leur a fait perdre la confiance de millions de lecteurs et des centaines de milliers d’abonnements,
    Et je pourrai continuer longtemps.
    Maintenant, c’est vrai que le bonhomme est fantasque, qu’il est d’abord un dirigeant américain qui ne défend que les intérêts de son pays, et ce, en utilisant les procédés qui lui ont réussi en affaires, aussi tordus et déloyaux qu’ils puissent être. Chez les businessmen anglo-saxons et en particulier américains, une seule règle : c’est le premier qui bande qui encule l’autre !
    Et tous les coups sont permis, y compris les coups d’État, quand l’objectif est d’accroître les dividendes de la firme et la puissance du pays.
    Mais celui qui mène des actions qui nuisent à nos ennemis est, de facto, notre allié. Peu importe qu’il ne partage pas nos idées ; l’essentiel réside dans ses actes.
    Essayer de savoir ce qu’il a en tête ou le ranger dans une catégorie quelconque alors qu’on ignore presque tout de lui, et qu’on ne peut dès lors que porter des jugements à l’emporte-pièce qui ne peuvent refléter la complexité du personnage et peuvent être totalement opposés à la réalité, ça ne mène nulle part.
    Ce qu’il faut, c’est observer ses actions et
    voir celles qui nous sont ou non favorables.
    J’ignore ce qu’il y a dans la tête de Trump et je m’en branle. Mais si une de ses actions va dans le bon sens, il nous faut la soutenir. Idem pour Poutine.
    Ne nous trompons pas d’ennemis.

  4. Il faut donner un coup de capeau à Trump qui a contre lui une très très large majorité des médias et de tout un tas de fonctionnaires et de l’appareil de la justice ; il est très fort
    imaginez Macron avec une opposition pareille…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *