Articles de fond Culture et Histoire

La Première Guerre mondiale a été causée par la répression du nationalisme

Traduction de l’article de Diversity Macht Frei.


L’anniversaire du jour de l’armistice de la 1ère guerre mondiale a de nouveau mis en lumière la falsification ordinaire de l’histoire dans notre classe dirigeante : ils en ont attribué la faute au nationalisme.

Cette croyance constitue le fondement intellectuel de la catastrophe génocidaire qu’ils infligent à leurs propres peuples par le biais de l’immigration et de la diversité imposée.

[Note de Blanche : Plutôt que d’un fondement, il s’agit d’un prétexte, d’une justification illusoire]

C’est cependant tout à fait contraire à la vérité. La Première Guerre mondiale n’a pas été causée par le nationalisme. Elle a été causée par la répression du nationalisme. Le nationalisme, le désir de vivre dans son propre territoire sécurisé avec ses congénères, n’est pas une idéologie ou une philosophie politique. C’est un instinct humain fondamental, fondamentalement le même instinct qui entraîne les immigrants à se rassembler dans des ghettos avec d’autres gens de la même foi, de la même couleur ou de la même origine nationale ; et le même instinct qui nous fait nous éloigner d’eux dans ce que l’on appelle le « White flight », la fuite des Blancs.

La Première Guerre mondiale est née des tensions qui ont surgi au sein d’empires transnationaux à travers la répression des instincts patriotiques du peuple. Malgré tous les efforts déployés par les dirigeants pour instaurer un patriotisme artificiel basé autour de l’empire ou de la maison royale, cela n’aurait jamais pu être un substitut acceptable aux forces magnétiques de l’empathie génétique.

Aucune entité n’a incarné plus parfaitement la folie de ce rêve transnational que l’empire austro-hongrois des Habsbourg. Poste de pilotage de nationalités pleines de ressentiment contraintes de supporter une unité non voulue, il a fourni l’étincelle qui a allumé les flammes à Sarajevo. Il a également inspiré les visions ethno-nationalistes d’Hitler et de Theodor Herzl. Leur expérience de grandir dans cette expérience de diversité ratée les a convaincus que l’antinationalisme ne pourrait jamais fonctionner et que chaque peuple avait besoin d’un pays à lui tout seul.

Quelle ironie, alors que nos dirigeants ont réagi à cet échec catastrophique en tentant de recréer les conditions qui y ont mené. L’Union européenne est la renaissance de l’empire des Habsbourg. Le pseudo-patriotisme des « valeurs meuh », de la « citoyenneté meuh » et de « l’économie meuh » n’est qu’une incarnation moderne des liens méprisés de l’ancien empire.

C’est peut-être la tragédie suprême de l’histoire européenne que nos dirigeants aient réagi à la double catastrophe des guerres mondiales en interprétant de manière totalement erronée ce qui leur avait donné naissance et en évaluant mal leur politique en conséquence.

[Note de Blanche : S’il y a une indéniable et importante part de stupidité à l’œuvre, celle-ci a été un élément facilitateur plutôt que moteur du militantisme pour l’invasion migratoire.]

L’Histoire, condensée à l’essentiel, est simplement celle-ci. Les gens veulent vivre, en sécurité et libres, dans leur propre pays avec leurs congénères. Les étrangers entrent et tentent de leur prendre leurs ressources, qu’il s’agisse de leurs terres ou de biens meubles. Les seigneurs impériaux, ambitieux pour contrôler autant de ressources que possible, développent des idéologies qui justifient cette intrusion dans l’ordre naturel des gens vivant librement et en sécurité sur leur propre territoire. Ils imposent ces idéologies par la force sur une base transnationale, au-delà des limites ethniques naturelles du patriotisme. Les patriotes résistent à ces idéologies et à leur forte exigence et tentent de reprendre le contrôle d’un espace physique réservé à leurs semblables.

Presque toute l’Histoire peut s’insérer dans ce simple paradigme. La seule chose qui change de manière significative est la nature de l’idéologie utilisée pour justifier la perturbation de l’ordre ethnique naturel. Et, malheureusement, nous n’avons pas échappé à l’Histoire. Nous vivons encore à travers cette situation, obligés de lutter contre la dernière justification insensée des puissants pour forcer les gens à vivre avec des personnes avec lesquelles ils ne veulent pas vivre et à se frotter le nez avec la diversité.

[Note de Blanche : Gardons-nous cependant de succomber à la naïveté enfantine du « nationalisme pour tout le monde » : la restauration d’un ordre des choses sain en Europe ne voudrait pas dire que les conflits avec les non-Blancs s’évanouiraient, nos intérêts et les leurs étant incompatibles. La lutte fait partie de l’ordre naturel des choses.]

3 Replies to “La Première Guerre mondiale a été causée par la répression du nationalisme

  1. c’est à lire : les origines secrètes de la première guerre mondiale auteurs : Gerry Docherty et Jim Mcgregor aux éditions Nouvelle Terre .les auteurs de cet ouvrage n’ont jamais été dénigrés ni contredits.L’on comprend mieux les causes du premier conflit et qui préparait le second.

    1. Cette vision des choses n’est rien d’autre qu’une resucée des « nationalismes cause de la Grande Guerre ». il faut sortir de cette vision pour comprendre la véritable cause de cette guerre, parce que, évidemment, chaque nation européenne avait ses prétextes (et non ses justifications) pour entrer dans ce conflit qui est un des plus stupides de l’histoire européenne.
      Que les Anglais (ces derniers craignant que la Kriegsmarine concurrence la Royal Navy) – ou devrais-je plutôt dire… les (((Anglais))) – aient poussé à la roue est indéniable, mais pas n’importe quels Anglais, seulement les bellicistes impérialistes du genre Churchill financés par… les Rothschild (tiens ? on retrouve les mêmes dans les années 1930… quelle cohencidence !).

      Pour la France, il s’agissait de reprendre l’Alsace-Moselle – on se demande bien pourquoi, les Alsaciens se trouvant bien mieux sous les lois sociales de Bismarck et du 2ème Reich que sous celles de la 3ème ripoublique – aucune autre « raison ». C’est pour cette raison que les instituteurs au service de la FM ont instillé pendant des décennies dans la tête de leurs « têtes blondes » la haine irrationnelle du « boche », les préparant ainsi aux grands sacrifices de 1914-18 pour des intérêts qui n’étaient pas ceux du peuple français. Savez-vous au service de (((qui))) est la FM ?
      Les Allemands, ennemis héréditaires de la France ? Et si c’était plutôt l’inverse, comme l’a prouvé si souvent l’histoire depuis la partition de l’empire de Charlemagne, position des rois de France héritée par les diverses ripoubliques jusqu’aux gaullistes d’aujourd’hui comme le gras du cul Asselineau ?

      On peut aussi trouver de « bons prétextes » chez les Anglais (et les Français, là encore) qui craignaient le pangermanisme, pangermanisme qui à son tour craignait le panslavisme (loin d’être innocent*), etc.

      Bref, il ressort de tout cela que les peuples européens se seraient jetés les uns contre les autres uniquement par « peur de l’autre », uniquement par cette vision étriquée qu’est le nationalisme selon ses adversaires, on veut nous faire croire que cette guerre n’a que des causes paranoïaques dues aux méchants Blancs.
      Il est vrai que le paysan français est allé se battre contre le paysan allemand sans trop savoir pourquoi, et surtout il n’avait pas le choix sous peine de passer pour un lâche ou un traître : les nationalismes n’ont été que des instruments pour envoyer les gens du peuple au casse-pipe, pas la cause.

      En tant qu’amateur d’histoire depuis mon enfance, je préfère poser cette question qui est la même qu’on pose lors des enquêtes criminelles : « à qui profite le crime ? »
      Certainement pas aux peuples européens qui se sont finalement férocement entretués pour… rien du tout. Dans une large mesure, cela a profité aux USA, ou devrais-je plutôt dire… aux (((USA))).

      Pour moi, le but de cette guerre était la destruction des dernières monarchies absolues d’Europe afin de les remplacer par les ineffables « démocraties » avec la dette d’état assortie qui asservit ces dernières aux (((banksters))), et également la destruction de l’empire ottoman afin de pouvoir créer un foyer (((juif))) en Palestine (déclaration Balfour). Voici donc les (((véritables bénéficiaires))) de cette guerre.
      Tout le reste, ce n’est rien que des hochets.

      * Il ne faut pas oublier, alors que tous les gouvernements d’Europe souhaitaient cette guerre, que l’Allemagne a été seule accusée de son déclenchement lors du traité de Versailles ! Malheur aux vaincus…
      Outre les Anglais et les Français, voici un autre bon exemple d’idiots utiles (qui l’ont payé cher, je pense là au tsar Nicolas II), complices du déclenchement d’une guerre suicidaire pour l’Europe dont on ressent encore les conséquences aujourd’hui :

      https://www.youtube.com/watch?v=H0t5nEfDWXY

      https://web.archive.org/web/20080930030308/http://www.mouvsaintmichel.org:80/pozzi.htm

      Tout ça pour ça…

Répondre à Kalkulator Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *