Articles d'actualité Articles en exergue Europe Politique

Une eurodéputée gauchiste Italienne « attaquée » par des membres de CasaPound

Les choses ne bougent pas assez vite.

Si l’on veut frapper fort, il faut agir en même temps, avec des attaques coordonnées. Attaquer ici et là, sans faire de réels dégâts ne permet – généralement – pas de déstabiliser nos ennemis.

Au contraire, cela peut juste contribuer à nous rendre impopulaire. Il ne faut pas agir en fonction de l’acte – s’il sera populaire ou non n’est pas l’objectif – mais il est inutile de céder à des pulsions qui ne nous rapporteront rien.

Ne pas agir dans la précipitation, réfléchir avant d’agir. Attention à ne pas non plus vous creuser les méninges trop longtemps, le temps nous est compté. Rapide et efficace.

En Italie, une eurodéputée a été agressée par des membres de CasaPound, et l’attaque n’est pas franchement une réussite. Sans pour autant ne pas reconnaître que les auteurs tentent au moins de faire quelque chose, comparé à d’autres qui – par lâcheté – ne tentent jamais rien.

Ouest-France :

La manifestation anti-Salvini s’est mal terminée pour l’eurodéputée Eleonora Lorenza. Des militants néofascistes ont attaqué son groupe qui rejoignait un restaurant. Deux personnes ont été blessées.

Elle était présente à Bari vendredi 21 septembre pour soutenir des militants anti-fascistes manifestant contre la politique du ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini. La parlementaire européenne d’extrême gauche a été prise à partie quelques minutes après par des membres du groupe néofasciste CasaPound. Son assistant a fini à l’hôpital avec neuf points de suture.

Parler d’une agression, sans contexte, c’est désigner de facto la victime. Cependant, la réalité est plus complexe. Cette gauchiste était en train de manifester contre Salvini, et son groupe a été attaqué.

Les militants de CasaPound ont cru s’attaquer à un groupe d’antifas qui allait se restaurer après avoir durement combattu le fascisme dans les rues ! Qui ne nous dit pas si ce « groupe de gauchistes » n’avait pas provoqué, insulté ou même violenté des contre-manifestants plus tôt ? Ce n’est peut être qu’une vengeance, ou une réponse à la provocation.

Un véritable malentendu. Enfin, ça ne leur fera pas de mal. A chaque acte, sa conséquence. Les rouges oublient un peu vite qu’ils ne peuvent pas tout le temps cracher leur venin de propagande, faire passer leurs lois et rentrer tranquillement chez eux sans subir des menaces ou des violences.

Se croyant invincibles, protégés par la justice et par les forces de l’ordre, de fiers nationalistes les ont fait tomber de leur nuage. Involontairement, évidemment.

« Nous avons été attaqués avec des coups-de-poing américains, des chaînes, des barres de fer et d’autres armes. Je ne suis pas blessé contrairement à ceux présents avec moi : Claudio Riccio (ancien candidat aux élections, N.D.L.R.) et mon assistant parlementaire, Antonio », a expliqué l’eurodéputée. Interrogée par le journal italien La Repubblica, Antonio Perillo s’est exprimé avec un bandage impressionnant sur la tête.

Avec des armes si efficaces et si nombreuses, le but recherché n’était pas de les tuer ni même de les blesser grièvement. C’est une mise en garde.

Que chaque traître à sa race et à son pays se regarde dans une glace. Qu’il se demande ce qu’il est vraiment, ce qu’il est en train de faire et qu’il se demande s’il a fait les bons choix.

Son groupe politique au niveau européen, la GUE (gauche radicale) demande au gouvernement italien « d’arrêter d’ignorer les violences racistes et xénophobes », écrit-il dans un communiqué

L’avenir s’annonce sombre, pour les traîtres et les misérables soumis qui ne cessent de courber l’échine. Comme dit en introduction de l’article, attaquer par-ci par-là n’est pas une technique très efficace, sauf pour montrer qu’un groupe est présent sur un territoire – reprendre la rue, si j’ose employer la formulation de certains camarades.

Cependant, plus les choses dégénèrent, plus les attaques de ce genre seront nombreuses, qu’on le veuille ou non – stratégiquement, ce n’est pas forcément la meilleure option, bien que nous ne disposons pas de tant de choix.

Alors prenez vos précautions, et faites votre choix.

Dites vous bien que quoique vous fassiez, ce sera toujours mieux que de rester sur votre canapé. Gardez bien à l’esprit : réfléchir avant d’agir et surtout agir proprement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *