Articles d'actualité Conflits raciaux France Problèmes raciaux Résistance Aryenne

Saïd El Barkaoui, un pur envahisseur, éliminé par un courageux voisin

L’invasion ne fait que s’accroître, l’agacement de certains autochtones aussi. A force de côtoyer des allogènes malsains, vous pouvez devenir méchant. Au point de tuer votre gentil voisin, un arabe paisible avec plusieurs enfants évidemment, celui qui se gare n’importe comment dans votre rue et qui vous pourrit la vie jour après jour.

Certains subissent ça quotidiennement, des petits actes d’incivilités qui se transforment en cauchemar quotidien. Personne ne devrait avoir a subir ça, excédé un grand-père à pris son calibre à bout de bras et est allé montrer à ce sale arabe ce qu’il en coûtait de pourrir la vie de son voisin Blanc. Il a vidé son chargeur sur ce rat venu parasiter notre pays, cinq balles firent mouche.

Paris Match :

Le dimanche 20 mai, après avoir assisté à un match de rugby dans la commune landaise, Saïd El Barkaoui et sa femme Angélina se trouvent dans leur jardin et profitent des dernières chaleurs de la journée. Dans la rue, à quelques mètres de chez eux, l’épouse de Saïd, mère de quatre de ses enfants, aperçoit leur voisin retraité se garer près de chez eux. Elle le voit se pencher et attraper quelque chose dans le vide-poche, coté conducteur. Mais jamais elle n’aurait pensé que c’était une arme. Le voisin de 67 ans pénètre alors dans le jardin familial, et tire cinq balles sur Saïd El Barkaoui.

Sous les yeux de sa femme Angelina, l’impensable se produit. Le père des ses enfants vient de se faire tirer dessus par son voisin. Depuis la rue, le sexagénaire l’a pris pour cible avec un pistolet.

Cette pute à bougnoule aurait du prendre quelques balles aussi, pour faire un exemple qui devrait prévenir toutes les traîtresses à leur race qui osent faire des enfants avec les colons non-Blancs.

Famille-Saïd-El-Barkaoui-Bougnoule-Tué-Par-Balles
La femme de Saïd est la Blanche à gauche, le reste : la sœur de Saïd et ses parents.

Que cet acte la fasse réfléchir : ce n’est pas sûr. Au contraire, elle va se faire un plaisir de dénoncer cet acte de résistance avec toutes les accusations possibles : racisme, xénophobie…

Le sexagénaire n’a fait que son devoir : supprimer un soldat ennemi.

Cinq balles lui ont atteint une jambe, un bras et une épaule, dont deux se sont logées près de la moelle épinière. Immédiatement pris en charge à l’hôpital de Bordeaux, le père de famille ne rentre chez lui que le samedi 2 juin après avoir subi plusieurs interventions chirurgicales. Deux des cinq balles reçues ne peuvent être retirées sans faire risquer à Saïd la paralysie.

On dirait que notre tireur avait encore une vue suffisante pour atteindre sa cible. Les tirs n’auront pas été mortels sur le coup, mais les dégâts sont présents.

Un peu plus tard, le samedi 2 juin, pensant être en convalescence, il est enfin entouré des siens après deux semaines d’hospitalisation.Me Frédéric Dutin, l’avocat qui le représente, et qui s’est constitué partie civile, raconte les derniers mots de son client peu de temps avant sa mort. « C’est comme s’il m’avait tué. Je ne peux même plus porter mes enfants, parce que du jour au lendemain je peux me retrouver paralysé, parce que ma vie est finie ».

Saïd passe quand même sa première nuit chez lui, mais est très agité et somnolant. Le lendemain, le dimanche, « il s’est levé et s’est effondré dans sa chambre », rapporte l’avocat. Reconduit à l’hôpital de Bordeaux, sa mort cérébrale est officiellement constatée lundi 4 juin. Saïd El Barkaoui a succombé à une rupture d’anévrisme.

Le travail a été effectué, bel exemple pour tous ceux qui s’amuseraient à venir sur notre sol, prendre nos femmes et faire des bâtards qui seront nos ennemis de demain. Tout en nous parasitant. L’article, larmoyant, nous décrit un bon père de famille qui aurait été tué parce qu’arabe mais pour rien d’autre.
Cela tomberait du ciel, une rage inexpliquée de la part du tireur. Or ce n’est pas le cas. Ce n’est que la conséquence d’un problème de voisinage. Un problème de voisinage que tout le monde connaît lorsque la présence d’allogènes se fait trop proche. De la musique de bledards très forte, tout le temps, des enfants qui jouent au ballon contre les véhicules des voisins et j’en passe…

Selon les premiers éléments de l’enquête, ce sont des conflits de voisinage qui ont mené au drame. Les conflits qui opposaient les deux hommes seraient liés aux ballons des enfants envoyés dans le jardin du retraité et à des véhicules mal stationnés.

J’oubliais les véhicules garés en double file, au milieu de la route. Tout le temps. Si ce genre de problèmes vous dit quelque chose, vos voisins ont de grandes chances d’être des bougnoules, ou alors des racailles Blanches, c’est aussi bien répandu.

Pourtant, ce drame aurait pu être évité. Quinze jours avant la tentative d’assassinat, une plainte a été déposée contre le voisin de Saïd, selon Me Frederic Dutin. Plusieurs fois, l’homme de 67 ans a eu des propos jugés racistes.

« Enculé d’arabe, c’était son grand mot », confie l’avocat. « Mais un jour, c’est allé beaucoup plus loin. Les enfants de Saïd sont allés demander à leur voisin s’ils pouvaient récupérer leur ballon qu’ils avaient envoyé dans son jardin. Il s’est énervé alors Angélina est intervenue, et il est allé trop loin.
Il lui a donné une gifle en lui disant : « avec des gens comme vous, on devient raciste« . C’est là qu’une plainte avait été déposée de la part de mes clients », rajoute-t-il.

Je comprend, même sans fréquenter des gens comme ça dans son voisinage, on devient raciste en les voyant et en observant leur comportement. Ce n’est pas pour rien que le terme « comportement d’arabe » existe.

Lors de la tentative d’assassinat, le sexagénaire aurait tenu des propos tout aussi virulents. « Lorsqu’il a pénétré dans le jardin, il a pointé son arme sur Monsieur El Barkaoui et lui a dit :  » tu as vu enculé d’arabe, tu as vu ? Je te l’avais promis que je te tuerai « , rapporte l’avocat.

J’en frémis. Dommage qu’il ne l’ait pas fait de nuit avec une cagoule, il serait débarrassé de ce déchet et sans être inquiété par la police.

Dévastés, les proches de Saïd ont voulu témoigner leur soutien à sa femme et ses 6 enfants. Une cagnotte a été créée et est désormais d’un montant de 16 300 euros, avec pas moins de 550 participants. Famille, amis et anonymes, tous ont été attristés par cette sombre histoire.

Tous les gogoles anti-racistes vont donner du pognon pour faire vivre cette PAB et ses bâtards. Des cagnottes de ce genre, c’est du financement terroriste. Je vais trop loin ? On verra ce que les enfants feront quand ils grandiront et nous en reparlerons.

L’affaire n’a pas suscité un grand intérêt médiatique, comme espéré par tous les gauchistes au courant de l’affaire. Libération s’empresse donc de nous pondre un roman qui illustre la superbe vie de Saïd et sa terrible disparition.

Libération :

«Je savais qu’il y aurait un drame un jour ou l’autre», nous confie la femme du suspect, 65 ans, vêtue d’un chandail rose sans manches. Dans le village, on décrit cette assistante maternelle à la retraite depuis peu comme une femme «très dévouée, serviable», investie auprès du club de rugby local.
Elle affirme que les problèmes auraient commencé avec l’installation du couple, il y a quatre ans. La sexagénaire parle d’insultes, des «boum boum» d’une musique au niveau sonore «intenable»… La tension serait montée crescendo.

Son mari, raciste ? «Jamais de la vie ! En tant que fils d’immigrés polonais, il a lui-même connu le racisme.» Non, ils ne votent pas FN, assure-t-elle, dans cette commune landaise où Marine Le Pen est arrivée en tête du premier tour de la dernière présidentielle avec plus de 24% des suffrages (contre 19% en 2012).

Du rap à fond, de quoi être en bons termes avec ses voisins. Surtout avec des personnes âgées. Les racistes, ils ne sont pas progressistes !

Donc pour être raciste, il faut voter FN. J’ai toujours su que j’étais tolérant…

Les insultes pourtant peu équivoques qu’il aurait proférées lors d’une précédente altercation ? «Des propos tenus sous le coup de la colère.» D’ailleurs, il a beaucoup voyagé dans «les pays noirs», se sent-elle obligée d’ajouter. Avant de noter, renfrognée : «Si on peut encore dire ‘noir’, parce qu’on ne peut plus rien dire…»

L’avocat du suspect, Me Anthony Sutter déplore : «On tombe dans la caricature de l’homme blanc qui tue son voisin arabe. C’est un conflit de voisinage latent depuis plusieurs années qu’on n’a pas su arrêter.» S’il a reconnu les faits, son client rejette la préméditation et le caractère raciste de l’acte.

La tentative de dédouanement de pensées racistes ne fonctionnera pas au tribunal. Ils ne goberont jamais ça, que cela doit vrai ou non. Ils vont voir la situation, un vieux Blanc qui tue un gentil arabe : racisme.

[…] Début mars, le sexagénaire avait déposé une main courante à la gendarmerie en raison d’une musique trop forte.

Qui n’avait abouti à rien donc, porter plainte contre un arabe c’est inefficace. On voit que la méthode du 22 long rifle est rapide.

Croisé par hasard, David, 40 ans, connaît bien une voisine immédiate du suspect. Quand les ballons de ses deux fils disparaissaient de l’autre côté de la haie, ils «ne revenaient jamais».

Surtout, ce père de famille n’a pas oublié le soir d’été où ils célébraient l’anniversaire de cette amie musulmane, attablés dehors entre couples d’amis et leurs enfants. «D’un coup, on a entendu quelqu’un tirer en l’air en criant : « Faites moins de bruit ». On est vite rentrés ; on s’est dit : « Qu’est ce que c’est que ce mec ?!« »

Le couple de sexagénaires était donc entouré de musulmans, sympa comme quartier. La situation peut vite dégénérer quand votre instinct racial constate la situation, entouré de colons qui vous pourrissent la vie et qui fêtent l’anniversaire d’autres colons. Étonnant que le drame ne soit pas arrivé plus tôt, la cocotte-minute n’attendait que d’exploser.

Saïd le gentil piou-piou ?

[…] Il y a la rumeur, lancinante, qui voudrait faire de Saïd le «caïd du village». «C’est largement exagéré !», se marre à moitié Jacky, 30 ans, un copain d’enfance. «Ça lui est arrivé de se bagarrer, mais c’était un travailleur et un mec toujours prêt à rendre service.» Le grand blond tatoué a d’ailleurs «manqué de mettre une gifle» à un collègue s’étant permis le commentaire : «C’est bien fait pour lui, il avait qu’à moins faire le con».

«Beaucoup vous diront que c’était un cas soc’, un bon à rien. Les gens mélangent tout, ça ne justifie rien», glisse une riveraine préférant garder l’anonymat. Pour ce qui est des faits, Saïd était «connu des services de police pour des faits mineurs», a indiqué le parquet de Mont-de-Marsan.

Des rumeurs oui, on y croit. Bah moi qui pensait que c’était un gentil père de famille, que tout le monde appréciait. Si il y avait des rumeurs contre lui, il ne devait pas être si populaire. Et dans chaque rumeur, il y a une part de vérité.

«Si personne ne fait rien, ce sera bientôt le Far West», s’agace une Ychouxoise d’origine portugaise. C’est vrai qu’elle «ne lui aurait pas donné le bon dieu sans confession», mais elle adorait Saïd, qui venait parfois manger avec ses enfants dans son snack-kebab.

Une Portugaise qui gère un Kebab ? Pas commun ça, z’êtes sûrs des origines de la dame ?

Rangeant les glaces au fond de son congélateur, elle lâche : «Si c’était un Noir qui avait tiré… Je vous dis pas ! Là, parce que c’est un Blanc, certains disent : « Il a eu raison, il emmerdait tout le monde ». Y’a plus de racistes qu’autre chose ici, vous savez !»

Tiens, les gens sont contents de sa mort, parce qu’ils sont racistes. C’est un véritable bonheur de lire ça. Ou alors c’était juste parce que c’était vraiment un sale type et que le fait qu’il soit arabe ne faisait qu’en rajouter à sa liste de défauts.

L’affaire divise son village en deux camps. «Le fondement d’Ychoux, c’est la diversité. Je ne peux pas cautionner un tel acte», dit-il, encore choqué par ce message lu sur les réseaux : «Deux balles auraient suffi».

Ahaha, je vous soutiens que ce ne sera pas la dernière fusillade dans ce village. Les campagnards observent de plus en plus des familles de bougnoules qui s’installent chez eux. Ils quittent les villes pour la campagne et viennent donc parasiter des gens qui ne sont pas habitués à leur présence. Les réactions peuvent donc être… violentes !

Saluons son acte salvateur qui doit nous insuffler à tous un élan de courage pour agir nous même et éviter que des personnes âgées ne souffrent de la justice. Pour éviter que nos enfants ne subissent la présence allogène, pour éviter que la race Blanche ne se fasse écraser par le métissage ou par la dangerosité raciale des envahisseurs.
sticker_by_ssa_l_we_must_secure_by_ssa_art-d9ql2m3

20 Replies to “Saïd El Barkaoui, un pur envahisseur, éliminé par un courageux voisin

  1. Les gens se cotisent pour la pute à bougnoule, et que faisons-nous pour les patriotes incarcérés ? Existe-t-il un groupement d’aide aux patriotes en détresse ?

      1. J’espère que ton article donnera quelques idées aux blancs qui subissent aux quotidiens les allogènes dans leur voisinage, et si des allogènes le lisent aussi j’espère que ça leur feras un peu peur et que ça les inciteras à rentrer chez eux.

    1. La PAB a dû toucher une cagnotte de Tipee ou un autre site de ce genre. Mais ces sites ferment les cagnottes qui concernent les natios / identitaires.

  2. Remarquons comme tout est bien huilé et huileux :
    avec l’élan choahtique on crée des lois contre le rrrracisme, et l’antitermitisme, et, quand tout est bien cadenassé en haut, d’un point de vue légal, on fait venir des hordes de sauvages dont on excuse par avance les déprédations par le pillage de leurs terres etc, bref, la culpabilisation blanche ad vitam eternam. Ensuite, il suffit aux Juifs de maintenir une paix sociale artificielle, le temps qu’il y ait suffisamment de non Blancs en europe pour que de toute part on s’autocensure. Observons par exemple l’affaire du nègre des balcons dont il est impossible de discuter sans enfreindre les lois liberticides. On a beau montrer que tout cela n’est que supercherie, nos lâches et sinistres interlocuteurs refusent d’aller jusqu’au bout du raisonnement. La paix juive nous tue à petit feu et le gouvernement d’occupation juive sait y mettre les moyens légaux ou non, ça n’a plus guère d’importance car c’est tellement énorme que le bon citoyen lambda ne peut imaginer la traîtrise de cette engeance et de ses zélés serviteurs :
    http://www.contre-info.com/cedric-herrou-coordonne-les-passages-de-clandestins-avec-un-officier-de-gendarmerie-dorigine-nord-africaine
    Si quelque crime, tel celui du jeune Adrien à Grenoble, vient à faire un peu de bruit, on profite de la détresse d’une famille éplorée pour lui glisser un avocat juif crasseux qui va tempérer tout cela pour les seuls intérêts de sa communauté en empochant au passage le pognon des blancs.
    Les Blancs paient eux-mêmes leur silence et leur soumission avec l’approbation bienveillante et bruyante de la gauchiasse complice par sa stupidité ou sa saloperie légendaires.
    Qu’un Blanc ose se rebeller et c’est la chape de plomb qui s’abat sur tous. Finie la compréhension, le Blanc est de facto coupable et nulle circonstance atténuante si ce n’est l’antiracisme servi ad nauseam pour se repentir temporairement de son acte… Nous devons toujours et plus que jamais amper devant le Juif, c’est le seul prix pour un semblant de pardon qu’il reprendra dès que cela l’arrangera.
    Motivée ou non, la réaction du Blanc ne sera jamais excusée : rappelons-nous Luca Traini en Italie qui croupit en prison pour avoir voulu venger le meurtre horrible d’une jeune femme Blanche par des Cafres sauvages, meurtre que la presse a bien caché pour que ne reste dans l’opinion que l’image d’un sale Blanc raciste qui tire gratuitement sur des Noirs…
    ***
    Je sais qu’il existe le comité d’entraide nationaliste CLAN mais je ne sais ce que ça vaut…

  3. Ce brave monsieur ne demandait qu a vivre tranquillement il a du demander gentiment au début a ce parasite de garer sa voiture devant chez lui de baisser sa musique etc sauf que le crouille n en avait certainement rien a faire et se rendant compte qu appelé la police ne servait a rien il a fini par péter les plombs
    Le probleme c est que des crouilles et negres on commence a en voir dans les villages ce qui n etait pas le cas il y a une dizaine d années tant qu ils ne sont pas trop nombreux ils se tiennent tranquille mais des qu ils commencent a etre nombreux ils deviennent invivables

  4. Avec ces enculés, il ne faut pas y aller à visage découvert car ils sont protégés par d’autres (((enculés))).
    Et la « jewstice ».
    Leur demander de faire moins de bruit ou de se garer ailleurs ? Ils jouissent de t’emmerder et tu les fais encore plus bander ! Mais leur bagnole peut prendre feu, leur ligne électrique griller, leur clebs bouffer un truc qui ne lui réussira pas. Et ils peuvent même avoir un accident !
    Et quand tu les croises : de grands sourires. « Ça va, M’sieur Mohamed ?
    J’ai appris pour vôtre bagnole. Connards de jeunes ! Faut qu’y viennent faire chier jusqu’ici ! »
    Nous aussi, on peut faire la takhiya…
    Et vous ne serez jamais emmerdés par les flics.

    1. Ce genre de technique je l ai experimenté avec un voisin bruyant il faisait du bruit j etais monté a son etage lui expliqué qu il fallait qu il se calme je bossais le lendemain et que j avais des enfants en bas age qu il empechait de dormir
      Ce monsieur n a pas apprecier et ma défoncé ma boite au lettre si j avais été le voir il m aurait dit que c etait pas lui ce que j ai fait j ai défoncer la sienne et quand je l ai croiser dans le couloir je lui ai fait un grand sourire il a compris le message et je n ai plus eut de probleme avec lui

  5. Cet article montre bien le 2 poids 2 mesures, pour qui a encore un peu de jugeote.
    La évidement, on n’a aucun témoignage comme quoi le retraité avait été un bon père de famille aimant et que « personne dans son entourage ne comprends pourquoi il a fait ça ».
    La évidement, on ne nous fait pas le coup du « déséquilibré » ou du « fusil qui s’est déchargé tout seul ».
    Alors même que le momo aurait été tué sans aucune raison soit disant. C’est forcément le racisme pur et dur, le vioque n’a pas pu s’empêcher tellement il avait la haine.
    Ben voyons.
    C’est tellement grossier.

  6. Il y a plusieurs aspects dans cette affaire :
    – le meurtre/homicide
    – la politique de génocide des Blancs par remplacement racial
    – la façon dont les immigrés foutent en l’air la vie des Blancs
    – le problème des Blancs qui procréent avec des immigrés
    – l’accusation de « racisme » par les médias génocideurs
    Évidemment, on ne peut pas demander au gouvernement de légaliser le meurtre d’immigrés. D’ailleurs, la politique du gouvernement consiste à liquider les Blancs par remplacement racial. On sait qu’il trouvera des circonstances atténuantes aux immigrés qui tuent des Blancs (enfance malheureuse, racisme, etc), mais pas aux Blancs qui tirent sur des immigrés.
    La solution serait donc de changer de gouvernement, pour procéder ensuite au rapatriement pacifique (et éventuellement indemnisé) des immigrés dans leurs divers pays d’origine.
    Mais les Blancs à qui les immigrés pourrissent la vie ne peuvent pas se contenter d’espérer qu’on change un jour de gouvernement. Tout au plus, s’ils en ont l’énergie et les moyens financiers nécessaires, ils peuvent essayer de déménager plus loin, tout en sachant qu’ils seront rattrapés un jour ou l’autre par Macron et ses amis juifs, qui ont bien l’intention d’injecter des Noirs et des Arabes jusque dans le trou le plus paumé.
    Bref, il n’y a pas de solution.
    Dans des histoires comme celle-là, les médias juifs ne s’intéressent pas au meurtre en lui-même, mais au « racisme » du meurtrier.
    En réalité, le problème « raciste » vient des médias juifs eux-mêmes, dont l’ambition est de nous génocider au niveau collectif par remplacement racial. Il s’agit de faire disparaître la race blanche. C’est un RACISME D’EXTERMINATION.
    Par contre, les Blancs excédés qui tirent sur des Arabes pratiquent un simple RACISME RÉACTIF D’AUTODÉFENSE. Leur idéal à eux serait de continuer à vivre tranquillement, pendant que les Arabes resteraient en Arabie.
    Comme je disais, on ne peut pas prendre nos compatriotes à témoins et demander au gouvernement d’autoriser les meurtres. La seule issue possible est de se débarrasser de notre gouvernement génocidaire. Mais en attendant, on peut quand même dénoncer le concept de « meurtre raciste » inventé par le pouvoir juif.
    Avec eux, en cas de meurtre inter-racial, la sentence du tribunal dépend de la race du meurtrier et de sa victime.
    Si le meurtrier est blanc, c’est un crime raciste, ça vaut 15 ou 20 ans.
    Mais dans 9 cas sur 10, c’est un Blanc ou une Blanche qui s’est fait tuer par un Noir ou un Arabe (plus de 99% des cas, dans les affaires de viols interraciaux). Dans ce cas, le crime n’est pas considéré comme raciste, et les circonstances atténuantes sont accordées, ce qui donne une peine de 5 ou 6 ans.
    Évidemment, je ne connais pas les chiffres réels, car le gouvernement refusera toujours de les publier.

    1. Pour illustrer ton commentaire, Cestpasmoi, on peut citer Jean Pierre-Bloch, ancien président de la Licracra « lorsqu’un Français tue un Arabe, c’est un acte raciste, quand un arabe tue un Français, c’est un fait divers ». Et on peut encore y ajouter ce que disait en substance un juge femelle suédois en 2016 je crois, à savoir qu’un migrant violeur était plus excusable qu’un autochtone car c’était dans sa culture alors que le Suédois était forcément conscient de son acte ce qui, soit dit en passant, est « raciste au dernier degré » comme dit ce crétin d’asselineau : le Suédois civilisé sait que c’est mal alors que le subhumain n’y peut rien et on va, en bonne gauchiasse des familles faire semblant de lui apprendre les bonnes manières… Et puis, si ça ne marche pas, tant pis, on fera avec ! Et tout ça pour le plus grand plaisir de la juiverie qui doit se taper sur les cuisses tous les matins que Yahvé fait en voyant jusqu’à quel point les Blancs sont capables de creuser pour descendre et qu’ils creuseront encore plus profond si elle le leur demande. Je pense que la liste des actes de soumission pourrait être allongée à l’infini.

  7. Je ne vais certainement pas pleurer pour lui. Quand on cherche la merde, il faut s’attendre au retour du bâton. Surtout que c’est un arabe qui as cherché un de nos frères blancs. Ce n’est que justice accomplie.

    1. Mes biens chers frères, ma bien chère sœur 🙂 :
      Comme budo spirit et moi-même l’avons dit, nous pouvons autant pourrir la vie aux envahisseurs qu’ils nous la pourrissent.
      Il suffit d’être, nous aussi, les rois des faux-culs, et de ne pas agir à visage découvert mais dans l’ombre et sournoisement.
      Ces gens ne respectent que la force. S’ils devinent d’où vient le coup, ils se méfieront car ils sauront avoir affaire à un salopard capable de les frapper en traître à tout moment. C’est une façon de parler ; frapper un de ces enculés, même dans le dos, n’est certainement pas se conduire en traître. On se bat à la loyale avec un ami avec lequel on règle un différend de façon virile, mais un ennemi mortel, comme on l’apprend dans toutes les armées, ça se neutralise vite et bien et sans le saluer au préalable…
      Ces gens ne sont courageux qu’à dix contre un. Ils ne tentent de se venger que s’ils sont surs de ne pas s’exposer à des représailles encore pires. Les Corses sont rarement emmerdés…
      Et s’ils ne savent pas qui les à frappés et ne peuvent avoir aucun soupçon, c’est encore mieux.
      Car alors, c’est eux qui finiront par déménager.
      Le taux d’élucidation des atteintes aux biens est ridicule :
      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/15/01016-20150315ARTFIG00139-la-police-a-ete-moins-efficace-en-2014.php
      Et leur pourrir la vie, c’est bien, leur ôter, c’est mieux.
      Ne vous laissez pas impressionner par le taux de résolution des homicides. La plupart sont commis par des boucaques avec un QI d’amibe ou des Blancs agissant à visage découvert et devant témoins comme dans le cas cité par cet article.
      Lorsque le meurtrier n’est pas connu de sa victime ou de ses proches, le taux chute à environ 30%. Lorsqu’il n’utilise pas d’arme identifiable, à moins de 10%.
      Lorsqu’il ne laisse aucune trace, il peut en faire son métier et profitera de sa retraite dans une île paradisiaque…
      Et il y a des moyens de tuer qui agissent à grande distance, ou ne laissent aucune trace, voire combinent les deux avantages.
      Mais là, il faut maîtriser le sujet et avoir un sacré matos. Seuls la CIA et le FSB ont de tels moyens.
      ( L’empoisonnement de deux ex-agents russes en GB est bien évidemment une manipulation.
      Si Vlad II avait voulu les éliminer, il l’aurait fait à un autre moment et par d’autres procédés. )
      Mais sans être de supers espions, si vous êtes discrets, organisés et méticuleux, vous pouvez vous débarrasser de vos ennemis.
      De nos ennemis…
      D’innombrables conseils pratiques ont publiés sur ce site.
      De la réflexion doit naître l’action.
      Ce qui n’interdit pas de continuer à réfléchir, bien au contraire.
      Songez, par exemple, que plein de gens ont des problèmes avec leur bagnole, leurs installations domestiques, leur santé, peuvent avoir des accidents plus ou moins graves, et que jamais la police ne se penche là-dessus. Sans parler de toutes ces « petites incivilités » dont les auteurs sont inidentifiables et qui ne pourrissent habituellement que les trop gentils Blancs.
      Il est temps de rendre coup pour coup ! Mais avec le sourire…

      1. Je suis bien d’accord mais dans mon cas, il me faut de l’entraînement avant. Par contre je trouve imprudent d’écrire ceci ici. Les flics nous observe probablement. Soyons prudents.

        1. Bien sûr qu’ils nous lisent !
          Salut les gars !
          Toujours heureux de vous faire défoncer la gueule par des sauvages sans pouvoir riposter ? Parce que si vous le faites, et qu’un gars ou une fille qui passait là « par hasard » est blessé, c’est maintenant toute la brigade, voire la compagnie, qui sera condamnée à aller au trou. ( il y a toujours de bons jeunes gens qui, pour rentrer chez eux, prennent un raccourci en traversant une place où des centaines de gauchos lancent des pavés ou des cocktails molotov sur les flics, qui ripostent avec des grenades lacris ou de désencerclement.
          Ça met du piment au trajet ; c’est plus ludique que de passer par une petite rue tranquille. C’est comme celui qui ramasse une grenade qui lui pète à la gueule. Ce n’est pas qu’il voulait la renvoyer sur vos collègues.
          Non, ce brave garçon cueillait des champignons et il l’a prise pour un bolet…
          C’est pourtant simple de ne pas être emmerdé par les boeufs-carottes : il suffit de laisser les collègues cramer dans leur bagnole ou de cramer vous-même. Avec de la chance, vous aurez droit à une jolie médaille dont le coût sera déduit de votre paie ( faux pas déconner non plus ; avec ce que coûte l’accueil des migrants à l’Interieur, il faut bien que Collomb fasse des économies.
          Enfin, le jour où vous en aurez marre de servir de cibles et de voir vos femmes et vos gosses agressés par la racaille exotique, vous pourrez toujours suivre mes conseils. Contrairement au camarade qui a écrit le message inquiet ci-dessus, vous, vous avez l’entraînement…

            1. C’est des mecs comme les autres et eux aussi n’ont pas envie de se faire défoncer, voire de crever, ou que des racailles massacrent leurs femmes et leurs gosses parce qu’ils sont flics, ou que ça arrive à leur potes. Or, c’est maintenant ce qui se produit des milliers de fois par an. Et ils savent d’où vient le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *