Articles d'actualité Articles en exergue Europe Politique

Guy Verhofstadt pense que les dirigeants "nationalistes" Européens sont des agents de Poutine

Autant nous ne sommes pas pour Poutine, qui fait emprisonner les véritables nationalistes, autant il faut arrêter de toujours vouloir tout lui mettre sur le dos. C’est stupide.

RT :

Devant le Parlement européen, le 13 juin, le député belge Guy Verhofstadt a laissé éclater au grand jour sa forte inquiétude vis-à-vis de la vague nationaliste qui traverse actuellement de nombreux pays de l’Union européenne.

Un mouvement de fond pour lequel il n’a trouvé qu’une explication et qu’un coupable : la Russie de Vladimir Poutine et l’influence néfaste qu’elle exercerait au sein de l’Europe.

Le fait que des partis dits « nationalistes » prennent de l’ampleur inquiète un nombre élevé de politiques. En même temps, cela signifie que des gens désirent du changement (et tombent dans le piège de la fausse opposition) et qu’ils veulent arrêter de se faire diriger par des traîtres et des escrocs. L’inquiétude grandit donc dès que les votes pour les partis nationalistes augmentent.

Il serait agréable de croire que les gens voteront tous pour des partis « nationalistes » mais d’une part ça ne changera pas grand chose étant donné qu’ils sont aussi (((contrôlés))) et d’autre part on sait très bien qu’il y a peu de chance que les gens maintiennent le cap à droite toute.

Poutine serait donc le responsable de cette montée du « nationalisme » en Europe ! Le coupable est désigné, un coup c’est Trump, un autre coup c’est les USA… Jamais nos chers politiques se disent que c’est dû au fait que les gens en ont marre d’être gouvernés par des incompétents qui ne cherchent qu’à tirer profit de la situation ?

 

Ainsi, selon Guy Verhofstadt, le souverainiste britannique Nigel Farage (UK Independance Party-UKIP), la française Marine Le Pen (Rassemblement national-RN), le Premier ministre hongrois Viktor Orban (Fidesz-Union civique hongroise) et le néerlandais Geert Wilders (Parti pour la liberté-PVV) ne représenteraient ni plus ni moins que «la cinquième colonne de l’Europe».

Ces responsables n’agiraient en effet pas de leur propre chef pour détruire le rêve européen si cher au député belge, mais ils réaliseraient en fait cette basse besogne avec le soutien actif du Kremlin, dont ils prendraient «l’argent et les renseignements».

Une cinquième colonne qui fait dans la droite molle, ouhlala le grand méchant loup est de retour.
Ils seraient payés et renseignés par le Kremlin, ça va loin cette histoire. Notre Verhofstadt ne basculerait pas dans un complotisme de bas étage ? Qualifier plusieurs politiques d’agents Russes, il faut le vouloir !

Une accusation réitérée et complétée sur Twitter par le coordinateur du Brexit auprès du Parlement, puisqu’il a inclus à sa liste, dans un message publié sur le réseau social, deux autres agents supposés du Kremlin : l’italien Matteo Salvini (La Ligue) et même le polonais Jaroslaw Kaczynski (Parti droit et justice-PiS), qui ne brille pourtant pas par ses prises de positions prorusses.

Qu’importe, les voilà tous affublés du qualificatif de «pom-pom girls de Vladimir Poutine», avec en prime une accusation contre Aaron Banks, l’ami de Nigel Farage, qui se voit soupçonné de «collusion avec la Russie» pour «mener à bien le Brexit».

La cocaïne me semble être de bonne qualité au Parlement Européen… Les soirées doivent donner pour sortir de telles âneries. Il prend les mêmes produits que Juncker ? Pardon, lui c’est l’alcool son petit truc.

«C’est un mensonge sans fondement. Je n’ai jamais reçu de soutien financier ou politique russe. Je vous suggère de vous retirer», a sèchement répliqué Nigel Farage sur Twitter. Ray Finch, député UKIP, a de son côté estimé dans les colonnes de The Independent que Guy Verhofstadt était «incapable ou qu’il ne voulait pas» accepter que les Britanniques aient choisi de quitter l’UE.

«C’est un théoricien du complot qui mérite notre pitié. C’est amusant qu’il n’ait pas mentionné son grand ami George Soros qui a publiquement donné des milliards à des campagnes politiques», a-t-il fait remarquer.

Tiens donc, suspect d’être ami avec (((George Soros))). Qui est l’agent étranger déjà ?

Open Society, la fondation de Soros, a reçu 18 milliards de dollars de sa poche. Cette association s’était vantée d’avoir des réunions à la commission Européenne et avait publiée une liste d’amis fiables au Parlement de 226 personnes, dont le nom de Guy Verhofstadt. Mauvaise pioche de parler d’agents Russes quand on travaille soi-même pour les juifs !

S’il demeure convaincu de subir une offensive de l’intérieur fomentée par la Russie, Guy Verhofstadt voit l’avenir de l’UE de manière d’autant plus sombre que le bloc fait face à des menaces au-delà de ses frontières. Il existe d’après lui un «cercle du mal autour du continent», qui comprend bien entendu le président russe Vladimir Poutine, mais aussi son homologue turc Recep Erdogan.

Il ajoute à cette liste le président des États-Unis, Donald Trump, «dans ses mauvais jours». «Et c’est tous les jours en ce moment», ajoute-t-il.

L’offensive de l’intérieur nous vient bien des anti-Blancs qui nous gouvernent ! Et pas besoin de creuser bien loin pour trouver des coupables… sans parler des juifs !

Mais non, il faudrait jeter son dévolu sur les Russes qui financeraient des nationalistes redoutables. J’aime l’humour, à ce point je suis servi.

0 Replies to “Guy Verhofstadt pense que les dirigeants "nationalistes" Européens sont des agents de Poutine

  1. Ce sac à merde à la solde de l’immonde (((Soros))) ose dire que ce sont les trop rares politiques qui respectent un tant soit peu la volonté de leurs peuples qui sont des vendus. L’inversion accusatoire, arme favorite des youtrons et de leurs marionnettes…
    Pour une telle ordure, il faudrait rétablir les supplices en vigueur au Moyen-age, afin que son agonie soit très longue et très douloureuse…
    Les traîtres sont plus méprisables et haïssables que nos ennemis.

  2. Tout est bon pour diaboliser Poutine, de même que tout était bon pour diaboliser Hitler (bien que les deux ne soient pas comparables, que ce soit clair).
    Il faut bien motiver les citoyens ‘démocrates’ du camp du bien pour au mieux justifier les sanctions économiques prises contre la Fédération de Russie (qui se retourent contre les Européens qui se privent de débouchés pour leurs produits), au pire aller se faire trouer la peau en cas de conflit, tout ceci pour des intérêts qui ne sont pas les leurs, comme d’habitude.
    Ce Verhofstadt fait partie des idiots utiles du système, voire des traîtres.

  3. Encore un fini à la pisse. Et un agent de (((Soros))) qui parle de main-mise russe. C’est la paille et la poutre. La montée du nationalisme n’est pas négative, elle montre un réveil des européens. Un réveil très léger et très tardif mais un réveil quand même. Attendons un peu, peut être que la situation basculera en notre faveur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *