Articles d'actualité France Politique

Le tract "raciste" de Laurent Wauquiez

Polémique du jour, Les Républicains basculeraient dans la haine du racisme ! Une énorme blague pour bien commencer la journée, ça tombe à pic.

Faire un tract qui comporte les mots  « France », « Reste » : c’est déjà trop. « Pour que la France reste la France » est le slogan qui fait hurler les fragiles qui nous servent de politiques.

Le Monde :

A l’occasion de leur mouvement de mobilisation appelé « Printemps des Républicains », le parti Les Républicains distribuera 1,5 million de tracts qui identifient les « réalités » de la France. Selon eux, la France est menacée par six problèmes majeurs : la hausse des impôts ; le nombre d’immigrés ; la menace terroriste ; la pression communautariste ; la délinquance ; les fractures territoriales.

C’est vrai qu’il nous fallait se tract pour se rendre compte de la réalité en France.
Affiche-Polémique-Laurent-Wauquiez-LR
Sauf que la véritable menace n’est pas citée, en tout cas par directement : le remplacement racial. C’est le point qui aurait dû être plus clairement exprimé.

Oups, c’est impossible, on parle de la droite dure de la France, les plus durs que les durs, les plus racistes que les racistes.

On y croit.

Virginie Calmels, la vice-présidente du parti, a expliqué, jeudi 7 juin au micro de France Inter, que Les Républicains voulaient se positionner « à mi-chemin entre La République en marche et le Front national ». Pour elle, le nouveau tract est « inutilement anxiogène », mais il ne représente pas des idées d’extrême droite, puisque beaucoup d’autres personnalités politiques l’avaient déjà utilisé.
Elle a tout de même admis qu’il y avait eu un « dysfonctionnement » dans le parti puisque tous les membres des Républicains ne soutiennent pas la diffusion du tract.

Vouloir s’accorder avec tout le monde est impossible. Si on attend d’avoir 100% des gens de notre parti pour diffuser un tract : aucun document ne sortira ! LR tente de faire un mimétisme avec les idées du FN et copient dans le même temps la mollesse de Marine.

Copie réussie.

Autant dire que tenter de se placer entre deux partis, pour dire oui pas trop à gauche, mais pas trop à droite : ce sont des vautours à la recherche d’âmes égarées, pour se nourrir. Lorsque l’on possède des idées, il n’y a pas besoin d’argumenter en fonction des autres partis, pas besoin de se placer entre deux gros partis. C’est peine perdue.

On voit que LR, c’est comme le PS : ça disparaît progressivement.

Pour Aurore Bergé, ex-membre des Républicains, aujourd’hui députée LRM, le tract symbolise le rapprochement idéologique de la droite avec le FN. « Honnêtement, si vous ne mettez pas le logo des Républicains, vous pouvez mettre le logo du Front national (…). Je pense que c’est un slogan que les Français identifient plus au Front national qu’à la droite », a-t-elle déclaré à L’Obs.

Aurore Bergé qui est vice-présidente du groupe d’amitié France-Israël. Une femme de convictions, assurément pas les nôtres.

Elle contribue à faire le jeu de l’opposition contrôlée. Rejeter la haine sur des partis de « droite » pour faire croire qu’ils le sont réellement. Sauf que le FN n’est même pas à droite. Comment embobiner les Français en leur expliquant que LR : c’est raciste  ? En faisant parler des politiques gauchistes qui soutiendront cette version mensongère.

Certains membres du parti soutiennent toutefois l’initiative de leur président, Laurent Wauquiez, tel l’ancien ministre Brice Hortefeux, qui confiait au Figaro : « Dire que la France doit rester la France, je ne vois pas ce que cela a de choquant. C’est même du bon sens. » Laurent Wauquiez se défend en expliquant que la formule a déjà été utilisée par plusieurs autres partis politiques qui eux n’ont jamais été accusés de proximité avec le Front national.

Emmanuel Macron a bien prononcé ces mots lors d’un meeting à Montpellier en 2016, mais il est important de noter la différence entre ses propos et ceux du tract LR. La phrase qui précédait celle du slogan était : « Et je vais vous dire le fond de ma pensée : être français, ça n’est pas seulement une question de droit du sol, de droit du sang, de droit d’asile ou de papiers d’identité. Pour moi, toutes celles et ceux qui s’engagent pour la France, qui veulent la France au quotidien, tous ceux-là sont français. » Il proposait donc une vision de l’immigration très éloignée du tract des Républicains.

Être Froncé n’est pas qu’une histoire de papiers, il est vrai. C’est une histoire de race. Macron ne le dit pas, c’est pourtant évident. Pour nous en tout cas. De plus, si l’on en croit les mots de notre président actuel : chaque personne qui veut la France est Français : n’est-ce pas magnifique ? Plus immigrationniste que ça, tu meurs.

Cette affaire de tract trop à droite n’est qu’une nouvelle supercherie. Parler de France, c’est déjà trop pour la gauche. Alors quand on allie « France » et « trop de migrants » : certains ont des boutons sur le corps.
Wauquiez assume le tract, mais il se dédouane du racisme qu’on lui impute.

« Je l’ai choisi moi-même, on l’a partagé avec notre équipe, et je l’assume totalement parce que je pense que c’est une question essentielle« , a déclaré M. Wauquiez samedi lors d’un Facebook live.
Le président de LR a fait valoir de son côté que, « au fond, le débat politique est devenu tellement aseptisé qu’on a maintenant des politiques qui ne disent plus rien et qui sont complètement déconnectés de la réalité. J’ai été ahuri de voir que cette phrase a généré un débat, et même une polémique« , a poursuivi le président d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur ce point là, tout est dit. Rien que décrire la stricte réalité est devenu tabou. Il ne faut plus rien dire, mis à part qu’il nous faut toujours plus de migrants pour payer nos retraites.

Aussi, quand on voit le salaire de la plupart des politiques, ils ne peuvent qu’être déconnectés de la réalité. Nos politiques ne sont là que pour tirer un maximum d’argent, pour se tenir au chaud, pour avoir une retraite confortable. Le sort de la France ou des Français n’est pas intéressant, seul leur compte en banque est la priorité.

Il est obligatoire de purger toute cette clique de voleurs, de menteurs et de collaborateurs avec l’ennemi. Les corrompus seront les premiers à subir le châtiment de la corde.

« C’est pourtant une question que beaucoup de Français se posent: où en est l’identité de notre pays ?
Est-ce qu’on va continuer à assister en silence au fait que notre pays change de nature ?
Est-ce qu’on va continuer à accepter qu’une minorité dicte sa loi à la majorité ?
Est-ce qu’on va laisser petit à petit notre pays se faire gangrener par les revendications de l’intégrisme islamiste ? »

« Ces questions-là, je vois bien que les Français, ça les hante. Et ils ne sont pas racistes pour autant.
Ils n’ont juste pas envie que leur pays change. Alors oui, je continuerai à le dire. Et je n’ai pas du tout l’intention de baisser pavillon sur cette question. Parce que pour moi c’est la question centrale, (…) celle des valeurs, de l’avenir qu’on veut pour notre pays, ce qu’on lui propose« , a développé Laurent Wauquiez.

Toujours dans une attitude de cocu. Ils comprennent certaines questions, plus de valeurs, changement de nature de notre pays (changement racial, pas abordé par Wauquiez), minorité islamiste… mais rejettent toujours les accusations de racisme.

Nos adversaires sortent toujours la carte du racisme pour tenter de nous abattre. Et, à chaque fois, ça fonctionne. « On se défile, on réfute, on tente de convaincre les gens que, non, regardez on a des noirs et des arabes : on les aime bien, nous ne sommes pas racistes ! »

Ce refus est toujours voué à l’échec. Notre échec. Refuser la radicalité ne nous fera pas gagner, la droite molle ne cesse de faire des concessions à nos ennemis et elle ne relève pas la tête : elle se noie.
Si nous voulons vaincre, nous ne devons pas nous défiler. Accepter ce que nous sommes : des Blancs fiers de notre race, de notre pays, qui ne baisseront pas la tête face aux colons allogènes, face aux youpins qui nous dirigent.

Le pessimisme n’a pas sa place dans nos rangs, le mensonge ou le déni de la réalité non plus. Pas de concessions, nos ennemis sont ceux qui ne sont pas Blancs et ceux qui trahissent notre race.
La droite, c’est comme le FN (pardon le RN…) : des politiques qui se font passer pour un rempart alors qu’en douce ils ouvrent la porte de derrière.

0 Replies to “Le tract "raciste" de Laurent Wauquiez

  1. J’hallucine. Je ne suis pas un partisan de Wauquiez mais si il suffit d’un tract dénonçant 15% de la vérité pour s’attirer la foudre des parasites gauchistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *