Articles d'actualité États-Unis Monde Problèmes raciaux

Un sale nègre tue 6 personnes en 96 h aux USA

Les nègres sont des chances pour les pays Blancs. C’est indéniable, nous devons en avoir le plus possible sur notre sol. Ils nous sont tellement utiles et la vie devient si paisible.

Parler de paix n’est pas anodin quand on parle des nègres, c’est un message adressé aux Blancs : repose en paix.

Le Figaro :

Un Américain qui s’est suicidé lundi soir dans l’État de l’Arizona, alors qu’il était cerné par la police, est suspecté d’avoir commis une série de meurtres dans le milieu médico-légal, liés à son divorce. Les enquêteurs ont établi que Dwight Jones avait une connexion avec toutes les victimes.

Cette connexion remonte à l’époque de la séparation d’avec sa femme, une procédure extrêmement tendue et qu’il avait mal vécue il y a plusieurs années.

Lorsque l’on se sépare de sa femme, il est bien connu qu’on abat plusieurs personnes innocentes. De la logique nègre.

Une impulsion violente qui n’est pas contrôlable chez cette race Africaine. Il aurait aussi attendu plusieurs années pour tuer les personnes en question. Il me semble qu’en plusieurs années, vous avez le temps de passer à autre chose.

Le premier assassinat, commis le 31 mai dans l’après-midi, a créé un vif émoi en Arizona du fait de la réputation de la personne visée, un éminent psychiatre et expert judiciaire nommé Steven Pitt. M. Pitt, abattu devant son bureau à Phoenix, avait été chargé de réaliser une expertise psychologique de M. Jones, a expliqué Richard Slavin, le chef de la police de la ville de Scottsdale, dans une conférence de presse lundi. M. Pitt était un expert-psychiatre « de renommée mondiale », a souligné M. Slavin.

Il était Blanc. Quand un expert en psychiatrie doit faire le bilan mental d’un nègre comme Jones, il est compréhensible que le verdict soit difficilement supportable : notre Africain ne devait pas être très stable.

Vendredi, les policiers ont été appelés sur les lieux d’un cabinet juridique où deux employées proches de la cinquantaine, Veleria Sharp et Laura Anderson, venaient d’être mortellement blessées par balles. Ils ont établi qu’une même arme avait servi aux trois crimes.

L’ex-épouse de Dwight Jones avait été défendue par une avocate de ce cabinet, qui doit probablement sa vie au fait d’avoir été absente ce jour-là.

2 personnes qui n’étaient même pas liées à l’affaire ont donc été abattues, parce que l’avocate ciblée ne se trouvait pas sur les lieux.

Une des deux victimes était une négresse, on peut donc dire que c’est une victime que l’on peut enlever de la liste. Ce qui ne change rien à la stupidité de ce nègre.

Dans la nuit suivante a été retrouvé le corps de Marshall Levine, un conseiller conjugal. Là aussi, les enquêteurs ont pu reconstituer après-coup un lien avec M. Jones: dans le cadre de la procédure de divorce, le fils du suspect avait vu en consultation un spécialiste partageant les bureaux de M. Levine.
En combinant analyses ADN, expertises balistiques et investigations de terrain, la police a ensuite identifié comme principal suspect Dwight Jones, un homme de 56 ans.

Notez bien qu’à aucun moment il n’est précisé la race du tueur ou son origine. Pas même une photo dans l’article. Sans doute pour éviter que l’on ne voit que des centaines de nègres dans son genre commettent des crimes.

« Il a traversé un divorce difficile en 2009 et 2010 et, durant cette époque, il est entré en relation avec toutes ces victimes », a relaté le chef policier Slavin.

Une vaste traque s’est alors engagée, avec le renfort des polices de la région. Aiguillés par un tuyau dont ils n’ont pas confirmé la source, les policiers sont parvenus à localiser lundi matin le suspect dans un hôtel à bas prix de Scottsdale, une banlieue de Phoenix.

Après avoir ouvert le feu contre les policiers, sans faire de blessés, Dwight Jones a retourné son arme contre lui.

Problème réglé. Dommage que les forces de l’ordre n’aient pu le prendre vivant, pour qu’il soit condamné à la chaise électrique.

Lors de la phase de surveillance préalable du meurtrier présumé, les policiers l’ont vu de débarrasser d’une arme de poing, appartenant à un habitant de Fountain Hills, une autre banlieue de Phoenix.
Les enquêteurs ont découvert que cet homme avait été abattu à son domicile, en compagnie d’une femme. Dwight Jones est donc suspecté d’un total de six meurtres.

En soi, un fait divers de ce genre, qui est tiré d’un problème conjugal est assez banal. Et les victimes ne sont pas toutes Blanches, ce qui nous empêche de pouvoir qualifier les faits comme étant anti-Blancs.
C’est tout simplement une affaire de plus qui nous fait une piqûre de rappel. Car ce ne sont pas les médias qui vont se saisir massivement de l’affaire. Quand un Blanc fait une tuerie : un tapage médiatique s’organise. Mais dès que c’est un nègre, un rapide texte et pfou, fin de l’histoire.

Et surtout, pas une personne pour parler du problème des armes à feu !

N’oublions jamais :

Caricature-de-A.-Wyatt-Mann-ne-jamais-se-détendre-près-des-noirs

0 Replies to “Un sale nègre tue 6 personnes en 96 h aux USA

    1. Pour me concilier les bonnes grâces de ceux qui me trouveraient vulgaire :
      La raie au beur noir, c’est la recette préférée des tafioles qui rêvent de se faire déchirer le fion !
      Je l’aurai, mon exclusion… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *