Articles d'actualité Décadence France Non classé Problèmes raciaux

Manifestations du premier mai : complicité du gouvernement avec les casseurs anarchistes

Il fallait s’y attendre, une manifestation du premier mai dans notre situation : ça allait dégénéré. En même temps, vous prenez tous les grévistes, toute la racaille rouge, les hippies, les « étudiants », les allogènes et on met tout le monde dans la même manifestation en plein Paris. Il suffit de connecter deux neurones pour se douter des conséquences. Et c’est ce qu’il s’est passé. Nous avons eu, comme il est de moins en moins rare en France, une manifestation qui était plus une scène de guérilla urbaine.

Alors oui, il y avait des manifestants pacifiques, en fin de cortège (un fait surprenant, quoique, était qu’ils étaient en train de danser sur de la musique de bougnoules en buvant le thé et mangeant des gâteaux marocains : la CGT !). Mais les casseurs d’extrême gauche étaient particulièrement nombreux, c’est d’ailleurs assez fantastique de conclure qu’ils arrivent à rassembler autant de monde, sans que les services de renseignement ne soient au courant. Réelle incompétence ou complicité : je ne suis pas capable de trancher. Dans tous les cas, il faut croire que se confronter à la police et casser du mobilier urbain intéresse du monde.

Le problème des violences n’est pas une nouveauté. Déjà présente depuis quelques années, nous sommes habitués. Ce qui est, par contre, remarquable c’est la trahison de nos politiques qui ordonnent à la police de laisser faire. Il a fallu attendre de gros dégâts pour que les CRS aient les ordres adéquats et commencer le nettoyage de la rue. Nous avons eu le droit à des images assez effarantes du laisser faire en question.

La scène la plus marquante, d’après moi, est la destruction d’un Mac Donald. Pendant que les forces de l’ordre formaient un cordon de sécurité, des manifestants cagoulés ont détruit le restaurant sans que la police n’intervienne. En toute impunité ils ont donc mis le feu au bâtiment, et à des voitures qui avaient eu le malheur de se trouver garer à proximité.

 

Mac-Donald-Saccagé-Paris-Manifestation-1er-Mai
Manifestants pour la paix, cherchant à acheter un Big Mac

Mais alors pourquoi les ordres n’ont pas été donnés plus tôt ? C’est vrai, dès que le black bloc a commencé à se former, les policiers auraient dû procéder à une intervention immédiate pour les encercler et les mettre hors d’état de nuire. Mais non, nous découvrons avec stupéfaction que le gouvernement met en place une nouvelle stratégie. Elle consiste à laisser faire les casseurs et faire intervenir les flics au dernier moment pour qu’ils ne soient pas blessés ! Ce n’est pas une invention de ma part, c’est véridique.

Interrogé ce mercredi matin sur France-Inter, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a été très clair : « Je n’ai pas sous-estimé la situation », a-t-il affirmé, renvoyant à son communiqué et à sa rencontre lundi avec les organisateurs. « J’ai évoqué avec eux dès lundi l’idée de leur faire prendre un deuxième itinéraire, ce qui a été le cas. »

Il estime qu’il y avait « assez de policiers ». Ils étaient 1.500.

Autant de policiers pour un groupe de 1200 anarchistes. Ils étaient supérieurs numériquement mais ont été incapable, à cause des ordres, de mettre fin aux dégradations. La prochaine fois, il ne faut pas faire venir autant de monde, il y aura le même résultat.

Les forces de l’ordre « ne pouvaient pas intervenir » pour mettre fin aux violences, a-t-il également déclaré dès mardi soir. Pourquoi ? « En amont » du cortège, « un autre cortège s’est constitué de personnes dites radicales pour l’essentiel », a-t-il notamment déclaré lors d’un point presse.

Ce cortège qui selon lui « a regroupé un volume extrêmement important de personnes, 14.500 », parmi lesquelles « s’est glissé un groupe de 1.200 Black Blocs, des personnes qui s’habillent de noir, qui se cagoulent et se protègent au moment où ils vont passer à l’acte pour des exactions », a-t-il poursuivi. Selon Michel Delpuech, c’est la présence de nombreux manifestants entre les Black Blocs et les forces de l’ordre qui n’ont pas permis à celles-ci d’intervenir :

« Quand les exactions ont commencé, il y avait au moins un millier de personnes entre eux [les Black Blocs, NDLR] et les forces de l’ordre. On ne pouvait pas intervenir », a répété le préfet. Avant de préciser : « Ils étaient complètement intégrés à cet autre cortège, ils n’étaient pas en tête et il y avait devant eux d’autres personnes ». Selon lui, « on ne pouvait intervenir sans craindre de faire des dégâts collatéraux. » 

Alors cette excuse, M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E. On ne doit pas faire de dégâts collatéraux !

Mais si les gens sont dans cette manifestation, c’est qu’ils sont : soit casseur, soit complice. Donc il n’y a pas de personnes « innocentes ». Alors on tire dans le tas et personne ne viendra ce plaindre. Ah oui mais les violences policières toussa toussa… Mais arrêtons d’être dans une morale de victime, si des gens cassent : on les tabasse à coups de Tonfa.

Ce n’est pas ce qu’il se passe lors de manifestations nationalistes ? Ce n’est pas comparable, nous sommes les vilains. Tiens aussi, pour mettre en évidence un fait : combien de milliers d’euros de casse lors d’une manifestation d’extrême-droite ? C’est ce qu’il me semblait. Pas grand chose.

Pourtant, dès que c’est une manifestation de rouge, il y a forcément des milliers d’euros de casse. Alors on nous sort tout le temps le coup du : oui mais les casseurs, ils ne sont pas de la manifestation, c’est pas notre faute, ils viennent comme ça s’intégrer dans le cortège. Mais alors pourquoi n’est ce pas le cas lors de nos manifestations ? C’est une bonne question, vraiment je pense que personne n’a la réponse !

« Nous voulions éviter à la fois parmi les manifestants mais aussi parmi les forces de l’ordre qu’il y ait des blessés, voire des morts », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors d’une visite à la préfecture de police mardi soir. « On ne peut pas prévoir comment les choses se dérouleront exactement », et les autorités avaient « mis les forces de l’ordre à leur niveau maximal. »

Ce mercredi, il promet « encore plus de forces de l’ordre » lors des prochaines manifestations. « On va s’adapter », a-t-il déclaré sur « France 2 ». « Pour les prochaines manifestations, il y aura encore plus de forces de l’ordre avec la volonté cette fois-ci de séparer totalement les manifestants de ceux qui veulent casser. » Sur France 2, toujours, ce mercredi matin, Gérard Collomb a par ailleurs affirmé : « Les Black Blocs étaient plus nombreux que prévu. Nous pensions qu’ils seraient 500-600. Ils étaient le double. »

Qui peut bien croire les menteurs du gouvernement ? Si on empêche les policiers d’intervenir, il ne sert à rien d’en prendre plus ! Si ça, ce n’est pas prendre les gens pour des débiles mentaux (ce que beaucoup sont…), je ne sais pas ce que c’est. On ment sciemment à la population pour faire croire que l’État arrive à nous protéger : mais ce n’est pas le cas. Si on utilisait de la violence et qu’il n’y avait pas de casse. Les Français seraient en majorité à soutenir les forces de l’ordre.

De plus, cette nouvelle idée qui sort de je ne sais où qui prône la non-action pour éviter des blessés : mais ce sont des gens formés pour. Si ils n’étaient pas prêt à être blessés ils seraient devant la télévision et pas derrière un bouclier en face de gauchistes surexcités ! Les CRS n’attendent qu’une chose : intervenir pour botter les fesses aux casseurs. Et on ne leur donne pas les bons ordres pour éviter que l’un d’entre eux ne se fassent mal ! Mais ils ne sont pas autour du cortège pour jouer à la poupée, ils sont là pour protéger la population et empêcher la casse. C’est si difficile à comprendre ?

Alors on pourrait penser que le gouvernement manque de testostérone et ne veuille pas donner d’ordre d’attaques pour éviter les blessés et donc protéger les pauvres CRS. La raison réelle c’est que les ordres n’ont pas été donnés pour protéger…les casseurs. Nous sommes dans une situation de collaboration totale avec les anarchistes.

Je lis souvent leurs arguments, non pas que je cherche à m’empoisonner mais pour combattre son ennemi il faut le connaître. Et, ils se plaignent toujours des violences policières et du fait que le système est contre eux. Regardez bien les manifestations et c’est en fait tout le contraire. La force est utilisée en dernier recours et malgré la casse, leurs manifestations sont presque tout le temps autorisées. C’est quand même hallucinant.

« Des activistes veulent profiter de cette manifestation pour se livrer à des dégradations multiples à l’encontre du mobilier urbain, des banques, agences immobilières, assurances, concessions automobiles,… et s’en prendre violemment aux forces de l’ordre » peut-on aussi lire.

La Préfecture de Police de Paris mentionne aussi le fait que « plusieurs centaines de bouteilles vides » et de produits entrant dans la composition d’engins incendiaires ont été saisies, ce lundi 30 avril, ainsi que des banderoles mentionnant des slogans habituellement utilisés par les Black Blocs qui, selon la PPP, « attestent de la réalité de ces risques ».

Et la Préfecture d’énumérer les moyens déployés : « importants contrôles » en amont et aux abords de la manifestation, « détection de tous les objets pouvant être assimilés à des armes par destination », « toute personne en infraction fera l’objet d’une interpellation immédiate en vue de l’établissement d’une procédure judiciaire », « exploitation en temps réel des moyens de vidéo-protection », « tout élément matériel sera collecté aux fins d’exploitation judiciaire ».

Et ils ont totalement réussi. Les dégâts sont immenses, tout ça à cause d’une chose : les ordres n’ont pas été donnés. Et c’est incompréhensible. Je vous laisse constater les conséquences de cette soumission devant le cancer gauchiste.

 

Concession automobile détruite-Paris-2018-Premier-Mai
Nouveau concept alternatif de voiture électrique décapotable
Militant-Black-Block-Paris-Premier-Mai-2018.jpg
Jeune promeneur vêtu d’un blouson pour se protéger de la pluie
Barricade-Manifestation-Premier-Mai-2018-Paris
Utilisation artistique du mobilier urbain
Voiture-Qui-Brule-Paris-Manifestation-Premier-Mai-2018.JPG
Preuve irréfutable du réchauffement climatique

Et j’en passe, des dizaines de vidéos et de photos sont sur le net. Pas besoin de chercher longtemps pour trouver des images de ce genre. Pour au final, très peu d’interpellations sur 1200 casseurs : une belle preuve de l’incompétence de nos élites.

J’ai, pour garder une touche d’humour, tenu à souligner intelligence d’un homme brillant : Jean-Luc Mélenchon.

20 Minutes :

A gauche, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé d’« insupportables violences contre la manifestation du premier mai. Sans doute des bandes d’extrême droite », a tweeté le leader de la France insoumise.

Merci pour cette intervention Jean-Luc. Plus faux que ça tu meurs. Les violences n’étaient pas contre la manifestation, mais bien venant de la manifestation, et dire que c’est l’extrême-droite : je n’ai pas les mots. Le danger les enfants, et c’est évident, c’est les Blancs d’extrême droite !!!

Petite devinette (tout le monde connaît la réponse) pour conclure : qui va payer les dégâts ?

0 Replies to “Manifestations du premier mai : complicité du gouvernement avec les casseurs anarchistes

  1. Le plus hilarant est que ceux qui ont défoncé le McDo en sont des consommateurs plus que probablement, et ces petits antifas bourgeois sont friqués.
    Ils se croient durs parce qu’ils cassent, sont violents, mais ils ne le sont que parce qu’ils sont les pantins protégés, conscients ou non, de ceux qu’ils croient dénoncer.
    À traiter au lance-flammes tout ça !

    1. Pourquoi pas ?
      Il suffit d’être un peu bricoleur.
      Deux camarades bien équipés pourraient incinérer des centaines de ces déchets en quelques minutes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *