Articles d'actualité France Non classé Résistance Aryenne

Horreur ! Des policiers en France seraient d’ultra-droite

Pour parler de terrorisme les médias sont à l’œuvre pour ne pas toujours tout mettre sur le dos de l’Islam. Non, non il y a aussi (et surtout !) la vilaine droite dure qui est terriblement dangereuse.
Celle qui fait des attentats à la bombe, qui organise des prises d’otages dans des supermarchés, qui tue des gens quotidiennement dans la rue en criant « Allah Akbar »… attendez, je me suis trompé de fiche ! Nous parlions donc, des islamis… des fascistes ! On va y arriver…

Donc, les groupuscules d’ultra-droite sont, comme on le sait tous, très dangereux et ils risquent de nous causer des problèmes. Mais pas l’Islam. Comprenez bien la « réflexion » d’un gauchiste.

D’ailleurs, le public n’est pas encore assez formé au danger de l’extrême droite, on se demande bien pour quel raison ! Et quoi de plus dangereux que le groupuscule en lui même ? Ceux qui le composent. Parfois des membres des forces de l’ordre comme le souligne un rapport récent.

RTL :

L’islam radical n’a pas le monopole du terrorisme. Les menaces d’attentats contre des personnalités politiques en juillet dernier avaient remis au-devant de la scène la violence de groupuscules d’extrême droite, et leur intention de passer à l’action. Derrière la menace terroriste au nom d’un jihad armé se dessine une autre menace, moins visible par le grand public mais qui n’inquiète pas moins les services de renseignement.

Les journalistes considèrent que des menaces et des agressions sont sur le même piédestal que des bombes et des fusillades de masse. Et ça ce dit journaliste, de quoi pleurer de rire (ou de dégoût, ça dépend).

Et puis c’est connu que les cibles de l’extrême droite sont les Français Blancs (ceux qui devraient être défendus par les mêmes services de renseignements), j’ai tellement peur de mourir d’une bombe raciste dans un supermarché…

« L’ultra-droite se structure de façon assez inquiétante. Et c’est vrai que l’on retrouve beaucoup de militaires ou d’anciens militaires. » Ce sont les paroles peu rassurantes d’un haut gradé des forces de l’ordre. Il se confie à Médiapart dans une enquête préoccupante sur la renaissance d’un terrorisme d’ultra-droite qui s’organise en France.

Il est vrai que nos idées prônent quelque chose d’intéressant : l’ordre. Si notre mouvement n’est pas ordonné, c’est l’anarchie. Et nous laissons ça pour nos ennemis. N’est ce pas normal de trouver des gens qui aiment l’ordre et le sain dans un mouvement qui en fait la promotion ? Nous, sur Blanche Europe, ne portons pas vraiment les forces de l’ordre dans notre cœur car c’est le bras armé du (((système))) et de plus en plus d’entre eux sont des non-Blancs. Mais, si certains membres des forces de l’ordre nous rejoignent, je ne vais pas les en blâmer. Au contraire, c’est le meilleur choix à faire.

De plus, une purge s’effectue depuis de nombreuses années dans l’armée, la police, etc… pour exterminer toute pensée raciste ou tout membre un peu trop radical dans ses idées ou ses méthodes (sauf dans certaines unités qui ne sont pas trop embêtées sur les méthodes, encore aujourd’hui). Malgré tout cela, il est vrai qu’il reste des gens adeptes de la vérité. Un nombre non négligent d’entre nous est passé par la police, l’armée ou la gendarmerie.

Être passé par là n’est pas tellement mauvais, on peut apprendre des techniques de combat, d’investigations, de maniement d’armes ou de matériel. Avoir un ex-militaire dans ses rangs peut être un bonus, mais il y aura toujours la suspicion d’avoir un indic dans les rangs du groupe. D’où le fait que ça n’est pas non plus très courant, ou alors dans des groupes publics qui ne tendent pas vraiment à des actions ultra violentes.

« La DGSI s’inquiète », titre le site d’investigation qui révèle que des groupuscules d’ultra-droite s’organisent, comme le montrent certaines actions récentes dans les facultés de France (Montpellier par exemple).

Mais ce qui préoccupe particulièrement les services interrogés par Mediapart, c’est l’augmentation des personnalités appartenant ou ayant appartenu aux forces de sécurité, donc militaires et forces de l’ordre, dans ces groupes d’autodéfense.

Les récents évènements nous prouvent que certains Blancs se sont enfin décidé à agir et ne pas se laisser pourrir la vie par des crasseux de gauche. Il serait bien que cela prenne de l’ampleur, seul l’avenir nous le dira. Il y a une augmentation du personnel car les groupes veulent avoir des formations de défense, et surtout que les militaires virés ou qui sont partis d’eux même de l’armée pour les raisons plus haut, ne vont généralement pas ranger le treillis si rapidement (surtout s’ils sont jeunes).

Il est aussi important de répéter qu’ici on parle de groupes d’autodéfense, une réaction saine mais qui est toujours diabolisée par le camp adverse.

C’est en réaction aux attentats et la vague de 2015 que ces groupuscules se sont constitués, pour, selon le site d’information « lutter contre le péril islamique ».

« Ces milices qui ne disent pas leur nom draguent les membres de services de sécurité, construisent leurs discours à leur attention, veillent à valoriser chaque nouvelle recrue issue des rangs de la police, de la gendarmerie ou de l’armée », écrivent les journalistes Matthieu Suc et Marine Turchi.

Une création parfaitement logique qui s’inscrit dans une vaste opération d’attaque par les musulmans. Il est évident que peu de gens ont envie de subir une nouvelle attaque sur le sol Français, certains agissent avant que le schéma ne se reproduise.

L’un des chefs de groupes, Luc Sommeyre (ancien membre des renseignements généraux) réclame la constitution de quinze cellules de quatre à sept patriotes, précise le site, qui permettraient d’ »apporter leur connaissance parfaite du terrain et leur soutien aux unités de l’armée, de la gendarmerie et de la police qui pourraient être amenées à intervenir hors de leurs bases naturelles ».

Une connaissance fournie par le recensement des « centres de réunion des individus qui se déclarent ouvertement ennemis de notre Patrie, comme les mosquées salafistes ».

Cela ressemble aux arguments avancés précédemment. L’expérience et toutes les connaissances des anciens membres des forces de l’ordre peut se révéler grandement efficace pour lutter contre les terroristes. Il serait dommage de ne pas profiter d’une source d’informations alors même que nous manquons de soldats dans nos rangs.

Toutefois, il faut s’assurer que l’ex soldat ne soit pas un mouchard qui rencarde dans le dos les Renseignements Généraux. C’est un avantage mais il faut être sûr du coup, c’est un risque à calculer si l’on veut le prendre.

Un ancien des services de renseignement explique à Mediapart qu’il s’agit souvent de « militaires de retour de mission d’Afghanistant ou d’Irak. Ils rentrent traumatisés, il faut les surveiller pour ne pas qu’ils continuent leur combat individuel ».

Ah oui, les surveiller pour éviter qu’ils ne fassent une bêtise… On parle de fonctionnaires qui n’ont jamais bougé de leur chaise et ils veulent surveiller des types qui ont eu affaire au terrain.

Et quand vous rentrez du terrain et que vous admirez la situation de la France : il y a de quoi être traumatisé !

Et le danger ne concernerait pas tellement les grandes villes. « Dans les grandes villes comme Lyon par exemple, c’est facile, nos clients sont sous nos yeux. Mais on ignore tout du facho des champs… », explique encore un analyste.

A la campagne on dispose de moins de présence policière et la population est aussi réduite. Donc si l’on se fait suivre ou si l’on nous surveille : il est moins compliqué de le voir. Il est aussi toujours impressionnant de constater qu’un homme qui veut se défendre est appelé facho des champs.

Et les interlocuteurs de Mediapart d’insister sur l’armement légal de ces groupuscules. Les membres sont poussés à s’inscrire à des activités de tir sportif, par exemple. Et cet arsenal accumulé laisse paraître des possibles « passages à l’acte ».

Et oui ! En plus de vouloir tout rendre compliqué, ils ne veulent désormais plus du tout d’armes. Le tir sportif sera bientôt supprimé et on ne pourra chasser qu’avec des sarbacanes, si on écoute Médiapart. Pendant ce temps là, Mamadou et Kader tirent sur les pigeons à coups de Ak-47 et jettent des frigos sur la police…

Mais n’oubliez pas : le danger c’est l’extrême-droite et les policiers qui les rejoignent !

0 Replies to “Horreur ! Des policiers en France seraient d’ultra-droite

  1. Ben forcément, l’extrême droite est plus dangereuse que l’islam et même Daesh. Des vilains blancs voulant défendre leur culture leur identité et leur famille ? Sauve qui peut ! Des musulmans voulant tuer des infidèles ? Aucun soucis, c’est la diversité. Un problème sale facho ?

    1. C’est le plus gros étron autopropulsé que j’ai jamais vu. Vite, un camion citerne avec dix mille litres de destop pour effacer cette abominable merde de la rue !

    2. Pour le gars à droite (pas de droite hein ^^) on n’est plus dans le bedonnant là, on est plutôt dans l’hippopotamisation en phase terminale…
      Son coeur doit s’user 5 ou 10x plus vite qu’une personne lambda. Je n’ose pas imaginer ce que cela donne lorsqu’il va chier.

      1. Lorsqu’il va chier, il se reproduit par scissiparité, comme les plantes par boutures, puisqu’à côté d’une énorme merde, il y en a une nouvelle, plus petite ! Vu qu’on a du mal à savoir si c’est une merde mâle ou femelle, et pas seulement à cause de son drapeau, c’est sa seule façon possible de se reproduire.

        1. À une époque j’ai travaillé dans une Brasserie… Un mec qui devait faire 1m90 pour facile 150 kg de gras venait vider des demis de bières (il s’enfilait 4 litres à l’aise à chaque fois…). Un jour, il vient et picole comme d’habitude et il lui prend l’envie d’aller chier, les chiottes étaient au sous-sol (avec 2 portes entre les chiottes au sous-sol et la brasserie au rez-de-chaussée), il y est allé et lorsqu’il est remonté toute la brasserie puait une puissante et indescriptible odeur de merde qui devrait être théoriquement impossible, un truc de dingue j’avais jamais vu ni senti une puissance pareille, tous les clients et le personnel se sont regardé et la brasserie s’est vidée en moins de 5 minutes !
          Ces gros tas de graisse sont littéralement des tas de merde, ils ont souvent de gros problème de constipation et lorsqu’ils vont chier une fois par semaine cela engendre littéralement l’évacuation des lieux alentours !
          À l’exception de quelques rares cas (et encore je n’en suis pas sûre, je ne fais que miser pour le coup), ces gens sont malades mentalement.

  2. L’islam et le terrorisme musulman constituent un problème du point de vue juif parce que ça risque de freiner le remplacement des Blancs. Pour nous, c’est une bonne chose exactement pour les mêmes raisons. Le vrai désastre est évidemment le remplacement de population, et non pas l’islam et le terrorisme islamique.
    D’ailleurs, ce qui nous empêche de sortir librement dans la rue, ce n’est pas le risque de se faire tirer dessus, rouler dessus, poignarder, ou exploser par un terroriste musulman. Ce serait plutôt le risque de viol ou d’agression banale par des Noirs ou des Arabes qui se fichent complètement de la religion. Ce qui nous incite à rester chez nous, c’est aussi la difficulté de se retrouver dans un environnement sympa, européen et pacifique.
    La direction du Front National est à côté de la plaque quand elle se met à son tour à critiquer l’islamisme et à préconiser l’assimilation de tous les envahisseurs. Notre priorité devrait être de dénoncer le pouvoir juif et la politique de génocide des Blancs, mais on ne sait pas de quelle façon s’y prendre sans se faire poursuivre en justice. Les gens refusent de voir qu’on vit sous une dictature génocidaire dirigée par les juifs. J’espère qu’ils finiront par comprendre à mesure que la répression va s’accentuer.
    Il y a forcément des gendarmes qui partagent notre point de vue, mais ça ne les empêche pas de travailler pour nos ennemis communs. J’aurais bien vu un coup d’État par l’armée, mais comme dit plus haut, les généraux doivent prouver leur docilité idéologique avant d’être nommés. Aux USA, quand Trump a dit qu’il voulait retirer ses troupes de Syrie, ses généraux ont aussitôt dit que c’était une très mauvaise idée. Si ces gars-là faisaient un coup d’État, ça serait pour renforcer le pouvoir du lobby juif !
    En attendant, c’est utile de constituer des groupes d’autodéfense pour assurer la sécurité des personnes vulnérables en milieu immigré. Ce n’est pas de l’idéologie d’ultra-droite, c’est juste une idée pratique qui peut aider à rester en vie.
    Ce que les médias appellent « idéologie d’ultra-droite », c’est comme l’antisémitisme, c’est un comportement d’autoprotection face à une agression. Quand on se plaint qu’il n’y ait que des juifs à la télé, les tribunaux nous accusent « d’antisémitisme ». De même, quand on monte un groupe d’autodéfense avec des voisins, les activistes anti-blancs nous accusent « d’ultradroitisme ».
    En réalité, il n’y a aucune idéologie particulière de la part des gens comme nous qui voudraient vivre en paix. Si les dirigeants nationalistes français se faisaient tous buter en 24 heures par des agents du Mossad, la population française resterait tout aussi hostile au Grand Remplacement. Si les juifs veulent éliminer les « fachos des champs », il va falloir qu’ils éliminent l’ensemble de la population. C’est d’ailleurs le but de la politique de remplacement racial.
    Par contre, si demain on expulsait du pays la minorité juive, alors tout d’un coup, il n’y aurait plus personne en France à travailler à notre remplacement racial. Médiapart cesserait de toucher des subventions et mettrait la clé sous la porte. Ce sont eux les idéologues extrémistes.

    1. Suggestion à Nico White :
      Ce serait sympa d’avoir un petit encart, quelque part sur la page d’accueil, qui préciserait que quand un contributeur d’articles ou un simple commentateur écrit « les juifs », il s’agit seulement de parler d’un truc qui provient des juifs, et il ne s’agit pas d’affirmer que ça implique 100% des juifs sans exception aucune.
      Si cette mise au point était précisée tout en haut (ou tout en bas), ça éviterait d’avoir à le répéter systématiquement par précaution juridique.

      1. Oh je ne penses pas que cela change quelque chose. Rien que le fait de venir commenter ici vous expose à la justice (d’où l’importance de prendre Tor pour venir commenter). Et puis, pour les rédacteurs, nous avons tout contre nous alors autant écrire juif sans rien dire : la justice nous ciblera dans tous les cas 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *