Articles d'actualité Conflits raciaux France Non classé Problèmes raciaux

Des nègres "mineurs" polluent le quotidien des habitants de la ville de Brest

Ils sont mineurs, viennent de pays en guerre et trouvent refuge en France grâce à des gens courageux et remplis de bonnes volontés. Nous ne voyez pas ? Je parle bien évidemment de sales nègres envahisseurs ! Brest connaît cet enrichissement culturel et, désormais, les conséquences qui n’étaient « vraiment pas prévisibles ! »

La photo d’illustration correspond à une initiative d’une association pour accueillir des migrants mineurs. Il est vrai qu’accueillir des nègres, c’est toujours profitable, ils sont toujours respectueux avec les Blancs sur leurs terres…

Valeurs Actuelles :

Les habitants de Brest n’en peuvent plus. Depuis plus de six mois, le centre-ville et plus précisément la place de la Liberté est le théâtre de vols, de violences et de trafic de stupéfiants de la part d’une bande de mineurs étrangers dont certains seraient porteurs de la gale.

Comme l’indique Ouest France, policiers, commerçants, parquet et élus d’opposition avaient dénoncé une zone d’insécurité dès le mois de septembre. « Ce sont des groupes mobiles et structurés, souligne Stéphane Andry, du syndicat de police Alliance, dans les colonnes de Ouest France. On n’a plus affaire au petit Brestois qui fait des bêtises et qui doit arrêter quand il a 18 ans… Maintenant, on fait face à des jeunes violents et sans limites. »

Mince, mais où est donc le bénéfice d’accueillir des masses nègres dans son pays ? Moi qui pensait qu’il était tellement profitable d’aider des gens dans le besoin… On m’aurait menti ?

Vols, violences, trafic de drogue : on commence à se rapprocher du schéma habituel qui définit une zone dominée par les non Blancs. Au début, ça commence par de petits larcin et après ça fini en fusillades, viols de masse, terrorisme et n’oublions pas les maladies : que du bonheur quoi ! Merci qui ?

Nous avons un import de nègres sauvages qui ne pensent qu’à tout détruire, surtout ce qui est produit par des Blancs. Rendre infernale la vie quotidienne : une banalité pour eux. Ils n’ont pas de limites car ils ne respectent pas nos lois, lois qui sont destinées à poser des limites. Et puis, pourquoi les respecter ? Ils sont mineurs étrangers, ils sortiront libre la plupart du temps.

Selon les informations du quotidien, les toilettes publiques auraient été fermées pour mettre un terme aux trop nombreuses agressions qui s’y produisaient. Des passants y sont entrés de force avant de se faire frapper et voler leurs affaires.

Face à ce phénomène, policier et élus s’avouent impuissants. « On a l’impression de vider la mer avec une cuillère. Nous avons un travail à faire avec d’autres villes qui ont connu le même phénomène, indique à Ouest France Yann Guével, adjoint au maire à la tranquillité urbaine. Mais les réponses ne peuvent pas être que locales… »

En attendant des réponses significatives, un travail de présence physique des policiers a été mis en place pour rassurer et pour dissuader la bande de mineurs étrangers.

Que faire pour lutter contre les agressions ? « Huuuum, fermer les toilettes publiques ? » : donnons une médaille à cet homme ! C’est aussi utile que de proposer d’élargir les trottoirs pour lutter contre le harcèlement de rue

En effet, le problème ne peut pas être réglé localement. La purge doit se faire au niveau national et même Européen. Il faut immédiatement se débarrasser des nègres et des bougnoules qui pullulent chez nous. Sous peine de voir des détritus, des morts et des ruines joncher nos rues.

Petite blague à part, on rassure ou on dissuade la bande de nègres avec les policiers ? Et, toujours pour jouer sur les mots, on parle d’une bande. Mais combien sont réellement les migrants mineurs à Brest ?

Le Télégramme :

[…]« En 2017, 449 mineurs non accompagnés sont arrivés dans le Finistère. Principalement du Mali, de Côte d’Ivoire et de Guinée. C’est 64 % de plus qu’en 2016. En 2013, ils étaient 37… Il y a eu une forte accentuation. Mais moins qu’à l’échelle nationale, où elle est estimée à + 85 % ».

Oui oui oui ! Dites, ça commence à faire beaucoup de nègres, non ? 85% d’augmentation et on ose me dire qu’il n’y a pas un problème avec les immigrés en France.

« Évidemment, cette augmentation peut paraître impressionnante. Mais il faut relativiser… Ça représente 40.000 jeunes sur le territoire français sur plus de 60 millions d’habitants, ça reste des petits chiffres. La difficulté, c’est que nous n’étions pas préparés, financièrement notamment.

La prise en charge d’un jeune, c’est 12.000 € l’année. Mais là aussi, il faut relativiser, ça correspond à 5 € par Finistérien et par an, ce n’est pas insurmontable.

Mais oui c’est vrai : seulement 5 euros par personne, bande de sales radins, donnez pour vous faire remplacer ! Il faut bien les nourrir les sales bamboulas qui viennent nous parasiter.

Un jour, peut-être, les gauchistes comprendront que nous ne voulons pas payer, ne serait-ce qu’un seul centime pour engraisser un voleur en devenir. Nous ne voulons pas d’eux et même si l’on nous donnait de l’argent pour les accepter, je serais contre. Il est intolérable d’avoir des gens qui, en plus d’ouvrir les portes de nos pays, nous demandent de l’argent tout le temps.

Pour faire un parallèle, le budget global de la protection de l’enfance dans le département est de 100 M€. Le sujet n’est pas là. Le sujet, c’est qu’en pratique, on n’a pas anticipé.

On travaille évidemment à des dispositifs d’accompagnement avec nos partenaires et des associations. Ces jeunes, qui ont traversé la moitié du monde dans des conditions épouvantables, sont fragiles et vulnérables, et méritent un suivi par des éducateurs, de très près.

C’est quand on n’a rien à perdre qu’on risque tout, y compris sa vie. Je ne suis pas du genre à construire des murs. Il ne faut pas focaliser sur quelques cas qui posent problème.

En effet, le sujet n’est pas l’argent. Le sujet c’est l’invasion de l’Europe par des afrobougnes. Mais sûrement pas l’accueil de ses mêmes envahisseurs, c’est un acte de trahison et ceux qui le font consciemment devront être jugés avec le moins d’humanité possible. N’oublions pas qu’à chaque acte, il y a une conséquence.

Et comme pour elle, le sujet n’est pas l’argent, autant en dépenser un maximum pour ses protégés ! Heureusement que ce n’est pas le sien, mais bien le nôtre. Ah pardon, ce n’est QUE 5 euros par personnes. Dites, 12 000 euros par an multiplié par 40 000 personnes (chiffres qu’elle donne) ça fait combien ? 12 000 * 40 000 = 480 000 000 euros.

Hum 480 millions pour des réfugiés mineurs, pas un problème d’argent ?
Et après on ose nous dire qu’il n’y a pas assez d’argent pour les Français ? En même temps si on balance tout notre pognon aux nègres (en ce moment c’est la mode) on risque de se retrouver sur la paille. Le nègre demande toujours plus d’argent. Et après avoir reçu les allocations, tel un bon parasite, il va commettre des délits pour nous remercier.

Le mot de la fin ? Padamalgam, les jeunes chances pour la France ne sont pas tous méchants ! Vous irez dire ça aux habitants de Brest, ils seront ravis de le savoir.

0 Replies to “Des nègres "mineurs" polluent le quotidien des habitants de la ville de Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *