Articles d'actualité Europe Non classé Politique

Vers une nouvelle Guerre froide ?

Article publié par : Procope.

Depuis déjà un certain temps, les (((médias))) dominants multiplient les attaques contre la Russie. À en croire la grande presse, Poutine serait une sorte de génie du mal.

Nos misérables pisse-copies voient la main de Moscou dès qu’un événement ne correspond pas à leurs attentes. Le Brexit et l’élection de Trump ? un coup des Russes ! La victoire des populistes en Italie ? encore une manigance du Kremlin. !

On peut naturellement rire face à l’extrême débilité de ces analyses. Ce d’autant plus que tous ces folliculaires passent leur temps à dénoncer le « complotisme », les « fake news », la « fachosphère », etc. Quand on voit des journalistes réclamer toujours plus de censure, on se dit que l’on vit vraiment dans un monde de fous furieux.

Pourtant, lorsque nous constatons jour après jour la dégradation des relations entre la Russie et le monde occidental, auquel la France appartient nolens volens, il convient de nous interroger sérieusement sur les risques d’un retour aux temps de la Guerre froide sans tomber pour autant dans des a priori idéologiques.
Depuis une dizaine d’années, le fait marquant dans les relations internationales réside bien sûr dans le retour de Moscou dans le jeu diplomatique, après presque 15 ans d’éclipse. La Russie figure à nouveau parmi les grandes puissances. Elle peut tenir tête avec succès aux États-Unis. Elle dispose de tous les moyens politiques, diplomatiques, militaires, pour conduire une stratégie conforme à la défense de ses intérêts.

Si nous devons rejeter avec détermination le discours absurde visant à diaboliser systématiquement Moscou, nous ne devons pas non plus tomber dans le piège d’un angélisme béat. La Russie a ses intérêts, et ceux-ci ne coïncident pas forcément avec les nôtres. Il convient toujours de se rappeler que, même avec un territoire très amoindri par rapport à ce qu’était l’URSS, la Russie demeure un empire. Et qui dit empire, évoque forcément des visées impérialistes.

Il existe en ce moment, en Russie, une profonde nostalgie de ce qu’était l’URSS. Pas du communisme qui a été jeté définitivement aux poubelles de l’Histoire, mais de l’immense empire qu’était l’URSS. Quelque part, le russe moyen regrette l’époque où l’Armée rouge stationnait à Berlin ou à Prague. Il n’a pas vraiment non plus accepté le démantèlement de l’URSS. La création d’une Ukraine indépendante passe toujours aussi mal à Moscou, où l’on se refuse à admettre qu’il puisse exister un fait national ukrainien.

Si le retour de la Crimée à la Russie fait de toute évidence partie de l’ordre naturel des choses, et nos gouvernements sont stupides de ne pas reconnaître cette réalité, on ne saurait en revanche accepter la moindre tentative de déstabilisation des pays baltes.

Rappelons que les Soviétiques ont mis en œuvre, après la Deuxième guerre mondiale, dans ces trois pays une véritable politiques de substitution des populations autochtones en organisant une immigration de masse de russophones. Résultat, tous ces pays, en particulier la Lettonie et l’Estonie, possèdent en leur sein une forte population russophone qui pourrait jouer le rôle d’une Cinquième colonne. La question de l’enclave de Kaliningrad (ex-Königsberg) finira aussi par se poser un jour.

Du point de vue russe, c’est l’affaire de Vardø, cet îlot situé dans l’extrême-nord de la Norvège, où les États-Unis veulent construire une base militaire, qui cristallise toutes les tensions, bien plus encore que l’Ukraine ou la Syrie.

Cela dit ne noircissons pas le tableau. Toutes ces questions peuvent se résoudre par la voie diplomatique. Nous n’avons aucun différent fondamental avec la Russie et notre intérêt est d’arriver à un accord. Malheureusement, nos dirigeants semblent choisir systématiquement l’affrontement avec Moscou. Cette politique me paraît non seulement absurde mais à proprement parler suicidaire. On dirait que la bande de traîtres qui nous gouverne fait tout pour envenimer systématiquement les relations avec la Russie.

Faut-il voir dans cette attitude une forme de paresse ou plus exactement de sclérose intellectuelle, nos gouvernements et nos diplomates se contentant de répéter les vieux schémas hérités de la Guerre froide ? Doit-on accuser le fameux « complexe militaro-industriel » de jeter de l’huile sur le feu, parce qu’il a besoin d’un ennemi pour exister ? Quelle est aussi le rôle de la juiverie dans cette escalade ? Ce dernier point semble particulièrement embrouillé. Poutine entretient d’excellentes relations avec l’entité sioniste, et les Juifs sont d’ailleurs nombreux dans son entourage. Pourtant aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, les youpins sont à la manœuvre contre le président russe. Pierre Hillard voit dans cette situation le résultat d’un conflit entre différentes factions sémites. Pourquoi pas, même si j’avoue être un peu dubitatif face à cette analyse…

Quoi qu’il en soit, à l’heure où notre vieille Europe affronte l’invasion des hordes barbares, un phénomène qui remet en cause notre existence-même, nous devons nous mobiliser pour contraindre nos gouvernements à cesser de jouer avec le feu. Entretenir de bonnes relations avec Moscou apparaît comme une nécessité. La lutte contre les masses allogènes doit rester notre priorité à chaque instant.

0 Replies to “Vers une nouvelle Guerre froide ?

  1. Là, je suis pleinement d’accord avec toi, cher camarade Procope !
    Et je me réjouis de pouvoir lire à nouveau tes brillants articles avec ceux, tout aussi pertinents et même percutants, du valeureux Nico White !
    Auquel je rends aussi hommage pour avoir mis en place ce site de secours, plutôt bien fait, ma foi ( païenne bien sur ! ).
    Même si Blanche nous manque terriblement, au moins on peut survivre en attendant son retour

    1. Procope n’a pas encore répondu à mon invitation pour contribuer au nouveau site mais j’espère qu’il sera de la partie : ses analyses sont toujours poussées et très intéressantes. Pour le moment, je suis le seul rédacteur du second site donc les articles qui ne viennent pas de moi sont ceux qui faisaient parti du stock de Blanche Europe.
      Merci à toi. Aussi le site actuel n’est pas la version finale, je tente de mettre en œuvre le plus d’améliorations. Je viens d’ajouter les catégories dans les barres menus, et il faut que je mette à jour la partie Contact.
      Blanche reviendra, j’en suis persuadé, mais en attendant on s’organise à notre manière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *