Articles de fond Articles en exergue

La richesse des colonisateurs brille par son absence

« Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! » Hocine Aït Ahmed, un des co-fondateurs du FLN, mort le 23 décembre dernier.

Traduction de l’article de The Right Stuff.


Une des attaques rhétorique populaire contre les pays blancs est que leur richesse serait le produit de l’exploitation d’autres pays. Une manière d’évaluer cela est de regarder les pays « colonisés » et de voir comme ils se portent.

Mais l’équation de l’idée des européens-exploiteurs-coloniaux a un deuxième membre – là où « l’exploitation » est allée. Si les européens doivent leur prospérité à cela, on devrait la constater tout particulièrement chez les pays colonisateurs.

J’ai pris la population des pays en 1940, et la population de leurs empires en 1940, pour constituer un « index de colonisation » en divisant la deuxième par la première. Un index de 1 correspondrait à 1 sujet colonial pour chaque citoyen en métropole. L’empire britannique, à 10,46 a ainsi 10,46 sujets coloniaux pour chaque citoyen britannique;

J’ai ensuite comparé au PIB par habitant en 1970 (30 ans plus tard). J’ai choisi 1970 parce que c’était la première année où l’Allemagne de l’Ouest apparaissait sur la liste Wikipédia historique des PIB nominaux par habitant.

Les pays auxquels j’ai choisi de comparer étaient tous des pays européens non-communistes, « communiste » étant défini comme étant dans l’URSS, le pacte de Varsovie, ou être la Yougoslavie ou l’Albanie. En incluant les pays communistes, évidemment, vous trouveriez que les pays colonisateurs – étant tous non-communistes – seraient plus riche que la moyenne des pays européens. Mais ils ne sont pas plus riches que les autres pays européens non-communistes.

Ne soyez pas limité par moi ; choisissez d’autres années si vous le souhaitez. La plupart de mes sources ont des données pour les autres années.

Pays non-communistes peuplés d’européens en 1970 :

 

La quantité de richesse qu’il semble possible d’extraire d’un africain miséreux ou de son sol – si c’était en effet ce que faisaient ces pays – semble ne pas en valoir le coût.

L’Allemagne, sans empire, a pu lors de la seconde guerre mondiale balayer la France, la Belgique, les Pays-Bas réunis, sans compter la Grande-Bretagne sauvée par la mer. Lors de la première guerre mondiale – l’Allemagne n’avait alors que de très petites colonies -, l’Allemagne a presque pu vaincre la France et la Belgique, qui n’ont tenu qu’avec l’aide des britanniques.

En 2013 :

Les choses n’ont pas changé en 2013, ce n’est donc pas comme si les « bénéfices du colonialisme » intervenaient à retardement. Il n’y a toujours pas de relation entre colonialisme et richesse, et l’un des colonisateurs – le Portugal – chute même derrière certains anciens pays communistes.

Nous pouvons brièvement comparer le PIB par habitant de l’Afrique sub-saharienne à celui de deux pays racialement africains indépendant depuis au moins 1804 – Haïti et l’Éthiopie.

 

Haïti a obtenu son indépendance de la France en 1804, et 209 ans plus tard est aussi pauvre que le continent africain. Haïti est le plus petit des deux pays sur l’île d’Hispaniola.

La République Dominicaine est sur la même île mais n’a pas une majorité racialement africaine. La Jamaïque est une île racialement africaine dans les Caraïbes qui est restée sous contrôle du Royaume-Uni jusqu’en 1962.

L’Éthiopie a échappé à toute domination européenne à l’exception de celle de l’Italie fasciste de 1936 à 1942. La guerre de l’Éthiopie avec l’Italie et sa libération par le Royaume-Uni a tué 290.000 éthiopiens, sur une population de 17,7 millions, soit 1,6% de sa population.

En comparaison, le Japon a perdu 4,1% de sa population, l’Allemagne 10,46% de sa population, la Yougoslavie 8,8%, l’URSS 16%, la Roumanie 3,1%, la Pologne 17%, l’Italie 1%, la France 1,4% et le Royaume-Uni 0,9%. [ndt : et on peut ajouter les destructions d’infrastructures massives par bombardements systématiques pour l’Allemagne et le Japon]

Attribuer la pauvreté actuelle de l’Éthiopie aux effets de la guerre 72 ans après celle-ci trahirait une grande ignorance sur l’histoire des autres pays. [ndt : ou une grande malhonnêteté]

Au sein de l’Afrique, le pays de loin le plus colonisé fut l’Afrique du Sud, pour ce qui est de la proportion de population qui fut européenne. Si la colonisation par les blancs appauvrit les peuples colonisés, nous devrions nous attendre à ce que les noirs en Afrique du Sud soient particulièrement pauvre, mais on ne constate absolument pas cela :

 

Les noirs d’Afrique du Sud sont bien au-dessus de la moyenne des noirs en Afrique.

En résumé :

  1. Les pays blancs colonisateurs (donc aucun n’a été sous domination communiste) n’étaient nullement plus riches que les pays blancs non-colonisateurs qui ont échappé au communisme. La narrative des « exploiteurs coloniaux » prédit pourtant que les pays ayant colonisé devraient être plus riches que les autres.
  2. Les pays noirs qui ont entièrement (Haïti) ou presque entièrement (Éthiopie) échappé à la colonisation ne s’en sortent pas mieux que le reste de l’Afrique.
  3. Les noirs dans le pays le plus colonisé d’Afrique – l’Afrique du Sud – sont plus de 3 fois plus prospères que les noirs dans les pays africains moins colonisés.

Bien entendu, cela ne remet pas en cause le fait que la conquête prive le peuple conquis de souveraineté. Mais cela réduit à néant la théorie des blancs devant leur richesse à « l’exploitation de l’Afrique/des colonies ».

Sources : voir au bas de l’article original


Sur ce même sujet, j’ai souvenir d’une étude réalisée en France par un universitaire marxiste qui voulait démontrer comme la colonisation avait enrichi la France, mais avait abouti à la conclusion qu’en réalité les colonies, et tout particulièrement l’Algérie, avaient été des gouffres sans fond. Si j’ai l’occasion de la retrouver, nous en reparlerons sans doute.

[Mise à jour : Vous pouvez trouver le compte-rendu de Bernard Lugan sur cette étude ici. Merci au lecteur qui m’a transmis le lien.]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *