Articles d'actualité Décadence

Agressions sexuelles : les féministes blâment les hommes en ignorant la race

Traduction de l’article de New Observer.


Les féministes, d’extrême gauche, ont été hypocritement silencieuses quant aux attaques sexuelles de masses par les « réfugiés »-criminels en Europe et à leur origine raciale – bien qu’étant usuellement à l’avant-garde pour blâmer le « sexisme des hommes ».

Un article dans le magazine britannique The Spectator – pourtant organe de propagande anti-blanche – a remarqué cette hypocrisie évidente dans un article intitulé « Pourquoi les féministes refusent-elles de discuter des attaques sexuelles de Cologne ? »

L’article, écrit par une certaine Lara Prendergast, souligne que les attaques sexuelles de masse à Cologne « sont le type d’histoire qui devrait faire les unes – et devrait fournir du grain à moudre pour les auteurs qui aiment s’attaquer de front aux sujets féministes ».

« Après tout », écrit-elle, « c’est sans doute là l’exacte définition de la ‘culture du viol’1 ? Et si les attaques elles-mêmes ne sont pas assez pour mériter une réaction, alors qu’en est-il des déclarations de la maire de Cologne indiquant que les femmes doivent adopter un ‘code de conduite’ pour éviter de futures attaques ? N’est-ce pas l’exacte définition du ‘blâme de la victime’ ? » [ndt : Voir notre article sur ces déclarations]

L’article du Spectator continue et souligne que « les gros titres ont été flagrants par leur absence ».

Il n’y a guère de mention des attaques de Cologne dans les milieux féministes. Pourquoi donc ? Est-ce parce qu’elles ne sont pas jugées importantes ? Peut-être ne s’intéresse-t-on pas aux attaques vicieuses contre les femmes allemandes ?

Ou est-ce parce que les détails des évènements – les hommes apparaissant avoir été « d’origine arabe ou nord-africaine », et la possibilité qu’ils sont certains des 1,1 millions de migrants entrés en Allemagne l’an dernier – le rende trop polémique pour le toucher ?

En fait, l’article par ailleurs incisif de Prendergast n’était pas entièrement correct. Des féministes ont en fait commencé des protestations à petites échelles contres les attaques sexuelles de masse – mais toutes ont blâmé les hommes en général et ont délibérément ignoré le fait que tous les attaquants étaient des « réfugiés » non-blancs qui ont pu entrer en Allemagne dans le cadre de l’invasion soutenue par Angela Merkel.

Cette sorte de mentalité « blâmez les hommes mais ne mentionnez pas la race » se trouve aussi derrière les déclarations ridicules de la maire de Cologne, affirmant que les femmes allemandes devraient à l’avenir rester à « une distance de bras » des étrangers, et une manifestation cette semaine par quelques centaines de féministes gauchistes devant la cathédrale de Cologne.

La manifestation demandait « plus de respect pour les femmes » et les participants portaient des panneaux indiquant qu’ils étaient « contre le sexisme et contre le racisme« .

L’éminente « artiste nue » féministe Milo Moiré (plus connue pour son « art » absurde et dégénéré avec des « œufs remplis de peinture lâchés depuis son vagin ») a fait une manifestation totalement nue face à la cathédrale demandant que les femmes soient respectées « même si elles sont nues ».

 

Cette « artiste » féministe n’aurait sans doute pas tenté ce coup de pub lors du réveillon du nouvel an, quand des milliers de criminels non-blancs étaient déchaînés dans le centre-ville.

Autre exemple : dans son commentaire sur les attaques sexuelles de masse, le site féministe canadien Feminist Current a annoncé qu' »Il est temps de considérer un couvre-feu pour les hommes« .

Ignorant complètement l’aspect racial évident des attaques, ce texte féministe a ainsi déclaré qu’un « couvre-feu pour les hommes » dirait « sans équivoque, ‘Le problème c’est vous, les hommes. Vous êtes le problème, et donc, c’est vous qui devez être arrêtés’. »

La diatribe ne s’arrête pas là

Pensez-y comme une mise à l’épreuve pour les hommes. Après une période de temps désignée, nous les autoriserions à nouveau dans les rues après qu’il fasse sombre pour voir comment cela se passe. Si les agressions sexuelles et le harcèlement se poursuivent, eh bien, on en revient au couvre-feu.

Je veux dire, vraiment, ils l’ont bien cherché.

Il y a un refus complet de mentionner la race comme le facteur moteur primaire dans tous les schémas de comportement sociaux, l’Histoire, la psychologie, et la construction de la société elle-même [ndt : la culture découle en effet largement des caractéristiques raciales de la population la créant, et cela se reflète aussi dans la civilisation édifiée… ou non.]. Ce refus explique largement pourquoi le féminisme – et ses alliés idéologiques : libéralisme, communisme et social-démocratie – sont condamnés à l’échec et à l’effondrement.

Cela ne veut pas dire que ces gens n’ont aucune conscience des races – mais leur conscience ne s’étend qu’assez pour être anti-blancs.

Si, par exemple, un groupe de 1.000 hommes blancs s’était engagé dans des attaques sexuelles de masse sur des femmes noires dans une ville des États-Unis – mais cela n’arrive jamais -, nous pouvons être certains que les « artistes » comme Milo Moiré et les sites comme Feminist Current en aurait fait spécifiquement mention – et auraient très certainement hurlé tout autant au racisme qu’au sexisme.


Au sujet du féminisme, on consultera avec profit cet article : Le féminisme, une opération psychologique contre les blancs. Ce mouvement, manipulé par nos ennemis, a pour but de diviser les femmes blanches et les hommes blancs ; pour pouvoir mieux nous annihiler.

Ajout du 09/01 à 19h :
Autre exemple avec ces tweets de la présidente de « Osez le féminisme » :

 

1. La « culture du viol » est un délire féministe (essentiellement répandu dans le monde anglophone mais je ne doute pas qu’on ait des variantes chez certaines dégénérées en France aussi) qui explique qu’il y a chez les hommes (blancs) une « culture » les poussant à abuser des femmes ; et pour soutenir cette thèse sur l’horrible méchant homme (blanc) les féministes vont aller expliquer, à peu près, qu’une femme faisant l’amour un peu alcoolisée, ou ayant changé d’avis après que ce soit fini, est en réalité victime d’un viol.

2 Replies to “Agressions sexuelles : les féministes blâment les hommes en ignorant la race

  1. « La « culture du viol » est un délire féministe (essentiellement répandu dans le monde anglophone…) »

    Je crois qu’on peut en dire autant du féminisme en général. C’est moins répandu en France qu’aux USA.

    En France comme aux USA, le féminisme est avant tout un mouvement juif.
    Exemple: liste wikipedia de féministes juives

    Il est impossible de créer ou maintenir un mouvement féministe pas juif défendant des opinions pas juives, car il n’aurait qu’un faible accès aux médias et aux emplois réservés aux amis du lobby juif.

  2. Le féminisme lobbyiste juif est parfaitement résumé par cet appel lancé via Facebook par les « femen » (financé par le juif Georges Soros) à l’attention des françaises et en réaction à une déclaration de Marine Le Pen :

    « Marine Le Pen a appelé la population française à « faire des enfants français » face à « une immigration considérable ». Alerte ! L’épidémie fasciste se la joue MST et essaye de contaminer nos vagins. En guise de sérum, les sextrémistes Femen appellent toutes les Françaises à baiser, sucer, se faire lécher, branler, doigter, pomper, niquer autant d’étrangers qu’elles le peuvent avant les élections européennes. […] La France cosmopolite vaincra la mafia FN ! »
    http://lorrainenationaliste.com/2014/05/23/les-femen-appellent-les-francaises-a-baiser-avec-le-plus-detrangers-possible/

    Le premier gras est on ne peut plus explicite Le second gras est un cas de subversion typiquement kosher, sa signification étant évidemment : « La mafia cosmopolite vaincra la France. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *