Articles d'actualité Articles en exergue France Question Juive

Les juifs fuient le multiculturalisme qu’ils nous imposent

Il y a là une singulière ironie. Alors que l’ensemble des organisations juives vantent le « vivre-ensemble » et soutiennent l’invasion de nos pays (voir par exemple ici, , ou )(mais pas l’invasion d’Israël, étrangement), individuellement ils fuient ce qu’ils préconisent pour notre gouverne.

Certes, on pourra faire remarquer que le juif de base n’a pas une influence politique très significative et que les organisations juives sont sous le contrôle d’une minorité d’entre eux.

Mais n’approuvent-ils pas la domination de leurs congénères sur les médias, la finance, la politique, le monde « culturel », etc… ? Ne souhaitent-ils pas qu’elle se prolonge et s’accroisse ? Ne profitent-ils pas volontiers des privilèges que leur statut de juif peut leur procurer ? Pour ceux qui sont religieux, n’ont-ils pas les mêmes textes sacrés leur enseignant que les non-juifs ne valent pas mieux que du bétail ?

En vérité, ils sont dans leur écrasante majorité des complices du génocide des blancs – comme le sont aussi des traîtres dans nos rangs.

Venons-en donc à l’article du Jérusalem Post révélant cette fuite des juifs face à leurs petits chéris de la « diversité ».

Jérusalem Post :

Les quartiers multiethniques se vident peu à peu de leurs juifs. Ces quinze dernières années, le mouvement migratoire s’est accéléré : des communautés entières ont déserté les banlieues multiraciales de la capitale.

RACISTES !
Non, ce n’est pas ce qu’il faut dire ? Ce serait antisémite ? Quand les blancs refusent l’horreur quotidienne du multiracialisme, on n’a de cesse de les blâmer pourtant.

En vérité, d’une part le racisme est parfaitement naturel, d’autre part il est parfaitement sain car il permet de préserver sa race plutôt que de laisser les autres nous détruire, et les colons maghrébins et nègres sont particulièrement doués pour rendre la vie infernale aux autres une fois assez nombreux.

Beaucoup ont quitté la France, entre autres pour Israël – les immigrants en provenance de l’Hexagone constituant désormais le plus grand groupe d’arrivants de l’État juif. Mais plus nombreux encore sont ceux qui ont changé de lieu de résidence pour rester en France, avec l’émergence de communautés flambant neuves dans des quartiers aisés comme l’élégant 17e arrondissement de Paris.

Ce grand changement de population est particulièrement vrai en ce qui concerne la Seine-Saint-Denis, au nord de la capitale. Un grand nombre de juifs en sont partis en raison de l’insécurité ressentie après de multiples incidents de harcèlement, de pressions ou d’agressions physiques pures et simples, explique Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, l’un des principaux groupes de défense de la communauté juive.

« Partout dans la zone, en particulier au cours de la seconde Intifada en Israël [2001-2005], il y a eu des incendies de synagogues, des agressions de rabbins, des voitures béliers qui fonçaient sur les fidèles quittant la synagogue à Kippour, des bus scolaires incendiés.

Les incidents continuent et, dans la majorité de ces lieux, le phénomène de l’antisémitisme de banlieue doit beaucoup au fait que les maires de nombre de ces localités étaient des communistes qui poussaient les Arabes à soutenir les Palestiniens », poursuit Ghozlan, commissaire de police à la retraite, également président du Conseil des communautés juives de Seine-Saint-Denis.

La Seine-Saint-Denis est en effet une partie extraordinairement envahie du pays.

Mais peut-on lire dans les journaux, entendre à la télé ou à la radio, que cette situation d’invasion non seulement est inacceptable, mais qu’il faut y mettre fin en faisant retourner ces gens en Afrique ? A-t-on le droit de le dire publiquement sans risque qu’on n’engage des poursuites judiciaires à notre encontre ?

Non, ces opinions sont interdites parce qu’elles mènent à la fin du projet politique que suit l’oligarchie anti-blanche.

On fera remarquer que l’interprétation du juif sur l’influence des maires communistes sur les arabes est ridicule. Ces maires tenaient ces positions pour ne pas fâcher leurs administrés et pouvoir être réélus, voilà la vérité. Le seul objectif de cette pensée est de dédouaner en partie les envahisseurs.

Et de préciser : « La Seine-Saint-Denis est le premier département musulman de France [environ 40 % sur 1,6 million d’habitants] avec des mosquées qui peuvent accueillir 6 000 à 8 000 fidèles. » Conséquence des tensions inévitables dans un tel environnement, les communautés juives de banlieues telles que La Courneuve, Aubervilliers, Stains, Pierrefitte-sur-Seine, Trappes, Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil et Saint-Denis sont en train de disparaître.

« En raison de l’insécurité, dans des endroits comme La Courneuve où il y avait 600 à 700 familles juives, il y en a maintenant moins de 100. Et, à Saint-Denis même, là où il y avait 500 familles juives, ils ont de la difficulté à réunir un minyan pour Kippour », pointe Ghozlan. C’est d’ailleurs dans un quartier délabré du centre de la localité que la police française a perquisitionné, le 18 novembre dernier, l’appartement dans lequel Abdelhamid Abaaoud – le cerveau islamiste présumé du massacre de 130 personnes quelques jours plus tôt à Paris – s’était retranché.

C’est là qu’il a été traqué et tué, avec deux de ses complices. « Dans quelques années, il n’y aura plus un seul juif dans le département », affirme Ghozlan, qui partage désormais son temps entre la France et Israël.

Il y aura sans doute encore quelques blancs, mais de moins en moins, très rapidement. Parce que si les envahisseurs détestent les juifs – et on ne peut guère leur donner tort – ils détestent aussi les blancs. Ils sont activement encouragés à nous haïr par toute la propagande fallacieuse sur la culpabilité des français pour la traite négrière, la colonisation, le racisme…

[…]
Si les premiers immigrants arabes, en général, s’engageaient peu en politique et préféraient ne pas s’attirer d’ennuis, beaucoup de leurs enfants n’ont pas eu de tels scrupules : nés sur le sol français, ils bénéficient automatiquement de la nationalité et ne peuvent être expulsés.

Quand les juifs s’adressent à d’autres juifs, ils sont soudain plus honnêtes. Cette citoyenneté automatique (le mot nationalité est galvaudé) est une calamité ; quoique cela ne change pas grand chose pour les expulsions puisque le gouvernement anti-blanc évite de les faire même quand il peut.

En désaccord avec la société française dans son ensemble, se sentant victimes de discriminations en tous genres, nombre d’enfants d’immigrants arabes musulmans des deuxième et troisième générations ont eu à coeur de venger la cause palestinienne, lorsque la seconde Intifada a éclaté en Israël et dans les territoires palestiniens en 2000. Ils n’ont depuis cessé de rendre la vie misérable à nombre de juifs vivant autour d’eux.

Cela n’a guère été plus sympathique pour les français blancs.

L’article est ensuite un peu long, et vante « l’ascension sociale » des juifs en omettant de préciser l’importance décisive de l’hyper-solidarité tribale dans celle ci qui permet à tout les juifs à peu près doués d’avoir de bon postes ; même si on peut admettre que leur culture valorisant fortement la réalisation sociale aide aussi.

On apprend que dans Paris le XVIe et le XVIIe sont largement colonisés par les juifs, de même que Neuilly, Boulogne et Levallois.

On apprend plus généralement que les juifs tendent à se regrouper. Que n’entendrait-on s’il s’agissait de blancs cherchant à se regrouper pour vivre entre eux !

On y retrouve aussi une information à propos d’un « Centre Européen du judaïsme » qui va ouvrir ses portes dans le XVIIe :

L’État français a contribué au projet à hauteur de 2,7 millions d’euros, et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a présidé en juin dernier, aux côtés de la maire de Paris Anne Hidalgo, un dîner organisé par la communauté juive dans le but de lever des fonds privés supplémentaires.

C’est beau la « laïcité », non ?

 

9 Replies to “Les juifs fuient le multiculturalisme qu’ils nous imposent

  1. « Alors que l’ensemble des organisations juives vantent le « vivre-ensemble » et soutiennent l’invasion de nos pays (), individuellement ils fuient ce qu’ils nous préconisent. »

    Le plus choquant, ce sont les juifs qui se retrouvent ministres de l’éducation et en profitent pour démolir la vie des enfants blancs au nom « des valeurs de la république ». Ils mettent sûrement leurs propres enfants dans des écoles juives ou dans des écoles super protégées. Où ont été scolarisés les enfants de Peillon, par exemple ?

    « Certes, on pourra faire remarquer que le juif de base n’a pas une influence politique très significative (…) »

    C’est évident que le juif de base a une influence politique beaucoup plus grande que l’Européen de base. Mais le point important n’est pas de connaître le degré de culpabilité du juif de base. Peu importe de savoir si 90% ou seulement 5% des juifs participent activement au combat contre les Blancs. Le point important est de réaliser que c’est le lobby juif qui dirige la France et qui est responsable du Grand Remplacement. C’est ça qu’il faut dénoncer d’urgence.

    Tous les juifs ne font pas partie du lobby juif anti-blanc, mais le lobby anti-blanc qui dirige la France et les autres pays occidentaux est un lobby juif.

    À mon avis, les juifs soutiennent en bloc le lobby juif. Mais même si c’était faux, il n’est pas acceptable que ce soit des juifs anti-blancs qui dirigent l’UMPS, les Verts, le gouvernement, les médias (télés, radios, journaux, cinéma, édition…), la politique étrangère, le ministère de la « justice », le ministère de la « culture », l’éducation « nationale », les universités, le médef, les syndicats ouvriers, et toutes sortes d’autres institutions.

    Au fait, j’emploie l’expression lobby juif par facilité pour désigner l’ensemble des juifs et des réseaux juifs qui s’activent contre les Blancs et pour notre remplacement racial. Mais c’est clair que l’expression « lobby juif » ne décrit pas bien la réalité.

    Ghozlan: « il y a eu des incendies de synagogues, des agressions de rabbins, des voitures béliers qui fonçaient sur les fidèles quittant la synagogue à Kippour, des bus scolaires incendiés. »

    Est-ce qu’il y a quelque chose de vrai là-dedans ?
    Des bus et des voitures incendiées, c’est pas spécifique aux juifs.
    Il y a eu des cas de voitures qui fonçaient sur la foule, mais je n’ai pas entendu que c’était arrivé à des juifs. Ça aurait fait la une des journaux pendant trois mois. C’est évident que les juifs sont beaucoup moins victimes de la violence arabe que les Blancs.

    1. Avec les Noirs et les Arabes qui vivent en France, la question est de savoir si on pense vraiment avoir la même identité qu’eux, et si on veut vraiment vivre avec eux. Moi, je vote pour la séparation.

      Mais avec les juifs qui vivent en France, il y a deux questions :

      1. Question la plus importante: Comment chasser le lobby juif du pouvoir.

      2. Question moins importante: la même qu’avec les Noirs et les Arabes: croit-on vraiment avoir la même identité que les juifs comme Meyer Habib, député au parlement français pour la circonscription de Tel Aviv ? Et est-ce qu’on croit que lui, il se considère vraiment comme un Gaulois ? Mais c’est dangereux de poser la question. On peut se faire condamner en justice si on dit qu’on préfère vivre séparément des juifs. Tout comme on peut se faire condamner en justice si on dit que les juifs n’ont moralement pas le droit de se réserver un territoire à eux en Palestine. Sous le pouvoir juif actuel, les juifs ont le droit de se séparer de nous, mais on n’a pas le droit de se séparer d’eux.

  2. À proprement parler, les juifs ne fuient pas le multiculturalisme, ils fuient seulement le stade critique auquel nous arrivons : le stade où un basculement est proche ; l’approche du point de rupture sociétale.

    Ils fuient car en révolutionnaire subversifs et très expérimentés qu’ils sont, ils savent que la société civile un peu avant, pendant, et un peu après, l’avènement de ce point de rupture et le basculement dans un sens ou un autre qui en découlera, il y aura des heurts sérieux, au minimum.
    Ils connaissent leur propre responsabilité et savent que beaucoup souhaiteront leur faire payer.

    Ensuite, quand les tempêtes orageuses dont ils sont les instigateurs seront passées, ils re-débarqueront, comme ils l’ont fait avant et pendant la WW2, c’est tout.

    Tout ceci est on ne peut plus accrédité par ceci : Se souvenir des propos de la bien nommée Barbara Spectre, cette juive qui expliquait que les juifs sont au cœur de la transformation de l’Europe par imposition, sous tutelle juive, du multiculturalisme destructeur. elle disait savoir que beaucoup en voudront aux juifs pour cette raison, cette déclaration date d’il y a 25 ans au moins (il me semble) : https://www.youtube.com/watch?v=MM8zOBOFFHw

    1. La déclaration de Lerner Spectre est beaucoup plus récente que cela, c’est de 2011. Même si leurs projets sont bien plus anciens que cela.

      Quand je dis que les juifs fuient le multiculturalisme, je veux essentiellement dire qu’ils en fuient la conséquence : les larges hordes d’arabes/nègres/etc rendant la vie impossible…
      Je ne pense pas qu’on puisse dire que les juifs bougeant d’une ville à l’autre d’Île-de-France fuient à proprement parler le retour de bâton qui arrive, parce que ce n’est certainement pas assez loin pour y échapper.

      1. Merci pour la correction (2011), c’est ce qu’il me semblait auparavant mais j’ai un jour lu que c’était beaucoup plus vieux et pris pour acquis cette info… Comme vous dites, de toute manière leur projet est largement antérieur à 2011 et même à il y a 25 ans.

        Du reste, on est tout-à-fait d’accord.
        Mon commentaire était axé sur les juifs qui fuient le territoire national.
        Il est vrai – et vous faites très bien de me le préciser – que je n’ai pas pensé à tenir compte de ceux qui déménagent sans quitter le territoire national, mon commentaire ne tient pas pour ceux-ci, vous avez raison.

        Fraternellement.

  3. Il faut qu’on trouve une solution au plus vite à ce problème juif et/ou des hautes sphères directrices. Mais aussi qu’on fasse quelque chose contre les nègres, les arabes, et les asiatiques… Car sinon c’est la fin pour nous. Le meilleur serait comme on le répète souvent une nouvelle révolution et réel cette fois pas à la sauce franc-macon de 1789.

    1. Venant de quelqu’un qui vante la “diversité parisienne” et le cosmopolitisme sur son site (cosmopolitecho.fr), et de quelqu’un qui ne semble pas exactement blanc non plus, je vais prendre cela comme un compliment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *