Articles d'actualité Articles de fond Articles en exergue Problèmes raciaux

Non, fermer les frontières ce n’est pas « laisser l’État Islamique gagner »

Traduction de l’article du dailystormer.


Après les attaques de Paris, tout le monde se disait « bon, peut-être que nous ne devrions pas laisser tout ces gens qui nous tuent dans les rues entrer dans nos pays ? »

Les juifs ont alors commencé à faire circuler l’idée que l’État Islamique était contre l’ouverture des frontières en Europe, et que si nous les fermions, cela serait « laisser l’État Islamique gagner ».

Ils te haïront quoi que tu fasses, homme blanc !

La logique alambiquée derrière cette affirmation est que si l’Occident montre aux musulmans que nous sommes des gens vraiment très gentils, alors moins de musulmans voudrons nous tuer (c’est pourquoi l’EI ne voudrait pas que nous soyons super gentils). Ce raisonnement est prévu pour faire appel à l’innocence fondamentale du blanc européen moyen, qui ne peut pas imaginer que quelqu’un voudrait le tuer après qu’il ait été gentil avec lui.

« Pourquoi veux-tu me faire du mal ? Je t’aime. » – l’Europe, ou le chien maltraité confus.

Que cela fasse sens ou non dans l’abstraction, c’est totalement démonté par la réalité. Tout les musulmans impliqués dans le terrorisme en Occident sont des gens envers qui on a été super gentils.

Le simple fait qu’ils nous attaquent dans nos pays indique que nous avons été assez gentils pour les laisser entrer.

Les attaquants de Paris eux-mêmes avaient pour la plupart reçu la citoyenneté en France ou en Belgique – l’un d’entre eux était un « demandeur d’asile ». Nous avons été très gentils envers eux.


De nombreux djihadistes ont continué/continuent à toucher des allocations, par exemple des « belges » combattant en Syrie.


Ils nous en ont repayé par la mort.

De plus, de nouvelles données fuitées de la police française indiquent que le « cerveau » des attaques de Paris se moquait de la politique d’ouverture des frontières, montrant que l’État Islamique n’y est absolument pas opposé.

Reuters :

Le meneur derrière les attaques du 13 novembre à Paris avait des plans pour frapper des cibles juives et pour perturber le système scolaire et des transports en France, d’après des sources proches de l’enquête.

Abdelhamid Abaaoud, un citoyen belge d’origine marocaine, s’était aussi vanté de la facilité avec laquelle il est retournée en Europe depuis la Syrie via la Grèce deux mois plus tôt, exploitant la confusion de la crise des migrants et le système de voyage sans passeport de Schengen, ont indiqué des sources vendredi.

Leurs commentaires, confirmant des extrait d’un témoignage confidentiel à la police ayant fuité à un magazine français cette semaine, ont précisé l’image du militant de l’État Islamique qui a été le fer de lance de l’attaque du 13 novembre ciblant des cafés, une salle de concert et un stade de sport à Paris, durant lesquelles plus de 130 personnes ont été tuées.

Le témoignage, cité dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, décrit comment Abaaoud aurait approché sa cousine Hasna Ait Boulahcen deux jours après le massacre lui demandant de le cacher alors qu’il préparait des attaques supplémentaires.
[…]
Le témoignage décrivait aussi comment Abaaoud se vantait s’être infiltré en Europe avec les réfugiés fuyant la guerre civile en Syrie, et d’avoir ensuite passé deux mois en France sans être détecté avant les attaques du 13 novembre.

« France – zéro », aurait-il dit.

Vendredi, le bureau du procureur de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire sur la manière dont le témoignage confidentiel avait pu fuiter à la presse.

Un concept émotionnel comme « si nous sommes vraiment gentils envers eux, ils ne nous tueront pas » n’a aucune place dans une politique d’État, quoi qu’il arrive.

De même pour l’idée de suivre une certaine politique simplement parce que l’on perçoit que l’ennemi souhaite que vous fassiez quelque chose de différent. Une politique devrait être évaluée sur son mérite, pas en faisant des théories sur la perception potentielle de l’ennemi à son propos.

Dans ce cas, le fait que l’ensemble des éléments de ce plan sont entièrement réfutables rend la chose plus stupide encore.


L’ingratitude est une caractéristique typique des non-blancs envers les blancs qui ont la folie de les faire rentrer au sein de leur civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *