Articles d'actualité Articles en exergue France Problèmes raciaux

Les djihadistes blasphémateurs, ou la guerre raciale

Il est assez aisé de constater que la plupart des racailles afro-maghrébines versent abondamment dans les vols ; que nombre d’entre elles versent dans la drogue, écoutent de la musique et autres pratiques qui ne font pas penser exactement à un islam radical – même si cela n’empêche pas le comportement de racaille d’être une plaie pour la société.

Il se trouve cependant qu’entre la racaille blasphématrice qui n’a de cesse de dire des « j’ti jure sur le coran » et de fumer du shit ; et l’islamiste prêt à commettre des attentats, la cloison est très mince. Les cas des frères Brahim et Salah Abdeslam qui ont participé aux attaques du 13 novembre, ou de Hasna Ait Boulahcen, cousine du cerveau des attaques, qui s’est faite exploser lors de l’opération anti-terroriste à Saint-Denis le rappellent.

Les frères Abdeslam : dissimulation ?

AFP :

« Ce sont des amis », dit [Youssef]. « De gros buveurs, de gros fumeurs, mais pas des radicalisés. »

« Là-bas, beaucoup de gens fumaient de la drogue, c’était exagéré », abonde Abdel, 34 ans, qui fréquente le bistrot depuis l’adolescence. « Avec l’ancien gérant, l’ambiance étais plus festive, on pouvait jouer à la Playstation », se souvient-il.

« Bien sûr, le shit circulait déjà, comme dans beaucoup de bars ici, mais c’était plus discret. Avec Brahim, dès que tu entrais, il te sautait dessus pour te vendre quelque chose », témoigne-t-il.

Le business semblait avoir largement pris le pas sur ses convictions religieuses. « Le vendredi, il restait toujours à fumer sur la terrasse. Je ne l’ai jamais vu à la mosquée », explique Karim, 27 ans, dont l’appartement est situé juste au-dessus des « Béguines ».

« Ils n’étaient ni pratiquants, ni pieux. Pas de grosse barbe, un jean et des baskets et ils buvaient leur (bière) Jupiler comme tout le monde », lance en riant Jamal, éducateur et copain des frères Abdeslam. « Ils avaient la vie de tous les jeunes: ils aimaient le foot, sortaient en boîte, revenaient avec des filles… »

Bref, des racailles typiques. Musulmans de nom et sans aucun doute furieux et violents si on insultait leur prophète en face d’eux ; mais pas du tout pratiquants.

 

[…][En] 2010, [Salah] a été incarcéré pour une affaire de braquage dans laquelle est également cité Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, également originaire de Molenbeek.

Derrière les barreaux, « on peut penser que M. Abaaoud lui a enseigné la théologie de la « dissimulation » (la « taqiya », en arabe) pour contourner les services de sécurité et la surveillance du renseignement », analyse Mathieu Guidère, expert français du terrorisme. Selon cette tactique, « développée depuis un an environ dans des manuels » élaborés dans les fiefs de l’EI comme Mossoul ou Raqa, un apprenti martyr « peut consommer du haschich ou blasphémer » afin de tromper la vigilance des autorités, explique M. Guidère.

La taqiya est un principe développé et raffiné depuis des siècles et des siècles par les musulmans. L’EI a peut-être repris et élargi la pratique pour cacher les djihadistes, mais des populations musulmanes entières l’avait déjà appliquée par le passé, et l’appliquent depuis le début de l’immigration-invasion de l’Europe.

En janvier 2015, Brahim Abdeslam tente de rejoindre la Syrie mais est intercepté à la frontière turque. A son retour, il est interrogé par la police belge, avec son cadet Salah.

Bien que déjà radicalisés, les deux frères endossent alors leurs vieux costumes de petits voyous et sont relâchés sans être inquiétés.

« Ils ne montraient pas de signe d’une possible menace », a commenté mercredi le porte-parole du parquet fédéral belge. Même si nous les avions signalés à la France, je doute qu’on aurait pu les arrêter ».

Autrement dit, il est extrêmement difficile si ce n’est presque impossible de distinguer le « bon musulman » dont on nous rebat les oreilles, et dont on cherche toujours à comprendre en quoi il est « bon » ou « modéré », du « djihadistes radical » à détruire.

Cela a très largement facilité les attaques terroristes de vendredi dernier, même si le fait que Abdelhamid Abaaoud qui était très bien connu ait pu revenir tranquillement depuis le territoire de l’État Islamique jusqu’à Saint-Denis prouve de toute façon des défaillances massives.

Hasna Ait Boulahcen, ou la pouffiasse musulmane qui finit par mourir aux côtés des islamistes radicaux

C’est la cousine du cerveau présumé des attentats de Paris, et elle se trouvait avec lui dans l’appartement à Saint-Denis où il a avec d’autres islamistes affronté la police mercredi matin.

 

Daily Mail :

Un officier lui crie : « Où est ton petit ami ? », apparemment orienté par des rapports ayant initialement émergé indiquant que Ait Boulahcen aurait pu être la jeune mariée d’Abaaoud. [ndt : C’est sa cousine, mais on parle d’arabo-maghrébins. C’est habituel dans leurs traditions.]

Elle crie en retour : « Ce n’est pas mon petit ami ! »

L’officier hurle à nouveau « Où est-il ? » ce à quoi elle répond avec la même réponse « Ce n’est pas mon petit ami ! »

Quelques secondes après une explosion est entendue alors qu’elle fait détoner sa veste suicide.

Un utérus de moins pour de futurs petit Ahmed, très bonne chose. Mais ce sont les informations que l’on a apprises ensuite qui rendent les choses vraiment intéressantes.

L’enregistrement sonore a émergé alors que la famille et les proches ont livré des récits sur le jeune femme qui était connue pour son amour de l’alcool et des cigarettes plutôt que pour la dévotion à l’Islam.

Son frère Youssouf a dit qu’elle n’avait pas d’intérêt pour la religion, ne lisait jamais le coran et n’avait commencé à porté le voile musulman qu’il y a un mois.

Une photographie a aussi émergée de Ait Boulahcen posant pour un selfie dans son bain. Son visage est fortement recouvert de maquillage et elle ne porte rien sinon quelques bijoux.

Le nouveau visage du jihadisme : une pouffiasse grasse typique

Abaaoud, qui est suspecté d’avoir planifié les attaques terroristes de Paris qui ont tué 129 personnes, était un djihadiste confirmé qui a été en Syrie et était bien connu des autorités.

En revanche, sa cousine apparaît n’avoir été radicalisée qu’au cours du dernier mois après avoir abandonné son précédent style de vie pour rejoindre l’État Islamique.

Rapide pour transformer un musulman « occidentalisé » en islamiste prêt à mourir, non ? Avec les « bonnes » influences dans l’entourage, c’est très facile.

On peut douter un peu de l’histoire, mais il apparaît a minima qu’elle se trouvait de sa propre volonté dans le même appartement et qu’elle soutenait donc totalement la position de son cousin.

[mise à jour 20/11 20h : des informations complémentaires tombées à l’instant confirment en effet qu’il fallait être prudent : c’est un homme qui s’est fait exploser ; elle est cependant morte avec. Cette histoire de « ce n’est pas mon petit ami » juste avant de se faire exploser était de nature à susciter la suspicion. Sur le fond cependant, l’analyse n’est que peu affectée, puisqu’elle s’est tout de même rapidement radicalisée depuis une position à l’opposé.]

L’aspect racial indéniable de la guerre

La porosité entre la racaille arabe et le jihadiste kamikaze est très claire. Facilement embobiné dans une croyance religieuse, après avoir vécu comme des quasi-caricatures décadentes, ils en viennent facilement à l’islamisme qui leur permet de renouer avec leurs traditions ancestrales, de se faire pardonner leur fautes passées et de s’offrir le paradis, puisqu’ils croient que leurs actions les y mèneront.

Cette porosité se vérifie aussi du côté féminin.

Pourquoi ? Parce que l’Islam est largement le vecteur d’un suprémacisme arabe (arabe au sens large, incluant les maghrébins), un outil de rassemblement communautaire – ce que tout le monde recherche. Il offre aussi d’attaquer l’ennemi haï, le blanc.

Parce qu’ils sont racialement arabes, ils sont aisément acceptés par les islamistes qui les considèrent naturellement comme des leurs.

Un phénomène similaire peut être observé pour le nationalisme radical et le racialisme pro-blanc. Si les enseignements qu’ils professent sont bien sûr très différents de ceux de la religion sémitique qu’est l’Islam ; la dynamique qui meut ces mouvements possède certaines similitudes.

Si l’accès y est plus difficile, car les blancs ont eu le cerveau lavé pour ne pas se considérer comme une communauté solidaire et que l’on risque beaucoup plus – pénalement mais aussi (et surtout ?) socialement – à défendre ces opinions (et donc elles sont moins diffusé) ; c’est ce vers quoi se dirige le blanc qui cherche, ayant compris ses errements, à défendre les siens, qui cherche une cause plus grande que sa propre personne. Si tu es de notre sang et que tu veux le défendre, tes fautes peuvent être pardonnées.

Évidemment, j’aime à penser que le fait que nous nous fondons sur la vérité, défendue de manière claire et rationnelle, nous aide grandement. Cohérence et vérité sont intrinsèquement liées à ce combat pour le meilleur intérêt des nôtres ; et notre sens moral nous y oblige.

Mais il y a aussi en nous tous qui nous engageons pour notre peuple, pour notre race, cette étincelle d’émotion qui nous donne une puissante énergie pour lutter.

13 Replies to “Les djihadistes blasphémateurs, ou la guerre raciale

  1. Un point abordé dans l’article: la drogue

    Avec l’immigration massive qui continue, et leur ventilation vers chaque petite commune, la vente de drogue va se répandre partout aussi. Le gouvernement ne fait pas le nécessaire pour s’opposer à ce trafic. Est-ce que c’est du laxisme, ou est-ce que c’est délibéré ?

    À mon avis, c’est en bonne partie intentionnel. Ces dernières années, le gouvernement et les médias se sont rendus complices de l’organisation de rave-parties un peu partout, en particulier en Bretagne. Ça sert entre autre à encourager les gens à consommer de la drogue. Ensuite, le gouvernement n’a plus qu’à s’assurer qu’on peut s’approvisionner partout. Ils vont sans doute créer de nouvelles salles de shoot, avec distributions de seringues propres pour bien montrer que le gouvernement se soucie de notre santé.

    1. la consommation de drogue a considérablement augmenté la mortalité des blancs aux usa même dans les zones a majorité blanche la consommation est très forte ,donc oui c’est certainement délibéré .

  2. « l’Islam est largement le vecteur d’un suprémacisme arabe »

    La criminalité arabe et l’intimidation pratiquée dans la rue sont aussi motivées en partie par l’hostilité raciale et le suprémacisme racial. On trouve en partie les mêmes ressorts derrière leur religion et derrière leur criminalité.

    C’est vrai aussi chez les Juifs. Les préoccupations raciales du judaïsme biblique et talmudique se retrouvent dans le judaïsme politique: approbation du regroupement racial pour les juifs, et promotion du Grand Remplacement pour les Blancs (sous couvert de doctrine « républicaine »).

    En fin de compte, dans la religion juive et arabe, le racialisme et le matérialisme agressif prennent le pas sur la recherche de transcendance. Ce ne sont pas vraiment des religions comme on l’entend quand on pense au christianisme.

    Pour les immigrés arabes, on se doute bien que leur criminalité vise avant tout les Blancs. Ce serait facile à prouver par les statistiques. Il faudrait aussi comparer le nombre d’agressions commises par les Arabes dans les villes de France et d’Algérie. C’est sûrement bien plus élevé en France.

    Le gouvernement refuse de produire des statistiques tout en continuant à accuser les Blancs de persécuter les immigrés. Ça montre encore une fois que le gouvernement est complice de la violence commise contre les Blancs.

    Dans les années 1990, il y a eu un moment où les médias parlaient beaucoup de « tournantes », c’est à dire de viols collectifs commis par des immigrés. Ils insistaient sur le point que c’est particulièrement dur pour une Arabe de se faire violer, car elle se fait accuser plus durement que ses violeurs. Mais en fait, ce discours des médias servait sans doute à cacher le fait que les victimes de viols collectifs dans les banlieues sont principalement européennes, et qu’il s’agit en fait d’agressions raciales. C’est pour cette raison que les Blancs doivent fuir certains coins.

    En 2015, la télé ne parle plus des affaires de viols collectifs. Il y en a sûrement plus qu’avant, mais les médias appliquent la consigne et se taisent. Le mois dernier, la presse a quand même relaté un viol collectif commis à Nantes « par un groupe de jeunes gens ». Mais au lieu d’utiliser l’expression « viol collectif », la presse parlait d’une femme particulièrement malchanceuse, qui s’était fait violer à 2 reprises à 5 minutes d’intervalle. C’est tout juste si ce n’était pas classé dans la rubrique des faits insolites. Ouest-France décrivait le groupe de violeurs comme des « fêtards », en précisant qu’ils avaient repoussé un type qui cherchait à secourir la victime.

    On pourrait décrire ce comportement des immigrés arabo-musulmans comme une sorte de djihadisme laïc, qui bénéficie de la complicité évidente du gouvernement et des médias. On voit la même chose en Angleterre, où les réseaux pédophiles pakistanais, qui ciblent uniquement des jeunes adolescentes BLANCHES (1400 victimes recensées dans la ville de Rotherham), ont été protégés par les autorités et les médias.

    « Un phénomène similaire peut être observé pour le nationalisme radical »

    Mais nous, c’est un nationalisme défensif et 100% moral. On défend notre existence. On n’est pas dans une stratégie de viol, de conquête ou de génocide.

  3. En fait, le gouvernement et les médias, à travers leur propagande anti-blanche camouflée en idéologie anti-raciste, encouragent la haine et la violence contre les Blancs. Et comme le djihad islamique a justement pour principal moteur le goût de la violence contre les non-musulmans, on peut dire que la propagande du gouvernement et des médias participent au développement de l’idéologie djihadiste en France.

    Les racailles qui se lancent dans le djihadisme sont des gens teigneux, mais influençables. Au départ, ils ont déjà une certaine hostilité raciale envers les Blancs. Et avant de se faire endoctriner par les islamistes, la plupart d’entre eux ont sûrement été très influencés par la propagande anti-blanche de la Licra, du gouvernement et des médias. Leur hostilité raciale envers les Blancs a été délibérément cultivée.

    Ensuite, la haine qui a été encouragée par le djudahisme est facilement transférable dans le djihadisme. En fin de compte, on peut dire que le gouvernement et les médias licrasseux assurent la moitié de la formation idéologique des djihadistes nés en France et en Belgique, avant qu’ils se fassent exploser dans des salles de concert.

    Quant à ceux qui ne sont pas nés en France et en Belgique, c’est là encore le gouvernement et les médias licrasseux qui les invitent à venir chez nous sans aucun contrôle.

    1. Le fondement de la religion juive est que seul les juifs sont importants et que les autres n’ont vocation qu’à les servir, cf leurs principaux rabbins. Je peux respecter qu’ils adoptent cette vision pour servir leurs intérêts mais j’estime alors que nous pouvons lutter contre eux sans plus de pitié qu’ils n’ont pour nous.
      Nous avions aussi vu les rabbins se réjouissant du conflit entre Europe et monde arabe, voyant là le prélude pour l’arrivée de leur messie.

      La différence me semble tout de même assez mince. Même si le juif séculier ordinaire n’a pas une conscience explicite de tout ce dans quoi il s’insère, c’est souvent un comportement atavique chez lui que de participer à la destruction organisée par les siens.

  4. Vous cherchez la guerre. Vous traitez des jeunes de racailles. Alors qu’il n’y a aucune différence avec vos jeunes. Vous êtes vraiment pas catholique ni chrétiens. Le racisme à ete inventé par les juifs batards. Donc, vous êtes juifs.

    1. « Oh non, c’est vraiment trop triste que vous n’êtes pas des soumis qui tendent le bâton pour se faire battre et n’offrent pas leur deuxième joue. Ce n’est pas très chrétien. »
      Quand au « aucune différence avec vos jeunes », je laisse le lecteur apprécier jusqu’à quelles faussetés évidentes ce maghrébin ose aller pour défendre les siens. C’en est ridicule.
      Nous ne cherchons pas la guerre, nous sommes déjà en guerre, et cet ader est un ennemi furieux.

  5. Moi je suis blanc, d’origine écossaise et né dans un quartier ou j’y ai grandi sans aucune difficulté. J’ai même une grosse barbe rousse et je suis ni en survet, ni converti. Vous êtes aussi bizarres que ceux que vous critiquer, sortez un peu de chez vous, c’est pas en étant communautaire que les choses vont changées.. Moi ici tous le monde me respecte, tous le monde me dit bonjours, et au sein de la citée il y a une vrai entre aide entre chaque communauté.. Mais bon peut être suis je une exception ? Et arrêtez de detourner la croix celtique, c’est même pas votre symbole…

Répondre à konigsberg Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *