Articles d'actualité Articles en exergue France

Les parents d’un des jihadistes « décrits comme des retraités paisibles »

Je ne connais pas ces gens, je me fie juste à la dépêche AFP. Mais je crois que les anti-blancs n’ont pas compris la portée d’une telle annonce.

AFP :

Les parents d’Omar Ismaïl Mostefaï, un des assaillants du Bataclan, ont été décrits dimanche par leurs voisins comme « des gens très discrets » et « polis » vivant depuis environ trois ans dans un quartier tranquille de Romilly-sur-Seine (Aube).

« Ce sont des gens très discrets, qui vivent une petite retraite tranquillement dans une ville paisible. Des gens polis à qui on peut demander de l’aide si besoin », a expliqué à l’AFP un voisin habitant juste en face du pavillon des parents d’Omar Ismaïl Mostefaï.

« Des gens sans histoire qu’on ne connaît pas beaucoup », ajoute Félix, un autre voisin qui habite le quartier pavillonnaire composé de maisons neuves, au sud de Romilly-sur-Seine.

Des gens donc, qui si ils ne sont pas blancs et posent donc un problème démographique de ce simple fait ; semblent par ailleurs être des gens tout à fait corrects, ne perturbant pas la société.

Dimanche, la maison grise et ocre, de plain-pied, avec un petit jardin à l’arrière, où vivent habituellement les parents et au moins deux de leurs enfants selon les témoignages, était fermée avec les volets clos.

Au moins deux de leurs enfants, plus le troisième mort au minimum. Sachant qu’ils sont retraités, donc dans la soixantaine, c’est sans doute davantage seuls les derniers habitants encore là. Même paisibles ils ont donc une natalité de remplacement.

« Mais ils sont paisibles répète les antiracistes ! »
Nous allons y venir.

L’article décrit la garde à vue des membres de la famille, passons :

A la salle de prière de Romilly-sur-Seine, le père, connu pour son implication dans le club de football local, est décrit comme un musulman modéré qui venait d’une manière régulière participer au culte.

Vraiment un musulman normal.

Omar Ismaïl Mostefaï, qui a participé à la prise d’otages sanglante du Bataclan avant de se faire exploser lors de l’assaut avait été identifié par son empreinte retrouvée sur un doigt sectionné.

Né à Courcouronnes (Essonne), il a été condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun et fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010, mais n’avait « jamais été impliqué » dans un dossier terroriste, selon le procureur de Paris, François Molins.

Et voilà le résultat : des parents normaux, paisibles, « modérés » produisent un enfant qui se comporte comme une odieuse racaille (les multiples condamnations de 2004 à 2010), puis qui finit islamiste radical et massacre de nombreux civils.

La conclusion est simple et logique : Seule l’expulsion intégrale de tous les musulmans garantit l’absence d’islamiste, puisque des gens « bien » peuvent produire des fils commettant des attentats-suicides.

Bien entendu, là encore, on n’aborde pas la question – vitale et la seule qui vaille vraiment – de la préservation raciale des blancs qui implique qu’il n’y ait que des blancs dans les pays blancs.

Mais c’est déjà une admission insupportable pour les anti-blancs, qui, au mieux, s’accorderont pour expulser tel ou tel imam, ou tel ou tel terroriste à qui on aura d’abord laissé l’opportunité de commettre son forfait.

Répétons-le donc sans hésiter : ces gens sont des complices du terrorisme, sont des complices de la destruction de notre nation ; et sont des complices du génocide de la race blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *