Allemagne Articles d'actualité Articles en exergue Europe

Face à l’invasion, évolution rapide de l’opinion allemande

Le dernier sondage ARD-Deutschtrende est tombé vendredi.
Jusqu’à il y a peu, presque tout les allemands n’avaient vu de l’invasion migratoire que ce que des médias propagandistes dignes de l’URSS daignaient montrer.

Depuis, bien que les médias continuent dans la même voie, beaucoup ont eu l’occasion de constater la réalité de la colonisation de visu, et le moins qu’on puisse dire c’est que les opinions évoluent très vite.

Le sondage portait tant sur la perception des allemands des responsables politiques que sur des question davantage d’actualité, parmi lesquelles depuis quelques mois l’invasion de l’Europe qualifiée de « crise migratoire ».

Rapide évolution vers le rejet de l’invasion

En janvier 2015, 73% des sondés estimaient qu’il fallait accueillir davantage ou autant de réfugiés, 21% seulement osant affirmer qu’il en fallait moins. En août 2015, 57% estimaient qu’il en fallait davantage ou autant, contre 38% qu’il en fallait moins (47% dans l’ex-RDA).

Cette question n’a pas été posée dans le rapport d’Octobre, mais deux autres significatives l’ont été, « Dites moi s’il vous plaît si vous êtes d’accord, ou bien en désaccord avec ces déclarations au sujet de la crise des réfugiés. » :

-« Cela me fait peur qu’autant de réfugiés arrivent chez nous. »
-« Je pense que les réfugiés sont un enrichissement pour la vie en Allemagne. »

51% des sondés approuvent cette première phrase, contre 38% début septembre, soit une progression de +13% en un mois. 47% contre 59% sont en désaccord.

Pour la seconde déclaration, pourtant d’une caricaturale stupidité, on trouve tout de même une majorité de 47% des sondés à l’approuver contre 45% à la désapprouver. 52% l’approuvaient en septembre.

Il faut donc ne pas exagérer cette évolution : elle est rapide et positive, mais la plupart des allemands restent fermement dans les clous idéologiques du système, sous l’influence du lavage de cerveau subi depuis petit notamment autour de la prétendue Shoah.

Coût politique encore marginal pour Merkel

La popularité directe de Merkel a chuté de 9% en un mois, et de 13% sur deux mois depuis début août. C’est certes tout à fait significatif, mais elle partait d’une popularité de près de 67% et se retrouve toujours à 54%. Hollande évolue pour comparaison sous les 25% depuis deux ans, régulièrement autour des 15%.

Surtout, si on regarde l’historique de la popularité de Merkel au cours des dernières années, nous sommes encore loin de sa plus faible popularité. Il y a 5 ans à la fin de l’année 2010 elle n’était « que » à 40%. Ce n’est pas la frange la plus fidèle à Merkel de l’opinion allemande qui la lâche pour le moment.

Au niveau politique, l’impact est encore moins évident. Le NPD seul parti nationaliste reste marginalisé politiquement avec l’aide du silence médiatique ; alors que les intentions de vote en faveur de la CDU/CSU restent à 40% dans le cadre des petites oscillations qui se produisent depuis 2 ans.

Le mécontentement des allemands est donc encore très loin d’aller se traduire électoralement. Les prochaines élections fédérales auront cependant lieu dans deux ans, et d’ici là de l’eau aura coulé sous les ponts.

Conclusion

La tendance est inéluctable. L’invasion par les hordes de sauvages mahométans finira par réveiller tout ceux qui disposent encore d’un minimum d’instinct de survie.
Toute la question, celle à laquelle je ne saurais répondre, est de savoir à quelle vitesse cela se produira. Pour continuer maintenant encore à ne pas réagir, il faut être très gravement atteint par les virus du marxisme culturel et de la repentance shoatique.

La prochaine évolution majeure de l’opinion interviendra probablement autour du prochain choc. Le flux constant de milliers d’envahisseurs est terriblement destructeur, mais il n’est plus un choc.

En revanche, lorsque l’Allemagne aura épuisé toutes les solutions temporaires pour héberger et gérer ces gens – et cela arrivera avant la fin de l’année -, le chaos engendré par les sauvages manifestant leur mécontentement et les mesures probables d’expropriation/expulsions massives devraient engendrer un séisme politique de très grande ampleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *