Articles d'actualité Europe

Le Temps parle des gens profitant des migrants en Serbie

L’article du Temps est intitulé : « En Serbie, les bonnes affaires autour de la misère des migrants ».

Quelqu’un de miséreux n’a pas d’argent en théorie, comment donc peuvent-ils faire de bonnes affaires ? Auraient-ils trouvé un moyen magique pour obtenir du travail de la part des « réfugiés » ?

Petit extrait :

« Jusqu’à présent, seulement la moitié des migrants se faisaient enregistrer », explique Valon Arifi, coordinateur d’une petite équipe de volontaires locaux. « Depuis quelques jours, une mission d’Europol est présente en ville, du coup la police ne laisse plus ceux qui n’ont pas de papiers quitter Preševo en autocar, ce qui crée un bouchon ». Une bonne nouvelle pour les taxis qui proposent leurs services à ceux qui veulent filer vers la frontière hongroise sans prendre le temps de récupérer le laisser-passer de la police.

Pour avaler les 500 kilomètres de route, ces derniers exigent au moins 1000 euros. Près de 400 nouveaux véhicules auraient demandé une licence à la mairie de Preševo depuis le début de l’été, mais de nombreux véhicules privés s’improvisent aussi taxis.

Donc de très nombreux migrants peuvent lâcher des centaines d’euros chacun pour traverser la Serbie. Sachant que les passeurs facturent des milliers d’euros pour l’arrivée initiale en Grèce, cela ne devrait pas nous surprendre.

Mais, comment peut-on parler de la « misère » des migrants dans ces conditions ?

Le Temps ne nous l’explique pas.

0 Replies to “Le Temps parle des gens profitant des migrants en Serbie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *