Allemagne Articles d'actualité Articles en exergue Europe

Le gouvernement allemand menace d’un vote à la majorité pour forcer les quotas de migrants

C’est une nouvelle étape dans le processus d’implosion de l’Union Européenne. On nous apprend ce matin que la menace d’un vote à la majorité qualifiée.

Si un tel vote avait en effet lieu, et concluait à la répartition forcée, quelles seront les réactions des pays de l’Est ?

Ils se retrouveront confrontés à deux possibilités principales :
[*]Soit ils cèdent. Dans ce cas, ils se retrouveront confrontés à une opposition populaire vraiment massive. Des milliers de personnes ont déjà défilés contre en Pologne, Slovaquie, Hongrie ; l’ampleur de ces mouvements s’accroîtra grandement. Les gouvernements traîtres seront balayés aux élections suivantes, s’ils tiennent jusque là.

[*]Soit ils refusent de céder. Dans ce cas, cela signifie qu’ils refusent d’appliquer une décision dûment approuvée par l’Union Européenne. Ce choix leur offrira le soutien de leur population, mais la rupture avec l’UE apparaîtra alors inévitable, la structure n’étant plus respectée par ses membres.

Il n’est pas possible que l’Allemagne, l’Autriche, la Suède et l’Italie portent seuls la charge d’accueillir l’afflux de migrants qui arrivent en Europe, a estimé M. Steinmeier dans un entretien au journal allemand Passauer Neue Presse.

[…]

Et si ce n’est pas possible autrement, alors nous devrons envisager la possibilité de recourir à un vote à la majorité qualifiée des pays de l’UE, a ajouté le chef de la diplomatie allemande, qui se rend vendredi en Turquie pour évoquer la crise migratoire.

Prévus dans ce domaine par les traités européens, le vote à la majorité qualifiée exige que 55% des États de l’UE représentant au moins 65% de sa population votent cette mesure, qui s’imposerait alors à l’ensemble des 28 pays de l’UE.

On peut penser que ce n’est là qu’une menace agitée pour influer sur le rapport des forces de la négociation. Les dirigeants allemands et de l’UE ne peuvent pas ignorer quelles sont les réactions possibles face à une telle action.

Quoi qu’il en soit, ces élites mondialistes sont désormais engagées dans une fuite en avant perpétuelle, et on ne voit pas ce qui pourrait les sauver.

Par la nature même de son fonctionnement, le système a l’air d’être le plus puissant lorsqu’il est au plus près du gouffre, détruisant seul les fondements même de sa force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *