Allemagne Articles d'actualité Europe Médias, manipulations et censures Politique

Tiens, un journaliste au Spiegel aurait inventé des articles durant des années !

Les journaux officiels vérifient toujours leurs sources, on peut leur faire confiance.

La confiance, au Spiegel, sera dure à regagner auprès de leurs lecteurs.

Le Monde :

Le prestigieux hebdomadaire allemand Der Spiegel, ébranlé par l’affaire de son journaliste vedette qui avait falsifié ses articles pendant des années, a annoncé, vendredi 28 décembre, avoir mis à pied deux responsables éditoriaux du magazine.

Les contrats d’un rédacteur en chef, Ullrich Fichtner, et d’un éditeur en chef, Matthias Geyer, ont été « suspendus jusqu’à ce que la commission interne [du magazine] ait terminé son enquête sur cette affaire », a expliqué aux collaborateurs du titre le rédacteur en chef Steffen Klusmann, dans une lettre interne dont l’AFP a obtenu une copie.

Le 19 décembre, Der Spiegel avait lui-même révélé qu’un de ses reporters, Claas Relotius, primé à de multiples reprises, avait depuis plusieurs années inventé en partie ou intégralement le contenu d’articles.

Un journaliste vedette, grâce à ses fausses histoires. Quand on vous dit que les bonnes histoires font toujours plus vendre que la cruelle vérité. Les responsables éditoriaux évincés ne pouvaient pas ne pas être au courant des agissements de ce menteur. Il ne s’agit même plus d’une simple information erronée mais bien d’inventions totales, dans certains cas !

Des articles qui auront fait s’émouvoir, se révolter, parler des milliers de lecteurs. Chaque mot, chaque phrase a une conséquence sur le lectorat. Alors un article qui n’est que pure invention peut avoir des conséquences absolument terrible. Des conséquences dont seront coupables les responsables éditoriaux.

 […]

Ces deux journalistes avaient de suite « mis à disposition » leur poste auprès de leur responsable hiérarchique, qui les a, finalement, simplement suspendus. « Nous pourrions maintenant demander des comptes à toute personne qui a eu affaire à Relotius, et cela pourrait continuer jusqu’en haut de la hiérarchie. Je pense, cependant, que vous devriez prendre vos responsabilités lorsque vous avez quelque chose à vous reprocher », a poursuivi Steffen Klusmann.

Celui-ci a d’ailleurs catégoriquement refusé que le service Société, rubrique pour laquelle travaillait M. Relotius, qui « fait partie de l’ADN » de l’hebdomadaire, soit entièrement démantelé en raison ce scandale.

Au contraire, tout le monde aurait dû s’apercevoir des mensonges de ce journaliste, mythomane de surcroît. Il serait donc normal de démanteler le service et de demander des comptes à tous ceux qui ont travaillé avec le colporteur de fausses informations.

Il est impossible que personne n’ait rien vu, la probabilité qu’ils soient tous impliqué est très élevée.

Claas Relotius avait admis avoir imaginé des histoires et inventé de toutes pièces des personnages dans une douzaine d’articles. Le scandale avait ensuite été révélé par le magazine allemand après la démission le 16 décembre du journaliste de 33 ans.

Nous avons la preuve, une énième, que les journaux publient des articles sans vérifier leur sources et la fiabilité des témoignages. Mais sur quoi aurait-il pu mentir ?

Dimanche, Der Spiegel avait annoncé qu’il portait plainte contre lui, le soupçonnant d’avoir détourné des dons en faveur d’orphelins syriens mis à l’honneur dans l’un de ses articles dont la crédibilité est elle-même en cause. Jeudi, l’intéressé a nié ces accusations.

Tiens ! Des articles mensongers sur des orphelins Syriens… On se demande en faveur de qui était ses articles… sûrement pas en faveur de Bachar. On se souvient d’affaires précédentes notamment pour le New York Times avec Judith Miller qui avait falsifié cinq de ses six articles sur le conflit Irakien !

Des mensonges qui desservent toujours les mêmes causes. Intriguant, vous ne trouvez pas ?

Il a inventé un reportage en Syrie ET un article soi-disant réalisé à la frontière Mexicaine. On nous affirme qu’il aurait agi par peur de « l’échec ». C’est bien connu, pour gagner on doit tricher : belle morale, qui – maintenant – l’humilie publiquement.

Ces révélations ont suscité une vive émotion en Allemagne et soulevé de nombreuses interrogations, notamment sur la façon dont le jeune journaliste a procédé durant toutes ces années sans être inquiété.

Soyez toujours critique envers les informations des journalistes, surtout les reportages de ce genre. Détourner la vérité, voire l’inventer, n’est pas une nouvelle méthode de la part des journalistes du Système.

Quand il faut faire pencher la balance du côté de l’idéologie dominante, les torchons sont imprimés pour mentir au peuple.

Il n’en reste pas moins qu’ils devront se souvenir d’une chose : la vérité finit toujours par éclater au grand jour. Et cet éclatement peut faire des victimes, beaucoup de victimes.

En attendant, attention à la Lügenpresse !

 

3 Replies to “Tiens, un journaliste au Spiegel aurait inventé des articles durant des années !

    1. Sans doute beaucoup moins que le Spiegel.
      Mais Blanche Europe ne ment pas à ses lecteurs et c’est ce qui compte.
      La vérité est difficile à trouver et souvent dure à entendre ou à voir, contrairement aux mensonges, forgés subtilement pour conforter dans leurs certitudes ceux auxquels ils sont destinés.
      Peu de gens sont en recherche de la vérité. Un site comme celui-ci ne peut donc pas attirer les foules, d’autant que nous ne sommes plus dans la première moitié du XXème siècle et que la doctrine qu’il propage est maintenant diabolisée et même interdite. Nous ne sommes pas légion à l’avoir étudiée et découvert qu’elle était fondamentalement juste et que l’histoire que l’on nous a enseignée et continue d’apprendre à nos enfants est un tissu de mensonges.
      Lorsque Blanche avait porté ce site à son apogée, il ne devait pas dépasser les dix à quinze mille lecteurs. Il était cependant considéré comme la référence du national-socialisme pour la France, y compris par de célèbres camarades des États-Unis. J’espère que Nico et son équipe le ramèneront au même niveau.
      Autant que je puisse en juger, ils font tout pour cela et méritent d’y arriver.
      L’idéal serait d’avoir une diffusion touchant des millions de lecteurs.
      Hélas, comme l’a souligné fort justement le camarade White Feeling, avec qui je suis en accord sur ce point, la conscience raciale ne s’est réveillée pour l’instant que chez un infime pourcentage des Blancs d’Europe de l’Ouest.

  1. Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut jamais rien entendre. Les Français sont à 70 % contre la continuation de l’immigration, mais mettent Macron au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *