Articles d'actualité Articles de fond Europe Monde Politique Résistance Aryenne

Le conflit russo-ukrainien ou les limites pragmatiques d’un projet politique d’unité raciale Blanche

Le conflit russo-ukrainien s’est récemment réactivé le 25 novembre dernier, à l’occasion d’un arraisonnement de navires de la Marine ukrainienne par les garde-côtes russes dans le détroit de Kertch en mer Noire. Le président ukrainien Porochenko en a profité pour instaurer la loi martiale, avec l’arrière-pensée de prendre sa revanche sur les indépendantistes russes du Donbass. Cette réactivation du conflit a été à nouveau l’occasion de critiques sévères à l’égard de la Russie de Poutine, présentée régulièrement par les médias dominants comme une des pires menaces de l’Occident.

Vu d’un regard très naïf, le conflit semble absurde : comment des frères slaves chrétiens de race Blanche parlant une langue très proche sur le plan linguistique peuvent-ils encore se combattre au 21ème siècle ? C’est que ce conflit est entretenu depuis des lustres, à des fins politiques qui sont au final à chaque fois défavorables à la race Blanche.

L’Ukraine occidentale n’a été rattachée à la Russie qu’à l’époque de Staline. Pendant des siècles, elle a été sous l’influence de l’empire austro-hongrois et de la Pologne. Les habitants de la moitié orientale de l’Ukraine sont d’origine et de culture russes, tandis que la moitié occidentale est majoritairement habitée par les Ruthènes de Galicie. L’Ukraine occidentale est relativement unifiée dans son hostilité envers les Russes, qu’ils considèrent comme des envahisseurs et des occupants, d’où leur soutien aux Allemands au cours de la Seconde guerre mondiale. D’un autre côté, les Russes voient encore l’Ukraine comme le berceau historique de leur civilisation, Kiev étant pour eux la mère des villes russes.

Porochenko est en place suite à la révolution colorée de 2014 qui avait été financée par (((George Soros))) et contrôlée par les néoconservateurs américains. Depuis son élection, il obéit toujours à ses maîtres, ce qui est dans la continuité de la dépendance historique de la nation ukrainienne aux grandes puissances. Poutine agit de son côté davantage dans l’intérêt à long terme des Russes, mais en rattachant la Crimée à la Fédération de Russie suite au référendum d’autodétermination de 2014, il a sans doute commis une erreur politique majeure.

Alors que la Russie ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, par cette décision, Poutine a usé du même principe que celui qui avait été utilisé par le gouvernement américain pour créer l’état mafieux kosovar. A savoir le principe selon lequel le poids démographique sur un territoire donne de facto un poids politique sur ce territoire. En usant cette fois à son avantage d’une jurisprudence tacite découlant directement du précédant du Kosovo, Poutine a indirectement reconnu une certaine légitimité politique aux Albanais du Kosovo, sans aucun souci des répercussions négatives pour les Serbes.

Or dans un monde où les changements démographiques sur le plan ethnique peuvent être très rapides, en l’espace de quelques générations (la France négrifiée et bougnoulisée en est le plus parfait exemple), ce principe est de nature à détruire à l’avenir de nombreuses nations, l’hétérogénéité ethnique étant toujours un facteur direct d’instabilité politique pour toute nation. Même quand il s’agit d’ethnies proches comme dans le cas de l’Ukraine versus Russie ou bien de la Croatie versus Serbie, le souvenir transgénérationnel de conflits armés antérieurs est propice à une mésentente continuelle. Quand il s’agit de nations multiraciales, c’est bien sûr encore pire. Le tracé des frontières correspond à un instant donné au rapport de forces entre les peuples largement définis par l’appartenance raciale, ethnique, culturelle et linguistique. Ce rapport de forces peut fluctuer dans le temps, de part des changements démographiques et/ou de l’implication de grandes puissances ou d’(((élites autoproclamées))) pouvant trouver des intérêts politiques à la persistance d’un conflit.

L’influence mortifère de la juiverie en Ukraine et en Russie est ici à souligner.

En faisant abstraction des acteurs extérieurs, le conflit russo-ukrainien témoigne à lui seul des limites pragmatiques d’un projet politique d’unité raciale Blanche. Ce conflit pour être résolu nécessiterait en effet une profonde révolution à la fois en Ukraine et en Russie.

Car ces deux nations vivent sur des racines culturelles pourries, à savoir le christianisme qui les divise plus qu’il ne les unit. Prendre parti exclusivement pour la Russie ou pour l’Ukraine serait en l’état contre-productif et contraire aux intérêts de la race Blanche.

6 Replies to “Le conflit russo-ukrainien ou les limites pragmatiques d’un projet politique d’unité raciale Blanche

  1. Non, mon cher Visage Pâle, Poutine n’a pas commis, comme tu l’affirmes, une erreur politique majeure en permettant à la Crimée qui n’avait été rattachée à l’Ukraine qu’en 1954 pour des raisons purement administratives et d’autres motifs liés au partage du pouvoir entre les hommes à la tête du politburo et du PCUS, de revenir au sein de la Russie.
    La situation n’est en rien comparable à celle du Kosovo. Ce dernier est le berceau de la civilisation serbe comme en atteste les monuments qui subsistent malgré les destructions opérées par les envahisseurs albanais qui l’occupent. Ceux-ci sont venus s’y installer, et se reproduisant comme des lapins, comme tous les bons musulmans, ont exigé que cette contrée soit placée sous leur règne, ôtant ainsi au peuple serbe une grande partie de ses terres et de son histoire.
    Et ces bougnoules mentaux, depuis leur conversion à l’islam, ont été soutenu par (((l’Occident))) dont les véritables maîtres ne pouvaient que se réjouir de cette occasion d’affaiblir un peuple Européen fier de sa race et de sa culture, au surplus cousin des Russes, désignés comme l’éternel ennemi depuis que les youtres en avaient perdu le contrôle…
    D’un côté une terre slave envahie par des albanais, dont jamais les Russes ne reconnaîtront le droit d’y régner après en avoir chassé le peuple frère slave qui a fait ce pays, de l’autre côté, une terre russe depuis des siècles ou la quasi-totalité de la population a pour langue maternelle celle parlée à Moscou et non l’ukrainien.
    Rappelons que la sécession du Dombass comme de la Crimée est la conséquence directe de la décision du nouveau pouvoir issu du coup d’état à Kiev de ne plus reconnaître le russe comme langue officielle du pays. Rejettant ainsi plus du tiers de sa population. Les dizaines de personnes brûlées vives à Odessa ont fini d’apprendre aux russophones ce qui les attendait dans ce nouvel état dirigé par les juifs. Car Porochenko n’est qu’une marionnette de (((Wall Steet))), et tous les postes clés de son gouvernement sont tenus par des juifs, à commencer par son immonde premier ministre.
    Et les patriotes ukrainiens qui croient régler leurs comptes avec la Russie, qu’ils rendent responsable de l’Holodomor, font en fait le jeu des youtrons qui sont les véritables responsables du génocide de leurs aïeux…et de ceux des Russes d’ailleurs. De sorte que des mecs qui se veulent NS massacrent leurs frères de race pour la plus grande gloire d’Israël.
    Il n’y a pas à dire, ils sont forts, ces enculés de youtres…
    En tout cas, Poutine ne pouvait pas les laisser s’emparer de Sébastopol, l’un des plus grands ports militaires de son pays depuis 1783 et siège de la flotte de la mer noire. Ces immenses installations dont l’importance stratégique est majeure pour la Russie auraient immédiatement été récupérées par les USA et l’OTAN. Autant aller s’agenouiller devant Bush et Netanyahou, leur prêter allégeance, et les laisser piller son pays et le recouvrir de nègres. Ce qui, soit dit en passant, commence à se produire en Ukraine, et le mécontentement du peuple s’accroit, raison pour laquelle Porochenko a monté la provocation qui lui a permis de proclamer l’état d’urgence ; ce qui lui permet de museler l’opposition avant les prochaines élections.
    Donc, non, Poutine n’a commis aucune erreur. Et quand des peuples frères s’entretuent, les diables juifs sont presque toujours derrière.
    Ils nous ont déjà fait le coup deux fois au vingtième siècle et notre race a perdu une grande partie de ses meilleurs éléments.
    Ils voudraient bien qu’on remette ça une troisième fois pour achever notre extermination…

    1. Tout à fait, les youtres sont présents des deux côtés : Ukraine et Russie. Et des Blancs s’affrontent, mortellement. La juiverie internationale ne peut qu’en rire.

      On peut toutefois noter que les nationalistes Russes soutiennent les Ukrainiens NS et sont totalement contre Poutine, qui est aussi une marionnette Juive.

      En parlant de marionnette juive, Jair Bolsonaro se révèle très judéophile, comme il nous semblait.

      1. Donc Poutine, Trump et Bolsonaro sont des marionnettes des juifs…
        Alors que les youtres les attaquent sans relâche, chaque heure, chaque jour, chaque minute ! Montant sans cesse les coups les plus tordus pour les éliminer.
        Finalement, même Tonton aurait pu se faire traiter de marionnette des juifs puisqu’il avait coopéré avec certains d’entre eux pour faciliter leur départ et leur installation en Israël…
        Mettre sur le même plan des traîtres à leur race, mis en place par les youtres à la suite de coups d’état ou d’élections truquées, qui confient l’essentiel du pouvoir à ces mêmes youtres qui les financent, et leur laissent mettre la main sur toute l’économie, l’éducation, les médias et plus généralement tout ce qui a de la valeur ou permet d’exercer un pouvoir, et des mecs qui, aussi imparfaits soient-ils, ont rendu ou tentent de rendre à leurs peuples leur dignité, leurs emplois, leurs valeurs traditionnelles, leurs cultures, leurs industries et leurs ressources naturelles que les youtrons voulaient contrôler et transférer dans des pays étrangers, des mecs qui contrecarrent donc comme cela n’a jamais été fait auparavant, le plan des juifs pour l’avilissement des Blancs et leur submersion par des races de boue, ça ne me semble pas très productif. Les camarades NS des États-Unis avec certains desquels j’ai quelques contacts n’ont fort heureusement pas la même vision ; ça me permet de me sentir moins seul.
        Quant aux NS Russes qui soutiendraient les mecs qui ont massacré des habitants de Donetz ou du Dombass parce qu’ils entendaient garder leur langue et leur culture russe, je serais curieux de les connaître.
        Un nationaliste russe qui applaudit au massacre de Russes, c’est plutôt curieux…
        En attendant, c’est un génocide qui se prépare en Afrique du Sud et le seul qui ait fait passer des armes à nos frères et leur offre l’asile, notamment en Crimée où certains se sont déjà installés, c’est Poutine. Et aucun chef d’Etat occidental n’a menacé le roi nègre qui veut voler leurs terres aux Afrikaners, à part Trump.

  2. Moi j’y pige plus rien…

    Je crois que ce qui ce passe dans notre monde est plus complexe que ce que l’on pense.

    Il y’a réellement des Ukrainiens qui ont perdu leur famille et tout ce qu’ils avaient, des mains de l’armée de Poutine (des vrais soldats russes), et il serait HYPOCRITE de dire le contraire.

    Je ne suis pas un expert sur le conflit, j’ai une connaissance (avec qui je n’ai malheureusement plus aucun contact…) qui était en contact avec son oncle qui habitait Crimée, des Russes bien Russes ont fait des choses que l’on pourait comparer avec ce qui se passe en Afrique du Sud depuis des années…

    Quand elle m’en a parler, je l’ai accompagné dans ses pleurs et j’ai malheureusement perdu contact avec elle depuis mais passons. Ce que je veux dire c’est qu’il est très difficile de connaître ce qu’il en est vraiment car même les locaux sur place sont perdus…

    L’histoire ne se résume pas à : Régiment Azov (payé par les juifs selon certains) VS armée Russes sous contrôle juif.

    Des Ukrainiens ont bel et bien été sauvés par Azov contre des salopards de soldats Russes, c’est indiscutable !

    Le monde est plus complexe que : Juif contre non juif.

    Si j’etais Ukrainien et que comme comme ma connaissance, j’avais entendu de source sûre que des soldats Russes avait agit comme ils l’on fait, j’aurais sauté à pieds joints dans le Régiment Azov et j’aurais pris les armes peut importe si les gars d’en face soient blancs.

    Le fait est que même si nous étions débarrassé des juifs et de toutes les autres races, nous nous entretuerions entre blancs, c’est triste mais c’est codé en nous.

    Mais nous nous devons de continuer ! Nous devons nous débarrasser de toutes les races de boues et inverser la tendance !

    1. Les mecs d’Azov ont sévi au Dombass où il n’y a aucun soldat russe. La Crimée est une péninsule ou l’armée russe, qui y était déjà présente à l’époque des Tsars puisqu’il s’agit d’une terre russe depuis des siècles et le siège de la flotte de la mer noire ( Sébastopol étant depuis 1783 l’un des ports militaires les plus importants de la Russie, l’équivalent de ce que Brest et Toulon sont pour la France ), n’a jamais été confrontée à un seul homme d’Azov ni même à un soldat régulier de l’armée ukrainienne. Les marins aux ordres de Kiev ont abandonné leurs quelques bâtiments dans le port et ont regagné l’Ukraine sans encombre. Il n’ont pas subi d’exactions.
      Si tel avait été le cas, la (((clique))) à Porochenko n’aurait pas manqué d’en parler ! Et tous les (((médias))) occidentaux aussi. On en aurait d’ailleurs entendu parler chaque jour jusqu’à aujourd’hui, alors que ces mêmes merdias passent sous silence ce que vivent les habitants russophones de l’Est de l’Ukraine : bombardements d’immeubles d’habitation, d’écoles, tirs sur des bus, et j’en passe. Et là, tu nous parles de pogroms d’Ukrainiens en Crimée, si j’ai bien compris.
      Alors pourquoi Porochenko ne peut il montrer ou même nommer, une seule victime ? Et toi non plus d’ailleurs…
      Ta copine que tu as perdu de vue, t’a évoqué un oncle qui vivait en Crimée et comparé ce qu’auraient vécu les Ukrainiens là-bas à ce que subissent les Afrikaners en Afrique du Sud. Outre que n’importe qui peut apprendre en ouvrant un dictionnaire que la Crimée a toujours été russe et que les seuls non-russes qui partageaient cette terre et en ont été expulsés, déportés sans ménagement pour être exacts, sont les Tatars et que ça ne date pas d’hier, il y avait un nombre infime d’Ukrainiens dans cette péninsule jusqu’au référendum par lequel la quasi-totalité de sa population a choisi de réintégrer la Russie. Et il y avait d’innombrables observateurs étrangers lors de ce scrutin, à l’affut de toute irrégularité qui aurait pu remettre son résultat en question. À leur grand dam, ils en ont été pour leurs frais et plus personne ne met en doute le résultat de ce référendum. On nous dit juste qu’il n’avait pas lieu d’être organisé. La bonne blague !
      Des photos de maisons ou d’HLM habités par des habitants de Donetz ou du Dombass, incendiés ou bombardés par l’armée ukrainienne ou les mecs d’Azov, on en trouve plein sur Internet. Si tu me trouves une seule photo de l’équivalent de ça en Crimée, tu pourras alors accorder du crédit à ce que t’a raconté ta copine.
      Je vais passer pour un affreux misogyne mais avec une femme, ce n’est pas parce que tu connais de source sure, et pour cause, ce qui rentre dans son cul, qu’il en va de même pour ce qui sort de sa bouche…
      Arranger la vérité pour gagner les mecs à leur cause, elles savent faire depuis des dizaines de millénaires. Ça marche encore mieux quand elles tiennent les gars par la queue. Les gus montent alors au combat et ne découvrent qu’après qu’elles se sont foutues de leur gueule. Les larmes, j’y ai eu droit aussi et elles se sont parfois transformées en rage quand la nana réalisait que je n’étais pas dupe.
      Il n’est pas difficile de se rendre en Crimée et les journalistes occidentaux y circulent librement. Comme les touristes.
      Tu peux aisément le vérifier. Le voyage est ce qui coûte le plus cher ; le séjour et la bouffe, c’est peu coûteux, comme dans tous les pays de l’Est. Et pas de toucher rectal à la douane…
      Ainsi que l’ont découvert à leurs dépens des journalistes européens, ce n’est pas vraiment le cas dans l’Ukraine de Porochenko qui a d’ailleurs décrété l’état d’urgence pour museler l’opposition.
      Alors ne me parle pas de difficultés pour savoir ce qui s’y passe. Moi, j’y arrive très bien et sans me contenter de Spoutnik ou de RT. Je le précise au cas où tu croirais ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *