Articles d'actualité États-Unis Monde Problèmes raciaux

Le plus grand tueur en série des USA est un nègre

L’homme Blanc est le danger aux USA, c’est bien connu. Les Blancs sont tous des criminels en puissance, comme nous l’affirmait il y a peu un journaliste demi-nègre de CNN.

Pourtant, malheureusement pour la propagande anti-Blanche, le tueur en série le plus prolifique de l’histoire s’avère être… un nègre !

20 Minutes :

L’ampleur de ses crimes pourrait le faire entrer dans l’histoire comme l’un des tueurs en série les plus meurtriers des États-Unis. A 78 ans, Samuel Little a confessé avoir commis 90 meurtres, dont la plupart étaient passés inaperçus. Le FBI, qui continue de recouper ses dires, a déjà confirmé sa responsabilité dans la mort de 34 personnes. Ses victimes sont en grande majorité des femmes marginales, souvent des prostituées ou des droguées, plutôt noires ou hispaniques, tuées entre 1970 et 2005 dans une quinzaine d’États.

La mort de ces femmes ne nous touchera pas, car ce ne sont pas – en majorité, il y a sûrement eu quelques Blanches – des femmes de notre race. Toutefois, un nègre qui arrive à tuer 90 personnes sur une durée de plusieurs dizaines d’années : c’est peu commun.

Nous avons l’habitude des nègres violents, mais ils sont souvent mis en prison, avant de recommencer puis de retourner en prison.

Quand un nègre tue et qu’il ne passe pas par la case prison : il recommence, encore et encore.

« Jackson, Mississippi : une ; Cincinnati, Ohio : une ; Phoenix, Arizona : trois ; Las Vegas, Nevada : une… » La clarté des souvenirs de l’accusé, des dizaines d’années après les meurtres, fait froid dans le dos. « C’est effrayant à quel point ses souvenirs sont clairs après toutes ses années », a confié au New York Times, Michael Mongeluzzo, un policier de Floride qui l’a interrogé. « Il se rappelle des noms, des visages. »

Cet ancien boxeur tuait ses victimes en leur portant des coups violents ou les étranglait, avant d’abandonner leurs corps sur un bord de route, en contrebas d’une falaise ou dans une décharge. Faute d’impact de balles ou de coups de couteau, nombre de ses homicides ont été classés comme des overdoses, des accidents ou des causes naturelles, a expliqué la police fédérale dans un communiqué.

Arrêté des dizaines de fois pour des vols, enlèvements, ou autres violences, son errance meurtrière n’a été soupçonnée qu’à deux reprises, au début des années 1980. Lié à la disparition de deux jeunes femmes, l’une dans le Mississippi, l’autre en Floride, il avait toutefois été relâché faute de preuves. Ce n’est qu’en 2012 que les forces de l’ordre ont établi avec certitude sa responsabilité dans plusieurs meurtres.

Attendez, arrêté des dizaines de fois, et il a pu commettre 90 meurtres ! Pourquoi ce type n’a pas été neutralisé lors de ses premières arrestations ?

On voit ce que ça donne, le laxisme judiciaire. Un peu comme en France avec les tueurs qui ont un casier long comme le bras car relâché par le système juif-diciaire.

Interpellé dans le cadre d’une affaire de trafic de drogues, son ADN l’a impliqué dans la mort de trois femmes à Los Angeles entre 1987 et 1989. Lors de son procès, qui s’est conclu en 2014 par une peine de réclusion à perpétuité, il avait crié son innocence et échangé des insultes avec le fils d’une victime, rapportait alors la presse locale.

Quatre ans plus tard, son discours a radicalement changé. Désireux d’être transféré dans un autre établissement, le détenu, qui se déplace désormais en fauteuil roulant et souffre d’un fort diabète, a accepté de coopérer avec le FBI. Au-delà des attentes. « Il a cité les villes, les États et a donné le nombre de personnes tuées dans chaque lieu », a raconté l’agent Christina Palazzolo citée dans le communiqué du FBI. Quand il s’est arrêté, son addition macabre s’élevait à 90 morts, autant que le nombre de victimes imputées à Gary Ridgway, qui détient le sinistre record du tueur en série condamné pour le plus grand nombre de meurtres aux Etats-Unis.

Un « petit » criminel qui devient un meurtrier, puis un tueur en série. Un parcours grandement facilité par son appartenance raciale, les nègres sont plus violents et plus sauvages que les Blancs, dans leur comportement.

Posez vous surtout une question : si on commence à relâcher de plus en plus de petits criminels noirs, combien deviendrons comme Samuel Little ?

Qui nous dit qu’un des nègres, autour de Macron sur le cliché, ne soit un futur tueur en série ?

Lors de leurs échanges, le policier lui a demandé comment il avait réussi à échapper pendant aussi longtemps à la justice. « Je pouvais aller dans mon monde et faire ce que je voulais », lui a répondu Samuel Little en évoquant sa vie aux marges de la société, au cœur de quartiers déshérités. « Je ne serai pas allé dans votre monde. »

Finir l’article en beauté en une petite pique en évoquant les quartiers déshérités, dans lesquels il a grandi et trouvé la plupart de ses victimes. D’ailleurs, ses victimes n’ont pas eu de véritables enquêtes sur leur mort car elles étaient dans des quartiers où les morts par overdose sont fréquentes et où les moyens pour la police sont restreints.

Des quartiers de nègres. Mais la criminalité ne vient pas de leur situation, elle vient de leur appartenance raciale. Ne confondons pas tout.

Encore une fois, le génie nègre est prouvé, ainsi que l’inefficacité de la justice pour remettre dans le droit chemin des criminels nègres. Ah, chez Sputnik ils se demandent si le phénomène des serial killer provient d’une frustration envers la société ou bien si c’est à cause d’une forte médiatisation des tueurs. Mais pas de questionnement sur son appartenance raciale.

En même temps, des Blancs aussi peuvent tuer des gens… regardez la Synagogue à Pittsburgh !

Sauf que dans ce cas, ce n’est qu’une riposte face à l’invasion.

Malgré 10 ans en prison et 30 arrestations, il a réussi à tuer plus de 80 personnes. Si il avait été pendu au départ, il y aurait eu beaucoup moins de victimes.

 

De toute façon, si à la base il n’y avait pas eu de nègres sur les terres des Blancs aux USA : il y aurait eu des millions de crimes en moins.

2 Replies to “Le plus grand tueur en série des USA est un nègre

  1. Quand les tueurs découpent, la police recoupe…
    Le côté positif de cette affaire, c’est qu’elle confirme ce que je dis depuis toujours : pas de traces, pas de balles identifiables, pas de couteau portant l’ADN ou des empreintes, et vous pouvez buter vos ennemis sans que les flics puissent remonter jusqu’à vous, dès lors que rien dont ils puissent avoir connaissance ne vous relie à la victime. Une bonne cagoule, des gants et des fringues à usage unique ; les incinérateurs ne sont pas faits que pour les branchages, et vous pourrez, quand c sera venu le jour du grand nettoyage, tenter de battre le record de ce monsieur ( car s’il a tué autant de négresses ou de PAN en âge de pondre, il mérite amplement qu’on l’appelle monsieur… )

    1. N’empêche, je me demande combien de nègres ne sont pas inculpés pour leurs crimes. Par manque de moyens ou tout simplement par la politique de l’autruche. Tant qu’ils se régulent entre eux : pas de problèmes laissons les faire. Mais ce genre de criminel nègre ne s’attaque pas qu’à des filles de sa race, il prend ce qui lui tombe sous la main. Or, si il a touché des Blanches, qu’il soit pendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *