Articles d'actualité États-Unis Médias, manipulations et censures Monde Politique Question Juive

(((New York Times))) : les soldats américains ne s’engagent pas pour défendre les États-Unis, mais pour faire la guerre au Moyen-Orient !

Le New York Times, un des titres les plus influents de la presse américaine, sous l’étroit contrôle de la famille (((Sulzberger))), est toujours aux avant-postes pour promouvoir les anti-valeurs juives : décadence, submersion des populations blanches sous des hordes du Tiers-Monde, etc.

Ainsi, quand Trump a récemment envoyé des soldats à la frontière américaine en réaction à la « caravane » de « migrants » envahisseurs ayant manifesté leur intention d’entrée aux États-Unis même contre la volonté des autorités et de la population américaine, le New York Times n’a pas attendu pour protester.

En plus de nombreux articles pro-invasion et anti-Trump, le New York Times a commis, à quelques jours des élections américaines de mi-mandat, la caricature illustrant cet article.

Ce n’est pas un faux, elle est disponible sur le site du journal « de référence », accompagné de cette question :

Quelles sont les priorités du président ?

Le texte du panneau indique « frontière [avec le] Mexique », tandis que le soldat déclare :

Je me suis engagé pour combattre au Moyen-Orient… pas [pour] les [élections de] mi-mandat !

Pas pour protéger les États-Unis, pas parce que l’armée offre une carrière stable, non : pour le New York Times, la motivation fondamentale du soldat américain, c’est d’aller combattre au Moyen-Orient. Ce qui est complètement faux, en dehors de quelques très rares cas.

Cette caricature est très révélatrice de la perception qu’a le New York Times du rôle de l’armée américaine. Protéger les frontières du pays ? « Horreur ! » Faire la guerre pour Israël au Moyen-Orient ? « Oui ! »

Un sentiment que même le gauchiste lecteur du New York Times et partisan de l’invasion migratoire ne partage pas, voyant d’un mauvais œil les guerres dans des pays peuplés de ses non-blancs chéris. On se demande vraiment ce qui est passé dans l’esprit du métis euro-arabe auteur de la caricature.

Cela nous amène aussi à nous demander : que fait l’armée américaine au Moyen-Orient ?

L’intervention de loin la plus notable des États-Unis au Moyen-Orient est la guerre d’Irak déclenchée en 2003 pour renverser Saddam Hussein.

Certaines idées fausses ont souvent circulé. Par exemple beaucoup d’américains ont cru qu’il s’agissait d’une revanche pour les attentats du 11 septembre, alors que le régime irakien n’y était nullement lié. Beaucoup de gens en France pensent aujourd’hui encore que le but de cette guerre était de « voler le pétrole » de l’Irak. Mais, dès que l’on examine les coûts astronomiques de cette guerre (de l’ordre de 1000 milliards de dollars), on se rend compte que cette raison ne tient pas.

Non, si les États-Unis ont fait la guerre à l’Irak en 2003, c’est parce que Saddam Hussein déplaisait à Israël.

Cette guerre a été organisée directement à l’instigation des néoconservateurs juifs.

Une « théorie de la conspiration antisémite » ? Citons donc un article de la presse israélienne, au titre pertinent : « Le fardeau de l’Homme Blanc ».

Haaretz :

À la conclusion de sa deuxième semaine, la guerre pour libérer l’Irak n’avait pas bonne allure. Même pas à Washington. La supposition d’un effondrement rapide du régime Saddam Hussein s’était elle-même effondrée. […] Les généraux américains se sont trouvés non préparés et leurs lignes de ravitaillement surétendues mises en danger par a guerre de guérilla irakienne.
[…]
Washington est un petit endroit. C’est un lieu à dimensions humaines. Une sorte de petite ville qui se trouve diriger un empire. Une petite ville de fonctionnaire du gouvernement, et de membres du Congrès, et de personnels d’instituts de recherche, et de journalistes qui se connaissent à peu près tous les uns les autres. Chacun est occupé à intriguer contre tous les autres ; et chacun discute des commérages sur tous les autres.

Au cours de l’année écoulée, une nouvelle croyance a émergé dans la ville : la croyance en la guerre contre l’Irak. Cette foi ardente a été disséminée par un petit groupe de 25 ou 30 néoconservateurs, presque tous juifs, presque tous intellectuels (une liste partielle : Richard Perle, Paul Wolfowitz, Douglas Feith, William Kristol, Eliot Abrams, Charles Krauthammer).

Tiens donc !

Wyatt Mann avait raison :

3 Replies to “(((New York Times))) : les soldats américains ne s’engagent pas pour défendre les États-Unis, mais pour faire la guerre au Moyen-Orient !

  1. Ce n’est pas pour rien qu’on a baptisé la presse ( et tous les médias audio-visuels qui jouent le même rôle ) “le quatrième pouvoir”.
    Il est, en fait, le plus important car il permet de manipuler les masses afin de s’emparer ensuite aisément des trois autres.
    On l’a bien vu avec l’élection de Macron.
    Et c’est pourquoi, pendant que les élites blanches faisaient Polytechnique, ou d’autres grandes écoles d’ingénieurs, et médecine, les youtres investissaient en masse les écoles de journalisme.
    Bien moins exigeantes sur le plan des qualités intellectuelles, mais bien plus utiles pour les projets de ces ordures…
    Évidemment, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de cohérence de la part de ces gens ; le mensonge, parce qu’il ne repose sur rien de prouvable, ne peut avoir la solidité d’un simple exposé de la réalité.
    Mais peu leur importe : ils ont gagné.
    Du moins jusqu’à maintenant.
    Mais les choses vont changer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *