Articles d'actualité Conflits raciaux États-Unis Monde Problèmes raciaux Question Juive

Un militant noir “opposé aux crimes de haine” arrêté pour avoir vandalisé deux synagogues

Il faut croire que ceux qui veulent nous donner des leçons en nous imposant la diversité et l’antiracisme se retrouvent pris à leur propre piège.

The New Observer :

Un nègre qui travaillait auparavant comme stagiaire au parti démocrate, dans la branche des questions liées aux crimes haineux, a été arrêté pour avoir tagué un « tuez tous les juifs » dans une synagogue à New York, quelques heures après que les médias de masse contrôlées par le lobby Juif n’eurent diffusé le tag comme étant un autre exemple de la haine Blanche.

Heureusement que les journalistes ne doivent pas faire de conclusions hâtives ! Seuls les Blancs peuvent être coupables d’un « crime de haine », les autres sont tous des pauvres victimes qui ne demandent qu’à vivre en paix.

D’après un article paru dans le New York Post, un nègre du nom de James Polite, âgé de 26 ans, était en garde à vue vendredi pour avoir prétendument tagué  » Les rats juifs » et « Hitler » dans une synagogue historique de Brooklyn.

Le message avait été découvert avant un événement politique organisé par la star de « Broad City », Ilana Glazer, qui a été annulé par la suite pour des raisons de sécurité.

Le journal a rapporté que Polite a été aussi repéré sur les vidéos de surveillance plus tôt vendredi, démarrant un feu de poubelle à une seconde synagogue à Williamsburg. Il portait la même veste pendant les deux actes.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a rendu visite à la synagogue Union Temple vendredi soir et a qualifié l’incident de « bouleversant ».

Quelle réaction surprenante. Le nègre est retrouvé, et le maire ne qualifie l’incident que de « bouleversant ». Pas de discours contre la haine de l’antisémitisme ? Pas de chouineries sur l’histoire de la Sainte Shoah ? Pas de menaces contre les vilains nègres racistes ?

Le deux poids deux mesures s’applique, le « criminel » est issu de la diversité donc on ne peut pas se défouler sur lui. Restons calmes et parlons d’un incident horrible, sans plus.

Tel que rapporté par le Daily Caller, Polite est un «ancien employé de l’hôtel de ville ainsi qu’un activiste démocrate qui a travaillé sur des questions relatives aux crimes anti-haine ».

Le service de presse a déclaré que le « New York Times et un couple juif » avaient aidé l’homosexuel Polite à « fréquenter une université où il avait étudié les études Afro-Américaines.

Avant de connaître son identité, les politiciens ont déclaré que « le vandalisme démontrait la nécessité de voter pour le parti démocrate et mettait en avant les programmes gouvernementaux visant à lutter contre de tels incidents ».

Récupérer un incident pour sa campagne électoral : pourquoi pas. Savoir l’origine et les raisons du vandalisme semble prioritaire, pour éviter de faire des conclusions hâtives et fallacieuses.

Cette conclusion erronée ne peut que desservir la crédibilité des politiques ayant dénoncé les graffitis comme étant du vandalisme haineux, venant des Blancs nationalistes (voyons, ça ne fait pas de doutes).

Il y a un an, le New York Times avait présenté Polite, en soulignant qu’il était un « jeune foster LGBT » [un adopté dans une famille d’accueil pour les LGBT] qui « pouvait défier les statistiques » après être devenu « l’enfant adopté de l’administration Quinn », comme l’a dit Christine Quinn, alors présidente du conseil municipal de New York. « Et ce n’était pas juste moi. C’était tout le personnel du conseil municipal ».

Dans le courant 2017, Polite, qui avait demandé à rejoindre le système de placement familial après que sa mère lui ait fourni des conditions de vie « insalubres », a été placé avec Mme Quinn, une démocrate de Manhattan qui travaillant depuis plusieurs années sur des initiatives de lutte contre les crimes haineux, les agressions sexuelles et les violences domestiques. Il a également pris part à sa campagne de réélection en 2009 et est revenu pour l’aider dans sa tentative de candidature au poste de maire en 2013 (finalement non retenue) ».

Décidément, on croirait à un sketch. Un jeune nègre, tapette de surcroît, adopté par une démocrate et ayant travaillé dans la lutte des crimes haineux termine son cursus éducatif en… taguant une synagogue et en tentant d’en incendier une autre.

Ou alors c’était une tentative de sa part pour provoquer l’émoi des médias avec des graffitis anti-juifs, incitant les youpins à pleurer et aidant les démocrates à passer de nouveaux textes pour combattre les Blancs. Heureusement, son cerveau nègre n’a pas pu réaliser le travail correctement (on peut aussi parler de la stupidité de porter la même veste pour les deux actions, de ne pas porter de gants et d’y aller à visage découvert…).

Qu’il ait fait de telles actions grâce à une idéologie anti-juive (peu probable) ou alors pour nous nuire, la situation prête à sourire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *