Articles d'actualité États-Unis Monde Politique

Trump souhaite que les soldats tirent sur les migrants, s’ils les attaquent, avant de reculer

Nouvelle déclaration polémique de Trump, en réaction à la caravane d’envahisseurs qui ne cesse de croître et de se rapprocher dangereusement des États-Unis.

Sud Ouest :

À moins d’une semaine des vitales élections de mi-mandat le président américain multiplie les déclarations chocs sur l’immigration afin de mobiliser son électorat.

L’armée américaine pourrait être amenée à tirer sur les migrants tentant d’entrer illégalement dans le pays si ceux-ci jettent des pierres sur les soldats, a déclaré jeudi Donald Trump alors que plusieurs « caravanes » de Honduriens font actuellement route vers les États-Unis.

Il avait annoncé la veille que jusqu’à 15 000 soldats pourraient être déployés à la frontière avec le Mexique.

« Si les migrants lancent des pierres comme ils l’ont fait envers la police et l’armée mexicaine, j’ai dit aux soldats, considérez cela comme un fusil (…) Notre armée répliquera. »

Cette excuse du lancer de pierre n’est pas la vraie raison : on aperçoit des milliers d’envahisseurs qui vont submerger les régions où ils vont arriver, pourquoi les laisser rentrer ?

Ils sont violents, on prend donc ça comme exemple. Mais même s’ils ne l’étaient pas : il ne serait pas sain de les laisser rentrer et s’installer sur nos terres.

Déployer des soldats à la frontière, c’est bien et leur donner les moyens de la défendre : c’est encore mieux.

Si les militaires ne peuvent pas tirer, comment pourraient-ils défendre quoique ce soit ? C’est stupide.

Interrogé sur ces déclarations, un porte-parole du Pentagone a dit ne pas vouloir faire de commentaire sur des « situations hypothétiques ». « Nos troupes sont des professionnels entraînés qui disposent toujours du droit fondamental de légitime défense », a-t-il seulement déclaré, en tenant à rappeler que l’armée était présente en « soutien » des gardes-frontières.

La situation ne sera plus hypothétique pour longtemps. Plus les jours passent, plus la situation s’envenime et la violence se rapproche.

Il va falloir tirer. Trump le dit, mais le fera-t-on réellement ?

Possible, mais il est probable que non.

L’avenir nous le dira. Trump parle beaucoup, il aime faire des déclarations polémiques mais entre ce qu’il dit et ce qu’il fera : la nuance est grande.

Le Figaro :

[…] Selon lui, « trois caravanes » de migrants « très dangereux » doivent arriver « très vite ». La veille, Donald Trump avait annoncé que jusqu’à 15.000 soldats pourraient être déployés à la frontière avec le Mexique.

Le nombre de migrants aurait diminué passant de 7000 à 3500 et leur cortège ne devrait pas arriver à la frontière avant la mi-décembre. « Ils n’entreront pas, nous ne laissons entrer personne », a assuré le président.

Le nombre de migrants n’a pas pu diminuer, ils seront de plus en plus nombreux, ça prendra juste plus de temps que prévu. Décembre, ça laisse le temps aux militaires de charger leurs armes et de se mettre en place pour défendre efficacement la frontière.

À quelques jours des élections du 6 novembre, Donald Trump multiplie les annonces susceptibles de mobiliser les électeurs, notamment sur le thème de l’immigration. « C’est une invasion », a-t-il martelé jeudi, en annonçant qu’il devrait signer la semaine prochaine un décret sur ce sujet, sans plus de précisions.

Il a par ailleurs déclaré que les États-Unis n’accepteraient plus de demandes d’asile de la part d’une personne n’étant pas passée par un poste de frontière officiel. « Les migrants arrêtés à la frontière seront placés dans des camps constitués de tentes ou d’autres installations jusqu’à ce qu’ils soient expulsés ou voient leur demande approuvée », a-t-il ajouté.

l’invasion est en marche depuis longtemps, le déclarer maintenant n’est qu’un retard criminel. Et encore, le reconnaître et le dire ne veut pas dire que l’on va agir contre.

Le revirement

Encore des déclarations intéressantes, mais finalement Trump change encore d’avis.

RT :

L’armée américaine pourrait-elle être amenée à tirer sur les migrants tentant d’entrer illégalement aux États-Unis si ceux-ci jettent des pierres sur les soldats ? C’est ce qu’avait déclaré le 1er novembre Donald Trump à la Maison-Blanche, au cours d’une allocution consacrée à l’immigration, avant de rétropédaler dès le lendemain. Appelé à préciser ces propos, il a en effet affirmé que l’armée américaine n’agirait qu’en respect des lois américaines existantes.

Encore une fois, il parle beaucoup, la polémique arrive et il se rétracte en constatant que ce qu’il ne dit ne peut pas être appliqué.

Lui-même le pensait-il vraiment ou n’était-ce que des paroles en l’air ?

Tout le monde, ou presque voit bien qu’une invasion est en cours. Et l’on devrait faire comme si de rien n’était, comme si tout était normal.

La politique de l’autruche ne fonctionne pas, car même si l’on ferme les yeux, l’invasion et le génocide de notre race est en cours.

Il faut tirer sur les envahisseurs, qu’ils soient en dehors ou en dedans de nos frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *