Articles de fond Articles en exergue

Féminisation des hommes blancs : une menace mortelle pour la race blanche

Pour défendre la race blanche comme il se doit, il faut pouvoir compter sur des hommes en capacité de se battre sur tous les plans, y compris si le besoin s’en fait sentir sur le plan physique. Or, force est de constater que notre peuple subit à grande échelle un phénomène des plus pernicieux, à savoir la féminisation des hommes blancs.

Elle s’est faite progressivement sous l’effet de plusieurs facteurs intriqués. Parmi ces derniers, on peut bien sûr citer le féminisme, mouvement qui réclamait initialement des droits pour les femmes identiques à ceux dont bénéficiaient jusqu’alors seulement les hommes, mais qui dorénavant milite pour une véritable « gynécratie ». La bataille des sexes initiée par le mouvement féministe a débouché sur la banalisation du divorce, de l’avortement et l’éclosion de « familles monoparentales ».

Dans le même temps, ont été promulguées des lois de plus en plus sévères vis-à-vis de toute expression de violence, même légitime, au point qu’une banale baston un peu virile suite à un simple échange d’insultes peut déboucher sur un procès… L’inhibition de toute confrontation physique chez les hommes favorise leur féminisation, qui elle-même leur coupe l’envie de se battre. Enfin, les modèles masculins dont fait la promotion le Système sont souvent des pédérastes dégénérés et il n’est pas rare de voir des hommes hétérosexuels avec des piercings aux oreilles ou ailleurs.

L’impact de cette féminisation délétère se renforce avec le temps. En effet, de plus en plus de garçons sont élevés par des mères célibataires et la majorité des enseignants à l’école sont des femmes. Ainsi de nombreux garçons grandissent sous une influence essentiellement féminine pendant toute leur enfance et souffrent d’un manque de figure paternelle. Et selon l’adage, quand il n’y a plus de pères, il n’y a plus de repères. Dans les familles où il y a encore un père présent, celui-ci manque de plus en plus de masculinité, ce qui ne donne pas un modèle sain pour son ou ses fils.

Autrefois, le fait que la société pousse les hommes à se montrer différents des femmes dès l’enfance ne choquait personne. Il existe en effet dès le premier âge une distinction claire entre les sexes, ne serait-ce que dans la manière de se comporter. L’homme était ainsi éduqué qu’il lui fallait ne pas paraître faible, et il ne convenait pas à un garçon de pleurer. Depuis, la théorie du genre, vaste fumisterie, a remis totalement en question le dimorphisme sexuel des humains qui est pourtant scientifiquement prouvé. Cette théorie délirante a malheureusement été adoptée avec enthousiasme par des hommes gauchistes au point que non seulement ils n’ont plus aucune conscience de leur race, mais qui plus est plus de conscience de ce qu’implique être de sexe masculin.

 

Cette évolution est profondément contre-nature. En effet, les femmes sont programmées pour trouver un homme qui les protège (sans doute du fait qu’inconsciemment elles se savent potentiellement violables) et réponde à leurs besoins. A la différence des hommes, qui sont plutôt attirés par la beauté et la jeunesse, signes de gènes sains, les femmes sont davantage attirées par les ressources que l’homme peut mettre à leur disposition. C’est pourquoi il n’est pas étonnant de voir de jolies jeunes femmes se mettre en couple avec de vieux bedonnants à moitié chauve mais dont le portefeuille est bien garni. L’inverse traduit plutôt une perversité manifeste, comme dans le couple Macron-Brigitte qui font chambre à part au palais de l’Elysée.

Les conséquences néfastes du féminisme se font aujourd’hui sentir dans le domaine politique. On voit des femmes qui expriment clairement qu’elles n’ont plus besoin d’hommes, qui s’exemptent de leurs responsabilités antérieures (la maternité en particulier), qui sont toujours à la conquête de nouveaux « droits » (comme pour les minorités, ces droits sont souvent en fait des privilèges) et qui comptent sur les ressources de l’État providence pour subvenir à leurs besoins si nécessaire. Leur misandrie cible en priorité les hommes blancs, comme par hasard !

On voit donc apparaître en France une société gynocentrée dans la communauté blanche qui fait face à une société islamisée où règne un strict patriarcat, dans lequel la femme presque chosifiée n’a souvent qu’un seul droit : celui de se taire. Chez les animaux, les sociétés gynocentrées sont très rares, car elles nécessitent pour se perpétuer deux conditions : des ressources abondantes et l’absence de menaces environnementales. Les bonobos au Congo en sont un bon exemple. Parmi les espèces de singes, ils sont connus pour régler leurs conflits de façon non-violente, par des rapports sexuels. On voit donc que le gynocentrisme alimente la faiblesse et met ce type de société à la merci d’espèces concurrentes ou de prédateurs.

Notre communauté blanche est en train de perdre sa masculinité (certaines conversions de blancs à l’islam sont sans doute une réaction à cette purge) alors que la menace environnementale de la masse d’allogènes où la masculinité brute est valorisée ne cesse de croître. On vit dans le même temps dans un milieu de fausse abondance, avec un risque élevé de crise économique majeure, qui pourrait faire exploser les violences des allogènes contre les Blancs si l’État providence venait à faillir.

Les défenseurs masculins de la race blanche doivent donc s’efforcer d’être des modèles pour la masse d’hommes qui sont en voie de féminisation à la fois par l’allure, le discours et si besoin par la force. Ils doivent trouver une complémentarité avec des femmes aryennes qui soient aussi exemplaires, établie sur un respect mutuel, gage d’une future famille saine, à l’opposé des pratiques archaïques de nos ennemis où la femme est réduite à un rôle de poule pondeuse. C’est pourquoi la « charia blanche » défendue par certains nationalistes est totalement indéfendable. Si le vote des femmes certes est néfaste, à la base c’est le vote tout court qui est néfaste, fondé sur une utopie égalitariste mortifère, qu’il convient de dénoncer et de renverser.

La survie de la race blanche est étroitement dépendante de la capacité de ses hommes à combattre pour elle. Il faut donc tout faire pour inverser le processus de féminisation des hommes blancs, menace mortelle pour notre race.

21 Replies to “Féminisation des hommes blancs : une menace mortelle pour la race blanche

  1. Il est presque étonnant que tous ces adeptes de la parité (concept crétin s’il en est) ne trouvent rien à redire quant à la présence de 90 % de femelles à l’éducation nationulle… Rien de tel que féminiser les petits garçons pour en faire des macronnets en devenir et finir présidente de la raie publique ! Sans compter le nombre de dégénérées (goudous et autres trans) que nos gamins vont cotoyer dans les crèches, ludothèques ou centres de loisirs en tous genres, c’est le cas de le dire.
    Rappelons sommairement que ce sont (((Rosa Luxembourg))) et ses copines qui promurent le féminisme au début du XXe siècle et que le camarade Lénine adopta en 1921 le 8 mars comme journée de la femelle.
    Comme Blanche l’avait, je crois,mentionné dans un article, le féminisme et l’antiracisme sont deux poisons utilisés par les judéo-bolchéviques pour détruire l’homme blanc.

  2. Ils ont beau porter grosses barbes et tatouages ces neo-hommes sont bien souvent de tristes fiotasses calquant leur comportement sur celui des gonzesses (et pas des meilleures): futiles, vaniteuses, vulgaires, capricieuses, égoïstes, chochottes.
    Quand j’en croise des “on ne sait si c’est un mec ou une fille” (filles garçonnes ou mecs tapettisés, trop souvent) je chantonne en les regardant au fond de leurs yeux torves “is it a man? is it a woman?” et je me marre un bon coup.

      1. Masculinité fragile…
        Ce qui me paraît fragile, ici, c’est ce commentaire. Fébrile, même.
        Qui est le plus pitoyable ? Celui qui constate et s’offusque d’une réalité intolérable ou celui qui critique sans vouloir regarder le problème en face ?

    1. C’est sur que c’est pas un truc de tafioles mais se faire défoncer la gueule régulièrement, c’est pas forcément l’idéal.
      Bon, si tu as déjà une tronche à tourner dans un film de Sergio Léone, tu risques pas trop niveau esthétique, mais le cerveau n’aime pas trop les impacts répétés, et les yeux non plus. Si c’est pour se retrouver aveugle ou gogol…
      Pour ma part, même si j’ai pas la gueule à Brad Pitt, je préfère quand même quand il y a un casque et des gants. Je ne tiens pas à ce que ma meuf appelle les flics après avoir regardé qui sonne à la porte parce qu’elle ne m’aurait pas reconnu !

      1. je suis entierement d accord mais le noble art( boxe Anglaise) a l origine se pratiquait mains nues mais le danger est surtout les coupures au niveau du visage et de severement s abimer physiquement pas les ko ,avec des gants on frappe plus fort car les mains sont protégés a mains nues c est autre chose quand un poing fait la rencontre d un coude ou d un front il y a risque de fracture dans le pugilat art martial antique europeen ou les frappes se faisait mains nues ils utilisaient beaucoup les coudes pour bloquer les coups de poings d ailleurs Pythagore a été un champion de cet art martial europeen qui faisait partis des jo antique

        1. Tu dois être un rude guerrier, mon ami…
          Ce que tu nous apprend sur Pythagore est assez fabuleux : voilà un grand géomètre qui pouvait vite remettre un mec d’équerre !

          1. Un esprit sain dans un corps sain, généralement on le constate.

            Je me demande encore pourquoi les gauchistes n’ont pas souvent un corps sain. L’esprit malade dû à l’idéologie névrosée qu’ils possèdent explique sans doute cela.

          2. Comme dit Nico : un esprit sain dans un corps sain.

            Il ne faut pas s’imaginer ces intellectuels grecs en gens bedonnants ou taillés en pleine masse de bâton de sucette comme nos intellos d’aujourd’hui.
            Dans la société hellène antique, tout citoyen – quelle qu’était soit sa classe sociale – devait se préparer physiquement à la guerre (à l’époque se battre de près à l’arme blanche), cela faisait partie de ses devoirs. Même Socrate a servi comme hoplite, avec un grand courage selon Platon. Platon lui-même a remporté au moins deux prix aux jeux sacrés (un aux olympiques et un aux isthmiques) en tant que lutteur. C’est d’ailleurs sa forte carrure qui lui a valu son surnom de Plato qui en grec signifie ‘large’ (son vrai nom était Aristoklès).

  3. L’inverse traduit plutôt une perversité manifeste, comme dans le couple Macron-Brigitte qui font chambre à part au palais de l’Elysée.

    Faudrait voir à pas généraliser: certaines femmes fonctionnent comme cela, parce que justement elles sont de qualité inférieures, et touchent plus à la femelle animale mais sans la pureté de l’instinct. Non, les femmes de qualité recherchent la beauté, tous les animaux font cela. La plupart des humains valent moins. Nous ne sommes pas ce que la providence ou la nature avait prévu.

    De plus, Macron est bien devenu riche et puissant, alors même du point évolutionniste, c’était un plutôt bon paris…

  4. Il faut identifier les causes de la chute du niveau de testostérone chez les mâles blancs ces dernières décennies. Je pense que cette baisse de testostérone explique en grande partie la lâcheté et la mollesse de la plupart des blancs. Il faut aussi s’inquiéter de la baisse du QI liée au dysgénisme.

    1. Il faut identifier les causes de la chute du niveau de testostérone chez les mâles blancs ces dernières décennies.

      La première cause c’est la nourriture (Soja, céréales, produit laitiers, junk food, sucres, légumineuses)

      Et après viennent les plastiques, les pesticides, les produits cosmétiques, le manque d’exercice (la musculation devrait être obligatoire chez les blancs), la consommation de drogue, d’alcool, de médicaments

      1. Oui, je suis d’accord. Le problème c’est de hiérarchiser l’importance de chacun de ses facteurs anti-andrigènes. J’ai aussi entendu qu’il fallait se méfier de l’eau du robinet, justement à cause des médicaments. En effet, ceux-ci ne sont pas, ou pas complètement filtrés dans les stations d’épuration. Et quand il s’agit de contraceptifs ou autres substances anabolisants…
        Effectivement, il faut rendre les sports de combat et la musculation obligatoires.

      2. Aussi en grande partie du au laisser aller dans l’éducation des jeunes hommes qui fait qu’ils ont ce comportement mais aussi dans le fait qu’un nombre conséquent d’hommes descendent des lâches, des planqués et des faibles donc des hommes en fin de compte avec un taux de testostérone inférieur, sans compter les produits chimiques à la con qui bousillent les hormones et les derèglent et la présence dans l’eau et le plastique des œstrogènes, l’hormone féminine qui n’y est pas pour pour rien.

        En somme, c’est un ensemble de facteurs et non pas exclusivement celui dont vous parlez qui est à l’œuvre.

        Bien à vous

        1. oui c est un tout pollution ,éducation,mode de vie trop confortable quand j etais minot d ailleurs on disait que tu seras un homme qu apres avoir fait ton service militaire ce qui n etait pas faux pendant un an de ta vie tu sortais de ta zone de confort
          Les jeunes actuellement pour une bonne partis d entre eux n en sorte jamais de cette zone de confort et quand on ne souffre pas un peu on se fiottise vite

  5. Article écrit par quelqu’un qui connait mal son sujet.

    La féminisation des hommes blancs est due à la chute de la testosterone depuis 1945.

    Et à aucun moment cet article n’en parle. Cette chute à entrainée une transformation physique chez nos hommes.

    https://dailystormer.name/wp-content/uploads/2018/11/1514344660466-1.jpg

    Et aussi psychologique, des hommes avec un déficit de testosterone sont faibles, ont plus de chance de soutenir le communisme, le féminisme, sont émotionnels comme les femmes, et acceptent toutes les conditions actuelles qu’aucun homme dans l’histoire n’aurait accepté.

    1. Et aussi psychologique, des hommes avec un déficit de testosterone sont faibles, ont plus de chance de soutenir le communisme, le féminisme, sont émotionnels comme les femmes, et acceptent toutes les conditions actuelles qu’aucun homme dans l’histoire n’aurait accepté.

      Il a d’ailleurs été prouvé que les hommes forts, plein de testostérones rejetaient toujours les principes mensongers de l’égalité et se penchaient souvent vers des régimes totalitaires comme le fascisme ou le nazisme.

      On comprend donc pourquoi les communistes et les soutiens des féministes sont tous des tapettes qui font 50 kilos tout mouillé.

      La drogue est aussi un facteur à ne pas oublier dans cette chute de testostérone. L’alcool, le tabac et les substances illicites ne sont pas innocentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *