Allemagne Europe Politique

Humiliation électorale en Hesse pour la CDU de Merkel et le SPD

Effondrement de la CDU et du SPD en Hesse

La coalition formée par Merkel suite aux élections législatives allemandes de l’an passé avait déjà eu du mal à être formée.

Depuis, la position de l’importatrice en chef des envahisseurs afro-bougnoules s’est encore affaiblie.

AFP :

La chancelière allemande Angela Merkel doit tenter lundi de ressouder sa fragile coalition gouvernementale, plus que jamais en sursis après un cuisant revers électoral essuyé par les deux grands partis qui la composent lors d’un scrutin régional en Hesse.

Le plus urgent pour Angela Merkel, qui doit s’exprimer à 13H00 (12H00 GMT) à Berlin, consiste à empêcher les sociaux-démocrates, au bord de l’implosion, de quitter la coalition.

Ce scénario signerait la fin du gouvernement, des élections anticipées et très probablement la fin de la carrière politique de la chancelière.

« La situation pour Merkel est sérieuse. La question est de savoir si nous allons bientôt devoir apposer derrière sa coalition la mention: en liquidation », ironise lundi dans un éditorial le quotidien de référence Süddeutsche Zeitung.

Les deux grands partis associés au gouvernement de la chancelière à Berlin – son propre mouvement de centre-droit CDU et les sociaux-démocrates du SPD – ont subi dimanche des pertes lourdes et équivalentes lors des élections régionales en Hesse, qui faisaient figure de test national pour Angela Merkel et son équipe à Berlin.

Le premier arrive certes en tête et va pouvoir continuer à diriger le Land au sein d’une alliance, mais son score de 27%, selon des résultats définitifs, représente un recul de plus de 11 points par rapport au précédent scrutin de 2013. Repli d’ampleur similaire pour le SPD qui émarge à 19,8%.

Ces partis donnent l’impression de « deux personnes en train de se noyer en étant enchaînées l’une à l’autre », estime le politologue Hans Vorländer de l’université de Dresde sur la chaîne ARD.

A l’inverse, les écologistes ont doublé leur score à 19,8%, tandis que l’extrême droite a réussi à entrer dans le dernier parlement régional où elle n’était pas encore représentée avec un bond à 13,1%.

C’est le dernier parlement régional dont l’AfD était absente.

La composition du parlement régional :

 

Si la défaite de la CDU est une bonne chose, il est à noter que l’AfD reste relativement faible. La gauche allemande, particulièrement anti-blanche, ne recule pas par rapport à 2013 en dépit de l’arrivée massive d’envahisseurs en 2015-2016. Les Verts, qui gagnent les voix perdues par le SPD, sont des ennemis résolus de la nation allemande.

Il est à noter que les Verts en Hesse sont menés par un tandem composé d’une femme et d’un bougnoule d’origine yéménite : la haine de l’Homme Blanc au sein de ce parti est assez nette mais n’a pas empêché de nombreux allemands endoctrinés de voter pour leur suicide.

La présidente du SPD Andrea Nahles a agité dimanche soir la menace d’un départ faute de garanties rapides sur un meilleur fonctionnement du gouvernement, miné depuis des mois par des querelle internes, notamment sur la politique migratoire.

« L’état dans lequel se trouve le gouvernement est inacceptable », a-t-elle lancé.

Les militants sociaux-démocrates sont de plus en plus nombreux à réclamer une cure d’opposition, par crainte de voir leur parti disparaître. Il est en chute libre dans les sondages nationaux, désormais devancé par l’extrême droite à 15% contre 16%.

Merkel renonce à la présidence de la CDU

AFP :

Angela Merkel a posé lundi les jalons de son retrait du pouvoir en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier et en renonçant à la présidence de son parti, conséquences d’un cinglant revers électoral régional en Allemagne.

« Aujourd’hui il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre », a déclaré, visiblement émue, Angela Merkel lors d’une conférence de presse à Berlin, confirmant des informations qui avaient fuité auparavant.

Son mandat actuel de chancelière entamé en mars, le quatrième depuis son arrivée au pouvoir en 2005, sera « le dernier », a-t-elle dit.
[…]
De même, en vue d’un congrès de la CDU prévu en décembre, elle a indiqué renoncer à se présenter à un renouvellement de son mandat de présidente du mouvement, qu’elle occupe depuis 18 ans. Une manière pour elle de préparer sa succession.

« Il n’est plus possible de faire comme si rien ne s’était passé » à la suite de l’élection régionale de dimanche en Hesse, qui avait valeur de test de popularité au plan national.
[…]
Il y a deux semaines le camp conservateur avait déjà enregistré un résultat très décevant lors d’une autre élection régionale, en Bavière, tandis que l’extrême droite antimigrants d’une part et les écologistes d’autre part progressent fortement.

Le départ de la traîtresse Merkel ne résoudra pas les problèmes de l’Allemagne. Il est certain que la personne qui lui succédera à la tête de la CDU continuera à soutenir l’ordre universaliste métissolâtre.

Néanmoins, si l’actuelle coalition gouvernementale venait à éclater et que des élections anticipées étaient convoquées, la situation serait intéressante à suivre. Un peu de désordre électoral affaiblirait toujours un peu la force du régime, et la probable progression de l’AfD devrait engendrer de nouvelles crises d’hystérie chez les gauchistes anti-blancs.

2 Replies to “Humiliation électorale en Hesse pour la CDU de Merkel et le SPD

  1. Hors sujet
    Vous aller parler de ce qu’il c’est passé à Pittsburgh, de l’affaire des colis piégés ou du blanc qui a tué 2 blacks au Kansas (apres avoir échoué à entrer dans une église noire)?

  2. Ach, un peu de bonnes nouvelles en ces temps troublés ! Mais il est étonnant qu’il se trouve encore 27 % pour voter pour cette crevure ! Seraient-ils aussi cons que nos irréductibles crétins qui soutiennent notre « saigneur des anus » (voilà, cher Rho 2, je me suis repris, ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *