Allemagne Articles d'actualité Articles en exergue Europe Problèmes raciaux Résistance Aryenne

Chemnitz : reportage d’un témoin oculaire

Le témoignage d’un modeste marcheur qui réalise l’intolérance de l’extrême gauche et de leur propagande mais aussi à quel point il est bon d’être avec ceux qui partagent les mêmes idées.

Counter-Currents :


Par Björn Arjuna

Premières impressions

Manifestation de Chemnitz.

Il n’y a rien de particulier concernant la ville de Chemnitz. Il fut difficile de croire que cela pourrait se terminer en une soudaine explosion de haine après le meurtre d’un Germano-Cubain par des migrants du Moyen-Orient. C’est ce que je pensais au premier abord alors que je fis le tour de cette ville d’Allemagne de l’Est. J’y fut présent pour participer à une marche contre l’immigration et l’islamisation organisée par le parti Alternative pour l’Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD) et Pegidai.

Je pris le temps de découvrir la ville. Il n’y avait pratiquement aucun signe d’activité d’extrême-droite à première vue ; pas de signes, d’auto-collants, de graffiti ou de quoi que ce soit d’autre. Peut être que c’est une différence de style, mais la quantité de propagande de gauche qui pouvait être vue dans cette ville prétendument de droite me choqua. Était-ce à cause des événements en cours, ou était-ce parce que la gauche a toujours été active à Chemnitz ?

Une chose qui m’énerva particulièrement alors que j’étais là, fut de voir jusqu’à quel point l’extrême gauche était capable d’opérer à ciel ouvert. J’eus même le malheur de m’introduire dans le parti marxiste-léniniste d’Allemagne une heure ou deux avant la manifestation. Le marxisme-léninisme – l’idéologie officielle de l’Union Soviétique, celle qui tua des millions de gens par la famine et dans les goulags – est tolérée en Allemagne, à la différence des patriotes fatigués de la criminalité des migrants !

Je fus, plus tard, irrité par le contenu de certaines librairies locales, qui offrent de nombreux titres qui se rapportent à Karl Marx, tout autant sérieux qu’ironiques. Je ne suis pas de ceux qui défendent la dénégation de l’histoire ou le déboulonnage de monuments. En fait, je pense que le buste géant de Karl Marx dans le centre de Chemnitz est pas mal du tout ! Mais le fait qu’il n’y a pas de débat à propos de Marx – seulement accepté sans discussion – montre à quel point nous vivons dans un monde où il n’y a aucune modération ou de recul historique. Ce sentiment va de pair avec ce que l’on voit des bâtiments et des rues de la ville portant le nom de Communistes dont Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg.

Karl-Marx-Monument, Lev Kerbel, 1953, Chemnitz. Buste monumental en bronze de 7,10 m de haut. (Photo : Stein Zeitschrift.)

Quoi qu’il en soit, je réaliserais plus tard que l’apparence extérieur de la ville est assez décevante.

La marche

La vue de tous ces gens apparaissant à Chemnitz valait le coup ! Ce fut la première fois que je fit cela. Je n’eus jamais participé à une manifestation ou un événement politique avant. J’avoue que je fus curieux de ces gens qui vinrent marcher à mes côtés. Serait-ce les supposés néo-nazis que les médias aiment tant montrer ? Ou simplement des gens ordinaires ? Une fois que je me mis en route pour la marche, la plupart des gens semblaient être de classe moyenne. D’autres encore étaient plutôt de la classe ouvrière. Aussi, il y avait des gens qui, soyons honnêtes, étaient probablement néo-nazis. Qui que c’étaient, il faisait bon de se tenir aux côtés de ceux qui ont les mêmes croyances. Nous étions semblables, nous étions ensemble et nous n’avions pas peur de nous montrer.

À l’origine, c’était une marche blanche en commémoration des victimes tuées par des migrants en Allemagne. Tout allait bien, même si les Antifas ralentissaient notre marche pacifique, en dépit du fait qu’il était évident que les gens qui étaient là n’avaient aucune intention violente.

Beaucoup de gens n’ont pas besoin qu’on leur apprenne que les médias ne sont que des menteurs ; néanmoins, c’est une chose que d’y croire et une autre que de le voir de vos propres yeux. Mon expérience de la marche était tout ce qu’il y avait de paisible jusqu’au moment où les Antifas essayèrent de nous empêcher de nous rassembler paisiblement. Encore une fois, toute la violence et l’énervement qui en résultait, était une conséquence de la gauche et de leur incapacité à tolérer d’autres opinions que les leurs. Même énervés, les manifestants n’attaquèrent pas la police. Absolument pas. Nombre de gens, particulièrement les jeunes hommes, laissèrent éclater leur colère et frustration, mais aucun – policiers ou qui que ce soit d’autres – ne fut agressé, autant que je pouvais voir. Le fait que ces gens bien furent calomniés par les médias à domicile tout comme à l’étranger, me mets hors de moi !

Après coup

J’étais extrêmement heureux de voir tellement de gens si différents à cette occasion. Je vis même un couple de manifestants non-blanc. Il y avait des gens plus âgés de même que des adolescents. Ce qui prouve que de plus en plus de gens maintenant ont envie de montrer leur visages sans peur. Ils sont fatigués de la tournure que prends les choses. Être contraint de cacher ses croyances par craintes de la honte sociale est peut-être en train de s’atténuer. Les gens sont sur les dents et les élites le savent.

Par-dessus tout, ce fut une très bonne expérience et je suis heureux d’y avoir participé. Prendre part à la marche et chanter avec d’autres gens vous fait sentir la vie. Cela vous rappelle que vous n’êtes pas seul et que les choses peuvent évidemment changer si nous travaillons ensemble. Si vous vous balader un jour dans une ville – n’importe quelle ville – et que vous vous sentez seul, rappelez vous que beaucoup de gens pensent comme vous. Ils peuvent ne pas le montrer ostensiblement, mais ils sont là et ne resteront pas silencieux pour toujours.


iPegida, acronyme de (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes, soit Les Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident – NdT).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *