Articles d'actualité Articles de fond Europe Problèmes raciaux

Petite analyse d’une récente déclaration (presque) nationale-socialiste d’une eurodéputée autrichienne

Le 17 août dernier, Claudia Schmidt, eurodéputée autrichienne de l’Österreichische Volkspartei (ÖVP), le parti populaire autrichien, a posté sur Facebook un message dont voici un extrait, publié sur Diversity macht frei. 


« Vous pouvez le lire quotidiennement dans n’importe quel journal et je l’ai vécu personnellement dans des camps de réfugiés et lors de contrôle d’élections. Ni la culture africaine ni la culture musulmane ne sont compatibles avec notre culture. Les débats désespérés sur la «culture dominante» qui ont lieu tous les deux ans le montrent également. En conséquence, je vois une immigration massive et arbitraire en Europe depuis des régions ayant une culture étrangère comme une grande menace pour notre société. L’immigration entraîne une détérioration de l’Europe et une stagnation en Afrique même. Le sommet sur la migration à Salzbourg, qui doit avoir lieu dans exactement cinq semaines, est donc l’un des sommets les plus importants. La décision doit être prise à Salzbourg que les seules personnes qui peuvent venir en Europe sont celles qui ont une invitation et qu’il doit être mis fin à la pratique de nombreux pays émettant des invitations généreuses et des autres pays alors dans l’obligation de payer l’addition. Anticipant que certaines personnes vont mal me comprendre (volontairement), nous avons l’obligation humanitaire d’aider les réfugiés de guerre dans quelque pays que ce soit et il est également dans notre intérêt de proposer une aide au développement.

Mais si nous voulons préserver notre société telle qu’elle est, nous ne pouvons permettre aucune immigration en provenance d’Afrique. Il est naïf et puéril de penser que ceux-là mêmes dont la culture ne produit que la misère, la persécution, l’oppression et le désespoir peuvent apporter une contribution positive à l’Europe. Les Africains ne veulent pas penser et travailler comme les Européens, mais ils veulent vivre comme des Européens. S’ils veulent vraiment notre société et nos réalisations, ils pourraient aussi les concrétiser en Afrique. Il y a une assistance suffisante et des exemples, comme les anciennes colonies en Asie.

Depuis mon élection au Parlement européen il y a 4 ans, en tant que rapporteur du Parlement européen, j’ai suivi le Fonds européen de développement pour l’Afrique (plus de 30 milliards d’euros), effectué des visites sur place dans plusieurs camps de réfugiés et participé à plusieurs missions d’observation d’élections en Afrique. Il y a juste deux semaines au Zimbabwe, j’ai parlé avec des dizaines d’ambassadeurs et de membres du personnel de la Commission sur place et j’ai rédigé d’innombrables rapports sur des centaines de projets d’aide au développement.

Après 4 ans, je pense avoir une vue d’ensemble suffisante pour pouvoir dire que ce ne sont pas les grandes entreprises ou l’ancien colonialisme qui entravent le développement de l’Afrique aujourd’hui, mais la culture africaine elle-même. »

Elle a été immédiatement dénoncée en tant que raciste, y compris au sein de son propre parti. Le secrétaire général de son parti lui a demandé de s’excuser et l’a menacée de « conséquences » non spécifiées.

Elle a ensuite supprimé les messages et présenté ses excuses pour « le choix inapproprié et mauvais des mots ».

Ce cas est intéressant dans la mesure où il montre qu’une personne politique qui exprime une vérité basée sur des faits constatés sur sa propre expérience personnelle, vérité qui se borne à dire la réalité des lois de la nature, à savoir une déclaration dans l’ensemble conforme aux principes politiques du national-socialisme, elle est alors aussitôt conspuée avec les éternels slogans de terrorisme intellectuel propres aux gauchistes enjuivés.

Certes, une déclaration parfaitement nationale-socialiste stipulerait que la race des nègres et des bougnoules n’est pas et ne sera jamais capable, même en bénéficiant d’une aide financière et humaine massive des pays Blancs, d’atteindre le niveau dont bénéficient les sociétés de la race Blanche, faute d’un niveau intellectuel suffisant.

L’aspect navrant de l’affaire est de voir que plutôt que de continuer à défendre ces quelques vérités exprimées de ci de là, les personnes politiques à l’instar de Claudia Schmidt préfèrent ramper devant leurs (((maîtres))) qui profitent de leur humiliation publique pour faire peur à celles qui oseraient s’aventurer sur le même chemin. Sans compter que dans sa déclaration, Claudia Schmidt dans une phrase sur l’obligation d’accueillir les réfugiés de pays en guerre avait glissé un gros mensonge, sans doute dans l’idée de faire passer la pilule à ceux qui l’ont malgré tout vilipendée. Ce droit de l’hommisme qui voudrait que les pays Blancs soient dans l’obligation morale d’accueillir une masse de réfugiés non-Blancs est en effet une gigantesque escroquerie, fonds de commerce inépuisable des youpins et de leurs larbins goyim. Car donner des droits à des étrangers non-Blancs revient de fait à priver de droits les peuples autochtones d’Europe et sachant que le nombre potentiel de réfugiés est inépuisable, de l’ordre de plusieurs dizaines de millions (sans compter tous les migrants économiques), c’est les priver à terme du droit de vivre tout court.

C’est pourquoi un homme politique n’aura pour nous de légitimité que s’il montre en paroles et en actes qu’il est dévoué corps et âme à notre peuple et à notre race, peuple dont il doit rechercher le bien et ce en priorité sur tous les peuples non-Blancs, guide infaillible pour prendre les bonnes décisions et le gouverner au mieux.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *