U.S.A : Trump met un léger coup d’arrêt à la discrimination positive

Nous devons reconnaître, même en n’étant pas de fidèles partisans de Trump, qu’il s’agit plutôt d’une bonne nouvelle. Même si celle ci ne s’applique, selon le présent article, qu’à des mesures prises par le demi-nègre Obama.

Les « Américains » métèques se plaignent de cette décision, qui pénalisera un peu moins les Blancs.

L’article de FranceInfo commence pourtant ainsi :

La couleur de peau ne sera désormais plus un critère lors de l’admission dans les universités.

Même à FranceInfo, que personne ne peut pourtant accuser d’être de notre bord, on reconnaît que la discrimination dite positive sert de prétexte pour faire passer en premier des non-Blancs stupides – particulièrement des nègres à bas QI (pléonasme) –  dans les universités américaines.

La suite de l’article nous informe que les Blancs n’étaient (soi-disant) pas discriminés.

Pour comprendre le principe de la discrimination positive, voilà comment fonctionne un examen d’entrée en mathématiques à Harvard : les blancs n’ont ni bonus ni malus, les Asiatiques, qui, selon l’université, réussissent mieux en maths, partent avec un handicap de -140 points.

Les Hispaniques, à l’inverse, avec un bonus de 130 points, et les Afro-Américains avec un bonus de 310 points.

Les Blancs n’auraient ni bonus, ni malus…. Il s’agit d’une manipulation totale, puisque les juifs sont comptés comme des Blancs.

Dans tous les cas, et sachant que les juifs ne sont pas des Blancs, il s’agit d’une chose totalement fausse. Pour preuve, Les Blancs, encore majoritaires aux U.S.A, sont minoritaires au sein des grandes écoles américaines, où les youtres sont largement surreprésentés.

Voici un article (en anglais) sur le sujet : ici

On y lit, en autre chose, que les juifs sont, en proportion de leur population, 46.8 fois surreprésentés par rapport aux Européens, dans l’université de Harvard !

Les suprémacistes juifs nous diront sans le moindre doute que leur intelligence supérieure permet une telle surreprésentation de la race juive (en oubliant toutefois les siècles d’abatârdisation qu’ont connus les youpins).

Quand bien même ces juifs auraient une intelligence supérieure, cela n’expliquerait pas une telle surreprésentation, et n’expliquerait pas non plus pourquoi les Blancs, qui sont plus intelligents que les nègres et que les latinos, soient discriminés par rapport à eux.

Les asiatiques, dont l’article nous dit pourtant qu’ils partent avec un handicap de140 points, sont pourtant assez avantagés à l’accès aux grandes universités, en tout cas comparé aux Blancs, que l’article décrit comme partant ni avantagés, ni désavantagés.

Mais face à cette décision, les associations de nègres et de latinos voient une atteinte à leur droits

Des dizaines d’associations ont porté plainte

Un système qui peut paraître choquant, mais les États-unis, qui utilisent les statistiques ethniques ont grâce à cela grandement corrigé les disparités raciales pendant un demi-siècle.

L’idée d’une discrimination positive remonte aux années soixante, époque où les noirs, tenus à l’écart de la société, n’avaient même pas accès à l’éducation.

Soixante ans plus tard, des dizaines d’associations ont décidé de porter plainte contre l’État fédéral. À chaque fois, la Cour suprême leur a donné raison, en supprimant les critères de discrimination positive, sans pour autant les remettre en cause dans d’autres secteurs de la société.

C’est quelque chose de très courant chez les non-Blancs :  nous accuser des défauts innés de leur race. S’ils sont incapables et bons à rien en cours, c’est la faute des Blancs. Point.

Les choses sont en fait, il est vrai, très simple. Les Blancs, n’ayant pas le même QI que les populations telles que celles citées plus haut, réussissent mieux qu’eux.

Cependant, nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers : notre civilisation est en décrépitude totale et notre QI moyen n’en finit plus de chuter. Et si l’invasion non-Blanche joue dans cette chute de l’intelligence, la dysgénésie y a aussi une part non-négligeable.

A nous tous, donc, de nous battre pour que la Race Blanche retrouve sa grandeur.

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *