Bachar El-Assad prévient du risque d’un nouveau califat installé par les Occidentaux en Syrie

Pour lutter contre la dictature, tous les moyens sont bons. Financement des « rebelles modérés », attaques contre le régime Syrien en prétextant des massacres de civils…

Dans le passé et à de nombreuses reprises, nous avons pu constater que nos gouvernements n’hésitent pas à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour attaque la « dictature installée en Syrie » et par la même occasion financer Daech et leurs amis « modérés ». Les mêmes qui, en France, se transforment en déséquilibrés, mauvais musulmans.

La déstabilisation de la Syrie arrange aussi particulièrement Israël, un point qui est rarement souligné, le contrôle du plateau du Golan ainsi que le reste de la région les arrange bien. Si la Syrie reprend du poil de la bête, après avoir vaincu les « modérés », elle serait apte à reprendre des parties de son territoire. Problématique.

Dans une interview, le président Syrien confirme ses craintes : que les terroristes islamistes reviennent.

«C’est une menace religieuse avec un soutien politique. Cela n’arrive pas de façon spontanée. Ils reviendront parce que les forces occidentales les utilisent encore et encore mais sous différents noms», a déclaré le président syrien.

Bachar el-Assad a poursuivi son raisonnement en dressant une comparaison avec les Moudjahidines qui ont combattu contre l’armée soviétique en Afghanistan et qui étaient qualifiés par le président américain de l’époque, Ronald Reagan, non pas de terroristes, mais de «combattants de la liberté».

Détournement de la vérité, combattant de la liberté, des modérés. Rien de plus banal pour nos gouvernements qui adorent placer leurs pions sur l’échiquier mondial. En masquant la vraie nature des combattants, ils peuvent les financer et les soutenir sans que la population ne se révolte contre cette diplomatie douteuse.

Enfin, il reste aussi possible que des armes achetées par les USA finissent dans les rangs de Daech... par hasard. La naïveté est au rendez-vous.

Masquer cette véritable nature, nos médias le font très bien en France. Un islamiste attaque quelqu’un au couteau : un déséquilibré. Pas un terroriste, ni un islamiste, ni un immigré.

«Maintenant, on les appelle des terroristes. Mais peut-être que dans 10 ans, ils seront utilisés ailleurs, sous un autre nom. C’est seulement du « rebranding », c’est un outil des Occidentaux», a soutenu Bachar el-Assad.

C’est parfaitement l’idée. Les personnages restent les mêmes, on change juste, en fonction de l’époque, leur dénomination.

Et quand l’impact des terroristes n’est pas suffisant sur le terrain et qu’il sont repoussés militairement, les Occidentaux mettent en place des «histoires à dormir debout» sur de prétendues attaques chimiques, selon Bachar el-Assad.

«Ces histoires sont utilisées lorsque leurs forces – les terroristes sous leur contrôle – sont vaincues dans une partie de la Syrie», a expliqué le président syrien.

Attaques chimiques pour lesquelles il manque toujours des preuves. Bien entendu, on trouvera toujours des journalistes pour sentir les preuves d’une attaque chimique (!). Ce prétexte d’arme chimique pourrait laisser penser aux « chambres à gaz ». Pas de preuves concrètes pourtant : c’est la Vérité, c’est les gouvernements qui le disent.

Les armes chimiques Syriennes ont été détruites en 2016, et c’est confirmé par l’OIAC.

Mais c’est un complot de Bachar, qui veut gazer sa population et qui veut combattre les gentils islamistes.

C’est pourtant clair, c’est lui le méchant dans l’histoire.

 

 

7 comments

  1. Bachar al Assad ou un des très rares non-blancs que je respecte.

    En effet, la victoire inéluctable de Bachar al Assad sur les terroristes islami… gentils rebelles modérés va pousser nos (((amis))) à agir en employant d’autres terrori.. modérés pour essayer de le descendre absolument et de le rendre coupable de crimes de guerre.. espérons qu’au final, il gagnera.

  2. Des identitaires condamnés pour avoir plantés 2 ados à Lyon
    https://www.20minutes.fr/justice/2331463-20180905-proces-identitaires-lyon-deux-ans-prison-ferme-accuses
    Des militants du Bastion Social ont frappés 4 « jeunes » qui les ont provoqués
    https://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/puy-de-dome/clermont-ferrand-des-militants-d-extreme-droite-soupconnes-d-avoir-roue-de-coups-de-quatre-hommes-5961035
    Des infos supplémentaires sur la fusillade de Beaune avec un beau spécimen de PAB (qui selon la légende de la photo a mangé une bonne décharge de plomb^^) sur la photo de couverture de l’article
    https://www.marianne.net/societe/beaune-autopsie-d-une-agression-raciste

    1. Trois exemples des conneries à ne pas faire. On ne doit frapper que des ennemis parfaitement identifiés, et attendre que les circonstances s’y prêtent. Explosez un antifa dans son attirail d’antifa et cet enculé ne pourra prétendre qu’il ne l’avait pas cherché. Fracassez le alors qu’il a remis sa tenue ordinaire et vaque à des occupations des plus ordinaires et si on vous retrouve, c’est la taule assurée.
      Si vous voulez vous venger ou éliminer un ennemi, faites le sans témoins autour et en ne laissant aucune trace.
      Les actions spontanées et irréfléchies à visage découvert, c’est un truc d’ado qui veut montrer qu’il a des couilles.
      Le problème, c’est qu’en cabane, on risque de lui rappeler qu’il a aussi un trou du cul…

      1. De la réflexion naît l’action. Sans cette partie essentielle, on agit mal et on risque de se faire prendre. Parfois, il vaut mieux éviter de réagir sous le coup de la colère pour revenir plus tard et faire un maximum de dégâts.
        Après, même si les actes sont inefficaces car ils iront en prison, on ne peut pas tout le temps jeter la pierre sur des gars qui pètent un plomb et rentrent dans le tas.
        Courage à eux, espérons qu’ils ne prennent pas trop en prison…

        1. J’espère que les auteurs de la ratonnade de Beaune ne prendront pas trop de taule mais y’en a un qui est en récidive criminelle (pour vol à main armée) donc ça va etre chaud pour lui. J’ai remarqué que ce sont souvent ceux qui sont des délinquants (ou d’anciens délinquants) et les personnes avec des problèmes « psy » qui passent à l’acte en premier en général…

        2. Vu le nombre de fois où j’ai moi-même pété les plombs et rentré dans le lard d’enculés de gauchiasses, je ne vais pas jeter la pierre à de jeunes gars qui font ce que j’ai fait à leur âge. Mais maintenant tu as des caméras partout, sans parler des portables, et avec l’ADN on peut identifier même un mec qui avait des gants…
          Alors si tu agis à visage découvert, tu es mort. Je ne leur fait pas de reproches ; je suis furax de voir des braves gars – et des gars braves – aller au trou et se faire bientôt défoncer le leur…car on n’a pas l’équivalent des gangs de suprémacistes blancs dans les prisons françaises. Les boucaques y font la loi, à deux exceptions près, car il y a deux groupes de Blancs qui foutent la trouille aux melons les plus murs. Mais si tu n’es ni Corse, ni mafioso, ça craint pour ta rondelle.
          En plus, il n’est pas certain qu’ils ne se soient pas trompés de cibles. Le mec qui se fait défoncer alors qu’il n’a rien à voir avec les antifas, juste pour avoir dit une connerie que les merdias lui ont mis dans le crane, il ne risque pas de changer d’idée ; ça nous fera plutôt des ennemis en plus…
          En plus, si les mecs impliqués sont d’anciens délinquants, notre image en prend un sacré coup.
          Si accueillir ceux qui ont fait l’objet de condamnations politiques est un devoir, les voleurs ou auteurs d’autres agressions crapuleuses ne devraient pas être admis dans nos rangs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *