Nouveau scandale sexuel, chez MSF : cette fois

Tiens, de la prostitution chez Médecins Sans Frontières ? Qui l’eut crû ! On se souvient des humanitaires d’Oxfam qui avaient profité de l’argent de l’ONG pour se payer des prostituées à Haïti. 

Les ONG sont remplies de traîtres – ils le sont tous – mais elles comptent aussi dans leurs rangs des déviants et des pervers sexuels. Aller en Afrique et avoir des relations sexuelles avec des autochtones, c’est bien la preuve qu’il manque des cases dans le cerveau de ces tarés – les hommes et les femmes, sans distinction aucune.

C’est donc au tour de MSF de faire mauvaise presse.

Le Parisien :

Le scandale Oxfam va-t-il éclabousser tout le secteur humanitaire ?

Des employés à la logistique de Médecins sans frontières (MSF) ont eu recours à de jeunes prostituées durant leurs missions en Afrique ou monnayé des médicaments en échange de relations sexuelles, ont dénoncé d’ex-employées auprès de la BBC.

Jeunes ou mineures ? Autant le dire, au point où ils en sont…

Les dons que vous pourriez faire aux ONG servent à payer des prostitués à des cas sociaux en situation de misère sexuelles. Le reste du temps, ça finance l’invasion.

Ceux qui donnent de l’argent à de telles structures sont donc soit parfaitement conscients de ce que leur argent devient, soit complètements naïfs.

Interrogée par l’AFP, l’ONG a dit prendre « au sérieux » ces accusations, sans être en mesure, pour l’instant de les confirmer. Dans le doute, l’organisation fondée à Paris en 1971 rappelle qu’elle ne tolère pas « les abus, le harcèlement et l’exploitation au sein de MSF ».

Elle appelle « quiconque ayant des inquiétudes de les signaler via les mécanismes de signalement confidentiel de MSF de manière à ce que nous puissions agir ».

Ce genre de comportement est pourtant très répandu dans des territoires ravagés par la guerre, la pauvreté ou les conditions climatiques. Quand les humanitaires arrivent, ils en profitent.

Il ne sert à rien de pleurer pour les nègres, relayer leurs actes permet juste de comprendre à qui nous avons affaire et qui devra être puni ou non. Les membres des ONG seront sévèrement réprimandés.

« Il y avait ce collègue plus âgé, qui a installé une femme dans la base (de l’ONG). Il était clair que c’était une prostituée mais il l’appelait sa petite amie », a raconté une des anciennes employées, qui travaillait auprès de malades du sida en Afrique centrale.

« Il avait une cinquantaine d’années, et elle était beaucoup, beaucoup plus jeune. Et c’était si flagrant, si flagrant – et tellement répandu », a-t-elle ajouté sous couvert d’anonymat.

De beaux exemples, qui viennent assurément porter de l’aide aux pauvres Africains. Ils arrivent à trouver le sommeil, et à nous insulter lorsque l’on ne donne pas pour leurs associations anti-Blanches.

Autre preuve qu’ils sont vraiment malades, est qu’ils fricotent avec des gens souvent atteints de maladie, dont le Sida. Le meilleur qu’on puisse leur souhaiter, est qu’ils attrapent une bonne maladie et qu’ils en crèvent rapidement.

Une autre, témoignant de la venue de prostituées très jeunes dans des logements de travailleurs humanitaires au Kenya, a expliqué que certains, « qui se trouvaient là depuis longtemps, profitaient de leur aura comme travailleur humanitaire occidental.

Peut-être que la direction n’était pas au courant, mais on ressentait clairement que certains des hommes, se comportant comme des prédateurs, étaient vus comme trop importants pour tomber ».

La hiérarchie est remplie de ces prédateurs, amateurs de la diversité. Qu’ils ne reviennent pas en France, qu’ils crèvent en Afrique, en aidant leurs protégés – qu’ils aident pour avoir des faveurs sexuelles.

Une troisième raconte qu’un de ses collègues se vantait d’obtenir des relations sexuelles avec des jeunes filles dont les parents étaient décédés du virus Ebola au Liberia : « Il disait : oh, c’est si facile. Si facile d’échanger des médicaments avec ces filles faciles au Liberia », a-t-elle confié.

Et on vient après nous parler de dignité. Je pense qu’ils ont du travail à faire sur eux même avant de vouloir nous donner des leçons…

En février, l’ONG britannique Oxfam a été accusée d’avoir couvert des faits de prostitution en Haïti, après le séisme dévastateur de 2010. Certaines des jeunes femmes étaient mineures.

Les ONG d’aide humanitaires devraient être interdites, et leurs membres traduits en justice. Certains avec plus d’accusations que d’autres.

Si ces scandales pouvaient empêcher les actions criminelles des ONG qui sont des acteurs importants de l’invasion, qu’est ce que ça serait beau.

3 comments

  1. Je suis prêt à faire un don pour que l’Afrique ait des frontières sans médecins.
    Et des frontières hermétiques, bien sûr.
    Faudrait pas qu’on vienne les contaminer avec nos médicaments.
    Couvrez. Laissez mijoter. Ouvrez le couvercle après 20 ou 25 ans…
    Ah, ben tien ! Y a plus rien !
    Merci Ebola !

  2. Les ONG créent des camps de concentration d esclaves sexuelles avec des miséreux ou vendent des esclaves aux mafias.
    Tout frais payés et cerise sur le gâteau, eux c’est les gentils et les nazis les méchants.
    Allez encore 500 ans de repentance à venir pour les blancs exploiteurs sexuelle.
    Les biologistes disent qu’une fourmis peu porter 6 fois sont poid… ben y a mieux, y a le nazis qui lui a vraiment bon dos et peut porter jusqu’à 6 trilliards de fois son poid !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *