Articles d'actualité France Résistance Aryenne

Un nationaliste condamné à trois mois avec sursis et 4.000 euros d’amende pour… une publication Facebook !

Les nationalistes ne sont pas et ne seront jamais les cibles du Système, d’après les anarchistes et les antifas qui nous abhorrent. Contrairement à eux qui seraient tout le temps traqué par les forces de l’ordre et la justice fasciste !

Ou alors vous ouvrez les yeux et vous vous apercevez que pour un simple message Facebook peut vous détruire socialement, grâce à notre justice bien-aimée.

France-Bleu :

Au début de l’année, la Division nationaliste révolutionnaire suscitait l’émoi en Corrèze. Fin janvier, deux hommes de ce groupuscule d’extrême-droite disaient vouloir ouvrir un local dit « de la résistance » dans la ville martyre de Tulle. Ce qui ne s’est pas fait après une mobilisation citoyenne et des pouvoirs publics.

Il ne faut pas être très malin pour vouloir ouvrir un local, dans une ville remplie de gauchistes. Surtout l’annoncer publiquement ! Si l’on prend le cas des nombreux Bastion Social en France, ils n’ont pas annoncés avant qu’ils arrivaient.

Ils subissent des provocations mais ils tiennent quand même le haut du pavé – ils sont aujourd’hui présents à Lyon, Chambéry, Strasbourg, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand et Marseille.

Vouloir s’implanter quelque part et le dire publiquement, surtout en ayant connaissance du nombre d’ennemis sur place, n’est pas une stratégie gagnante. Ils s’en sont vite aperçu, après avoir compris qu’ils ne pourraient pas ouvrir leur local.

Ce jeudi, l’un d’entre eux a été condamné par le tribunal correctionnel de Brive. Il s’agit de Sébastien Dudognon, ancien responsable des jeunes du Front national en Corrèze. Il écope de trois mois de prison avec sursis et de 4.000€ d’amende. Une publication sur sa page Facebook est en cause.

Le redire à l’infini ne suffit donc pas : « ne tenez jamais de propos répréhensibles sous votre véritable identité » ! Voilà ce qui peut advenir lorsque cette règne n’est pas respectée.

Nous sommes tous au courant que l’on ne peut pas tenir ce genre de propos et que vouloir résister frontalement ne sert à rien dans ce cas là, faire plier Facebook (qui est aux mains des juifs, toujours en passant…) ne fonctionnera pas. Quitter ce réseau social ou le fréquenter sous une fausse identité en ayant pris des précautions au niveau de son anonymat me paraît donc être la meilleure forme de résistance.

4.000 d’amendes c’est énorme, surtout pour une personne qui n’a pas forcément un bon salaire donc pas les moyens de payer immédiatement. Je parle sans connaître le nationaliste en question, mais je ne pense pas qu’il touche des sommes faramineuses chaque mois.

La publication en question

Cette publication remonte au 29 janvier dernier, en même temps que le projet de local à Tulle. C’est la préfecture de la Corrèze, alertée par un collectif de citoyens, qui a fait le signalement à la justice. Car le compte de Sébastien Dudognon est public, et donc visible de tous.
Il s’agissait d’une photo sur laquelle une femme blonde nue est en train d’être violée par un homme brun basané. Avec ce texte : « quand tu es pour l’accueil des migrants et que l’un d’eux t’enrichit sans ton consentement ».

Voilà ce qui vaut la condamnation pour provocation à la haine en raison de l’origine ou l’ethnie.

Attendez, c’est risible. Juste pour la publication d’un photomontage qui dénonce les viols de femmes Blanches par des envahisseurs pauvres migrants ???

Le collectif de citoyens en question me semble être un nid de parasites collaborateurs et anti-Blancs. Dénoncer un brave type qui est contre les viol des femmes : il faut être taré pour le livrer à la justice.
Le parti DNR, Division Nationaliste Révolutionnaire possède une page Facebook (rien de répréhensible dessus, si ce n’est que les publications sont truffées de fautes d’orthographes basiques : faites un petit effort s’il vous plaît…).

 

Division-Nationaliste-Révolutionnaire-Tulle-Drapeau
Un logo, un concept, une devise : intéressant mais reste à approfondir

Leur division ne semble pas encore prête à s’agrandir et je leur conseille de s’améliorer au niveau idéologique et au niveau intellectuel. Ce n’est pas une insulte, un simple conseil pour rester sérieux et viables localement (leur division ne vise pas le national mais bien le local).

Mais Sébastien Dudognon ne s’est pas expliqué à la barre parce qu’il ne s’est pas présenté au procès. « Je l’ai partagée car l’image reflète grossièrement ce qui se passe en ce moment en France » avait-il expliqué aux enquêteurs lors d’une audition.

Le procureur a insisté sur le lien établi par l’image entre les migrants et la commission de crime pour stigmatiser.

Mais le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du procureur sur une éventuelle peine d’inéligibilité à infliger à l’ancien responsable des jeunes du Front national en Corrèze. Contacté par France Bleu Limousin, Sébastien Dudognon n’a pas donné suite. Il disposera de dix jours pour faire appel au moment où un huissier lui aura remis le jugement.

Pourquoi avoir présenté brièvement la DNR ? Pour que vous compreniez quelque chose : de nombreuses publications de ce genre passent sur les réseaux sociaux, sans que la justice n’intervienne vraiment (les condamnations restent rares, mais de plus en plus existantes). Si ce nationaliste n’avait pas appartenu à la DNR, il n’aurait pas été condamné, ce n’est qu’un avertissement que lui fais la justice.

Ce groupe n’a pas pour but apparent de propager notre idéologie et on pourrait les suspecter de vouloir faire des actions physiquement. La justice n’est pas non plus aveugle (surtout si c’est contre des Blancs) et doit bien penser la même chose que moi. Pour leur montrer que la justice peut les punir, ils leur font un avertissement : histoire de dire « attention, pas de bêtises… ».

Cette publication n’est qu’une excuse bidon pour les avertir. Leur dire que s’ils comptent agir contre les gauchistes ou les migrants, la justice sera là pour les envoyer longtemps en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *