Articles d'actualité Décadence Europe Non classé Résistance Aryenne

La Pologne relance sa natalité grâce aux conservateurs

Nous avons un gros problème en Europe, et dans le monde Blanc en général. Nous avons une natalité qui baisse dangereusement. Nous ne sommes pas assez haut pour assurer le renouvellement des générations. Et c’est un tort, qui est utilisé par nos ennemis pour nous imposer les envahisseurs.

Qui n’a jamais lu ou entendu : « ils viennent pour payer nos retraites, il faut des jeunes pour remettre d’aplomb la vieille Europe ! ».

Sauf que ce que les gens ne veulent pas comprendre c’est que si les couples de Blancs faisaient plus d’enfants, pas besoin d’accueillir Mamadou et ses 9 gosses. Le Blanc moyen, formaté par la société de consommation, préfère ne pas avoir d’enfants (égoïstement) pour profiter de sa richesse et ne pas la partager.

Et que l’on ne me dise pas : « non, mais tu confonds, on fait moins d’enfants car les salaires sont bas et puis on a pas envie de faire des gosses pour qu’ils vivent dans un monde de merde… ».

Et tu attends quoi pour le changer, ce monde de merde ? Facile de renoncer face à l’adversité et de rester les bras croisés devant Plus Belle La Vie. Facile de pleurnicher sur les salaires peu élevés mais s’acheter le dernier Iphone et un sac à main à 300 euros quand tu touches ta paye.

Artiste-Mal-Pensant-Les-Causes-Du-Grand-Remplacement
Parfait résumé de ma pensée

Donc si les Blancs avaient un réveil racial, ils commenceraient par faire des enfants. Cela n’empêchera pas la confrontation physique avec l’ennemi (il est déjà trop installé sur nos terres pour faire ça pacifiquement). Et cette prise de conscience ne se fera que par l’éducation.

La propagande du (((Système))) ne peut que faire plonger les Blancs dans cette vision égoïste et purement dégénéré. On ne le dira jamais assez, mais prêchez autour de vous, surtout en commençant par votre famille. Ne ciblez pas les vieux mais bien les jeunes.

Mis à part des personnes âgées qui partagent nos idées depuis toujours, il ne sert à rien de prendre du temps pour les convaincre. Leur génération est passée, il faut se concentrer sur celle qui est présente et la futur. Le passé c’est bien, mais il faut parfois regarder devant soi plutôt que derrière.

En Pologne, pays Blanc conservateur, la natalité observe une nette progression (ce qui est fortement encourageant). Et, même si elle subie une propagande mondialiste pour accueillir des nègres, elle n’est pas trop touchée par l’invasion.

Les immigrés sont souvent des Blancs, Ukrainiens, Russes, Biélorusses donc on ne parle pas d’un pays comme la France qui tend à être totalement négrifiée dans quelques années.

Le Figaro :

La natalité a nettement progressé en Pologne en 2017, grâce notamment à une importante allocation familiale introduite par le parti conservateur au pouvoir, selon des statistiques officielles publiées mercredi.

La Pologne a enregistré en 2017 environ 402.000 naissances, soit 20.000 de plus que l’année précédente, selon un communiqué de l’Office central des statistiques (GUS).

En ayant cette information, on pourrait penser que c’est juste une histoire d’argent, que si nous on nous donnait une allocation : on ferait des gosses. Attendez, les allocations familiales c’est pas le même système ? Et puis, vous savez quel est le salaire moyen en Pologne, 1000 euros. Ah, rien à voir avec les salaires de chez nous.

Alors pourquoi eux arrivent à faire plus d’enfants ? Ils sont moins touchés par la propagande, ils sont conservateurs (très portés sur la chrétienté, mais bon…) et ils possèdent une certaine conscience raciale. Pas assez pour se libérer de la religion mais ils en ont une quand même. En tant que Blancs, ils sont sereins pour faire des enfants : le gouvernement n’est pas anti-raciste comme le nôtre et surtout : ils ne sont pas (pas encore) égoïstes comme la plupart d’entre nous.

Ils sont, comme la Russie, sortis depuis peu de temps du régime communiste. Qui les a privé de la société de consommation et des idées de déviance (un des seuls points positifs).

Aujourd’hui, ils subissent des pressions pour devenir comme les Occidentaux, devenir des soumis qui ouvrent les portes de leur pays et qui ne font plus d’enfants pour s’acheter une plus grosse voiture que le voisin. D’ailleurs, la religion de la Shoah est aussi effective là-bas, mais un peu moins bien supportée que de notre côté. Ils étaient quand même arrivés à se prendre le bec avec les juifs pour vouloir condamner ceux qui parlaient des camps polonais pour les camps de « concentration ».

Leur gouvernement rejette les idées du national-socialisme, mais de nombreux ultras nationalistes ne sont pas de cet avis. Nous ne manquons pas de preuves pour ça, bien évidemment il y a aussi des soumis anti racistes.

2-Polonais-Nazis-Svatiska-Enflammée-Forêt.jpg
Deux Polonais qui seraient tentés par une reconstitution des camps de concentration…

Il faut que les Blancs retrouvent un taux de natalité important, il faut vaincre sur plusieurs terrains.

Et un qui est très important c’est le terrain de la fécondité. Un peuple sans enfants est un peuple qui ne durera pas dans le temps et qui est voué à l’oubli.

En 2010, les premiers enfants représentaient la moitié des naissances. En 2017, leur proportion est tombée à 43%.

On a noté également une hausse de naissances dans les tranches d’âge relativement plus avancées, ce qui semble traduire la réalisation de projets familiaux auparavant remis à plus tard. Reste que la situation actuelle correspond à un indice de fécondité de 1,45 enfant par femme.

Pour assurer le renouvellement des générations, ce taux doit s’établir entre 2,10 et 2,15 enfants.

Ce n’est pas encore assez, mais c’est un bon début.
Nous devons préserver l’existence de notre race et l’avenir des enfants Blancs. Encore faut-il en faire.

Prenons exemple sur les Polonais, et reformons de véritables familles Blanches, avec plusieurs enfants.

National-Socialisme-Pologne-Visuel.jpg

0 Replies to “La Pologne relance sa natalité grâce aux conservateurs

  1. C’est excellent ça. Enfin une bonne nouvelle. Je suis tellement déprimé en ce moment que cet article arrive au point nommé. Très fier de la Pologne ma seconde patrie :D. Putain c’est vraiment dommage qu’Hitler la détestait quand j’y repense. Même si les élites polonaises de 39 ont aussi leur part de responsabilité (massacre de bombreg) mais bon c’est du passé. Aujourd’hui, les polonais et les allemands blancs doivent marcher ensemble.

    1. L’anti slavisme de Hitler est une des choses que nous ne devons pas reprendre. Il n’y a personne qui pense juste à 100%, il faut composer avec les bonnes personnes. Les Polonais sont Blancs et nombreux sont ceux qui veulent le rester. Comme beaucoup d’habitants des pays de l’Est.
      C’est une bonne nouvelle mais ce n’est pas non plus le rêve absolu.

      1. Oui en effet. C’était une erreur de la part d’Hitler de considérer les slaves (non juifs) comme des sous-hommes. Bien entendu, les polonais n’ont pas été irréprochables je veux insister sur ce point ! J’ai beau être à moitié polak, faut avouer ses boulettes.
        Les nazis n’avaient que ce défaut : l’antislavisme.
        Oui mais une bonne nouvelle reste une bonne nouvelle.

            1. Ils ont perdus la guerre.
              Non, en restant sérieux, je pense qu’ils étaient trop axés sur l’Allemagne et pas assez sur le reste de l’Europe. De nombreux autres points sont critiquables, mais celui que je critiquerais le plus c’est le fait d’avoir considéré les slaves comme racialement inférieurs.
              Mais idéalement, le national-socialisme est la ligne à suivre, il faut juste corriger certains points.

              1. il ne faut pas oublier que le point de vue des nationaux-socialistes, leur centre d’intérêt d’abord purement nationaliste est vite devenu européen, puis mondial. Le point de vue d’Hitler a évidemment changé au cours de la guerre. Si il était un peu étroit au début, il a pris une ampleur cosmique/historique vers la fin. Degrelle a aussi agi, d’après lui, pour changer la vue qu’Hitler avait des Slaves.
                Personnellement, un Nordique en vaut bien un autre, qu’il vive en Chine, en Norvège ou en Russie. Le reste est secondaire.

    1. Banque d’images perso que je récupère au fur et à mesure de mes recherches sur le net.
      Je ne sais pas du tout où je l’ai trouvée mais essaie des recherches Google (en Anglais bien entendu).

              1. Bonjour,
                Enregistrez la photo sur votre pc, allez sur google image, cliquez sur l’appareil photo dans la barre de recherche, cliquez sur importer une image, cliquez sur parcourir, sélectionnez l’image précédemment enregistrée sur votre pc, et vous retrouvez les sources!
                Cordialement!

  2. Les peuples slaves ont été confrontés bien plus longtemps aux hordes barbares, notamment mahométanes.
    Comme les Autrichiens. Ils savent donc ce qui les attend s’ils baissent les bras et pour ceux qui ont oublié leur histoire, la télévision leur montre fréquemment les vues de Paris et Londres complètement emboucaqués.
    ( Faudra l’inscrire au Larousse ; je ne suis pas mécontent de moi )
    Ils sont fiers de ce qu’ils sont et avec raison. J’ai lu Mein Kampf et vu pas mal d’autres documents ou films réalisés par des NS dans les années 30 et 40. Effectivement, la grande erreur d’Hitler, et des NS Allemands en général, a été de considérer les Slaves comme des peuples inférieurs. En 1943, les Aventures du Baron de Münchhausen montrait des Russes quasi néandertaliens, dans une cité hideuse présentée comme Saint Pétersbourg. Bon, c’était la guerre, mais à part l’élite cultivée, le peuple allemand était globalement persuadé que leurs adversaires n’étaient que des sauvages. Et c’est vrai qu’ils se sont comportés comme tels quand ils sont entrés en Allemagne. Ceci dit, la plupart de ces soldats russes avaient perdu plusieurs membres de leur famille, leur logement, et de nombreux camarades. Leurs villes étaient en ruines. Et ils ne savaient pas que Staline avait le projet d’envahir l’Europe. Pour eux, ils ne faisaient que défendre leur patrie, sournoisement attaquée par l’Allemagne alors même qu’elle était censée être son alliée.
    C’est ce que pensent les gens qui compte quand on veut comprendre les raisons de ses agissements.
    Pour eux, dont le pays était en ruines, les Allemands étaient ceux qui se réjouissaient des millions de morts russes et des dizaines de villes russes detruites. Et leurs officiers n’ignoraient pas qu’Hitler les considérait comme des sous-hommes et avait le projet de conquérir les terres russes pour donner de l’espace vital au peuple allemand.
    Il l’a lui-même indiqué dans Mein Kampf. Le ressentiment et la haine de tous ces soldats envers les Allemands étaient donc incohercibles. Dès lors que leur quartier général lui-même les incitait à se venger de ces monstres qui avaient ravagé leur patrie et décimé leurs familles, il ne pouvait y avoir que d’innombrables atrocités. La guerre ne rend pas les gens aimables, elle en fait des bêtes féroces et cruelles…
    Les femmes et les enfants sont les premières victimes car ce que l’ennemi tant haï a de plus précieux.
    En France même, pendant les guerres de religion, les catholiques ont massacré les protestants avec une sauvagerie digne de Daesh. Idem quand les troupes républicaines ont commis le génocide vendéen.
    Et ceux là n’avaient pas l’excuse de la vengeance ; ils ne faisaient qu’éliminer des gens ne partageant pas leurs convictions. Nos actuels antifas et leurs protégés bounègres, comme leurs maîtres youtres, sont du même métal.
    Bref, ce n’est pas demain que Vlad II tolérera un mouvement national-socialiste en Russie. Pour lui, comme pour la plupart de ses concitoyens, le NS est la doctrine pan-germaniste de ceux qui ont ravagé son pays.
    Et ce n’est pas faux.
    En revanche, de nombreux groupes pan-slaves, tout aussi racistes et antisémites que les NS, ne sont soumis à aucune répression et peuvent exploser du boucaque sous l’oeil bienveillant des flics…

    1. Ce que tu dis sur l’anti-slavisme allemand est exact, cependant, c’est la façon dont il a été perçu par les Russes comme tu le reconnais (« C’est ce que pensent les gens qui compte quand on veut comprendre les raisons de ses agissements. ») et reste incomplet. C’est pourquoi j’ai ajouté un comm ci-dessous.
      On peut aussi voir dans cet anti-slavisme une certaine propagande (normale en temps de guerre) afin de motiver les Allemands au combat.

  3. Surtout ce qui compte c’est que sur ces 402 000 naissances il y a presque que des Blancs !
    Par contre, si j’entend qu’en France la natalité augmente, je serai dégouté car je sais que c’est surtout du fait des nègres et bougnoules.

      1. En fait, l’idéal serait que les races de boue n’en fassent plus du tout et que nos terres ne soient peuplées que de Blancs.
        Que notre population stagne n’aurait aucune importance si nous étions maîtres chez nous et qu’aucun boucaque ne puisse vivre dans nos pays. De temps en temps, on balancerait sur l’Afrique une sorte de myxomatose pour enrayer la prolifération des lapins à deux pattes.
        Ah, c’est bon de rêver !

  4. L’anti-slavisme de Hitler a déjà fait l’objet de plusieurs débats entre commentateurs sur BE.
    Comme le dit Vincent Reynouard (qu’on l’apprécie ou pas, ce sont les fait historiques qui comptent en l’occurrence) dans le vidéo ci-dessous, entre ce qu’écrit AH dans MK et la politique qu’il a pratiquée une fois au pouvoir, il y a eu des changements.
    On peut même prendre un exemple pour la France : en théorie dans MK, AH revendique l’Alsace-Lorraine en tant que terre et peuple germaniques, mais en pratique, il y renonce pour éviter la guerre avec la France (… qui finit par lui déclarer elle-même la guerre, ce que nos droitards patriotards actuels – et passés – occultent systématiquement).
    Les Allemands ne sont pas responsables de la dérive de la guerre à l’Est en conflit inexpiable – ou du moins sont loin d’être les seuls responsables, ils ont dû recourir malgré eux à des représailles qu’ils auraient sûrement préféré éviter :
    https://www.youtube.com/watch?v=PeTYcwuydb8
    En outre, je tiens à rappeler certaines autres choses à ce sujet, et comme je suis un peu fainéant, je fais un copier-collé d’un extrait de mon dernier comm sur BE sur le sujet (Roman Töppel, Koursk 1943…) :
    « Je ne pense pas pourtant que le 3ème Reich ait boudé les volontaires ukrainiens et (biélo)russes… :
    Avant juin 1941, l’armée allemande avait déjà intégré 2 bataillons de nationalistes ukrainiens (« Nachtigal » et « Roland » recrutés en Pologne) qui furent versés ensuite dans la SS-Don 29 Kaminski recrutée également en Ukraine. Une autre SS-Don était formée d’Ukrainiens, la 14. Et la 30 fut formée de Biélorusses en 1944 (à partir de 9 bataillons qui avaient auparavant combattu dans la Wehrmacht).
    On peut ajouter pour les Russes un excellent corps de cavalerie cosaque (15ème), et environ un million de volontaires (les Hiwis) de valeur très variable, et l’embryon d’une « armée russe de libération » (armée Vlassov), dont une partie a passé à l’ennemi début mai 1945 à Prague. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *