Europe France Monde Non classé Résistance Aryenne Tribune Libre

[Tribune Libre] La dénaturation du christianisme : Une vérité à faire connaître pour défendre la race Blanche

Le National-Socialisme est par essence antisémite et sa compatibilité avec le christianisme s’est posée dès sa création. Pour tenter de les concilier, la notion de christianisme positif avait été développée par Alfred Rosenberg dans son essai intitulé le Mythe du 20ème siècle paru en 1930.

Ce christianisme positif était principalement fondé sur son opposition au christianisme négatif, à savoir un christianisme enjuivé à l’origine du catholicisme et du protestantisme. L’autre fondement majeur était la négation des origines juives de Jésus, lui octroyant de facto la race nordique et la qualité d’Aryen anti-juif. Au final, le christianisme positif était conçu comme un christianisme d’origine germanique et épuré de toute attache au judaïsme. Adolf Hitler le définissait dans Mein Kampf de la façon suivante :

«il combat l’esprit judéo-matérialiste à l’intérieur et à l’extérieur, et est convaincu qu’un rétablissement durable de notre peuple ne peut réussir que de l’intérieur, sur la base du principe : l’intérêt général passe avant l’intérêt particulier. »

Cette notion de christianisme positif fut d’emblée discutée, critiquée, avec des partisans du IIIème Reich lui préférant un retour au paganisme germanique, c’est-à-dire le culte aryen. Adolf Hitler devait en faire partie, lorsqu’il déclarait :

« on est chrétien ou allemand, pas les deux à la fois ».

Le problème de cette compatibilité avec le christianisme se pose à nouveau pour les peuples européens de culture chrétienne soumis à un processus de génocide de la race Blanche, génocide insidieux dans la mesure où le mode opératoire dominant est l’instillation quotidienne du poison sémite.

Une lutte efficace contre ce processus implique une restauration de principes Hitlériens, à commencer par le rétablissement d’un ordre hiérarchique naturel, sain, encadré par des lois où le respect de la race Blanche doit primer.

Or ces principes n’ont cessé d’être diabolisés, et assimilés même au Mal Absolu. La doctrine de l’Église n’a fait que suivre le mouvement de condamnation unanime initié par la Synagogue impie. Sur un plan théologique, la politique raciale va, de plus, à l’encontre de l’amour du prochain et de l’unité du genre humain. Pie XI dans son encyclique « Mit brennender Sorge » (avec une brûlante inquiétude) avait par ailleurs défini les points du national-socialisme directement opposés à la foi, dénonçant en particulier l’idolâtrie de la race et de l’État :

« quiconque prend la race, ou le peuple, ou l’État, ou la forme de l’État, ou les dépositaires du pouvoir, ou toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine – toutes choses qui tiennent dans l’ordre terrestre une place nécessaire et honorable, – quiconque prend ces notions pour les retirer de cette échelle de valeurs, même religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là renverse et fausse l’ordre des choses créé et ordonné par Dieu : celui-là est loin de la vraie foi en Dieu et d’une conception de la vie répondant à cette foi. »

Ce même pape avait aussi assimilé le national-socialisme au communisme et les condamnait comme tout totalitarisme, comme tout ennemi de toute vérité et de toute justice.

Ces leçons ne sont à ce jour guère remises en question dans le monde chrétien, à l’exception des chrétiens d’Orient qui ont subi des persécutions par les mahométans. Il n’est donc pas étonnant de voir le pape François favoriser l’invasion migratoire, au point que des prières aux migrants sont régulièrement prononcées lors des messes dominicales.

Par ailleurs, parmi les nombreux Français qui n’ont pas la foi mais demeurent malgré tout très attachés au patrimoine culturel chrétien de la France, un rappel du National-Socialisme déclenche en règle générale un réflexe pavlovien de rejet massif, rendant difficile, voire impossible toute discussion. Et l’idée de revenir à un paganisme se substituant au christianisme demeure vraiment très minoritaire.

Il est pourtant urgent de réveiller les consciences de nos compatriotes pour les faire adhérer à un mouvement révolutionnaire qui assure la pérennité de la France Blanche et de l’Europe Blanche. Il convient à mon sens de transformer, réformer le National-Socialisme en l’adaptant aux nécessités du 21ème siècle qui ne sont plus les mêmes que celles du siècle passé, et de rendre possible la compatibilité de ce mouvement révolutionnaire avec la religion chrétienne, de telle sorte qu’un chrétien européen puisse y adhérer sans avoir le sentiment de trahir sa patrie céleste.

Cette compatibilité peut être envisagée si l’on comprend que le christianisme a été profondément dénaturé et que cette dénaturation ne date pas d’hier (non pas suite au concile Vatican II qui prit fin en 1965 mais sans doute déjà dès la Renaissance). Elle a abouti au spectacle consternant de la chrétienté d’aujourd’hui, avec une Église ayant perdu tout crédit, chose dénoncée déjà par l’écrivain Léon Bloy au 19ème siècle : « Le christianisme quand il en reste n’est qu’une surenchère de bêtise ou de lâcheté », phrase ô combien encore actuelle ! Pour cet auteur, l’Évangile a des menaces et des conclusions terribles et le véritable amour doit être implacable, comme à l’époque du Moyen-Âge et de sa chevalerie qui savait se montrer noble et héroïque. La vision pacifique, conciliante du pape François vis-à-vis de la communauté musulmane est ainsi aux antipodes de ce que pouvaient prôner les papes du passé, notamment à l’époque des croisades.

En l’état, un pape comme Urbain II à l’origine de la première croisade en 1095 excommunierait sans l’ombre d’une hésitation le pape François ou encore feu Jean-Paul II qui embrassa publiquement le Coran.

Car l’état d’esprit des chrétiens de l’époque était tout autre. Ils ne supportaient pas que l’on blasphème contre le Christ, et de ce fait étaient viscéralement antisémites, car qui plus que les juifs et mahométans ont blasphémé contre Jésus ? L’Église a fini par émasculer les âmes chrétiennes en ne leur enseignant que le précepte de chérir ses frères (surtout quand ils ne sont pas chrétiens !), au mépris de tous les autres préceptes qu’on leur cache. On a obtenu de la sorte, c’était l’avis de Léon Bloy, une religion mollasse et poisseuse, plus redoutable par ses effets que le nihilisme d’inspiration juive.

Or, si elle suivait la doctrine des ses valeureux ancêtres, l’Église devrait prêcher à nouveau la reconquête, qui était considérée lors de la Reconquista en péninsule ibérique comme une œuvre de purification et s’accompagna de l’élimination, par la conversion forcée ou par l’expulsion, des juifs et des musulmans. Au 14 et 15ème siècle une réforme religieuse conduisit au concept de la pureté du sang (limpieza de sangre), apanage des seuls vrais et purs chrétiens. Les convertis juifs ou musulmans furent ainsi rejetés dans une catégorie inférieure, méprisée et suspecte. On voit donc que la doctrine du sang pourrait être partagée entre tenants d’un Nouvel Ordre et d’une Nouvelle France d’inspiration Nationale-Socialiste et Française de foi chrétienne.

On en est loin, me direz-vous ! Certes, c’est si désolant de voir les chrétiens se faire actuellement les complices des adversaires acharnés du Christ et de tomber dans l’un des défauts les plus graves, à savoir la lâcheté. Ont-ils donc oublié ce que le pape Pie X proclamait dans son discours pour la béatification de Jeanne d’Arc le 13 décembre 1908 :

« L’Église est militante et par conséquent dans une lutte continuelle. Cette lutte fait du monde un vrai champ de bataille et de tout chrétien un soldat valeureux qui combat sous l’étendard de la croix. Cette lutte a commencé avec la vie de notre Très Saint Rédempteur et elle ne finira qu’avec la fin même des temps. …

Ce qui fait encore ma joie, c’est que la vaillance de ces héros doit ranimer les cœurs alanguis et timides, peureux dans la pratique des doctrines et des croyances chrétiennes, et les rendre forts dans la foi. Le courage, en effet, n’a de raison d’être que s’il a pour base une conviction. La volonté est une puissance aveugle quand elle n’est pas illuminée par l’intelligence, et on ne peut marcher d’un pas sûr au milieu des ténèbres. Si la géné­ration actuelle a toutes les incertitudes et toutes les hésitations de l’homme qui marche à tâtons, c’est le signe évident qu’elle ne tient plus compte de la parole de Dieu, flambeau qui guide nos pas et lumière qui éclaire nos sentiers : Lucerna pedibus meis verbum tuum et lumen semitis meis. …

Appelée (Jeanne d’Arc) par le Seigneur à défendre sa patrie, elle répond à sa vocation pour une entreprise que tout le monde, et elle tout d’abord, croyait impossible ; mais ce qui est impossible aux hommes est toujours possible avec le secours de Dieu. … par où il faut conclure que, de nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais c’est la lâcheté et la faiblesse des bons, et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens.

Oh ! S’il m’était permis, comme le faisait en esprit le prophète Zacharie, de demander au divin Rédempteur : « Que sont ces plaies au milieu de vos mains ? Quid sont istæ plagæ in medio manuum tuarum ? » la réponse ne serait pas douteuse : « Elles m’ont été infligées dans la maison de ceux qui m’aimaient. His plagatus sum in domo eorum qui diligebant me » : par mes amis qui n’ont rien fait pour me défendre et qui, en toute rencontre, se sont rendus complices de mes adversaires. Et à ce reproche qu’encourent les chrétiens pusillanimes et intimidés de tous les pays ne peuvent se dérober un grand nombre de chrétiens de France. »

La Nouvelle France a besoin de se construire dans le cadre d’une communauté raciale Blanche et spirituellement saine, débarrassée de toute idolâtrie, et où les droits seraient conférés en contrepartie de devoirs qui ennoblissent l’âme. Un christianisme originel, purifié de tout ce qui l’a dénaturé, pourrait tout à fait y trouver sa place, dans la mesure où il ne mettrait pas en danger l’existence de cette communauté et n’offenserait pas le sentiment moral de la race Blanche (de quoi régler la question du sort des Africains chrétiens vivant en France).

Je terminerai par cet extrait du « Le désespéré » de Léon Bloy, véritable appel à l’action pour les chrétiens dignes de ce nom :

« Je leur ai dit, — Dieu sait avec quels accents ! — que c’était l’instant ou jamais de se racheter d’avoir été si longtemps, si onéreusement, renégats ou tièdes ; que l’honneur, la raison, la stricte justice, la charité même vociféraient d’une seule voix, pour qu’ils courussent aux armes, parce que c’était vraisemblablement la dernière fois qu’ils le pourraient faire ! »

0 Replies to “[Tribune Libre] La dénaturation du christianisme : Une vérité à faire connaître pour défendre la race Blanche

  1. Absolument édifiant! Stratégiquement c’est impeccable, mais il n’y aura que peu de catholiques actuels qui auront les nerfs et les tripes d’y venir. Souhaitons leur bon courage.

    1. Vous ne convaincrez jamais de vrais chrétiens avec une stratégie impeccable. par définition, les croyants sont imperméables à la raison.
      C’est plutôt à nous qu’il faut souhaiter bon courage pour traîner des boulets pareils dans la lutte pour la survie de la race blanche. D’ailleurs, y a-t-il vraiment nécessité à les traîner ?
      Ne vous en faites pas pour le « courage » de ces chrétiens-là, leur royaume n’est pas de ce monde…

      1. Absolument, mais j’aimerais la grande union, avant que l’empoisonnement du sang, inguerissable, lui, n’ait tout souillé.
        Pour la rearyanisation des esprits on pourra voir après.

        1. @Capitaine Le Fauconnier
          La grande union avec des natio-catho qui ne sont pas racialistes et ne l’ont jamais été, qui demeurent hostiles à tout paganisme et fantasment sur le rétablissement d’une monarchie de (((droit divin))) ? Vous pensez sincèrement que c’est en s’associant avec des juifs mentaux que notre race va perdurer ? Vous croyez vraiment que c’est avec des indivus de Civitas, des Cercles Nationalistes, de Jeune Nation, du Parti Nationaliste Français, de TV Liberté, du C.N.R.E etc…, tous imbus de (((christianisme))), donc non-racialistes et non-eugénistes, que l’on va réellement reprendre en main notre destinée raciale ? Vous croyez qu’il n’y a jamais eu auparavant d’union des droites dites radicales ? Bien évidemment que si, elle se nommait il y a peu de temps encore Front National, et on a vu le résultat pitoyable que cela a donné.
          Il serait temps de se réveiller et d’accepter la réalité raciale déplorable de nos milieux politiques supposés combattre le (((système))) depuis plusieurs décennies. Rien ne change parce-que, finalement, malgré les apparences et les postures « guerrières » de nos leaders, personne ne veut changer en se remettant profondément en question, en se détachant d’un passé chrétien mortifère révolu. Mais comme le dit si bien le proverbe suivant: les impuissants se prosternent toujours vers le passé… et pendant ce temps-là notre race crève à petit feu.

  2. Je ne suis pas très fan du christianisme bien que venant d’un milieu très chrétien. Je suis pour réformer le christianisme à la manière du christianisme positif sans judaïté dedans et je suis pour un retour du paganisme.

    1. Salut Terre Ensoleillée.
      Mais en quoi es-tu légitime pour réformer le christianisme ?
      As-tu au moins connaissance de ce qu’est le christianisme, as-tu au moins lu la Bible ?
      Sais-tu de quoi tu parles ?
      Pour te faire gagner du temps, je vais te le dire : le christianisme est aussi irréformable que l’islam et le judaïsme. Dans toutes les religions iahvistes, les Ecritures saintes sont la parole de « Dieu », et l’homme ne peut pas changer la parole de Dieu.
      Le christianisme « positif » qui est défendu dans cet article est une utopie issue du cerveau d’ignorants qui n’ont aucune idée de la nature véritables des religions révélées.
      Quant à séparer le judaïsme du christianisme, cela s’appelle du marcionisme : du nom de Marcion, un évêque « hérétique » du IIème siècle après le JC (Juif Crucifié). C’est justement en référence à ce personnage que Rosenberg s’est appuyé pour son christianisme « positif ». Peine perdue puisque tous les textes des Ecritures contredisent les théories de Marcion qui ont fait long fu bien longtemps avant celles de Rosenberg ; ces goyim sont d’incorrigibles naïfs…
      Sans judaïsme, il n’y aurait jamais eu de christianisme. Et le christianisme peut très bien disparaître sans en affecter le judaïsme. Par contre, l’inverse n’est pas vrai : les chrétiens sont pris au piège… et je ne veux pas être pris au piège avec ces benêts.

      1. Bonjour,
        Oui je connais le christianisme. Je sais que cette religion n’est pas compatible avec le national-socialisme.
        Maintenant, on as deux choix : soit on interdit le christianisme, soit on le réforme. Tu me dis qu’on ne peut pas le réformer. Aux yeux des autorités chrétiennes, soit. Mais imaginons que nous prenions le pouvoir. Nous pourrions faire ce qui nous est impossible en ce moment comme réformer le christianisme.
        Pourquoi le christianisme positif est un concept d’ignorant au juste ? C’est le Furher qui as soutenu ce concept. Cela signifie dejudaiser le christianisme. Et il faudrait se renseigner sur comment les nazis s’y sont pris pour pouvoir effectuer cette réforme.
        C’est ça ou alors on interdit cette religion. Et moi qui suis athé, cela ne me dérangerait pas.

        1. Un concept d’ignorant, j’ai dit pourquoi : ces gens n’avaient aucune idée de la nature véritable des religions révélées : irréformables et indéjudaïsables (putain, la barbarité…).
          Je ne suis pas sûr que Hitler ait soutenu ce concept.
          Et les NS n’ont jamais effectué de réforme du christianisme, même au pouvoir, ils n’en avaient pas plus les moyens que toi ou moi.
          L’idée de Hitler, qui transparaît dans ses propos privés, était que le christianisme devait disparaître de lui-même de par sa simple inadaptation à l’esprit européen. C’est de toute façon ce qui est en train de se produire actuellement, ce qui revient à dire qu’il est inutile de le supprimer, il tombera de lui-même tellement il est inepte (il ne s’est maintenu depuis l’édit de Théodose en 392 que par la force temporelle).
          Interdire une religion à l’époque du 3ème Reich n’aurait mené qu’à s’aliéner la plupart des fidèles qui venaient de rallier la politique de Hitler : contre-productif. De toute façon, comme je l’ai dit sur un autre fil, Hitler ne laissait jamais la religion se mêler de la politique (saine attitude).

            1. Oui : pour PROJET.
              Et resté à l’état de projet, après que le 3ème Reich ait tenté d’étatiser les Eglises (catholique et protestantes) d’Allemagne, mais la résistance des clergés (le Vatican, le pasteur protestant Bonhöffer, etc) a été telle qu’il a dû renoncer et que les clergés ont obtenu de conserver leur indépendance du pouvoir politique, ce qui leur permettait de prêcher ouvertement contre le gouvernement.
              J’ai déjà expliqué plus haut pourquoi il n’était pas possible d’imposer un christianisme « positif », seulement de le proposer, comme l’a fait le 3ème Reich avec par exemple la création du mouvement chrétien « allemand ».
              Même avec des pleins pouvoirs politiques, une religion iahviste ne se laissera jamais réformer, n’oublie pas que pour les iahvistes, le pouvoir spirituel prime le pouvoir temporel. (l’exemple du 3ème Reich est édifiant). Autant ils sont incapables de se battre pour leur race, autant ils sont capables de le faire pour défendre leur religion d’origine juive jusqu’à la mort…
              J’admets que l’avis de Hitler sur le sujet est controversé, je n’ai parlé que de ses propos en privé. Après ses échecs que je viens de citer ci-dessus, il avait de toutes façons d’autres chats à fouetter à partir de 1936 que s’occuper de réformes religieuses…
              Ce que je propose ?
              Rien. On ne peut pas forcer à boire un âne qui n’a pas soif. L’identité d’un chrétien, c’est le christianisme, pas la race.
              Luttons pour la survie de notre race, et qui aime sa race nous suive.

              1. Oui au final ton avis est le plus logique. Les chrétiens racialistes et blancs sont nos alliés. Mais privilégons notre race plutôt que le christianisme. 1488

  3. je ne comprends pas ton message tu ne peux pas etre chretien et paganiste en meme temps sinon le christianisme n est pas bien representé actuellement ,je ne le suis pas catho mais mon ex femme et mes enfants le sont apres je ne connais pas trop le catholicisme mais ce qui pose le plus de soucis c est l ancien testament d ou la judaité dont tu parles mais les cathos ne l utilisent pas ou peut et Jesus est de toute facon arrivé apres

  4. Chez nous, nous sommes des catholiques traditionalistes, le pape de Vatican II, ne sera jamais des notres. Nous allons uniquement dans les églises FSSPX. Chez nous, les prêtres sont des prêtes blancs, des fidèles blancs. Pas d’africain. L’église catholique doit redevenir ce qu’elle a été…

    1. Traduction :
      « Chez nous, nous sommes des universalistes (du grec « katholikos » qui signifie « universel ») traditionalistes (tradition juive, pas indo-européenne), le pape de Vatican II qui n’a pas supprimé le Dogme anti-raciste de l’Eglise est un hérétique (mais pas nous qui suivons le Dogme anti-raciste d’avant Vatican II). « Nous sommes des racistes qui allons uniquement dans des églises qui nous font croire qu’elles sont racistes malgré le Dogme anti-raciste de l’Eglise fidèle à pré-Vatican II. Chez nous, les prêtres sont des racistes car ils sont tous blancs comme nous les fidèles blancs racistes. Pas de frères chrétiens africains qui, même chrétiens, restent des chrétiens inférieurs dans le Christ notre Seigneur juif qui était un suprémaciste blanc (comprenne qui pourra…) L’Eglise universelle (catholique) doit redevenir ce qu’elle a été selon le juif Shaoul de Tarse : « il n’y a ni Juif, ni Grec ; il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni mâle, ni femelle ; car vous tous, vous êtes un dans le christ Jésus. » (Galates, 3 ; 28), ce qui s’applique donc aussi aux Africains et aux juifs convertis »
      Oulala !
      J’ai rien compris… pouvez m’expliquer, SVP ?

  5. « Ce christianisme positif était principalement fondé sur son opposition au christianisme négatif, à savoir un christianisme enjuivé à l’origine du catholicisme et du protestantisme. »
    Propos absurdes, il n’y a ni christianisme positif ni christianisme négatif, il n’y a qu’un christianisme d’origine juive dont les multiples facettes se sont façonnées au fil de l’histoire et de l’épée…
    « L’autre fondement majeur était la négation des origines juives de Jésus, lui octroyant de facto la race nordique et la qualité d’Aryen anti-juif. »
    Nier la réalité judaïque du christianisme en affirmant que (((Jésus))) était un Aryen, est le comble du ridicule. Aucune personne sérieus et sensée ne peut croire à des balivernes pareilles, à part peut-être des adeptes de la terre plate…
    « Au final, le christianisme positif était conçu comme un christianisme d’origine germanique et épuré de toute attache au judaïsme. »
    Cette démarche n’est que de l’intellectualisme visant à concilier l’inconciliable pour espérer parvenir à satisfaire quelques ambitions politiques à très court terme. Adopter ce genre de stratégie est le désatre assuré. Vous aurez beau changer la forme du contenant et l’étiquette, le contenu demeurera toujours le même. Remède+ (((poison))) = (((poison))). Il faut faire place nette, et malheureusement, la grande majorité des Blancs en sont incapables. Que A.Hitler ait dit ceci ou cela en faveur du christianisme, on s’en moque complètement; il avait tort sur ce sujet et c’est en partie ce qui a causé la chute de l’Allemagne, et par voie de conséquence a rendu impossible le redressement racial de l’Europe.
    « Il convient à mon sens de transformer, réformer le National-Socialisme en l’adaptant aux nécessités du 21ème siècle qui ne sont plus les mêmes que celles du siècle passé, »
    Effectivement, ce n’est pas en faisant un copier-coller du 3ème Reich que l’on pourra résoudre les problèmes actuels et à venir.
    « et de rendre possible la compatibilité de ce mouvement révolutionnaire avec la religion chrétienne, de telle sorte qu’un chrétien européen puisse y adhérer sans avoir le sentiment de trahir sa patrie céleste. »
    Cette compatibilité est une utopie mortifère. LE CHRISTIANISME N’EST PAS COMPATIBLE AVEC LE RACIALISME ET IL NE LE SERA JAMAIS. Le christianisme à sa propre vision de l’homme et du monde, il s’agit d’un universalisme mais aussi d’un suprémacisme non-racialiste.Tant que les « racialistes » Blancs ne l’admettront pas, ils demeureront toujours sur le chemin de l’échec.
    « Cette compatibilité peut être envisagée si l’on comprend que le christianisme a été profondément dénaturé et que cette dénaturation ne date pas d’hier (non pas suite au concile Vatican II qui prit fin en 1965 mais sans doute déjà dès la Renaissance). »
    Dénaturé ? Si le christianisme a été soi-disant dénaturé depuis la Renaissance, cela voudrait donc dire que le christianisme d’avant cette période, depuis la venue du (((Messie))), était « authentique ». Mais authentique en quoi, racialement parlant ? C’est absurde à tous les points de vue.
    « En l’état, un pape comme Urbain II à l’origine de la première croisade en 1095 excommunierait sans l’ombre d’une hésitation le pape François ou encore feu Jean-Paul II qui embrassa publiquement le Coran. »
    Référence historique racialement inappropriée. Les croisades n’ont jamais été des conflits pour la subsistance de notre race mais seulement des guerres entre religions abrahamiques, auxquelles s’ajoutent quelques objectifs politiques et matériels bien entendu. Je ne vois pas ce qu’il y a de valorisant dans ces croisades qui ont amené à la mort un grand nombre de Blancs pour servir des intérêts (((chrétiens))). Et dire qu’il y a encore des natio-catho soi-disant racialistes qui fantasment sur une nouvelle croisade pour libérer Jérusalem…
    « Au 14 et 15ème siècle une réforme religieuse conduisit au concept de la pureté du sang (limpieza de sangre), apanage des seuls vrais et purs chrétiens. »
    Et une absurdité de plus… Le christianisme n’est pas et ne peut être fondé sur la pureté du sang puisque n’importe qui peut devenir chrétien indépendemment de ses origines ethniques ou raciales. De plus, associer cette pureté de sang avec le christianisme est ridicule lorsqu’on sait qu’un juif nommé Jésus est à l’origine de cette religion, que ses apôtres étaient également juifs, et qu’un certain docteur de l’église nommé Saint Augustin était d’origine berbère,etc… Voilà le genre d’aberrations intellectuelles à laquelles on assiste lorsqu’on veut concilier à tout prix l’inconciliable.
    « On voit donc que la doctrine du sang pourrait être partagée entre tenants d’un Nouvel Ordre et d’une Nouvelle France d’inspiration Nationale-Socialiste et Française de foi chrétienne. »
    Cette vision est une erreur, la cultiver et la propager ne mènera nulle part sauf au cimetière racial.
    « Un christianisme originel, purifié de tout ce qui l’a dénaturé, pourrait tout à fait y trouver sa place, dans la mesure où il ne mettrait pas en danger l’existence de cette communauté et n’offenserait pas le sentiment moral de la race Blanche (de quoi régler la question du sort des Africains chrétiens vivant en France). »
    Un christianisme originel ? Celui prêché par (((Jésus))) lui-même et ses (((apôtres))) ? Désespérant… L’auteur de cet article n’a rien compris au christianisme ou fait semblant de ne rien y comprendre pour répondre à des besoins politiques pas si racialistes que cela. Voici à son attention et à ses lecteurs un bref résumé de ce qu’est le christianisme.
    https://rahowa73.blogspot.com/2017/12/racial-feeling-christianisme-et.html
    Que l’auteur et d’autres individus partageant ses vues incohérentes sur cette question osent encore affirmer que le christianisme et le racialisme sont compatibles après avoir lu tout cela…

  6. La théorie de ce christianisme « positif » a été élaborée à une époque où les Européens comptaient encore de nombreux pratiquants qui se laissaient influencer par lan prêtraille à l’office du dimanche et il ne fallait pas trop heurter les masses pour les rallier au NS, qui, effectivement, est incompatible avec le christianisme.
    Exercice d’acrobatie intellectuelle inutile de toute façon, puisque Hitler avait rallié ces masses par la politique.
    Le christianisme, à l’instar du judaïsme, et à l’inverse du paganisme, est une religion anti-naturelle et par conséquent incompatible avec le NS qui pratique une politique naturelle (par exemple élimination des déchets si chers à la religion d’amour du prochain).
    Et s’il y a bien une époque où le christianisme a été dénaturé, c’est bien depuis le moment où l’Eglise a été déclarée « licite » par Constantin et non depuis Vatican II où on assiste au contraire à un retour à l’Eglise des origines !
    Si la chevalerie était noble et héroïque (et intéressée aussi, ne pas l’oublier), ce n’est certes pas en suivant le message des Evangiles qui prêchait la pauvreté et le dénuement !
    « car tous ceux qui auront pris l’épée périront par l’épée » (Matthieu 26 ; 52).
    Et l’Eglise a envoyé en « terre sainte » la crème de la noblesse pour ses intérêts propres : rétablir l’afflux d’or des pélerinages dans les caisses du Vatican que les Turcs empêchaient. Et se débarrasser en même temps d’une noblesse turbulente que l’Eglise ne parvenait pas à dompter : d’une pierre deux coups. Il faut arrêter avec ces jean-foutreries de croisades, est-ce que l’Eglise a envoyé les croisades en Espagne occupée déjà depuis près de 4 siècles avant les croisades, terre d’Europe, donc non « sainte » ?
    Quant à l’antisémitisme des chrétiens, il est purement théologique, aucunement biologique, c’est d’ailleurs ce qui a permis aux juifs aux gueules chameaux d’infiltrer les sociétés européennes par de fausses conversions ! Chez les chrétiens, le racisme est condamné d’avance, c’est la conséquence du poison juif instillé aux goyim par Shaoul de Tarse.
    « Il convient à mon sens de transformer, réformer le National-Socialisme en l’adaptant aux nécessités du 21ème siècle qui ne sont plus les mêmes que celles du siècle passé, et de rendre possible la compatibilité de ce mouvement révolutionnaire avec la religion chrétienne, de telle sorte qu’un chrétien européen puisse y adhérer sans avoir le sentiment de trahir sa patrie céleste. »
    Alors parce que le christianisme est incompatible avec le NS, c’est au NS de se réformer pour être compatible avec le christianisme ? Fiouuuuuuuuuu, christianiser le NS ! C’est une plaisanterie ou quoi ?
    Et ceci, de surcroît, à une époque où la société est déchristianisée !
    Dois-je moi aussi redevenir chrétien pour m’adapter moi aussi… au christianisme ?
    Alors que devient alors la note de Nico White : « que ceux qui pourraient venir à penser que cet article est une ode au christianisme se rassurent, ce n’est qu’un appel aux chrétiens Blancs qui veulent se battre pour la race. »
    Si ce n’est pas une ode au christianisme, ça y ressemble furieusement !
    Désolé mais ça, ça ne passe pas !
    « Au 14 et 15ème siècle une réforme religieuse conduisit au concept de la pureté du sang (limpieza de sangre), apanage des seuls vrais et purs chrétiens. Les convertis juifs ou musulmans furent ainsi rejetés dans une catégorie inférieure, méprisée et suspecte. On voit donc que la doctrine du sang pourrait être partagée entre tenants d’un Nouvel Ordre et d’une Nouvelle France d’inspiration Nationale-Socialiste et Française de foi chrétienne. »
    Où est-il inscrit dans la Bible, et plus particulièrement dans le Nouveau Testament qui concerne plus les chrétiens, que les chrétiens doivent être classés supérieurs ou inférieurs selon leur « sang » ? Où est-il inscrit que certains chrétiens valent mieux que d’autres en raison de leur race ? Sur quels textes de la Bible peut-on rallier des chrétiens à ce concept de « pureté du sang » ?
    « Un christianisme originel, purifié de tout ce qui l’a dénaturé, »
    Mais de quel christianisme « originel » est-il donc question ici ?
    De celui purement juif de Ieshoua ben Iosef, rabbi juif circoncis qui respectais les lois mosaïques (casheroute, fêtes juives, etc) qui n’a été «  envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » ? (Matthieu, 15 ; 24) « car le salut vient des Juifs » (Jean, 4 ; 22)
    Ou de celui de Shaoul de Tarse qui a répandu le poison juif parmi les goys : « il n’y a ni Juif, ni Grec ; il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni mâle, ni femelle ; car vous tous, vous êtes un dans le christ Jésus. » (Galates, 3 ; 28), en abolissant la circoncision et la casheroute pour mieux recruter les goyim ?
    Et Pie X ici cité aurait condamné le NS lui aussi s’il avait vécu à la même époque, et ceci au nom du Dogme de l’Eglise, tout comme l’ont fait ses successeurs Pie XI et Pie XII !
    « Note de Nico White : […] Le christianisme qui nous met en danger est celui qui fait passer la foi au dessus de la race, transformant par le même temps l’Église en une société multiraciale. »
    Les chrétiens qui placent leur foi avant leur race ne seront jamais convaincus de quoi que ce soit par un tel article, ceux qui prétendent le contraire ne les connaissent pas. Et ceux qui se prétendent racistes sont en opposition flagrante avec les dogmes chrétiens : qu’ils en tirent eux-mêmes les conséquences, ils sont assez grands pour cela.
    Conclusion : il faut arrêter de tortiller du cul pour chier droit (laissons cela aux chrétiens qui sont des gens incohérents) : soit on est chrétien, soit on est raciste, il n’y a pas de compromis possible.

  7. Bon, en fait, cet article est à chier.
    Je suis certain que Blanche n’aurait jamais accepté d’éditer un truc pareil…
    Nico, je n’ai rien contre toi, au contraire, tu as beaucoup de courage de reprendre l’affaire, je te l’ai déjà dit… mais fais gaffe à ce genre de trucs… pour moi c’est une dérive.
    Encore un article comme ça ou deux, et on va tous se retrouver à chanter « alleluia » (qui signifie « gloire à Iahvé » – qui est le dieu identitaire des juifs) en choeur et en canon à la Fraternité « raciste » saint Pie X…

    1. Bon messieurs, je vais faire deux-trois explications.
      J’ai toujours eu du mal à trancher sur la question de la religion. Je n’aime pas la chrétienté pour les valeurs qu’elle porte et pour le fait que c’est une religion du désert. Toutefois, j’ai toujours pensé que nous pourrions allier certains chrétiens Blancs avec nous autres, fiers Blancs voulant se battre pour préserver la race Blanche. De nombreuses fois, avec de multiples arguments chacun de vous a tenté de me convaincre sur le fait que les chrétiens sont irrécupérables : enfin, du moment qu’ils restent dans leur religion.
      Quand notre nouveu contributeur m’a proposé cet article, j’ai trouvé qu’il pourrait être intéressant de le publier. Mais j’ai peut-être fait une erreur. Tout comme l’auteur de l’article a voulu tendre la main à des Blancs, je suis resté dans cet optique. Je ne parlerais pas en son nom, il peut s’exprimer si il a le temps, mais son but n’était pas de venir nous dire de nous convertir ou de céder à la juiverie.
      Face à vos réactions, que je trouve justifiées et toujours pleines de sens, je vous propose de publier l’article de Racial Feeling que je viens de consulter. Aurais-je son accord pour le faire ?
      Sinon, si vous pensez faire un meilleur article pour poser les bases et enfin proposer une explication claire et nette sur le sujet : à vos plumes, mettez vos idés en article et je le publierai. Je sais que vous n’avez rien contre moi, en tout cas je croise les doigts pour, et je ne suis pas infaillible, autant dans mes actes que dans mon idéologie qui n’est pas totalement définie sur certains points. Notamment sur la religion.
      Et je pense que je ne suis pas le seul à être divisé sur la question. Je sais que dans vos commentaires très instructifs, vos arguments font mouche. Mais dans un article propre et organisé, le message ne serait que plus lisible.
      Encore une fois, messieurs, je ne suis pas Blanche. Je ne possède pas les mêmes talents qu’elle et il va me falloir un peu plus de temps pour que je sois aussi cultivé et talentueux qu’elle. Merci encore pour vos remarques et vos encouragements, j’attend vos réponses avec impatience, que nous proposions à nos lecteurs des bases saines pour notre mouvance.

      1. Tu es une belle personne Nico White cela ce sent et j ai l instinct pour ça, tu as du tact, tu es modeste tout en étant perseverant je l ai remarqué a de nombreuses reprises tu ne veux pas froisser les gens inutilement
        Tu as repris la releve de Blanche es tu feras evolué blanche europe de facon differente , j espere que cela ne te causera pas trop de stress et que si jamais c estait le cas tu donnerais des explications
        Ce qui a été le plus grand tort de Blanche elle est partis sans donner d explication et ca c est contreproductif

        1. Merci mon ami,
          Et merci à tous ceux qui pensent de même.
          Comme je l’ai déjà dit aujourd’hui, une erreur a été commise. Pourvu que cela ne nous décrédibilise pas à vos yeux et que cela ne nous fasse pas perdre des soutiens.
          Cela me cause du stress, mais c’est normal. Je passe de simple contributeur à gérant du site Blanche Europe. Un site gigantesque, qui comporte des centaines d’articles extrêmement importants pour le combat Blanc.
          Il faut d’ailleurs que je trouve un nouvel hébergeur pour le site et que je convertisse tous les articles de l’ancien site sur le nouveau. Et rattraper le retard d’un mois dans les publications. Et répondre aux mails, recruter du personnel (on arrive à avoir un peu de monde, c’est encourageant). Bref, je ne vais pas me plaindre : je n’ai pas le temps de m’ennuyer durant mon temps libre.
          Je pense qu’elle n’est pas partie de son plein gré. Tout comme Basile il y a plusieurs mois.

          1. @Nico White
            Concernant le nouvel hébergeur, veillez à en choisir un aux USA en prenant également en compte le choix de l’état où sont situés les serveurs, afin d’éviter la censure mais avant-tout pour présever une certaine confidentialité. Même l’usage du dark web ne garantit en rien l’anonymat et la censure comme le démontre l’info suivante où l’on apprend qu’une plateforme illégale française officiant dans le dark web a été démantelée par les douanes, avec notammment la saisie massive de données confidentielles.
            https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1JC0B4-OFRTP
            Peut-être que cette interpellation est dûe à une méconnaissance de l’outil informatique ou à une imprudence sécuritaire de la part des administrateurs du site, ou peut-être qu’il s’agit tout simplement du fait que les états possèdent des moyens techniques rendant obsolètes toutes les mesures d’anonymat propres au dark web, mais personnellement je ne le pense pas. Il faut relativiser, même un état puissant disposant de lourds moyens ne peut surveiller intégralement ce qui se passe au sein du dark web. De plus, beaucoup de choses présentes sur le dark web n’y sont que temporairement et ainsi échappent à toute surveillance, tout fichage de la part des officines d’états; par conséquent, l’usage du dark web demeure une bonne alternative au web classique pour communiquer et échanger des documents.

      2. Nico, considère la dialectique de cet article : il faut rallier les chrétiens au racisme en utilisant des arguments chrétiens – donc anti-racistes ! Ne vois-tu pas le paradoxe ?

        1. Oui, on a fait une erreur. L’homme sans quantité, après avoir lu l’article de Racial Feeling, est tombé sur la même conclusion.
          Faut-il autant supprimer l’article et faire croire que nous avons tout juste ? Ou alors on le laisse et on reste sur l’idée que c’était une erreur de jugement ?
          Je ne sais pas vraiment quoi en penser, alors j’ai publié l’article de Racial Feeling pour clarifier le sujet. On ne peut pas avoir une explication plus claire et si intéressante.
          Merci à vous tous, pour vos arguments magnifiques et qui serviront à vaincre.
          Aujourd’hui, on va dire que nous sommes dans le collaboratif. On ne peut pas être sur le système du gourou, donc quand quelqu’un propose une idée meilleure : il faut se remettre en question. Ce que j’ai fait aujourd’hui et ce que les chrétiens voulant lutter pour la race Blanche devront aussi faire.

          1. @Nico White
            Non, pour des raisons pédagogiques, il ne faut pas supprimer cet article. Il permettra aux futurs lecteurs de prendre connaissance du problème qu’est le christianisme sur la question raciale, et de constater les arguments incohérents (parfois ridicules) des chrétiens (nationalistes, identitaires, etc…) et de leurs sympathisants s’efforçant de démontrer aux racialistes que le christianisme est parfaitement compatible avec le racialisme, la préservation de notre identité raciale. Le problème chrétien n’est pas nouveau, il a toujours été un sujet tabou dans les milieux racialistes et l’est encore de nos jours même si, du fait des dernières vagues migratoires massives et des positions tenues par l’église catholique à l’égard de celles-ci, on peut constater une amélioration sur la prise de conscience de cette problématique et les débats que cela suscite.
            William Pierce évoquait ce problème parfois, avec toutes les précautions de langage pour ne pas froisser les chrétiens. Savitri Dévi le mentionnait également dans son livre intitulé « Souvenirs et réflexions d’une aryenne », notamment dans une anecdote où elle relatait sa désapprobation qu’elle avait fait part à George Rockwell lorsqu’elle constata dans quelques bulletins du Parti National-Socialiste Américain, l’association de la croix chrétienne et de la croix gammée avec le commentaire suivant sous chacun de ces symboles: « notre foi »; « notre race ». Georges Rockwell lui répondit en lui disant qu’elle avait raison sur le fond, que ces deux symboles et les doctrines qu’ils représentent sont incompatibles, mais que pour obéir à des besoins économiques il fallait séduire les chrétiens par une propagande appropriée étant donné que c’étaient eux qui détenaient le pouvoir économique. Personnellement, je pense que ce genre de stratégie ne mène nulle part car on ne change rien véritablement avec des demi-mesures, des compromis contre-nature, où en s’associant avec des groupes d’influences incompatibles pré-existants. C’est en partie la raison de la stagnation des courants racialistes américains, une stagnation d’autant plus surprenante que ce pays est confronté depuis de longue date aux problèmes inhérents aux sociétés multiraciales, et qu’il offre de surcroit une grande liberté d’action individuelle et collective à ses habitants et aux pouvoirs locaux. Si nous avions une telle liberté en France et en Europe, imaginez ce que nous pourrions accomplir… Le cas des USA a de quoi laisser perplexe et démontre surtout qu’il y a un sérieux problème cognitif chez les Blancs de ce pays.
            Quoi qu’il en soit, internet est un atout de poids pour faire connaître à un large public (ceux que cela intéressent…) d’autres vues que celles qui ont court et sont admises sans trop de discussion au sein de la mouvance nationaliste en général, française en particulier. Tenir des discours critiques concernant le christianisme au sein des structures nationalistes a toujours été impossible, si vous le faisiez vous étiez mal vu et finissiez par vous faire virer de celles-ci sans ménagement, en ne manquant pas d’être qualifié d’infiltré juif ou crypto-maçonnique. Grâce à internet, il est permis de contourner les structures nationalistes et leurs organes de diffusion internes et externes pour faire entendre un autre discours auprès des militants et de ceux qui seront appelés à le devenir, mais aussi auprès d’un large public Blanc non-politisé qui sera, au fil des années, obligé d’admettre le fait racial et toutes les remises en question que cela implique. Si rien ne se passe, si aucune conscience raciale massive n’émerge au sein des Blancs, alors ils disparaîtront de France, d’Europe, ou de n’importe quel endroit du monde où ils se trouvent.
            Au vu de l’explosion démographique africaine et de celle d’autres pays, ce siècle est décisif pour la subsistance de notre race; par conséquent, l’intransigeance est de rigueur, on ne peut se permettre de faire des compromis doctrinaux et des collaborations inappropriées pour espérer créer une pseudo union des Blancs qui ne sera, en réalité, qu’un agrégat de forces antinomiques ne menant nulle part. Plus les circonstances sont difficiles et potentiellement mortelles, plus il faut être rigoureux, vigilant et intransigeant. Si les intellectuels, dirigeants et cadres de structures racialistes américaines avaient eu cette attitude, les USA auraient un autre visage aujourd’hui. Cette remarque vaut également pour les racialistes européens.

          2. @ Nico
            Supprimer l’article parce qu’il te paraît une erreur de jugement ou le conserver en souvenir des erreurs à éviter, la décision n’appartient qu’à toi (bien que je sois du même avis que White Feeling ci-dessus pour être clair – et non seulement sur ce point, mais aussi tous les autres qu’il expose).
            Blanche était la patronne sur son site, fais comme elle, la responsabilité que tu assumes te donne ce droit.
            Il ne faut pas avoir honte de ses erreurs et de ses échecs, car on apprend au moins autant d’eux que de ses succès. La honte – et la sottise aussi, c’est de persister dans une erreur alors que celle-ci est reconnue. Battre sa coulpe à la mode judéo-chrétienne (repentance, culpabilité…) est indigne d’un Aryen : on répare et on avance.

            1. De par vos remarques, je vais conserver l’article. Qui est, de toute façon passé en Tribune Libre pour ne pas faire office de ligne à suivre, pour notre mouvance mais qui est plus là pour faire naître une réflexion. Le fait d’avoir publié l’article de Racial Feeling permettra aux lecteurs qui souhaitent trancher sur le sujet de pouvoir choisir le bon camp.
              On va dire que cela fait partie de mes erreurs de « jeunesse », je n’étais auparavant qu’un simple contributeur et on s’aperçoit que le travail n’est pas du même ressort quand il faut gérer le site et prendre les responsabilités que cela implique.
              Je ne suis pas mécontent, en fin de compte, d’avoir fait cette erreur : au moins tout est désormais clair et nous ne commettrons plus de faute sur la religion. Le cap est fixé. En effet, ne pleurons pas sur le sujet, on a mis au point une ligne à suivre, passons à autre chose.
              Comme je l’ai dit il y a quelques commentaires de ça, votre avis compte beaucoup pour moi et je suis heureux de voir que des lecteurs comme vous soient sur le site : cela permet d’avoir des réflexions, en plus que la sienne, très poussées et cela nous sera profitable.
              Nous ne sommes peut-être pas beaucoup aujourd’hui mais le niveau intellectuel est plus élevé que la moyenne et il vaut mieux être dans nos idées que dans les idées nihilistes du système, même s’ils sont plus nombreux.
              Pour répondre sur le même commentaire à White Feeling, je vais bien évidemment prendre un serveur qui ne sera pas localisé en France, ni en Europe. Soit USA, soit un pays paumé qui possédera une législation plus souple. En tout cas, il faut que je trouve le bon hébergeur, histoire de ne pas nous faire sibériser, comme l’a été le Daily Stormer à une époque.
              Pour les vendeurs de drogue chopés sur le Dark Web, ce n’est pas la première fois qu’un site de ce genre tombe (on se souvent de Silk Road, la plus grosse plateforme de vente de drogue en ligne sur le Dark Web qui était tombée il y a quelques années). C’est très différent de nous car eux, ils vendent et achètent de la marchandise, donc ça passe forcément par le réel, la douane peut tracer les colis physiquement etc. Et ils dérangent surtout car cela fait rapporter des masses d’argent énorme a des trafiquants. Il y aussi des failles humaines qui font que les enquêteurs peuvent remonter à la source et démanteler des serveurs.
              Les États possèdent des outils très sophistiqués pour contrôler le net, voir les révélations d’Edward Snowden qui travaillait pour la NSA. Il y a avait d’ailleurs déjà eu des tentatives pour infiltrer le réseau Tor, en créant de faux serveurs onions. Mais rien n’est sécurisé à 100% et si je voulais absolument ne prendre aucuns risques, je fermerais mon ordinateur et je retournerais vivre comme un français lambda. On prend tous des risques, qui sont nécessaires pour tenter de faire bouger les choses.
              Personne ne peut tout surveiller, bien que…, la masse de données est trop importante pour tout traiter, mais il faut prendre le maximum de précautions.
              VPN, Tor, mots de passe sur des emails chiffrés, pseudos, ordinateur acheté en cash, changement d’adresse MAC, bref on ne peut pas devenir invisible totalement sur le net mais on peut compliquer la tâche aux autorités.

  8. Réforme ou pas – et il est (re)démontré par White Feeling et autescousios que c’est de toute façon impossible de le réformer… – le christianisme a toujours été et demeure une religion irrationnelle.
    Vouloir ou espérer s’appuyer sur le christianisme pour sortir du trou à merde racial dans lequel l’Europe se trouve progressivement est aussi béat que vouloir ou espérer s’allier aux juifs pour contrer l’islamisation en cours.
    Ce n’est pas le christianisme qu’il faut réformer, ce sont les chrétiens qui doivent remettre leur croyance dogmatique et irrationnelle en question.
    Le christianisme est du judaïsme conceptualisé sur mesure pour les Aryens. Comme l’islam l’est pour les bougnoules. Pris dans ce dogme, l’évolution spirituelle propre à chaque race, chaque sang, chaque peuple, stagne et est remplacée par un cheminement vers une forme ou une autre de (((mondialisme))). Toute l’histoire en atteste.
    Le (((noachisme))) qui n’est qu’une convergence de 3 sauces mondialistes (juive – chrétienne – musulmane), et dès lors qu’un taux critique de métissage sera atteint, n’a qu’à patiemment attendre son heure pour entrer en scène avec toujours le juif à la baguette.

  9. Bon ! Quelle leçon de nos camarades ! merci à Whitefeeling et autescousios pour ces rappels magistraux salutaires pour ceux qui, sans croire aux inepties christiques auront fait preuve durant leur vie d’une indifférence bienveillante eu égard à leur entourage ! Le poison touche même ceux qui s’en croient protégés en se disant mécréants et ç’aura été tout le mérite des excellents billets de Blanche Europe et des réponses de brillants commentateurs de remettre ou de mettre les choses en perspective.
    Je ne suis pas sûr non plus que Blanche eût laissé passer l’article, même si l’intention en est louable (chercher le plus petit commun dénominateur pour être moins isolé, mais encore faut-il être certain que ce dénominateur soit bien commun), mais disons que cela aura au moins permis de repréciser ce qui a bien du mal à passer : le juivisme et ses sous-produits sont des poisons mortels dont il nous faut nous purger énergiquement.
    Tout compromis avec le sémitisme est une victoire pour le Juif.
    RAHOWA !

    1. J’ai reçu l’accord pour publier l’article de Racial Feeling, ce soir ce sera fait.
      En effet, cela aura au moins permis de clarifier un point souvent tabou car toujours vecteur de conflits entre nous. Mais nous ne pouvons pas rester dans le flou éternellement, il faut trancher.

    2. Je crois bien que je pense exactement comme toi.
      J’applaudis moi aussi aux brillantes démonstrations d’autescousios et de White Feeling. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce dernier mais là, je l’approuve à 100%.
      Cela étant, je ne doute pas un seul instant de l’engagement de camarades comme Saphnatio ou Procope bien qu’ils n’aient pas eu le même parcours spirituel et intellectuel que nous et ne se sont pas libérés du carcan qu’on leur a imposé dans leur enfance.
      Comme je l’ai dit dans mes commentaires sur l’article génial de Racial Feeling, le besoin de croire en Dieu résulte de l’intuition que toutes les choses dans l’univers ont une cause unique ; ce qui est d’ailleurs vrai au sens physique. À ce besoin d’unité s’ajoute le désir d’immortalité. Et comme la peur de mourir est bien plus forte que la raison car c’est l’instinct fondamental de tout être vivant…
      Il faut donc accepter que certains ne puissent dépasser leurs contradictions et soient cependant fidèles à notre cause.
      C’est le propre de l’être humain que de vouloir tout et son contraire. Moi-même, je n’y échappe pas. Mais je fais avec.
      Les gens parfaits, c’est dans les BD ! J’ai appris à me contenter des gens sincères. Et la sincérité est facile à déceler ; il suffit de voir ceux qui continuent à te soutenir quand tu te retrouves dans la merde. Ceux-là sont vraiment sincères dans leurs convictions et dans leur amitié.
      Fort heureusement pour notre cause, toutes les personnes qui contribuent à ce site, à commencer par celui qui le porte depuis la disparition de Blanche, sont faits de ce bois là… même ceux avec qui je me fritte de temps à autre !

  10. Quand au Jésus « nordique » … c’est une blague aussi. Pourquoi un « nordique » serait allé se faire rabbin chez les sémites au juste ? et pourquoi il aurait abandonné ses Dieux raciaux ? Nan, jésus était juif, c’est tout.

    1. Tout à fait, Yoananda.
      Les portraits de « christ » d’allure aryenne ont été faits pour que les populations d’Europe évangélisées s’identifient mieux à lui.
      Cela relève de la même arnaque actuelle qui consiste à remplacer nos héros mythiques ou historiques européens par des noirs pour flatter ces derniers.
      Le mot « Galilée » vient de l’hébreu « galil » qui signifie cercle, circuit, région, district, et n’a rien à voir avec les Gaulois. Aucune trace archéologique attestant de la présence de Gaulois (ou autres Indo-Européens) n’y a d’ailleurs été retrouvée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *