En Grèce, l’extrême droite attaque des migrants qui campaient sur la place Sappho de Mytilène

En Grèce les migrants se font de plus en plus nombreux, de plus en plus envahissants. L’île de Lesbos était, à la base, touristique. Mais depuis qu’elle est assaillie par les migrants, autant dire que c’est plus une destination très prisée. Et je n’ai pas besoin de faire un dessin pour que l’on comprenne que la vie des habitants doit être assez compliquée. Des Blancs avec du courage décident donc, au fil du temps, de rentrer en résistance face à l’invasion et de tenter de chasser les colons non-Blancs.

La Croix :

Plus d’une dizaine de migrants et réfugiés, surtout des ressortissants afghans, ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi lors d’affrontements avec un groupe d’extrême droite sur l’île de Lesbos, a-t-on appris de source policière.

Les heurts ont commencé dimanche soir après que le groupe d’extrême droite « Mouvement patriotique » eut appelé à un rassemblement devant la place centrale Sappho de Mytilène, chef-lieu de l’île, où campaient depuis mardi dernier près de 200 Afghans avec leurs familles pour protester contre les conditions misérables de séjour sur l’île.

Rendons nous un peu compte de la situation. Des Afghans débarquent dans le pays, des milliers depuis 2015 et, en plus d’arriver sans être invité, ils protestent pour avoir un meilleur accueil ! Ils sont déjà chanceux que les gardes côtes n’aient pas fais couler leurs bateaux, et eux par la même occasion. Je pense fortement que les clandestins prennent un peu trop la confiance et ne comprennent pas que le formidable accueil Européen risque de ne pas durer. Surtout si en arrivant ils exigent quelque chose.

Nous avons donc un groupe clandestin qui s’est formé pour défendre l’île : très bonne initiative. Nous avons de multiples exemples de la résistance en Grèce, notamment avec la création du Parti Aube Dorée. Des exemples aussi bien contre les envahisseurs que contre les gauchistes. C’est parfait, il faut d’ailleurs copier ces réactions positives.

Malgré les efforts de la police pour contrôler la situation, des bouteilles d’eau et des fusées de détresse éclairantes ont été lancées par le groupe d’extrême droite et blessé légèrement plus d’une dizaine d’Afghans qui ont dû être transférés à l’hôpital, selon les premières informations de la police.
« Brûlez-les vifs », « Jetez-les à la mer », « Ils veulent islamiser le pays », scandaient les attaquants.

Il est clair que ce n’était pas une manifestation de simples « patriotes » qui ne veulent pas de clandestins. Pas du tout, c’est une manifestation de véritables Blancs d’extrême droite qui ne veulent pas de colons sur leur sol. Et ils n’ont pas peur de la confrontation, ni de l’image que les médias vont leur donner. L’heure est grave en Europe et de petits groupes violents se forment. Nos politiques n’auront que leurs yeux pour pleurer quand tout cela va dégénérer et que les morts joncheront le sol de nos rues.

Les affrontements ont duré toute la nuit et dégénéré en échauffourées entre extrême droite et anarchistes qui sont venus pour secourir les migrants.

La police a jeté des gaz lacrymogènes à la fois pour disperser la foule et évacuer la place où étaient les migrants qui ont été contraints de rentrer dans les centres d’accueil de l’île.
Le maire de l’île de Lesbos, Spyros Galinos dans une lettre adressée au Premier ministre Alexis Tsipras et aux dirigeants des partis d’opposition, a accusé la police d’avoir tardé à intervenir.

C’est très intéressant, les policiers profitent de l’affrontement pour évacuer dans le même temps les migrants. Leur retard pour intervenir est aussi important à noter, les policiers pourraient-être complices des résistants Blancs ! C’est une très bonne nouvelle mais cela signifie autre chose : la situation est tellement grave que même la police laisse faire le ménage !

Ce n’est pas comme en France où les nationalistes Blancs sont sévèrement réprimandés à chaque manifestation.

Alors que le Premier ministre est prochainement attendu sur l’île pour un point de la situation, il a mis en cause « l’inertie et la gestion erronée » du gouvernement ayant, selon lui « coincé dans des conditions misérables des milliers des gens dans une ville de 27.000 habitants ».

Devenu symbole de la crise migratoire de 2015, Lesbos –l’une des cinq îles d’entrée et d’enregistrement en mer Égée des personnes arrivant en Grèce depuis la Turquie– abrite actuellement 6.530 migrants et réfugiés dans des camps d’une capacité de 3.000 personnes.

Le problème n’est pas la condition misérable, quelque chose qui nous importe pas si cela concerne les envahisseurs, mais bien la condition de vie des résidents de l’île : ceux qui ont réellement le droit d’y habiter. Vous savez bien, ceux qui se font actuellement spolier leurs terres par des allogènes.

Les conditions misérables et la longue durée d’examen des demandes d’asile ont été décriées à plusieurs reprises par des ONG de défense des droits de l’homme qui réclament le transfert des migrants en Grèce continentale.

Un récent jugement du Conseil d’État, haute juridiction administrative grecque, a autorisé les nouveaux demandeurs d’asile à quitter les îles mais son application n’a pas encore commencé, le gouvernement étant en train d’examiner les conditions de ce départ.

Plus de 13.000 migrants et réfugiés, sont confinés dans des camps sur les cinq îles grecques, ce qui alimente des tensions récurrentes notamment à l’approche de la saison touristique.
M. Galinos a aussi mis en garde contre le risque « d’escalade de la situation » appelant à une « décongestion » des camps.

Comment réussir à attirer des touristes si l’île est devenue une poubelle remplie de parasites ? Les Grecs vivent principalement du tourisme, si les touristes ne répondent pas présent alors ils auront encore plus de difficultés financières que maintenant : et la situation actuelle n’est déjà pas très bonne.

Le nettoyage va être fait si les envahisseurs ne sont pas repoussés légalement, autant vous dire que nous n’avons pas fini de voir des articles de pleurniche sur le sort des « pauvres migrants ». L’escalade de la violence est naturelle, personne de sain ne peut laisser son pays se faire prendre par un ennemi. Nous devons encourager ce genre d’actes et faire la même chose sur notre sol, pour que l’Europe soit Blanche et débarrassée de parasites.

Militants-Aube-Dorée-5-03-2018-Athènes

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *